On dit merci qui ? Merci Michel !

Le calamiteux mandat de Veunac a au moins un mérite : faire émerger des élus à fort tempérament qui démontrent leurs qualités.

Bel exploit ! L’artiste Veunac réussit à faire salle comble le 15 octobre.

Est-ce parce qu’elle ambitionne de devenir un jour reine de la Ville que l’adjointe à l’Urbanisme Nathalie Motsch a choisi Le Regina comme cadre de sa conférence de presse, trois jours après celle de Michel Veunac ? En ce lundi matin orageux, les journalistes ne seront pas déçus du voyage, car Calamity Nathalie, comme la surnomment les (rares) fidèles de Veunac est décidée à défourailler à tout va : « Je ne serai pas complice de ce qui est le plus grand scandale jamais connu par Biarritz ». L’anodine mère de famille qui plaçait soigneusement ses pas dans ceux de Didier Borotra lors de la dernière mandature, se révèle soudain bretteuse féroce et politique redoutable. Lors du dernier conseil municipal, son éloquence avait scotché tout le monde. Face aux journalistes, Nathalie Motsch poursuit dans la même veine : « Ce dossier du Palais devrait être à livre ouvert. Le secret des affaires ne marche pas sur un bien public. Ce n’est pas parce que ce montage a été voté en conseil municipal qu’il est vertueux », avant de défendre ardemment un autre opposant au projet : « J’ai été très choquée des attaques contre François Amigorena. Il n’y a qu’un responsable Guy Lafite (…) porteur du projet avec la simplicité et l’humilité qui le caractérisent. »  Et Calamity Nathalie, après ce commentaire au second degré sur l’énarque qu’elle ne porte guère dans son cœur, d’expédier au Premier adjoint une ultime balle entre les deux yeux. « Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes ».

Pour son premier examen devant les journalistes, Nathalie Motsch n’a pas hésité à dresser un tableau inquiétant du montage financier choisi pour Le Palais.

Cohérente avec elle-même, l’adjointe annonce qu’elle saisit à son tour le tribunal administratif de Pau, qui va ouvrir sous peu une annexe spéciale pour Biarritz, pour excès de pouvoir et défaut d’information des élus. Aidée de son conseil, Jean-Charles Vignot, Nathalie Motsch s’attaque à la délibération du 15 octobre en premier lieu et y rattache celle du 30 juillet. « Car les deux votes ont un lien évident. C’est une opération globale dans laquelle la transparence et la communication des pièces ont été tronquées.« 

https://www.sudouest.fr/2018/10/29/video-biarritz-un-nouveau-recours-dans-le-dossier-de-l-hotel-du-palais-5522161-4037.php

https://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20181030/ladjointe-a-lurbanisme-attaque-en-justice-le-montage-de-lhotel-du-palais

Amigorena ne lâche rien

On le disait talentueux mais dilettante. Il vient de subir une incroyable condamnation à trois ans d’inéligibilité pour un carnet à souches non restitué, quand Juppé pour des emplois fictifs ne prenait qu’un an. Beaucoup à sa place se seraient désintéressés de la politique. Mais François Amigorena se révèle tous les jours à l’épreuve du feu. Quand il s’élève contre le dossier du Palais, on ne peut l’accuser d’arrières pensées politiques, contrairement à Lafite ou Veunac, puisqu’il ne participera pas à la compétition de 2020. Comme libéré de cette suspicion qui pesait sur ses actions, l’homme se montre aussi combatif que réfléchi et prend tous les jours plus d’épaisseur. Quand il annonce que les banques ne veulent plus financer la réhabilitation du Palais, les invectives à son encontre pleuvent presque autant que les démentis paniqués de Veunac. Au final, un prêt qui aura bien été modifié et des menaces de procès en diffamation de Veunac, qui le font immédiatement réagir sur Twitter et Facebook. « M. le maire, JE VOUS DEMANDE de m’assigner en diffamation au plus vite. Cela me permettra de produire devant un juge les preuves irréfutables en ma possession ». Beau tempérament de la part de l’élu. Si seulement Veunac et Lafite étaient capables de manifester la même conviction et le même sens des responsabilités

