Les élus biarrots ont l’Agglo buissonnière

À en croire les élus biarrots, ils sont tous « DÉ-BOR-DÉS ». Ce n’est pourtant pas avec leur présence à l’Agglomération qu’ils se ruinent la santé.

Le Biarrot est discret, c’est bien connu. Et déteste se rendre à Bayonne. C’est donc par pur patriotisme local que les 11 élus chargés de représenter Biarritz parmi les 253 représentants de la Communauté d’Agglomération du Pays basque, se montrent si peu présents. Édifiante petite visite sur le site de l’Agglo où vous pouvez retrouver les comptes-rendus des délibérations et – c’est ballot pour ceux qui viennent de se faire prendre la main dans le sac ! – la liste des absents.  

https://www.communaute-paysbasque.fr/

Cinq conseils ont eu lieu depuis le début de l’année 2018. Certains communautaires (avec les 233 représentants), d’autres permanents (69 membres). Et une constante comme le prouve les documents ci-dessous : les Biarrots partent prendre l’air plus souvent qu’à leur tour.

Pour ce conseil communautaire du 13 janvier, le réveillon a visiblement été dur. Destizon et Motsch ont préféré s’abstenir.

Conseil permanent du 30 janvier 2018

Barucq fait défection et Motsch est toujours aux abonnées absentes. Une fois n’est pas coutume, Bisque, Bisque, Basque ! va défendre Michel Veunac, lui aussi invisible. En effet, il n’est pas anormal qu’un maire ne puisse pas toujours se libérer, contrairement à ses adjoints.

Conseil permanent du 20 février 2018

La vague était trop belle. Le docteur Barucq, qui s’était pourtant roulé dans le sable à l’époque pour obtenir un poste, a encore préféré faire prendre l’air à sa planche de surf au lieu de s’enfermer à l’Agglo. Quant à Nathalie Motsch, pas sûr que les huissiers la reconnaissent si elle se présente un jour.

Conseil communautaire du 10 mars 2018

Miracle, Barucq a su retrouver le chemin de Bayonne. Quant à Nathalie Motsch, on vous l’a déjà dit, elle est « DÉ-BOR-DÉE !!!!! », même si Veunac lui pique les trois quarts de ses dossiers d’urbanisme. Et qu’est-ce que ce sera le jour où elle sera maire, comme elle l’ambitionne ?

Conseil permanent du 20 mars 2018

Une fois par an à Bayonne, ça suffit largement, vous diront les Biarrots. Barucq a donc repris sa planche de surf et ses consultations. Quant à Nathalie Motsch, elle réussit le sans faute : cinq conseils se sont tenus depuis le début de l’année et elle n’a pas participé à un seul. On espère tout de même que les intéressés n’ont pas trop d’états d’âme à encaisser l’indemnité qui récompense leur travail soutenu. Bravo, les artistes !

19 réflexions sur “Les élus biarrots ont l’Agglo buissonnière

  1. barucq et motsch bravo ça fait des pieds et des mains pour se faire élire et une fois fait ça déserte mettez des gens vraiment intéressés dans cette institution!! pauvre biarritz mal représenté dans sa ville et ailleurs!!!

  2. Vous êtes dur Jean-Yves, je n’ai jamais raté un conseil communautaire depuis la création de la CAPB (à part celui du 23/9/17 pour lequel j’avais donné procuration à Mme MOTSCH qui était présente).

    Le problème des conseils permanents est qu’ils ont lieu en pleine semaine en début de soirée, et quand on a un travail à plein temps, c’est compliqué d’y être à chaque fois !

    Mais ne désespérons pas : un jour TOUS nos élus seront retraités ou inactifs.

    Cordialement.

    • Bisque, Bisque, Basque! estime que ses lecteurs ont quelques neurones entre les oreilles. Quand je vous mets le lien avec l’Agglo, il ne vous reste plus qu’à aller chercher les comptes-rendus de réunion pour savoir qui était présent.

  3. Mais Mr Barucq si vous ne pouvez pas concilier vos activités professionnelles et la présence à ces réunions alors pourquoi vous y faire élire ?

    Tout ceci n’est pas respectueux envers les citoyens qui eux veulent être représentés par des élus à plein temps !

    Quant à Motsch…son comportement c’est moche ;o)

  4. Dommage de taper sur les 3 chevilles ouvrières du conseil de Biarritz. Barucq n’a certainement pas besoin de moi pour le défendre mais personnellement j’apprécie le travail qu’il fait pour la ville et sa présence sur le terrain à biarritz. J’essaye d’être juste et objectif dans mes critiques même quand les élus ne sont pas de mon bord politique qui comme tout le monde le sait au P.S. en tant que délégué d’Olivier Faure à Biarritz.

