Et si tout cela finissait au tribunal ?

Face aux irrégularités répétées du maire, les élus de la majorité ne semblent pas tous réaliser qu’ils pourraient avoir à rendre des comptes très prochainement.

Le tribunal administratif ? Le tribunal correctionnel ? Les deux ? Le passage entre les gouttes ? Pronostiqueurs, faites vos paris sur l’avenir judiciaire de Veunac et sa clique…

Stupeur, rires et incrédulité : « Ton maire n’a pas fait cela tout de même ? ». Depuis hier, les coups de téléphone arrivent d’un peu partout en France, tant mes anciens confrères n’arrivent pas à imaginer qu’un élu, qui par définition doit être libre de sa parole, puisse se voir imposer par le premier magistrat de la ville « une charte de confidentialité » lui interdisant de communiquer avec les médias ou les réseaux sociaux. Mais Veunac ose tout et c’est même à cela qu’on le reconnaît !

Coup de chapeau, donc, à Anne Pinatel, Brigitte Pradier et Hervé Boissier qui ont refusé de signer cette charte infâme. Quand un gouvernement devient félon et ne respecte plus les règles élémentaires de la démocratie, c’est un honneur de se révolter. Ces mêmes confrères vont certainement faire chauffer à nouveau le téléphone, quand ils vont apprendre la pitoyable excuse servie à Sud Ouest (21/3) par certains des élus signataires : « On a signé sans regarder » Un élu, c’est bien connu, ça ne sait ni lire, ni écrire, ni même réfléchir. Nous voilà rassurés.

Sud Ouest, 21 mars.

Mais ce nouveau manquement à la démocratie n’est qu’une petite anecdote folklorique par rapport à tout ce qui attend Biarritz. Le premier rapport de la Chambre Régionale des Comptés (CRC) était assassin et un deuxième sur le PPP souscrit par la Ville, qui va être rendu public dans les jours prochains, n’est guère plus aimable. En attendant un audit plus fouillé qui détaillera attentivement l’ensemble de la gestion de la Ville sous l’ère Veunac.

La gestion Veunac relève du tribunal administratif

Sud Ouest, 15 mars.

Bisque, Bisque, Basque ! partage totalement le point de vue de Jean-Benoît Saint-Cricq, qui estime dans Sud Ouest du 15 mars qu’il y a dans le rapport de la CRC, matière à poursuites « si le parquet le veut » Les magistrats, rappelons-le, avaient eu des mots très durs parlant d’irrégularités, malfaçons et dissimulations et cette désinvolture de l’équipe municipale pourrait bien se terminer devant le tribunal administratif. Une décision qui ne dépend pas que du parquet, mais qui peut aussi être provoquée par un membre de l’opposition ou un citoyen déterminé de la Ville.

Car être opposant, ce n’est pas seulement constater à chaque conseil les ratés de la majorité et les dégâts commis par le duo Veunac-Lafite. Quand une décision est inique, quand les manquements aux règles de la démocratie sont monnaie courante, il n’est pas interdit de ruer dans les brancards et de se tourner vers le tribunal administratif pour lui demander son arbitrage. Ce que Jean-Benoît Saint-Cricq et d’autres opposants avaient fait en 2009 pour contester le partenariat public-privé signé au moment de l’édification de La Cité de l’Océan. À l’évidence, les dissimulations permanentes de Veunac lors des conseils municipaux, sa façon de décider seul sans en référer à son conseil d’administration comme l’ont souligné les magistrats de la Cour des Comptes à propos de La Cité de l’Océan et comme ils auraient pu le faire pour L’hôtel du Palais relèvent du tribunal administratif. Au lieu de maugréer et de se lamenter, il suffit juste d’oser.

En correctionnelle pour prise illégale d’intérêt ?

Et finalement la grande question est de savoir si ce pitoyable mandat, le pire jamais connu par les Biarrots, se terminera pour Veunac par une visite du tribunal administratif ou du tribunal correctionnel. Ou les deux, son talent si personnel lui permettant l’embarras du choix.

Didier Borotra, sera finalement jugé en appel à Pau, le 11 décembre prochain, pour prise illégale d’intérêts en compagnie de sa fille et de l’ex-directrice de la Cité de l’Océan, après avoir été relaxé en première instance à Bayonne. Une sorte de parcours traditionnel pour les politiques locaux, si l’on se fie à Odile de Coral, lourdement condamnée en appel après avoir été blanchie à Bayonne.

Au moment du procès en correctionnelle de Didier Borotra, le 1er février  2017, les milieux judiciaires se sont beaucoup étonnés de l’absence à la barre de Michel Veunac. Un maire soucieux des intérêts de sa ville aurait dû demander le remboursement des sommes indûment versées, mais Veunac s’est bien gardé de le faire. Si Françoise Pautrizel a toujours affirmé avoir engagé la fille de Didier Borotra sans en avoir parlé à son père, elle a précisé, lors de son interrogatoire à la police avoir immédiatement informé en 2014 le nouveau maire, Michel Veunac de l’engagement de Sophie Borotra via sa société AGC. Celui-ci lui aurait dit de continuer comme avant.  Et personne n’aurait jamais rien su de cette affaire si Guy Lafite, membre du Conseil d’administration de la Cité de l’Océan n’avait mangé le morceau en parlant à la presse. Pendant quinze mois, Michel Veunac a donc cautionné le versement d’un salaire à la fille de son mentor politique. Cet argent doit être remboursé aux contribuables biarrots et l’on peut vraiment estimer que nous sommes dans un cas de prise illégale d’intérêts totalement avérée.