Barucq ne croit plus aux Bisounours

Le « Nous nous sommes tant aimés » de 2014 n’a guère duré longtemps. (Photo Sud Ouest)

Avec un Veunac réussissant à faire fonctionner sa majorité, le docteur Barucq aurait pu être un de ces « alibis écolos » comme on en voit dans tous les conseils municipaux. Un petit tour de vélo électrique et puis s’en va! Mais il est loin le temps où le docteur-surfeur croyait sincèrement qu’avec le dialogue on peut arriver à tout. Cherchant à réconcilier les irréconciliables, Guillaume Barucq a pu prêter à sourire parfois. Mais l’homme est intelligent et apprend vite. « Je croyais tout savoir de l’humain par mon activité de médecin, mais je me rends compte que la politique est un monde vraiment à part », sourit-il. Clair dans ses positions, ne cédant pas aux multiples pressions que lui a fait Veunac, n’hésitant pas à prendre l’initiative, Barucq ne peut que se féliciter de l’indigence du tandem Veunac-Lafite qui va lui permettre de devenir un candidat tout à fait plausible et intéressant dans la perspective de 2020.

Arosteguy a honoré son mandat

Le dessinateur de La Semaine du Pays Basque, Olivier Ruiz semble croire à un duel de dames pour 2020.

Le grand mérite du hold-up démocratique voulu par Veunac et Lafite à propos du Palais est d’avoir passé au révélateur tous les tempéraments. On épargnera aux lecteurs de Bisque, Bisque, Basque ! la liste des rois de la brosse à reluire qui se reconnaîtront sans peine (N’est-ce pas P.C. ou P.D. ?) D’habitude, en fin de mandat, la presse analyse le comportement de l’opposition et passe très vite sur la majorité, habituée qu’elle est à voter systématiquement comme son maire. Il n’y a qu’à Biarritz qu’on voit cinq élus de l’opposition, au mépris du mandat qui leur a été confié par les électeurs, venir au secours d’un maire au moment où sa propre majorité ne lui fait plus confiance. À l’inverse d’un Max Brisson aux déclarations sinusoïdales et souvent calquées sur la stratégie politique du moment, Maïder Arosteguy a exercé un mandat d’opposante très clair et respectueux de ses électeurs, malgré son arrivée au conseil départemental. Vigilante, elle a toujours été sans ambiguïté dans ses déclarations et ne s’en est jamais laissé conter quand les machos de service, Veunac, Lafite ou Claverie tentaient de la déstabiliser à coup de réflexions misogynes. On dit que Maïder Arosteguy et Nathalie Motsch ne s’apprécient guère, ce qui n’a rien de surprenant à l’idée d’un possible « duel de dames » en 2020. Un duel qui aurait tout de même une autre allure que l’éternel retour de ceux qui ruinent la Ville depuis tant d’années.

Tant de talents qui s’affirment !

Plus discret mais tout aussi respectable dans l’exercice de son mandat, on aimerait entendre davantage Richard Tardits qui, on le perçoit nettement, n’apprécie guère ce rôle d’opposant qui lui a échu même s’il fait le job avec application. Constructif et très clair dans ses positions, il mérite le respect des électeurs. En privé, Richard est toujours passionnant à écouter. Lui aussi, s’il se retrouvait dans la majorité en 2020 amènerait sans doute beaucoup de créativité à la Ville. Et même s’il a exclu d’être tête de liste en 2020, il en va bien évidemment de même d’Édouard Chazouillères.

