Les banques refusent de prêter 50 millions

Suite au désistement des financiers du projet, François Amigorena interpelle la mairie pour savoir comment elle compte mener à bien le dossier du Palais sans le soutien des banques.

C’était bien la peine de pousser l’indécence jusqu’à sortir le champagne après le conseil municipal du 15 octobre, c’était bien la peine pour les opposants ralliés à la majorité de ramer à ce point pour faire croire à leur sincérité, c’était bien la peine d’organiser un tel hold-up démocratique pour un si pitoyable résultat ! Depuis la fin de la semaine dernière, Veunac et Lafite savent qu’une nouvelle catastrophe vient de s’abattre sur le dossier du Palais. Mais ces deux petits cachottiers se sont bien gardés de dire quoi que ce soit. Pour leur plus grande malchance, Bisque, Bisque Basque ! était aussi dans la confidence, ainsi que l’opposant au projet François Amigorena qui écrit, dans un mail envoyé lundi matin à Veunac : « J’apprends que les banques refusent finalement de consentir à la Socomix, la société d’exploitation de l’Hôtel du Palais, le prêt de 50 millions d’euros initialement prévu (…) En élu responsable, soucieux de préserver au mieux les intérêts de Biarritz, des Biarrots et de l’Hôtel du Palais, je vous propose de nous rencontrer au plus vite afin de négocier ensemble une solution permettant à toutes les parties prenantes de ce projet de sortir par le haut de cette situation ».

https://www.facebook.com/francois.amigorena

Une solution obligatoire avant jeudi

Le dossier concocté par le chantre de la  » gestion intelligente  » Guy Lafite sur Le Palais est tellement mal ficelé, le business plan d’Hyatt tellement irréaliste, que les banques qui épaulaient le projet se sont désistées.  La Caisse des dépôts, pourtant souvent bonne fille quand l’État est concerné, avait d’emblée refusé ce projet tant il semblait injouable. À leur tour Le Crédit agricole et la Banque postale viennent de se retirer du projet et refusent de prêter les 50 millions d’euros nécessaires au tour de table.

À croire que les opposants au projet disaient vrai quand ils dénonçaient un dossier totalement irréaliste !

Selon les informations de Bisque, Bisque, Basque ! les deux doux-rêveurs Veunac et Lafite ont jusqu’au jeudi 25 octobre pour trouver une solution. Et l’addition va être sacrément salée pour les Biarrots : entre les deux millions dépensés pour monter ce dossier surréaliste, les frais de notaire et les avances versées sur les travaux déjà programmés, ce sont l’équivalent de la vente de quelques villas Sion qu’il va falloir aligner.

La Chambre Régionale des Comptes envisage une enquête

Aux dires des « spécialistes » Destizon, Saint-Cricq ou Puyau ce montage financier était « exemplaire », « limpide » et sans le « moindre risque ». Allez donc comprendre pourquoi la Chambre Régionale des Comptes vient de se faire communiquer le dossier et envisage d’ouvrir une enquête. 

Reste une interrogation de taille : Qui va payer ces travaux déjà commandés et que la Ville est bien incapable d’assumer ? Ce ne serait pas JC Decaux Holding, tout de même, un scénario que tous les aficionados du projet municipal nous ont décrit, lundi dernier, comme totalement impossible. Decaux, actionnaire principal du Palais, au bout d’une semaine, voilà qui la ficherait mal.

La mairie dément, Bisque, Bisque, Basque sourit !

 Michel Veunac s’est fendu d’un communiqué, lundi en début d’après-midi pour démentir catégoriquement une partie des informations de ce blog. Les lecteurs avisés noteront que le maire ne parle pas de la Chambre Régionale des Comptes et que la date butoir est bien fixée à jeudi, à l’occasion de l’Assemblée générale de la Socomix. Lundi matin à 8 heures, au moment de la parution de cet article, les banques n’avaient pas encore décidé si elles prêtaient à la ville de Biarritz. On peut imaginer que depuis le mail envoyé par François Amigorena, les échanges téléphoniques vont bon train pour convaincre les banquiers et arriver à un happy end jeudi. Avec, éventuellement, une petite renégociation ?

Signe qui ne trompe pas, Veunac et Lafite viennent d’annuler la réunion de majorité prévue lundi soir. Si tout était aussi simple qu’ils le disent, on se demande bien pourquoi ils auraient pris cette décision.

Affaire à suivre.

20 réflexions sur “Les banques refusent de prêter 50 millions

  1. Presque incroyable pour qui connaît bien le comportement des banques dans leur activité de financement de projet. Je veux dire, sinon leur tendance à la procrastination, du moins leurs extrêmes pogressivité et lenteur dans la formation de leurs décisions. Que l’on sent venir. Attitude prudentielle normale et connue, eu égard aux risques à prendre.
    Je ne crois donc pas un instant que cette position, si elle est effective et se confirme, soit uniquement due au recours de François Amigorena. Elle ne peut résulter que d’un ensemble global d’attendus, d’un jugement global sur la qualité du projet, sa « bancabilité ».
    C’est dire aussi qu’ils n’ont pas pris cette position en 24 heures. C’est dire que Veunac et Lafte mentiraient à prétendre que c’est une surprise pour eux, voire qu’ils étaient loin de s’en douter le 15 octobre.
    Ils ont joué à la roulette russe. Avec le patrimoine des citoyens Biarrots. Grave. Extrêmement grave.
    [BIARRITZ ON T’AIME]

  2. De mieux en mieux. C est catastrophique! Les élus qui ont bu le champagne et qui ont voté pour cette catastrophe annoncée devraient avoir la décence de démissionner!!!