Mais, bizarrement, personne ne bouge !

Un conseil municipal décisif

Vendredi soir, alors qu’un nouveau conseil municipal haut en couleurs se profile, on espère que les élus, conscients de leurs responsabilités, vont enfin poser les bonnes questions à propos de la politique de stationnement voulue par Veunac au lieu de dire oui à tout. Pourquoi a-t-on signé avec la filiale de Vinci, Streeteo, un contrat qui révolte les Biarrots et dont le maire n’a jamais parlé en public, alors qu’on aurait pu faire beaucoup mieux pour quatre fois moins cher en recrutant des policiers municipaux ou des ASVP ? Pourquoi certains maires comme Juppé font preuve de pragmatisme et reviennent en arrière, tandis que d’autres comme Veunac campent sur leurs positions et tentent des diversions qui ne leurrent personne ? Pourquoi tant de dissimulation et de cachotteries dans ce qui aurait dû relever d’une réflexion collective ?

Allez, les opposants, allez les godillots de la majorité, c’est le moment de poser les questions qui fâchent et qui intéressent les Biarrots !

Sur le sujet des dépenses inconsidérées, lire aussi ce magnifique exemple dans le blog The blond biarrote :

https://blondbiarrote.wordpress.com/2018/03/14/se-faire-enfler-par-une-campagne-de-com/

Une belle occasion pour les élus de demander combien va coûter cette campagne de communication de dernière minute.

12 réflexions sur “Et si tout cela finissait au tribunal ?

  1. Bravo pour cette analyse et ces recherches. Ces élus dévoyés doivent répondre de leurs actes au tribunal correctionnel. Mais le parquet de Bayonne aura-t-il le courage d’appliquer l’art. 40 et suivants du code pénal avec tous les signalements qui égrainent les journaux locaux et nationaux et dont la Chambre Régionale des Comptes s’est faite l’écho dans ses conclusions ?

  2. Bravo Jean-Yves,

    on pourrait aussi mobiliser les lecteurs de Bisque Bisque Basque afin de financer une plainte (imaginons 1000 lecteurs à 10 EUR….).

    C’est facile, pas cher et ça peut rapporter (aux citoyens de la ville de Biarritz) gros si les élus sont condamnés à rembourser…

    • Excellente idée cette cagnotte ! J’appuie cette initiative citoyenne.
      Dites nous où et comment contribuer : sur http://www.leetchi.com ?

      Après, est ce que Saint Cricq n’est pas déjà la meilleure personne pour porter l’affaire au tribunal?
      Et est ce que cela peut rentrer sous la tutelle de l’asso ramdam 64-40 ?

      Pour finir, Il faut se dépêcher d’agir car il reste un gros dossier entre les mains de cette équipe de bras cassés : l’hôtel du Palais.

  3. L’idée de Monsieur Bismuth est des plus judicieuse. Il faut que ces élus rendent des comptes. Seuls des citoyens engagés pourront rendre aux Biarrots ce qui leur est dû.

  4. J ai particulièrement appréciél le remarquable circuit des sens unique de ma ville natale au troisième tour j ai renonce à aller cherché mon cafe aux halle’ ce que je je fais depuis tout gosse avec mon grand père et dégouté je suis parti à Sare je ne mets plus les pieds pieds dans ma ville. J eai 82 ans et ce bordel permanent M agace

  5. Quel travail Jean-Yves, bravo ! Maintenant il faudrait que ça enchaîne, ça commence à sentir ces affaires.
    Plus que les citoyens lambda, c’est aux opposants de la majorité de poser leurs c…. sur la table, qu’ils essaient de ressembler à une opposition, au moins une fois dans leur mandat.
    Quant à l’idée de la cagnotte c’est pas idiot…

  6. Bonjour,
    Très bon papier comme d’habitude…
    Par rapport au marché public cité plus haut,(à priori l’avis n’est plus sur le site de la ville ???) concernant l’ appel d’offre d’une « consultation pour une campagne de communication commerciale »,aucune trace (?) sur les sites officiels et autres journaux d’annonces légales.
    Sauf erreur ou incompétence de ma part et à moins d’avoir publié cet avis sur la planète Jupiter,il semblerait mais cela est une supposition que celui-ci n’a pas été publié officiellement ou tout simplement annulé ce qui devrait en principe faire l’objet d’une information légale par la ville…peut être qu’un élu apportera une réponse sur ce sujet …..quoi que ????

  7. re,
    Boamp.fr | Seuils de procédure et seuils de publicité
    https://www.boamp.fr/…public/…public/Seuils-de-procedure-et-seuils-de-publicite
    6 févr. 2018 – Publicité non obligatoire, Publicité libre ou adaptée, Publicité au BOAMP ou dans un JAL, Publicité au BOAMP et au JOUE. Fournitures et services, en dessous de 25 000 €, de 25 000 € et jusqu’à 89 999,99 €, de 90 000 € à 143 999,99 €, à partir de 144 000 €. Travaux, en dessous de 25 000 €, de 25 000 …

  8. Vraiment ce triumvirat ….me rappelle les les pieds nickelés de mon enfance! mais pour le coup… ce n est plus drôle du tout! Très bonne idée et ok pour la cagnotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s