Et que dire de ces fantassins qui ont montré un courage sans faille sous la mitraille ? Françoise Mimiague, Brigitte Pradier, Anne Pinatel, mais aussi Virginie Lannevère et Hervé Boissier ont prouvé qu’ils étaient de véritables élus, soucieux des Biarrots et pas décidés à accepter n’importe quelle sornette, même si elle est présentée par le premier magistrat de la Ville ou son adjoint.

Tandis que Veunac s’indigne devant les journalistes quand on affirme qu’il n’est pas compétent, il ne reste plus aux électeurs qu’à essayer de se consoler en imaginant un avenir meilleur, même si la situation financière de la Ville ne va guère être facile en 2020. Ce mandat est un désastre absolu, beaucoup de Biarrots l’ont compris, mais au moins il aura eu le mérite de nous faire découvrir de nouveaux talents, sans doute à même de gérer la Ville avec plus d’écoute et de respect de la démocratie dans un avenir proche. Alors pour conclure sur les tristes pantalonnades que nous vivons à Biarritz, comment ne pas être tenté en pensant à Veunac, à la façon obscène avec laquelle il a conduit le dossier du Palais, de reprendre le gimmick d’un site coquin et très fréquenté. « On dit merci qui ? »

Dans un tout autre style, ne ratez pas l’explication très technique mais passionnante de Jacques-André Schneck sur la juridiction des sociétés d’économie mixte. Comme l’écrit l’ancien spécialiste des travaux publics, « À tous les administrateurs de la Socomix : Désolé, mais on en a envoyé en prison pour bien moins que cela !« 

https://www.facebook.com/jacquesandre.schneck

 

22 réflexions sur “On dit merci qui ? Merci Michel !

  1. Merci pour cette analyse !

    Et maintenant que l’affaire du Palais est réglée (de son point de vue !), le Maire de Biarritz se lance à corps perdu dans son autre dada, qu’il avait délaissé ces derniers temps : la Filière Océan et son projet de Technopole de la Mer !
    Coquille vide qu’il fait porter par l’Agglomération Pays Basque.
    Là, il n’y a que 20 millions d’euros en jeu, mais quand même…

  2. En effet il y aura des alternatives à Veunac & Associés en 2020 mais…. le risque MAJEUR reste la dispersion des voix qui ne peut QUE servir notre sublime édile (je pense toujours qu’une statue équestre de Veunac dans les jardins du Palais aurait de la gueule avec au pied de la monture Sancho Lafite et une sanisette JC Decaux)

    Veunac a toutes les chances d’être ré-élu du fait du battage médiatique qui va avoir lieu durant les 2 prochaines années (prime au sortant, G7 etc etc) + les dispersions des voix du fait d’un trop grand nombre de listes + l’abstention (beaucoup de Biarriot(e)s étant dégoutés par cette équipe et leurs projets nuls pour la ville, risquent de ne pas aller voter).

    Il conviendrait pour les concurrents que tu cites Jean-Yves – qui toutes et tous formeraient une formidable équipe pour notre ville si ils arrivaient à mettre égos et divisions partisanes de côté – de travailler à bâtir un vrai projet thématique pour Biarritz, projet au sein duquel chacun(e) se répartirait les positions en fonction des ses compétences et motivations qui alors se complètent en cohérence.

    UNE liste SAUVONS BIARRITZ.

    Je sais je rêve mais dans une situation de crise, l’union républicaine peut être une vraie solution.

    • Je parie une caisse de champagne (une seule !) que Veunac ne se représentera pas. Qui veut parier?
      Cette hypothèse ne doit évidemment pas être totalement occultée, mais c’est un plan B.
      Plan C: Il ne finit pas son mandat.
      Plan D: Un tiers au moins du CM démissionne et il y a des élections anticipées. Prochainement? Il y en a beaucoup que ça n’arrangerait pas ! (Pas prêts)

      Moi, je suis prêt. À toutes les hypothèses. Qui aurait envie d’y travailler avec mes alliés/amis et moi, qu’il (elle) n’hésite pas à me contacter!

