Ciao ! Et à bientôt peut-être…

Lassé de publier des informations qui ne sont pas reprises, agacé de la pusillanimité permanente des élus et des médias locaux, Bisque, Bisque, Basque ! s’offre une pause.

Le bonjour du kospei« Il n’est de si bonne compagnie qui ne finisse par se quitter » affirme le proverbe. En mettant en ligne, le 13 août 2013, « Le bonjour du Kospei », Bisque, Bisque, Basque ! n’imaginait pas se lancer dans une aventure de cinq ans, avec 539 articles publiés, 3414 abonnés et plus de 10 000 lecteurs uniques à chaque article publié.

Aucune gloriole à retirer de ce parcours qui m’a beaucoup amusé, même s’il m’a pris une bonne vingtaine d’heures chaque semaine, car une grande part du succès de ce blog est due à l’absence totale -et délibérée ! – de modèle économique.

UNE INFORMATION LIBRE ET CITOYENNE

Les faux nez de la liste FNEn quittant Le Canard enchaîné en 2012, je m’étais juré de ne plus être acteur de l’information et de me contenter de lire les confrères. Ce que j’ai fait consciencieusement avant de découvrir qu’au Pays basque certaines histoires, connues des milieux politiques et journalistiques, n’étaient jamais traitées par les médias locaux ou de façon si diaphane et édulcorée qu’elles en devenaient indéchiffrables pour le lecteur moyen.

D’où la naissance de Bisque Bisque Basque ! qui s’est très vite intéressé à la vie locale avec la volonté de raconter des histoires vraies et de faire rire. Les articles s’accumulant, la très prévisible question de savoir pour qui je roulais et quel but je poursuivais est devenue récurrente.

Brisson concède avoir merdéCinq ans plus tard, vous avez enfin compris que je suis libre et ingérable et que je n’écris pas dans l’optique d’une négociation quelconque ou d’un avantage à retirer. Retraité, je n’ai besoin de rien et si la vie publique me passionne, la politique à titre personnel ne m’intéresse pas.

Mais, face à l’écroulement économique des médias locaux, qui ne survivent que grâce aux aides publiques et aux encarts publicitaires, et se retrouvent dans l’impossibilité de lutter face aux petits potentats locaux, il m’a semblé intéressant de délivrer gratuitement une information citoyenne qui permette à chacun de sortir du prêt-à-penser.

 LA SOLITUDE DU BLOGUEUR DE FOND

Les borotra ces grands pudiquesDes acrobaties de Didier Borotra, lors de son mandat de trop au sournois coup de main donné à la liste du Front national par Michel Veunac en 2014, de l’éviction de Géronimo du BO à l’affaire des terrains prétendument non-constructibles des écuries de Bigueyrie, des mensonges de Max Brisson bloqué par la neige à Bayonne au moment des régionales à ceux de Claverie inventant des directives de l’Éducation nationale, Bisque Bisque Basque !  s’est efforcé de vous faire rire des charmants travers de nos politiques et de dénoncer tous les manquements aux règles de la vie publique. Certains papiers d’humeur n’ont exigé que quelques heures, mais d’autres ont nécessité de longues enquêtes et de minutieuses vérifications. Dans ces moments-là, j’ai pu vérifier, contrairement à l’idée couramment admise, à quel point le journalisme est un sport collectif et non individuel.

Tout au long de ma carrière, mes rapports avec ma hiérarchie n’ont jamais été simples, mais quel confort de pouvoir discuter avec d’autres, qu’ils soient rédacteurs en chef ou avocats, des papiers qu’on s’apprête à publier et que c’est lassant d’être toujours d’accord avec soi-même quand on évolue dans une rédaction… d’une seule personne !

 HÉROS ANONYMES ET MERVEILLEUX

GéronimoBisque, Bisque, Basque ! m’a permis de faire des rencontres exceptionnelles, comme celle de Robert Rabagny, qui restera un ami à vie. J’ai pu aussi découvrir la solidité d’un Jean-Benoît Saint-Cricq, tellement loin de l’idée que s’en fait le grand public, ou l’épaisseur personnelle de candidats potentiels comme Édouard Chazouillères, François Amigorena ou Jacques-André Schneck. Je n’ai aucune animosité personnelle contre Michel Veunac mais demeure convaincu qu’il est une catastrophe à son poste.

