Une soirée de dupes

Les petits calculs personnels en vue de 2020 ont prédominé et personne, en dehors de François Amigorena, n’a paru jouer franc jeu lors de ce conseil. Vite, de l’air !

Seule l’intervention de François Amigorena a relevé le niveau d’un conseil municipal désolant.

Streeteo ? Allez, on est entre gens de bonne compagnie et on ne va pas prononcer le nom qui fâche ! Heureusement que François Amigorena, qui avait adressé sa démission au préfet, est redevenu un homme libre, car sinon, à l’écoute de ce conseil, on aurait pu se persuader que tout va pour le mieux dans le meilleur des parcmètres à Biarritz. Bisque, Bisque, Basque ! qui vous incite toujours à écouter attentivement les conseils municipaux pour mieux comprendre la partie qui se joue, n’a cette fois qu’un conseil à vous donner : curez-vous le nez, grattez-vous les doigts de pied ou faites des ronds de fumée mais ne perdez pas  presque quatre heures de votre vie à écouter un jeu de dupes, où chacun par peur d’insulter l’avenir ou de mettre à mal une alliance possible qui permettrait de garder le pouvoir ou de le reconquérir, évolue sur la pointe des pieds en se gardant bien d’évoquer les sujets qui fâchent.

http://ville.biarritz.fr/mairie-pratique/le-conseil-municipal/videos-deliberations/

Alors oui, on a beaucoup parlé de la grosse verrue en béton qui se prépare avenue Moureu, avant d’arriver à la conclusion qu’une nouvelle réunion s’impose, oui on a longuement évoqué le ratage de la Cité de l’Océan et ceux qui s’étaient opposés dès le début comme Jean-Benoît Saint-Cricq ont pu en tirer quelque satisfaction, mais le présent et l’avenir de la Ville ? Pas un mot !

Amigorena : « Réveillez-vous ! »

Heureusement dans ce naufrage collectif totalement indigne, trois minutes méritent d’être sauvegardées (10’24 à 13’35), celles où François Amigorena se libère enfin d’une emprise qui durait depuis bientôt quatre ans. Pas un mot à changer dans son intervention qui, elle, mérite d’être écoutée attentivement pour comprendre l’ampleur du désastre en cours : « Tout le monde connaît, Monsieur le maire, l’étendue et la profondeur de nos désaccords sur les dossiers Marbella, la fiscalité locale, Biarritz Océan, L’Hôtel du Palais ou la vente des écuries Bigueyrie (…) Notre dernier désaccord en date concerne le plan de stationnement de la Ville. Je vous ai demandé la résiliation du contrat conclu avec Streeteo. Vous m’avez répondu qu’aucune anomalie suspecte n’a été constatée ni aucune plainte reçue. (…) alors que le Parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête pour faux et escroquerie contre la société Streeteo (…)  Je crois que nous ne vivons pas dans la même ville (…) Je suis soulagé et libéré de quitter définitivement votre majorité. À mes anciens collègues de la majorité municipale, je dis : « Réveillez-vous ! » Vous pensez sans doute, ce que j’ai longtemps cru moi aussi, être utile de l’intérieur. Vous vous trompez ».

L’insupportable morgue de Veunac et Lafite

Après une telle perche tendue, on pouvait imaginer que l’opposition allait saisir le parcmètre au bond pour s’étonner de la présentation faite du futur plan de stationnement par le maire le 20 décembre dernier où il n’avait été question ni de Streeteo ni de la somme versée de 1,3 million d’euros. En fait, personne ne semble vouloir évoquer cette nouvelle dissimulation de Veunac, ni chercher à comprendre pourquoi on a signé un contrat avec cette filiale de Vinci alors qu’on pouvait faire beaucoup mieux pour quatre fois moins cher. Eh, les élus, vous êtes vraiment décontractés avec nos impôts !

Face à une opposition éteinte, le tandem infernal Lafite-Veunac n’a guère eu à pédaler et a pu afficher une arrogance insupportable.

Agréablement surpris par cette opposition qui joue « Les muets du sérail », Veunac peut donc pérorer à satiété. Pas le moins du monde gêné d’avoir été l’auteur dans la semaine d’une grande première nationale en demandant à sa majorité la signature d’une charte de confidentialité (Encore un sujet qui n’a pas intéressé l’opposition !), celui qui-ose-tout-et-que-c’est-même-à-cela-qu’on-le-reconnait, va sortir, en réponse à Amigorena, une de ces phrases creuses qu’il affectionne : « Tout ce qui est excessif est insignifiant ». Avant de tenir ce propos totalement sidérant à l’égard d’un élu : « N’oubliez pas que l’ensemble des adjoints VOUS ONT DONNÉ CONGÉ » On donne son congé à un valet félon ou à un salarié indélicat, mais certainement pas à un élu qui exprime des divergences de vue ! Et force est de constater que les propos de Veunac démontrent une méconnaissance absolue de ce qu’est la fonction d’un maire.

