La faute de goût de Brisson

Des Biarrots ont reçu une lettre à en-tête du Sénat contenant un bilan à mi-mandat des conseillers départementaux Max Brisson et Maïder Arosteguy. Étourderie ou petite filouterie ?

Ce n’est pas l’affaire du siècle, mais au moment où le conseil municipal de Biarritz se fracture en deux, avec d’un côté les pratiquants de la politique à l’ancienne spécialistes des alliances improbables et des retournements de veste, contre de plus jeunes élus de la majorité et de l’opposition qui aspirent à une réelle moralisation de la vie publique, l’histoire fait un peu désordre.

Fin juin, plusieurs Biarrots ont la surprise de recevoir dans leur boîte à lettres une enveloppe à en-tête du Sénat, ce qui n’arrive pas tous les jours vous en conviendrez.

À l’intérieur, sur papier officiel du Sénat, un court message de Max Brisson, sénateur des Pyrénées-Atlantiques, et une « newsletter » intitulée « Le point à mi-mandat », où l’ex vice-président du conseil départemental détaille son action, évidemment époustouflante comme le veut la loi du genre, avec son binôme Maïder Arosteguy.

Et voyez comme les contribuables sont grognons de nos jours ! Au lieu de se réjouir de l’honneur qui leur est fait, ces impudents ont le culot d’adresser cet envoi à Bisque, Bisque, Basque ! en protestant contre cette utilisation de l’argent public.

Brisson : « Aucun envoi en nombre, juste un reliquat »

Interrogé sur le sujet, le sénateur des Pyrénées-Atlantiques Max Brisson, dément catégoriquement un envoi en nombre : « Aucun tirage en grand nombre de ce document n’a été fait. La diffusion s’est faite essentiellement par courriel auprès de fichiers militants, sympathisants et amis personnels. 200 feuillets ont été photocopiés à ma permanence pour la réunion de mi-mandat. À l’occasion d’envoi de courriers à en-tête du Sénat, le solde des documents photocopié par nos soins, a été joint pendant quelques jours et jusqu’à épuisement dans les enveloppes de courriers partant de la permanence. » 

Une argumentation qui laisse un peu perplexe quand on se réclame comme Max Brisson du général de Gaulle, un homme qui avait fait installer un compteur électrique pour sa consommation personnelle dans l’appartement de fonction qu’il occupait à l’Élysée. Le sénateur parle d’un envoi par mail, mais la brochure semble avoir été conçue pour être imprimée. Et les « bonnes âmes » destinataires du courrier du Sénat qui ont fait parvenir ce tract à Bisque, Bisque, Basque ! sont des militants LR depuis fort longtemps, habitués à recevoir tous les messages de leur parti par mail et non par courrier postal.

Maïder Arosteguy : « Jamais je n’aurais accepté cela si je l’avais su »

La conseillère départementale Maïder Arosteguy tombe des nues en découvrant l’enveloppe à en-tête du Sénat : « J’ignorais que cet envoi a été fait via le Sénat, ce que je n’aurais jamais accepté si on m’avait informée ».  Max Brisson confirme que Maïder « n’est au courant de rien puisqu’il n’y a eu aucun envoi en nombre mais la jonction du résiduel des 200 feuillets à des courriers passant par le Sénat ».

Tous ceux qui s’intéressent à la vie politique savent très bien que les jours de manifestation, la CGT et la préfecture de police sont rarement d’accord sur le nombre de manifestants présents dans la rue. Il en est de même pour le nombre d’exemplaires postés subrepticement. Max Brisson parle d’un « reliquat », comme si cela rendait cet envoi excusable tandis que ses détracteurs – surprise, il en compte quelques-uns ! – parlent d’un envoi relativement important. Le sénateur, très en colère, demande à être confronté à l’informateur de Bisque, Bisque, Basque ! sachant très bien que la déontologie journalistique l’interdit. On se contentera donc du « reliquat » de la version officielle.

Peu importe en définitive. Dans cette affaire tellement révélatrice de pratiques politiques qui ne devraient plus exister, la faute de goût du sénateur Brisson, en ces temps de moralisation de la vie publique, ne fait guère de doute. Lésiner sur le prix de quelques timbres et faire payer à l’État l’envoi de sa prose personnelle, au moment où le gouvernement étrangle à plaisir les salariés et les retraités, n’est pas d’une habileté absolue.