Pendant ces cinq années passées à fouiller un peu partout pour comprendre ce qui se passe, il y a eu aussi 2310 commentaires, chaleureux pour la plupart. Ti-Grolasson, Rico, Paul Bismuth, ou Rienquelavérité sont devenus des compagnons de pensée, même si je ne les ai pas tous rencontrés. Et puis il y a aussi tous ces héros anonymes, scandalisés par ce qu’ils voient passer dans le cadre de leurs fonctions, et qui décident un jour, en me confiant des documents, de faire émerger des ténèbres une vérité qui dérange les copains et coquins qui nous dirigent. Je ne peux pas en raconter plus, mais qu’ils sachent l’estime en laquelle je les tiens, car c’est un devoir républicain, de ne pas couvrir les turpitudes de nos élus.

VIEILLES FAMILLES BIARROTES ET GRANDS LÂCHES

Le gros bobard de ClaverieChaque médaille ayant son revers, il y aussi ceux qui se sont déchaînés à mon encontre sur les réseaux sociaux, oubliant que je ne jouais jamais aussi bien au rugby que lorsque le public me sifflait. Par exemple ce journaliste trentenaire, se présentant sur Facebook tantôt comme journaliste, tantôt comme intermittent du spectacle, ce qui est à peu près aussi cohérent qu’un boucher-cordonnier, écrit « qu’il n’ose pas dire qu’il est journaliste à cause de gens comme moi ». Je lui ai proposé en message privé de partager une bière pour s’expliquer, mais j’attends toujours. Ou cette enseignante, à l’esprit prétendument ouvert puisqu’enseignante, qui estime que « ça ne devait pas être triste dans l’école de journalisme où j’enseignais ». Madame, vous devriez essayer d’apprendre à vos chères têtes blondes l’impertinence plutôt que le conformisme, c’est tellement plus intéressant.

Et puis enfin l’argument qui est censé mettre fin au débat dans l’esprit de mes détracteurs, tous « issus d’une vielle famille biarrote » Comme si le fait d’être Charentais d’origine et d’avoir un peu bourlingué avant de me poser depuis quinze ans à Biarritz me rendait illégitime pour parler de la vie locale. Curieuse conception de la démocratie !

LA DÉFAILLANCE DES ÉLUS ET DES MÉDIAS LOCAUX

Veunac tente de noyer le canassonToutes ces controverses me font plutôt sourire, comme ces marrons échangés autrefois entre joueurs de rugby qui n’empêchaient pas l’amitié. Mais imaginez une seconde avec moi un chercheur d’or penché avec son tamis sur une rivière contenant de précieuses pépites mais ignorant que l’or n’intéresse plus personne dans le monde et ne vaut plus rien. Je considère que Bisque, Bisque, Basque ! effectue localement un travail de lanceur d’alerte, un terme souvent galvaudé mais qui me paraît correspondre à ce qui a été publié. Mais quel est l’intérêt de chercher la pépite informative, de courir des risques réels entre le cassage de gueule qu’on m’a promis à plusieurs reprises et les menaces de procès, si tout le monde détourne pudiquement la tête, une fois l’information sortie de sa gangue, parce que « tu comprends, la nièce du cousin de ma belle-sœur travaille à la mairie et je ne peux rien faire » ?

Lorsque j’ai porté plainte contre Didier Borotra et sa fille pour prise illégale d’intérêt, je savais parfaitement que je ne pouvais pas être partie civile. Mon avocat a proposé de défendre gratuitement l’élu, le citoyen ou l’association qui prendrait mon relais. J’ai frappé à toutes les portes, mais curieusement, tout le monde avait piscine ou pottok ce jour-là. Même chose pour les écuries de Bigueyrie où il y avait matière à ouvrir une enquête policière. Et que dire de Sud Ouest qui, ces dernières semaines, en savait bien plus que moi sur le BO, qui avait toutes les pièces, mais s’est bien gardé de publier quoique ce soit sur le sujet… ni même de reprendre ce que j’avais écrit. Dans ces conditions, c’est vrai, Bisque, Bisque, Basque ! ne m’amuse plus beaucoup. En bon talonneur, j’ai horreur d’aller au combat tout seul.