Une fois de plus l’opposition, au lieu de pourfendre ces propos indignes, se contentera de sourires entendus. Elle aura aussi l’occasion de se rattraper à l’oral de rattrapage, près de deux heures plus tard, lors du débat sur la Cité de l’Océan, mais ne mouftera pas plus. Cette fois, après l’intervention d’Amigorena, déplorant les incuries de Veunac (3h05’), c’est Guy Lafite qui sort le lance-flammes : « J’avoue que je suis extrêmement surpris d’une expression politique qui se limite à cibler un homme. J’espère QUE VOUS SAUREZ VOUS TENIR et je doute que c’est quelque chose qui va vous attirer beaucoup de sympathie »

Et maintenant l’énarque calamiteux, l’homme qui s’est trompé sur à peu près tout depuis qu’il est en poste, se permet des leçons de maintien à un élu ! Et une fois de plus l’opposition qui se contente de hocher la tête en ricanant de ces propos de chatelain en colère, au lieu de s’indigner de ce non-respect du statut de l’élu.

Décevant conseil qui laisse vraiment un goût amer. Décevante partie de bonneteau où chacun a planqué ses cartes en attendant de lire le jeu adverse. On espère que lors du prochain épisode, le 5 avril, qui devrait voir de nouvelles démissions au sein de la majorité (Ce n’est plus une équipe municipale mais une hémorragie permanente !), chacun se souviendra qu’il n’est pas anormal quand on aime la politique de se livrer à des petites spéculations, mais que ce jeu politique ne doit pas se faire sur le dos des Biarrots, comme il s’est fait vendredi.

Vivement la fin de ce pire mandat de l’histoire de la Ville !

16 réflexions sur “Une soirée de dupes

  1. Merci à Monsieur Amigorena pour ses propos dignes et parfaitement adaptés à la situation surréaliste de cette équipe de branquignols qui fait n’importe quoi.

    Espérons que les Biarrots s’en souviendront en 2020 afin de ne pas reconduire des individus qui se moquent comme d’une guigne de l’intérêt public et de Biarritz pour conserver leurs prébendes.

  2. Comme vous le dite si bien , moi aussi j’ai perdu quelques 3h30 a attendre qu’un débat s’ouvre sur la récente politique de parking . Rien !!!! C’est un non sujet ! Quel manque de considération pour nous Biarrots et autres qui sommes à ce jour 6900 a avoir signé une pétition en ligne .

  3. Dommage qu il ne soit pas signifié la remarquable intervention de Laurent Ortiz sur les falaises de Marbella ou il a quand meme largement mouillé la chemise pour ses convictions sans arrières pensées électoralistes !!!

  4. ça rigole, ça dort, çà regarde son portable à longueur de temps, çà s’ennuie, on nous lit des chiffres pendant 1/2h à la vitesse de l’éclair,sans rien y comprendre de toute façon…Comme vous le dites, tout va bien à Biarritz, ceux qui ne sont pas contents comme l’a dit un célèbre maire, dont je tairais le nom , « qu’ils repartent »…en 2020, les Biarrots donneront congé à Michel, c’est certain. Vive le futur maire, en l’occurrence, François Amigorena.

    • Je suis loin de me montrer aussi catégorique que vous. Il y a 22 000 inscrits sur les listes électorales (Pour une ville de 25 000 habitants!) et beaucoup ne suivent pas de près la vie politique locale. Quant à François Amigorena, il faut maintenant qu’il détaille ce qu’il veut faire.

  5. Cela conforte ce que je pensais de l équipe de Biarritz, des veaux qui approuvent tout ce que fait Veunac, avec en arrière-pensée les prochaines élections!! Aucun courage aucune dignité!!!

  6. Ce court article (une fois n’est pas coutume ;) !) de M. Viollier ne fait que relater la pauvre et béate torpeur qui a régné au sein de ce dernier conseil municipal. Triste et, simple et bref constat d’une soumission générale et d’ententes convenues.
    Vivement un soleil plus radieux dans l’espoir que leurs membres sortent un peu de cette hibernation générale et, comme le souligne M. Viollier, que les propos de M. Amigorena provoquent une réaction à la hauteur de leurs implications.
    Comment ne pas pas adhérer à 300% à la triste (néanmoins évidente) et definitive phrase conclusive de l’article « Vivement la fin de ce pire mandat de l’histoire de la Ville ! »….

  7. Bonsoir,
    Ne pas oublier l’intervention de Claverie qui,en déplorant l’absence de signalisation (sans parti pris sans doute) en Basque a souligné le potentiel outre-bidassoa de deux millions de personnes….pour sauver la cité de l’océan…certes avec des panneaux d’infos numériques toutes les langues peuvent y figurer quoi que,mais potentiel pour potentiel dans un autre registre le musée de Guggenheim à Bilbao c’est plus d’1 million de visiteurs……il y a encore du boulot!

