Salade de coups fourrés au menu du conseil

Après avoir cajolé l’opposition et distribué des prébendes à sa majorité, le gâte-sauce Veunac va faire en sorte que personne ne s’intéresse de trop près, ce soir, au contenu des assiettes.

Les critiques gastronomiques vous le diront : parfois, pour manger de bon appétit dans un restaurant, mieux vaut ne pas trop savoir ce qui se trame en arrière-cuisine. C’est un menu anodin, une sorte de repas entre copains que nous présente ce soir au conseil municipal le marmiton en chef qui dirige Biarritz, avec en point 1 le « remplacement de conseillers désignés pour siéger au sein d’organismes extérieurs » et en point 6 « l’occupation du domaine public et la modification des tarifs du stationnement sur voirie ».

Et l’homme qui se vante d’avoir entretemps « acheté la paix », espère bien que les calembredaines qu’il a préparées avec soin vont couler comme bisque de homard dans le gosier d’un gourmet. Difficile effectivement de prévoir le déroulement du banquet, entre les opposants qui n’ont guère envie de s’opposer, les conseillers déférents, les incompétents et ceux qui veillent soigneusement au grain de leurs avantages récemment acquis.

Veunac invente le stationnement à demi payant

Un grand chef doit surprendre son monde. C’est ce que Veunac va tenter de faire en mitonnant une nouvelle politique de stationnement. Ou prétendue telle.

Pour désarmer la fronde des commerçants, il a d’abord divisé, puis promis une campagne de pub pour renforcer l’attractivité de la ville. Et pour amuser les badauds, s’il ne change pas d’avis d’ici ce soir, l’adepte de la cuisine moléculaire (20 places de zone bleue ici, 10 euros de moins pour telle catégorie professionnelle là, un bras d’honneur pour les autres) va jouer de l’effet de surprise… et enrager une fois de plus que Bisque, Bisque, Basque ! soit au courant de ses projets.

En avril et mai, Biarritz est plutôt au complet les week-end, mais qu’importe. Notre inénarrable cuisinier en chef va proposer que le stationnement devienne gratuit pour tous dès le samedi 7 avril, ainsi que les jeudis, vendredis, samedis 12, 13 et 14 avril et les jeudis, vendredis, samedis 19, 20 et 21. Il en ira probablement de même pour les ponts de mai.

Quelle bonne idée va sans doute s’exclamer en chœur le conseil municipal à la vue de cet appétissant en-cas. Est-ce si sûr ? Les salariés et clients biarrots vont continuer à payer les trois premiers jours de la semaine, tandis que la population hirondelle qui se rue sur Biarritz aux beaux jours va profiter des infrastructures mises à sa disposition sans bourse délier.

Les amateurs de bonne bouffe savent bien qu’un plat noyé dans la sauce, masque souvent une viande de réforme ou un poisson qui n’a plus qu’un lointain souvenir de l’océan. Alors que Paris vient de se décider à porter plainte contre Streeteo pour « faux et escroquerie », les conseillers seraient bien avisés de se demander pourquoi le restaurateur Veunac tient tant à vous faire adopter le plat du jour, à savoir le stationnement partiellement payant et à continuer à tout prix la lune de miel avec Streeteo.

La seule question qui vaille, en détaillant la carte du restaurant « Chez Mimi » est de comprendre les vraies raisons qui ont amené Veunac à signer un contrat particulièrement désavantageux pour la Ville avec Streeteo sans en parler à personne, en dehors de Lafite et Claverie et pourquoi on a dépensé 750 000 euros par an, alors qu’on pouvait faire mieux pour le quart de la somme, en engageant des ASVP ? Qui va enfin poser LA question qui intéresse les Biarrots au plus haut point ? Pourquoi tant de cachotteries pour ce résultat final si désastreux pour Biarritz ?

Amigorena et Chazouillères punis de dessert

Dans les grands restaurants pour montrer qu’on est sérieux, on demande aux clients de passer commande de leur dessert dès le début du repas. L’ordonnateur du repas qui sera servi ce soir au conseil municipal n’a pas résisté au plaisir de s’offrir une petite mignardise en guise d’apéritif. Habileté suprême, cette première étape du repas à servir, va lui permettre de juger du degré de complaisance de ses convives et de la suite des agapes. Il faut en effet châtier les impudents Chazouillères et Amigorena qui ont osé se révolter contre le tout puissant Veunac. On a demandé à la majorité municipale de voter le retrait de la délégation d’Amigorena (Honte à elle !) alors que c’est au maire et à lui seul de prendre cette décision. Mais, et ce n’est pas Nathalie Motsch qui nous contredira, quand il y a des coups à prendre comme dans l’affaire des écuries de Bigueyrie, Veunac devient soudain très partageur.

Ce soir, on demande donc clairement au conseil municipal de virer de la Socomix Hôtel du Palais, mais aussi de Biarritz Océan, du Siazim ou de l’Epic Biarritz tourisme, les deux félons. Ils sont compétents ? Ils ont des idées ? Les Biarrots leur doivent beaucoup car ils ont tenté de limiter les dégâts face à la vertigineuse ignorance de leur maire ? Mais qu’importe ! Veunac ne veut voir qu’une tête et trouvera toujours un godillot sans idées ni esprit critique pour faire de la figuration.

C’est terrible pour la Ville ? On vous l’accorde, mais vous avez bien compris que le restaurateur Veunac ne s’intéresse qu’à sa petite boutique et se moque totalement de l’intérêt des Biarrots.

On espère simplement que le brouet infâme qui est proposé aux élus de cette Ville va agacer quelques narines, révulser quelques estomacs et qu’à un moment les convives vont mettre la fourchette en l’air et renverser les assiettes… Ce serait tellement inattendu ! Ce serait tellement délicieux !

7 réflexions sur “Salade de coups fourrés au menu du conseil

  1. Quelle triste tambouille en effet!

    Une proposition Jean-Yves:

    à partir de maintenant peux tu STP publier les lendemains de conseil municipal tous les noms de ceux/celles qui se comportent en apparatchik de Veunac afin que l’on puisse bien les identifier et savoir pour qui ne PAS voter en 2020 ?

  2. De la bouillie de politique indigeste, Veunac mérite des tartes … En attendant les Biarrots sont dans un sacré pétrin !
    Heureusement vos critiques gastronomiques sont toujours un régal à lire.

  3. c est bizarre je pensais certains adjjoints plus républicains que ca ,,, prêt a défendre la veuve et l orphelins ,,, on m aurait menti a l insu de mon plein gré ??

  4. Très impatiente de voir la pancarte CHANGEMENT DE PROPRIETAIRE en vitrine de « Chez Mimi »
    Merci pour ces infos!!! Très instructives, comme toujours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s