LIBRE DE FAIRE OU NE PAS FAIRE…

J’ai donc décidé d’arrêter ce blog pour l’instant en attendant que le désir revienne. J’ai quelques livres personnels à finir, le besoin de consacrer plus de temps à ma famille, l’envie de remettre au goût du jour le vieil adage soixante-huitard : « On arrête tout et on réfléchit ». Il y a aussi, cette prometteuse association crée en décembre dernier et intitulée « RamDam 64-40 » où l’on travaille en groupe et qui mérite un peu de disponibilité. En partageant nos savoirs, en nous donnant mutuellement des cours de finance publique, d’urbanisme ou d’observation des réseaux sociaux, nous voulons devenir une efficace école de lanceurs d’alerte.

Mais surtout que la bande à Veunac, apprenant l’arrêt provisoire de Bisque, Bisque, Basque! ne sorte pas le champagne prématurément, que ceux qui m’ont menacé d’un procès ne croient pas qu’ils m’ont fait caler. Libre je suis, libre je resterai. Et s’il faut présenter à la barre les documents qui authentifient mes dires, j’irai avec plaisir. S’il faut reprendre la plume pour ferrailler ou dénoncer de nouvelles turpitudes, je le ferai avec tout autant de plaisir.

J’espère juste vous avoir donné envie de lire autrement l’actualité, donné envie de vous lancer à votre tour. Publier des informations vraies n’est pas si compliqué que cela : il suffit d’observer et d’écouter et surtout de n’être lié ni économiquement ni affectivement à aucun groupe de pression. Et ensuite d’avoir le souci jusqu’à l’obsession de raconter une histoire vraie et non une histoire qui serve vos intérêts du moment.

Tout cela va être passionnant à observer et je me réjouis de retrouver l’anonymat, de redevenir spectateur et non acteur… Merci à tous ceux qui m’ont lu et à bientôt peut-être.

47 réflexions sur “Ciao ! Et à bientôt peut-être…

  1. Terriblement triste de cet arrêt provisoire et en même temps terriblement heureuse pour vous : vous occuper enfin de vous…
    Merci pour la tenue de ce blog qui m’a bien souvent éclairée sur de sombres aspects de ma ville !
    Très belle continuation et au plaisir de vous lire bientôt… ici ou ailleurs !

  2. J’espère que tu auras susciter des vocations de « lanceur d’alerte locale » car tu étais bien le seul et tu vas nous manquer comme la victoire manque aux Bleus face aux Blacks. Mais il ne « m’estounerait » point que tu reviennes pour les municipales 2020 qui vont être mouvementées.
    Chapeau bas l’artiste.

  3. Ohlala… Quelle triste nouvelle ! Lecteur assidu, commentateur plutôt discret, j’appréciais fortement votre travail, vos avis, votre liberté de penser et de défendre ce journalisme libre et impartial, quoiqu’en disent certains. Car de vraies infos, étayées et documentées comme vous dites (ça s’appelle de l’investigation), gêneront toujours ceux qui défendent un intérêt plus personnel que général. Trois fois hélas…
    Mais la passion doit rester la motivation première, et si lassitude il y a quelle qu’elle soit, mieux vaut en effet faire une pause.

    Un grand MERCI donc, car il n’y a aucun média réellement indépendant sur le BAB, quoi qu’on puisse dire. Et puisque vous parlez de Sud-Ouest, je me souviens encore des « articles » d’Emmanuel Pages, qui étaient une tribune permanente d’oppositon à la majorité d’alors, sous le mandat d’Espilondo. Scandaleux pour un journal d’information locale qui n’est pas spécialement censé avoir une étiquette politique (on ne lit pas Sud-Ouest comme on lit le Figaro ou Libé, en toute connaissance de cause…)

    Bref… très triste ce soir, vraiment. Mais bonne route à vous et au plaisir de vous relire un de ces jours, quel que soit le support :)
    Adishats !