  3. impossible de vous croire! Je viens de relire l’article de la Semaine du Pays Basque, ce sont eux qui disent vrais…

    Bravo François AMIGORENA ! Ce qui est terrible c’est que Veunac et Lafitte ont encore une fois agit dans le dos du Conseil Municipal sans l’informer des éléments en leur possessioin

    J’aimerai bien que Mme Haye nous explique l’inexplicable pour le coup et j’aimerai aussi voir si Don St-Cricq est aussi péremptoire ce matin que lors du Conseil du 18.10

    Une belle bande de Pieds Nickelés mais en moins drôles…

    Au final Paris (Elysée et/ou réseau Enarchie/Inspection des Finances) risque de faire pression sur les banques pour qu’elles accordent les prêts) mais j’attends le 25 avec impatience

  4. bonjour,
    Mr Amigorena devrait aller faire des études « d’INTELLIGENCE ». Même si la politique demande de savoir jouer sur les mots je ne pense pas qu’elle implique d’aller dire des bêtises deux fois plus grosses que lui.
    Mr Amigorena, vous êtes la HONTE de la politique Biarrote.

  5. J’entends d’ici Napoléon se retourner dans sa tombe et dire que son successeur mimi l’impérator n’est pas digne de le représenter !
    Souvenez vous, début 2018, de la petite phrase de mimi lorsqu’il a du s’expliquer sur le pourquoi donner l’avantage au crédit agricole dans le montage de l’opération immobilière du nouvel espace de coworking à la place de l’ancien garage honda avenue kennedy :
    « Mais enfin, vous ne comprenez pas que j’ai besoin d’eux pour me financer le palais »
    Aujourd’hui, apparemment, le crédit agricole n’a plus besoin de mimi !
    D’autant que la banque ne doit pas apprécier que JCDH arrive comme une fleur prêter ses quelques millions par derrière avec un taux d’intéret à plus de 7% l’an.
    Bref, je ne vois plus qu’une issue favorable à cette situation :
    Il faut que mimi le neo-sage supplie Barucq et son équipe de 17 mousquetaires de se rallier à lui pour implorer Macron de financer le palais et prendre les rennes de la socomix.
    Si ce n’est pas par honneur, qu’il le fasse au moins pour les employés du palais.

  6. Quelle baffe pour le prix nobel de finance biarrot ! Ce dossier sur le fond et sur la forme était signé LAFITE. Cette personne qui a fait souvent référence au privé pour appuyer sa méthode, le résultat s appelle une grosse faute professionnelle. Je pense que chez DECAUX HOLDING, on vous demande de rendre le tablier dès le lundi matin !
    Mr LAFITE devant un tel échec, un tel gaspillage, malgré la haute estime que vous vous portez, démissionnez svp !
    Mr AMIGORENA, bien que je vous ai plus qu écorné sur ce blog, je dois reconnaitre que vous n avez pas peur de mettre les mains dans le cambouis , et je vous en félicite. L idée de vous remettre autour d une table avec le duo VEUNAC – LAFITE ne me semble pas une bonne idée.
    Cas contraire, DECAUX-HOLDING va prendre le pouvoir pour 30M, se porter garant sur les 50M d emprunt et faire une des plus belles affaires de l histoire de leur société !!
    A ce jour , je pense que Mme HAYE a compris qu elle s était faite manipulé et il est temps de mettre le maire en minorité. Allez ghislaine un dernier sursaut du coté des valeurs de gauche svp !!

  7. Hahaha…que de rebondissements ! Ça n’est plus lafrite et vieuxnaque , c’est Bouvard et Pécuchet ….roman inachevé.

  8. Les porteurs du « projet » ont le dos au mur …. les banques peuvent mener la danse et je ne les vois pas renoncer à un prêt si elles peuvent obtenir des « garanties » solides et majorer leurs taux … Les murs du Palais sont une belle garantie pour qui saura se prémunir des risques d’insolvabilité ..!

  9. Comment ?! Ces banques qui accouraient au galop pour financer cette opération magnifique se désistent. Rhooo. Trêve de plaisanterie, j’espérais un recours de Four Seasons pour faire capoter cette opération. Mais le retrait des banques a le mérite de clarifier les choses beaucoup plus vite et à moindre frais.

  10. Comme c’est bizarre, tout a été signé le 25 comme prévu, et sans aucun problème. vraiment l’Amigorena je croyais que votre preuve était sans contestation possible. non c’est vrai je m’adresse au charlatan de la politique biarrote.
    Monsieur Tachan, n’oubliez pas d’effacer mon message en respect de la liberté d’expression.

    • Ne faites pas le fanfaron Monsieur Chichon. François Amigorena demande à être poursuivi en diffamation pour pouvoir montrer les éléments en sa possession. Ce que la mairie se gardera bien de faire, car l’histoire est loin d’être finie.

      • L’Amigorena est très malin dans la manipulation. Je vous plaint.
        Bon courage à vous. Mais réfléchissez bien. Si vous avez besoin je peux me mettre à votre disposition.

      • heureusement que la mairie a autre chose à faire que de répondre à cette mascarade. les éléments sont là, les dossiers sont signés et l’Amigorena en est sans voix puisque il n’y a rien à ajouter. je suis d’accord pour que les gens expriment leurs désaccords mais il y a des limites à ne pas dépasser. Mr Amigorena les a non seulement dépassés mais en plus il s’est ridiculiser avec ses preuves fabriqués. on a beau me dire que c’est ça la politique je me refuse de valider ce genre de comportement.

      • WOW ! Diantre ! nous tenons avec Chichon un maitre espion !

        il a vu les « preuves fabriquées » que François Amigorena réserve aux juges (dans l’éventualité d’un procès en diffamation que Veunac ne lui intentera jamais sachant trop bien que François Amigorena ne ment pas).

        Chichon votre dealer vous refile du matos de mauvaise qualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s