      • Plan E : L’hiver va être rude et notre Mimi commence à souffrir de son age avancé. Ce serait dommage mais il pourrait du coup ne même pas être sur la photo du G7.
        Trêve de plaisanterie macabre, puisqu’on est dans les statistiques et dans les calculs matheux :
        Nos élus clairvoyants ont ils pensé à comparer les taux d’intérêt avec cette fameuse avance de démarrage pour Eiffage et les conditions qui vont avec ? Je pense qu’il y a gratter là dessus.

      • Plan F : JC Decaux le paye pour qu’il prenne sa retraite (ils n’ont plus besoin de lui à présent qu’il a signé).

        Plus sérieusement je suis convaincu que Jacques-André SCHNECK a un profil remarquable et la capacité de sortir notre cité de l’ornière dans laquelle Don Veunac et Sancho Lafite l’ont conduite mais… je reste aussi convaincu qu’il serait intéressant de constituer une liste d’union trans-courant sur la base d’un projet POUR Biarritz (et non contre les autres charlots), donc convaincre et rassembler parmi celles et ceux des Conseiller(e)s municipaux qui ont un cerveau (il y en a cf la liste de celles et ceux qui ont eux la dignité et le courage de dire non).

      • Des élections anticipées seraient une véritable catastrophe, à peu près du même tonneau que la dissolution de 1997.

  3. C’est curieux ces retraités mâles qui ne se disent jamais « anodins retraités » mais « journalistes » en citant les journaux dans lesquels ils ont sévi comme s’ils y étaient encore, et disent d’une femme avocate sans doute plus diplômée qu’eux « l’anodine mère de famille ». La remarque vaut pour beaucoup d’autres types d’éminents retraités qui n’ont jamais considéré les femmes que comme la mère de leurs enfants ou la secrétaire qui fait le café et qui ne voient surtout pas que le monde change et que leurs petits appellations méprisantes ne montrent rien d’autre que ce qu’ils sont eux. Sans parler de ceux qui parlent de Nathalie Motsch (ou autre femme probablement plus diplômée et plus intelligente qu’eux) comme La Motsch. Vivement le changement de génération à la mairie de Biarritz et ailleurs, afin que les femmes prennent vraiment le pouvoir (même si je pense que les prédictions qui font florès en ce moment concernant unE futurE maire pour Biarritz sont complètement à coté de la plaque).

    • Bonjour Nathalie, J’accepte bien volontiers le qualificatif « d’anodin retraité ». Et pour faire bonne mesure, n’hésitez pas à rajouter « faisant du macramé ». L’essentiel étant que dans ma grande sénilité je m’imagine faire du journalisme avec Bisque, Bisque, Basque! Quant à ma carrière passée, vous avez tout à fait raison. Voilà maintenant six ans que je n’appartiens plus à une rédaction, c’est donc de l’histoire ancienne. Je suis un peu plus gêné par le Scud que je prends concernant Nathalie Motsch. « Mère de famille » est l’expression qu’elle a elle-même employée lors de sa conférence de presse. Et, pour autant que je me souvienne, je n’ai pas le sentiment que Madame Motsch se soit particulièrement singularisée sous Borotra… ce qui n’enlève rien à ses mérites actuels. Je comprends votre ressenti, mais sincèrement, vous faites fausse route. J’ai salué à plusieurs reprises le courage de l’Adjointe à l’Urbanisme, sa combativité et le talent oratoire qu’elle a manifesté le 15 octobre dernier.
      Allez-vous me prendre pour un fieffé hypocrite si je vous dis que je souhaite une parité véritable en politique et rêve d’une femme maire à la tête de l’État ou à Biarritz? Mais la parité totale implique aussi que l’on puisse parler des femmes politiques, dans leur rôle de politiques, sans être suspecté de sexisme. Le « politiquement correct » est un étouffoir qui enferme chacun dans une petite case avec impossibilité d’en sortir et, sans doute parce que je suis de la génération de Coluche, il me paraît infiniment dangereux.
      J’espère, Nathalie, que vos prochains Scuds seront destinés à Veunac, Lafite, Destizon, Claverie, dont les propos à l’égard de Mesdames Motsch et Arosteguy sont régulièrement scandaleux. La vieillesse est l’âge des illusions. J’ai la naïveté de croire que je n’ai rien à voir avec les noms d’élus que je viens de vous citer.