  4. Jean-Yves (oui je t’interpelle par ton prénom même si on ne se connaît pas) : merci d’avoir ouvert les yeux sur la politique locale et d’avoir partagé ton indignation. Les sujets ne manquent pas. Je comprends ta lassitude et ton besoin de prendre du recul. Je le regrette mais le respecte. Bravo pour ce boulot et cette passion. Ce soir, sans BBR, la démocratie locale est sur le reculoir. Longue vie à Ramdam 64-40. Remi (Bayonne)

  5. Jean-Yves (oui je t’interpelle par ton prénom même si on ne se connaît pas) : merci d’avoir ouvert les yeux sur la politique locale et d’avoir partagé ton indignation. Les sujets ne manquent pas. Je comprends ta lassitude et ton besoin de prendre du recul. Je le regrette mais le respecte. Bravo pour ce boulot et cette passion. Ce soir, sans BBR, la démocratie locale est sur le reculoir. Longue vie à Ramdam 64-40. Remi (Bayonne)

  6. Tu t’offres mon cher Jean Yves une cure de désintoxication mais ton addiction à l’écriture transgressive qui quoiqu’on en dise a un peu secoué les assoupis de la belle endormie. Entre l’infifference des uns et la résignation de tous les autres ,un petit groupe de papys faisaient ce que les jeunes ne savent plus faire: s’indigner,dénoncer,résister.
    Il y a encore tant de sujets où la société civile doit donner son avis.Par exemple : faut il armer la police municipale ? J’ai déjà dit à Maider Arosteguy ce que j’en pensais en réponse à Robert d’Affaure Sur sa page Facebook. Les riverains des halles n’enpeuvent Plus la nuit dans ce quartier où les dealers de toxicomanie alcoolique s’enrichissent sur le dos des résidents de ce quartier,au prix de leur santé. Faut une police avec des coups de gun contre des misérables alcooliques? Certainement pas. On nous dit qu’ils ont peur . La peur est engendrée par l’ignorance qui engendre la haine elle même engendrant la violence…

  7. Bonne route à vous et vraiment merci,
    Ce fut un plaisir de vous lire,
    Votre éclairage de l’info m’etait profitable.

    Bien cordialement,
    Bob.

  8. Dommage même si je comprends votre décision. Vous me manquerez.le premier qui dit la vérité etc
    Merci à vous.

  9. Nous allons être nombreux à vous regretter…et même si nous ne sommes pas du même bord j’ai toujours apprécié vos articles objectifs. Mes souhaits et ceux de nombreux Biarrots: profitez, reposez-vous et revenez-nous vite car vous allez terriblement nous manquer :-)
    Dans tous les cas un grand merci pour le temps que vous avez consacré à nous éclairer!

  10. Ce blog a plus fait en 5 ans pour les biarrots que les 15 ans des derniers mandats de Borotra et Veunac. Je comprends parfaitement cette lassitude, passagère je le souhaite, et l’envie d’autre chose. Tellement dommage en effet que les médias locaux soient si ténus, si frileux, oscillants entre le publi reportage et les chiens écrasés. Il y aurait tant à dire, à creuser, à révéler …
    On sait en lisant vos chroniques le travail qui se cache derrière votre plume chatouilleuse et qui gratte nos édiles. Travail solitaire et bénévole, et chronophage…
    Un grand respect et un énorme merci à vous pour ces années d’infos et de révélations. Quelques élus incompétents doivent se sentir soulagés ce soir….
    À bientôt et bon vent !

  11. Merci pour toutes vos infos qui m’ont bien éclairée – Bonne route à vous et peut être à un autre moment que vous voudrez bien nous donner à nouveau !!