    • Je ne tape pas sur GUillaume Barucq, je fais de l’information. Pour le croiser souvent, Guillaume sait que je l’apprécie et que je le prends pour un élu un peu novice en politique mais désireux de bien faire. Ce que je déplore, c’est cette profusion de postes et de structures, qui amènent tout le monde à un équilibrisme permanent. Quand Guillaume Barucq explique qu’il avait une réunion de la commission des Finances, le 20 mars, à la même heure, c’est une réponse citoyenne qui mérite d’être prise en compte. Quand il parle de réunions en semaine auxquelles il ne peut assister, je souris davantage, car il n’a pas changé de métier depuis 2014 et, il aurait pu envisager ce problème d’emploi du temps à l’époque, au lieu de se rouler par terre pour obtenir un poste à l’Agglo.

  5. Pour information. Je n’ai manqué qu’une seule réunion de la communauté d’agglomeration depuis sa création, à savoir le conseil communautaire du 13 janvier car je venais de subir à cette date une intervention chirurgicale ophtalmologique et me préparais pour une seconde le surlendemain. Par ailleurs je suis en tant que membre de la commission d’appel d’offres, de la commission de DSP et du conseil permanent pratiquement toutes les semaines en réunion et les services de la CAPB pourront vous confirmer ma présence quasi systématique.

  6. C’est quand même marrant ces élus qui se manifestent uniquement après que l’on ait pointé leur comportement léger dans l’exercice de leurs mandats…

    Sincèrement ne pas assister aux sessions de la Communauté d’Agglomération du Pays basque (à laquelle ils/elles se sont portés candidats nom d’une pipe! ils/elles n’y ont pas été désignés l’insu de leur plein gré!) ne peut se concevoir qu’en cas exceptionnels (par maladie, décès etc) mais certainement pas « parce que cela ne passe pas avec mon agenda professionnel ».

    Démissionnez (et alors rendez vos indemnités) si vous ne pouvez pas honorer vos mandats !

    C’est une fois plus scandaleux de voir comment les citoyens se font balader par ces petits marquis qui se comportent sans vergogne.

    • Une fois de plus, d’accord avec vous, « Paul Bismuth », c’est exactement le sens de ma réponse courtoise à M. Barucq. Nous excuserons, n’est-ce pas, M; Destizon, qui vraisemblablement nous explique s’être fait opérer de la cataracte aux deux yeux à cheval sur son jour d’absence. De même que l’amour rend aveugle, mais que, dit-on parfois, le mariage rend la vue, – adage humoristique souvent discutable -, le fait que l’Académie lui ait rendu sa vue de jeune homme lui permettra peut-être, à lui qui s’était marié avec Michel Veunac aux municipales (et puis avec d’autres aux départementales, qui n’avaient franchement rien à voir avec le précédent) d’entrer enfin dans le désamour de ce mandat qui restera un grand ratage pour Biarritz, et, qui sait, de suivre l’exemple d’adjoints de plus en plus nombreux (il y en aura de nouveaux ce 5 avril au CM) de la fausse et illusoire majorité municipale, qui quittent écoeurés un bateau ivre qui n’a jamais eu de vrai commandant, dirait-on.
      Car il ne suffit pas, hélas, d’avoir été désigné, faute de mieux, par Borotra pour lui succéder, et d’avoir un moment réussi, avec le concours actif du précédent, à faire illusion auprès des Biarrots, pour prétendre faire du Borotra sans Borotra (du rex imperator, veux-je dire) et sans en avoir le moins du monde le talent et la rouerie…
      Franchement, considérant tout ce que ce maire semble cacher à ses adjoints et conseillers, tout ce qu’il prépare et décide tout seul dans son bureau, et l’inanité perceptible des délégations qu’il a données sur le papier, on se demande un peu ce que les adjoints ont à faire et comment ils osent (hors maladie) manquer une réunion…

  7. Cher Guillaume Barucq, pour ne prendre que cet exemple célèbre, Robert Vigouroux, successeur de Gaston Deferre à la tête de Marseille et neurochirurgien, continuait d’exercer pendant son mandat;
    On dit souvent qu’un mandat de maire est à temps plein; C’est discutable si on a une bonne équipe d’adjoints soudés (suivez mon regard!) et s’il sait déléguer pertinemment (suivez mon regard!).

    Quand on brigue, puis exerce un mandat d’élu, la moindre des choses est de s’organiser pour le faire correctement.
    Ne méprisez pas, svp, les jeunes retraités qui, encore en pleine forme et souvent aux activités multiples qui, après des carrières qui leur ont apporté expérience et compétences, se proposent pour servir la Cité. Il y a des « inactifs » bien plus actifs que les « actifs » au sens où vous l’entendez avec condescendance, me semble-t-il. Et aussi des « actifs » à la vie professionnelle prenante qui savent se consacrer en plus à des tâches bénévoles, associatives ou politiques…
    Le seul point sur lequel je vous rejoins volontiers est qu’il n’est pas souhaitable que dans une assemblée élue, il n’y ait QUE ceux que vous montrez du doigt!…Nous sommes loin d’en être là.

  8. Les élus qui répondent ici ont-ils signé la charte honteuse de Veunac où on leur donne l’ordre de ne pas s’exprimer ? Sinon vous allez vous faire gronder.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s