      • Vous savez pertinemment ce que je pense de Veunac ,Lafite, Destizon, Claverie et d’autres plus discrets mais donc plus lâches. J’en parle suffisamment sur Twitter à chaque conseil municipal. Je crois n’avoir jamais laissé passer une de leurs épouvantables remarques plus que sexistes. Concernant Nathalie Motsch, depuis le début du mandat Veunac, je ne l’ai jamais trouvée « anodine ». Je l’ai toujours trouvée sûre d’elle voire autoritaire voire cassante. Sachant qu’en début de mandat elle n’avait pas de raison de faire d’éclats particuliers il était logique qu’elle ne prenne pas la parole à tout bout de champ. Mais il me semble que dès l’affaire Bigueyrie elle a clairement signifié qu’il ne fallait pas la prendre pour une pintade.

  4. Sur Mme Motsch, vous dites « cohérente avec elle-même », qu’elle défend ardemment M. Amigorena et qu’elle lance des actions contre le dossier…
    Mais c’est juste une mauvaise blague…
    Ceux qui la connaissent un peu, les personnels de la mairie par exemple ou beaucoup de citoyens qui ont eu à faire à elle savent que ce n’est pas une « Calamity Jane » mais une « calamité » tout court !
    Une « arriviste » qui a trahi Brisson pour soutenir Veunac, maintenant elle trahit Veunac pour sa propre « pomme »

    Amigorena, elle a demandé sa tête à Veunac x fois et maintenant elle le défendrait ardemment ?
    Les recours contre le Palais ont été déposés par François Amigorena et Virginie Lannevère et maintenant elle le ferait aussi ?
    Mais ça sent la récup’ à plein nez !!! Histoire de se faire mousser et de tirer la couverture à soi !
    Opportunisme, versatilité, ambition dévorante et égocentrisme la caractérisent mieux que les qualités dont vous l’affublez !

    • Merci Mr Laisney! entièrement d’accord avec votre analyse de Mne Motsch.
      Comment ose t elle rester encore à son poste avec ses critiques ouvertes contre la politique du Maire(que je déplore également),son courage serait de démissionner ,peut être y a t elle intèrerèt afin de cacher ses casseroles qui le moment venu feront tellement de bruit quelle finira bien par oublier définitivement ses ambitions politiques.
      Que ceux qui souhaitent constituer une liste avec Mne motsch y réfléchissent.
      Et enfin,Mr Merci Mr Viollier pour votre travail,mais je ne comprends votre retournement de position par rapport à la future ex adjointe à l’urbanisme,votre position il y a quelques temps m’apparaissait plus lucide.

      • Il n’y a pas le moindre retournement de position de ma part. Mon rôle est de raconter des faits et c’est tout. Je n’ai pas la moindre idée de qui aura l’aptitude à devenir maire de Biarritz. Ce que je sais, en revanche, c’est que l’actuelle équipe dirigeante, n’est pas à la hauteur. Le dossier du Palais le prouve mille fois. Il est donc normal que je m’intéresse à ceux qui s’opposent au maire dans ce dossier. Et on ne peut ôter à Madame Motsch, comme à bien d’autres élus, un certain panache dans sa démarche.