  12. Ne partez pas!
    Déjà malentendants
    l’enfer serait que nous soyons tous sourds.!.!.!…………..
    Ne partez pas!
    illusionniste de notre conscience
    Merci
    Besoin de votre esprit critique

  13. Dommage vous allez nous manquer car on ne peut pas compter sur Sud Ouest pour suivre la vraie actualité. En espérant vous relire très vite. Bonnes vacances.

  14. C’est bien dommage mais je comprends. Nous avons appris beaucoup de choses que nous n’imaginions pas grâce à vous.
    Alors sincèrement MERCI pour toutes ces informations si bien écrites.
    Et au plaisir de vous lire un jour à nouveau…

  15. La réputation de Bisque bisque Basque a dépassé les limites du Pays. Il faut dire qu’en plus des informations « originales » la qualité de ta plume est exceptionnelle et c’est toujours un plaisir de te lire.
    Je continue pour ma part après une dizaine d’années de diatribes sur notre blog Alternatives Paloises devenu « Alternatives Pyrénées », a essayer de donner un éclairage différent à l’actualité locale. Mais je dois dire que je suis comme toi souvent découragé devant les connivences entre les media locaux et les barons politiques.
    Mais que faire ? Si les personnes comme nous, n’ayant comme tu le dis rien à craindre des « puissants » ne continuent pas le combat pour une information impertinente, qui le fera ?
    Je termine souvent mes articles par l’affirmation pourtant pleine de doute et de désespoir :
    « Quand les citoyens s’éveilleront … »
    Ta lassitude je la connais, mais il y a toujours un matin où la colère devant certaines réalités prend le dessus.Les citoyens ne s’éveilleront pas en lisant Sud Ouest. Tu continueras, j’en suis persuadé, pour notre plus grand plaisir.
    Amicalement
    Daniel Sango

  16. Cher confrère
    Comme originaire de Donostia et habitant à Biarritz j’ai un réssenti commun avec vous. Cette dernière mais rappelle un dicton espagnol: « La mierda cuánto más se revuelve peor huele » qui n’a pas besoin de traduction. La crème local et ses mascottes chieuses des médias traditionnelles veulent, à Biarritz comme à Donostia, laisser les merdes à eux se momifier.
    Bonne chance et à bientôt!

  17. Merci beaucoup pour votre indépendance d’esprit qui m’a permis de comprendre certains dossiers. Je vous regrette déjà mais suis heureuse de savoir que vous continuez votre chemin. Libre.

  18. Monsieur Viollier,
    Merci pour tout ce que vous nous avez appris sur la vie publique et politique locale !
    Vous avez lancé tant d’alertes que l’on ne peut pas vous en vouloir d’arrêter aujourd’hui alors qu’il y a encore tellement à dénoncer.
    Votre absence va laisser un vide immense dans ma « revue de presse » !
    En espérant que, comme le dit la chanson : « Ce n’est qu’un au revoir… »
    Merci encore et à bientôt,

  19. Je n ai découvert que sur le tard votre blog , merci pour ce grand bol de démocratie à travers vos articles d investigation. Reposez vous et encore merci.

  20. Bonjour,
    oui vous avez raison M. Viollier laisser donc tomber Biarritz…et venez faire un tour à Bayonne. Je pense qu’il y aurait un certain nombre de sujets municipaux à développer.
    – Pffff, pauv’ Veunac avec son Viollier. Ahahaha Ici au moins on est peinard ! » JRE

  21. Une pause… soit ! mais pas plus, que ce soit clair entre nous !
    « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. »
    Guillaume Ier d’Orange-Nassau

  22. Bonjour,
    Vous nous quittez ! Veunac reste !
    Que dire à part que ce sont toujours les meilleurs qui partent les premiers.
    Quelle claque dans la figure je viens de prendre en une seconde.
    Ces presque 20 jours d’absence depuis votre dernier post sur l’équipe m’ont fait imaginé le pire avec peut être un jean yves de nouveau en mauvaise santé. Alors quelle joie j’ai eu ce matin en apercevant l’arrivée d’un nouvel article. Je me suis d’abord dit : « Ouf il est bien vivant ».
    Et puis quelle chute !! pour découvrir qu’il s’agit bel et bien d’un adieu.
    Cette chute là fait mal tout de même.
    Mais une chose est bien vrai. Profiter de sa famille est bien le plus précieux au monde. Je ne dirai pas le contraire. Alors bon vent et vivez à fond ce qui vous plait !!
    Et surtout MERCI.