    Musée Guggenheim Bilbao : record d’affluence en 2017 – Tourmag
    https://www.tourmag.com/Musee-Guggenheim-Bilbao-record-d-affluence-en-2017_a
    2 janv. 2018 – En effet, le musée Guggenheim de Bilbao a enregistré un nouveau record, pour ses 20 ans, en franchissant le cap de l’année 1998, avec 1 322 611 billets vendus. Le nombre de visiteurs est en hausse de 13%, les Français (16%) sont derrière les espagnols (17%) les plus nombreux à fréquenter les allées …

    • aucun risque que la Cité de l’Océan devienne un Guggenheim bis (à moins de la raser et de la re-construire par un architecte star (un vrai) soit un chèque de 200 Mio EUR au bas mot… + des collections qui donne envie d’y venir…

      Que faire avec cette foutu cité de l’océan : un sanatorium ? une EPHAD ? une halte-garderie ? un pressing écolo ?

      Le concours continue : celui qui verra sa proposition retenue se verra attribuer un panneau avec son nom en basque

  8. Quel commentaire pouvons-nous laisser après avoir LU le BLOG de Jean-Yves Viollier et les réponses qui le suivent ?
    Tellement écoeuré par cette municipalité … je n’assiste plus aux Conseils (de peur d’exploser !) et j’en lis le compte-rendu ICI et sur Sud-Ouest … lorsqu’il n’est pas sur TWITTER !
    Où est le temps où l’on RESPECTAIT L’ELECTEUR(TRICE !) … où est-il ?
    IL N’EST PLUS , j’en ai peur ;-(((
    Seul François AMIGORENA peut nous laisser quelque ESPOIR pour la prochaine mandature et IL SAURA, LUI au moins, s’entourer d’autres Conseillers qui EN SERONT … je l’espère !
    Le CHOIX est GRAND à BIARRITZ, de GENS capables de « mener la barque de la Ville » et non pas de « LA mener en bateau » … comme c’est le cas depuis longtemps, TROP LONGTEMPS déjà ;-()-:
    Les CHIFFRES dépassent mon imagination de simple retraité de la Fonction Publique !
    Mais je constate que Maître Saint-Cricq, tant critiqué par les précédentes mandatures (ON LUI coupait parfois le MICRO !) avait RAISON quand IL annonçait la faillite de la VILLE !
    Je ne parlerai point de LAFITE, Socialiste d’Opérette s’il en est (!!!) sinon je dépasserai le cadre de ce BLOG et ce n’est point mon intention !
    Mais il y aurait TANT à DIRE que … NO COMMENT sera la seule solution ;-(((
    Pour la suite, que Jean-Yves continue à nous AVERTIR comme IL le fait … avec l’HUMOUR qui LE caractérise !
    Nous n’en prenons pas « notre parti » … pour ça NON … et nous attendons les prochaines élections pour nous tordre de RIRE à notre tour sur le DOS de ceux qui se croient TOUT PERMIS :-)))

  9. Je suis d’accord avec vous Jean-Yves, en particulier sur le ratio nombre d’inscrits/habitants. Beaucoup de résidences secondaires, beaucoup trop de gens non concernés. Sans parler des biarrots qui ne s’intéressent absolument pas à leur ville, hormis quand ça touche à leur stationnement… si ils voulaient voir tout ce qu’il y a derrière…
    Avec ces gens, Veunac peut encore faire du mal en 2020.

    • Cher Rico64 juste afin de clarifier un point.

      Contrairement à ce que vous pensez, le « résidence secondaire » que je suis se soucie de « sa » ville (dans laquelle je paye des impôts pour ma résidence). Je ne pense pas être le seul dans cette situation car tous les citoyen(ne)s qui ont une résidence secondaire à Biarritz que je connais, l’ont par envie, plaisir, bonheur, sont contributeurs aux finances de la ville et sont navrés de l’état de léthargie de la ville.

      En général ce sont des gens qui – si on leur demandait leur avis – vivent ailleurs et peuvent surement apporter un éclairage intéressant et soumettre des idées ou solutions intéressantes. Ils seraient parfaitement motivés de le donner leur avis et ainsi contribuer à la valorisation de leur cité, mais rassurez vous personne n’a jamais pensé à essayer de les consulter.

      Nombre d’entre eux sont tout aussi motivés (et plutôt navrés) par les affaires de BTZ que les citoyens(nes) qui y vivent à l’année. Nombre d’entre eux sont aussi des lecteurs de Bisque Bisque Basque précisément du fait du lien privilégié qu’ils entretiennent avec Biarritz.

      Nous serons d’accord qu’à ce stade il faut une équipe neuve avec un programme clair pour 2020 et une vraie ambition de travailler éthiquement dans l’intérêt de Biarritz et de ses citoyen(ne)s.

      Bonne journée à vous toutes et tous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s