      • Je ne rentrerai pas dans la question des qualités, défauts et procès d’intention vis à vis de N. Motsch. En revanche je ne comprends pas qu’on déplore que des élus ne démissionnent pas. D’une part si on a choisi de se présenter à un mandat c’est pour en assumer les bons et mauvais cotés, d’autre part démissionner veut dire laisser la place à quelqu’un d’autre, qui éventuellement ira dans une direction contraire à la sienne. Je regrette énormément les démissions de Mmes Lanevère et Pinatel. Je comprends leurs motivations mais regrette qu’elles aient laissé la place plutôt que combattre de l’intérieur.

  5. NathB, vous avez très bien compris que quand Mr VIOLLIER utilise le terme d « anodine », il fait référence à une période du mandat de Mme MOTSCH et non à sa personne. Quant au fait de rappeler son ancienne profession, reprenez tous ses articles, c est toujours pour répondre à des attaques ou des menaces. Les BIARROTS ont la chance d avoir une personne de qualité, compétente et complètement désintéressée, profitez au contraire de ce soutien, plutot que de soulever des polemiques injustifiées.

    • Réponse à JP,
      Je cite »Les Biarrots ont la chance d’avoir une personne (Motsch) ….complètement désintéressée. »
      HOUIE,HOUIE,HOUIE !
      Ce n’est pas connaitre « Monopoly Family  » !

  6. Pas tout à fait d accord avec votre analyse BERDOLY. Madame MOTSCH dans l affaire du Palais a prouvé qu elle maitrisait bien le dossier. Elle est bien mieux à l intérieur qu à l extérieur pour se battre. Les reproches que vous lui faites : calamité, sur ce dossier je la trouve particulèrement brillante. Arriviste, trahison, égocentrisme, nombrilisme, toutes ces qualités, vous les retrouvez malheureusement dans la plupart de nos politiques. Faut surtout pas s égarer, la priorité c est le dossier du Palais et ceux qui vont suivre, sion etc…
    Concernant 2020, il est évident que l’opposition actuelle ( les 15) devront se réunir et décider oui ou non s ils partent ensemble , et dans ce cas désigner celui qui aura le plus de chance de gagner. Au pays Basque, plus que tout ailleurs, l encrage familial est très important. Je ne vois actuellement que deux personnes pouvant bousculer VEUNAC, M ARROSTEGUY et G BARRUCQ. Les autres devront accepter pour…BIARRITZ de jouer en N°2, 3 etc..Ce n est que ma propre analyse, elle est ce qu elle est, et peut être suis je complètement à côté, en tout cas une chose est sure, il ne faut pas trop perdre de temps….!!!

  7. BERDOLY, désolé mais ça ne s adressait pas à Mme MOTSCH , mais à Mr VIOLLIER, qu on veut envoyer à la retraite. Je ne l ai pas cité, pour moi c était évident .

    • Me voilà rassuré JP, et donc d’accord avec vous, l’existence du blog de Mr Viollier, fait du bien à la démocratie.Pour ce qui est du Palais,je trouve regrettable que la ville et je crois la moitié des Biarrots (sondage récent sud ouest) y porte un tel intérêt.Tant d’énergie et d’argent public pour le seul bien être de touristes fortunés m’attriste. Quand on vois l’abandon de certains quartiers,il y en a franchement un peu (beaucoup) marre de la politique du ‘Tout Tourisme Fortuné’.
      Pour le portrait idéal du candidat ou candidate 2020 ,j’espère une personne avant tout qui ai un minimum de sens moral.
      Je termine sur ce proverbe Chinois: « Le poisson se pourrit par la tète »

  8. Si Mr VIOLLIER veut bien accepter que son blog fasse un peu le » café des sports  » Pour les amoureux du ballon ovale, le match ST JEAN – ANGLET joué à J DAUGER a été magnifique !! Du technique, de la relance, du combat ( avec un capitaine Luzien qui a laissé son bac +6 au vestiaire), un superbe boulot des entraineurs !! Un jeu ou enfin la prise d initiative offensive prend le dessus sur la défense, quelques marrons, des noms qui sentent bon le terroir …!! A méditer du coté des pros !! Merci pour cette parenthèse !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s