  23. Bon a tous ceux qui aiment le travail de Jean-Yves (et ce à juste titre) qu’ils se rassurent.

    En fait Jean-Yves ne voulait pas l’ébruiter (c’est un vrai timide) donc je m’y colle: il vient de créer sa boite de consultant en communication et parce que le hasard fait bien les choses, il vient de décrocher de juteux contrats: un 1er. pour assurer la communication de Veunac à BTZ (ce contrat consiste principalement en la fourniture de feuilles blanches qui seront lues dans un silence de cathédrale auprès d’un public de malentendants), un 2ème pour la communication du BO (ce contrat consiste principalement à fournir des lettres de menaces et d’injures destinées à quiconque essaye de soulever le tapis) et enfin un 3ème pour la communication des Halles de Pau (afin de vanter la vie et l’œuvre de Mme Fille).

    Vous comprendrez donc que continuer à faire du bénévolat à BBB, avec un statut de stagiaire non rémunéré, c’est fini. A présent JY va marger à un niveau de salaire proche de celui de Carlos Ghosn et ne se déplacera plus qu’en limousine avec chauffeur (à BTZ) ou en jet privé (pour rallier Pau), cigares et rhum cubains, mission d’études à St Palais et Hendaye, bref la Dolce Vita.

    Jean-Yves le concert de louanges n’en finit pas et il est unanime (sauf peut-être auprès des trois entités mentionnées ci dessus ;o)

    Prends du temps pour toi, pour les tiens, fais ce qu’il te plait, tu as le droit de respirer.

    Merci pour tout ce que tu as fait pour la cause citoyenne, pour l’éthique de la vie publique. Tu nous a informé et souvent fait (sou)rire du fait de la qualité de ta plume (normal pour un ancien du Canard). Normal aussi vu le rythme qui fut le tien d’avoir envie de temps pour toi, de souffler un (après les tombereaux d’insultes et de menaces que tu as reçues suite à tes articles sur le BO (ceci montre que le monde du ballon ovale n’a rien à envier à celui des racailles).

    Espérant sincèrement que nous te retrouverons bientôt. D’ici là prends soin de toi. Avec toute mon administration pour ton travail, tes convictions, ton engagement.

    Un bel été à toi et à toutes et tous les lecteurs de BBB!!!!

    PS: Une question au sujet de Ramdam 64 : il me semble que de nombreux lecteurs et lectrices de BBB pourraient être intéressé(e)s par ce nouveau projet. Un site web est il prévu afin de pouvoir vous rejoindre et/ou vous soutenir ?

  24. BONNES VACANCES Jean-Yves !
    Et à bientôt :-)))
    Comment pourrions-nous nous passer du SEUL MEDIA qui dit la Vérité ?
    Bonne Vacances …. :-))))

  25. Oh non ! Vous avez un rôle indispensable dans notre cité et c’est un petit bonheur à chaque fois que je vois apparaître un nouvel article (hormis sur le sport mais j’ai essayé, je m’en tamponne royalement que voulez-vous) J’espère sincèrement vous voir changer d’avis, le vrai journalisme c’est ce que vous faites et certainement pas ce qu’on lit dans le sud ouest, qui garde souvent un relent de copinage et compagnie !
    Merci pour vos articles et j’espère à très vite !

  26. Tous nous comprenons le besoin d’air et de repos et espérons donc que ce ne sera qu’une pause. en effet BBB était devenu plus que nécessaire pour « savoir » vraiment les informations de « chez nous ». Prenez des forces cher Jean Yves et revenez nous encore plus tenace. Bravo pour le travail remarquable quoi qu’en disent les grincheux. Cordialement. Martine Caplanne

  27. Vraiment triste d’apprendre la suspension de BBB. Merci, ou plutôt un très grand MERCI d’avoir pris tout ce temps pour mettre en avant l’affairisme de nos politiques, j’imagine que tu as dû prendre quelques pans sur le bec de leur part. C’était un plaisir également de lire ta prose, on s’en délectait. Tu as fait un travail de journaliste à chercher, creuser …, quand les véritables journalistes ne font que de relayer de l’information sans intérêt.
    Alors bon été et donne nous des nouvelles

  28. Dommage, Jean Yves ! De laisser la voie libre aux fables du Sud-Ouest et autres billevesées de petits tireurs d Élite. Les lanceurs d’alerte sont si rares et précieux . Comme le grand Charles,tu reviendras , non pour nous sauver, mais pour nous pousser à bouter les minables
    de notre Cité baleiniere …..Cité fondatalement
    populaire devenue outrageusement G7 contre la volonté du peuple Biarrot à la grâce des mousquetaires du Capitalisme. N oublie pas que tous les Biarrots sont des Insoumis et qu’ils accueillent leurs pairs comme leur famille.Est Biarrot qui veut le mieux être de Biarritz. Tu es des nôtres !!!On attend ton retour et n’a t’inquiète pas des menaces à ton égard :
    nous avons encore quelques harpons prêts à te défendre. ….au cas où…..
    Amicalement et fraternellement.
    Jean-Michel

  29. Beaucoup de tristesse de perdre votre plume si juste et pétillante !!!
    Sûre que vous allez nous manquer; Prenez soin de vous !

  30. Cher J-Y,
    (Voilà tu m’obliges à commenter)
    MERCI pour ce bol d’air frais et ces subtiles stimulations du cerveau et des zygomatiques.
    Tes articles puis tes échanges avec les principaux commentateurs (merci infiniment à eux aussi) étaient franchement délicieux .
    Ça va moins pétiller par ici et ça fait un peu chier.
    A bientôt j’espère
    (et en plus je te tutoie)

  31. Bonjour (???),
    Sans BBB cela va devenir tristounet …mais ce n’est qu’un au revoir…et l’occasion de se ressourcer après tout ce boulot d’investigations et d’informations.
    Bonnes vacances J-Y!

  32. Je vous décerne la croix du mérite , la médaille du travail et finis par une standing ovation ! J’appelle tous les Biarrots à faire de même .Bonne route à vous !

  33. Moi aussi, j’ai découvert BBB très tard (trop tard) . Je regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt, et bien sûr de ne plus le lire du tout, car ce bol d’air « biarrot » pouvait étrangement se rapporter à d’autres lieux que Biarritz…Ton impertinence de talonneur a bien fait rire l’ex flanker que j’étais, d’autant plus que j’étais aussi, naguère, correspondant de S.O. « viré » parce que jugé un peu trop indépendant par les élus de ma commune…
    Aupa JY.V…à bientôt pour relever encore une ou deux mêlées…
    Urdin begia

  34. Monsieur Viollier,
    C’est une perte pour nous tous. Vous apportiez beaucoup de fraîcheur dans la compréhensions des sujets qui nous importent réellement.
    J’ai eu affaire à vous lors d’une de vos investigations et le moins qu’on puisse dire est que le moment fut étrange car vous étiez bien documenté, vous saviez ce que vous vouliez et vous l’avez eu en restant toujours courtois et droit. C’est plutôt rare pour être souligné.
    Je me permettrai juste un avis sur vos confrères du journal Sud Ouest. Contrairement à ce que je peux lire dans les commentaires je ne suis pas sur que le mutisme des journalistes de ce médium soit de l’incompétence de leur part. J’imagine plutôt leur frustration de se faire censurer des sujets ou des articles pour ne pas perdre un annonceur ou prospect.

    J’aimais vous savoir présent tel une une lumière dans l’obscurité. Il ne nous reste plus qu’a fermer les yeux et reprendre une activité normale.
    A ciao bonsoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s