Mauvaise foi, désinformation et ligne jaune

Saint-Cricq rase les murs après ses maladroites accusations, Sud Ouest a la mémoire courte et la campagne électorale prend une vilaine tournure avec des faux grossiers.

Sud Ouest du 23 février.

Surtout n’alertez pas inutilement les services municipaux si vous êtes surpris de voir dans Biarritz ce qui ressemble à des épines de porc-épic fichées dans la muraille. Rien d’anormal, c’est juste Jean-Benoît Saint-Cricq qui à force de raser les murs finit par sérieusement écorner sa barbe. Il avait clamé sur tous les tons que l’incendiaire de sa maison ne pouvait être qu’un « allumé » qui lui en voulait politiquement. Au final, la pyromane était une ressortissante allemande, relevant de la psychiatrie et se moquant de la politique locale et des réseaux sociaux comme de son premier strudel aux pommes.

Dans sa page Facebook, l’avocat biarrot fait amende honorable et présente ses « plates excuses à la blogosphère ». Qu’il sache que personne ne lui en a jamais voulu, car bien malin celui qui peut affirmer que ses mots n’auraient pas dépassé sa pensée après avoir subi plusieurs tentatives d’incendie.

www.facebook.com/jean.saintcricq

En revanche, à la lecture du post de Saint-Cricq, je repense à un de mes rédacteurs en chef du Canard enchaîné qui aimait répéter « un peu de mauvaise foi n’a jamais nui ».

Benoîtement, l’avocat biarrot nous explique que l’attentat n’était pas politique… mais qu’il aurait pu l’être : « les circonstances me dédouanent quelque peu, car le premier incendie est survenu à l’issue d’un conseil municipal enflammé » Que Jean-Benoît Saint-Cricq se rassure : il n’est pas encore d’exemple dans la Ve République où un élu local a vu sa maison incendiée après avoir disserté sur les déjections canines. Ce qu’a vécu l’élu local est abominable et je partage totalement son indignation. Mais, même si je garde toute ma sympathie à l’homme, je sais aussi que l’élu adore la peinture et je lui conseillerai vivement d’oublier la politique, où plus personne ne le prend au sérieux, et de se consacrer pleinement à son art à partir de 2020.

Sud Ouest écrit… puis oublie

Sud Ouest du 12 février.

Si je n’en veux nullement à Saint-Cricq pour ses dérapages, comment ne pas être perplexe face à l’article de Sud Ouest daté du 23 février ? Le quotidien régional raconte l’histoire de l’incendiaire allemande en oubliant totalement ce qu’il avait écrit onze jours plus tôt, où les réseaux sociaux étaient à l’évidence les coupables ou les inspirateurs de ce crime. Il ne doit pas y avoir de service archives dans ce journal ! J’avais déjà eu l’occasion de dire que je pardonnais des propos excessifs tenus sous le coup de l’émotion, mais que j’avais du mal à accepter qu’un journaliste ne garde pas la tête froide et aille plus loin que le communiqué de l’avocat biarrot en me désignant nommément comme un inspirateur possible. Une ligne d’excuse ou un coup de téléphone du responsable régional pour cette mise au pilori pas très confraternelle ? J’attends toujours ! J’apprécie ce quotidien, mais je ne pense pas qu’il sorte grandi de cette histoire. 

Un photomontage scandaleux

Mais il y a beaucoup plus grave, car on touche aux fondamentaux de la démocratie. Cette semaine un photomontage montrant Nathalie Motsch et Jean-René Etchegaray devant le panneau publicitaire de l’Aviron bayonnais a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. Que ce soit un imbécile qui n’a pas mesuré la gravité de ce qu’il faisait ou un gros malin qui a parfaitement compris qu’on peut faire perdre une candidate avec une salissure, l’acte est abject et mérite une sanction exemplaire. Les deux élus ont à juste titre porté plainte car ils n’ont jamais parlé rugby publiquement. Ni sans doute en privé. Pour sa part, Bisque Bisque Basque ! espère que la police judiciaire saura faire aussi vite la lumière sur cette affaire que sur les tentatives d’incendie du domicile de Jean-Benoît Saint-Cricq. Mais ce qui me gêne, c’est de voir que l’acte n’a pas été condamné par la classe politique avec la même unanimité que les méfaits commis à l’encontre de Saint-Cricq. Un élu biarrot ricane : « Il n’y a pas de fumée sans feu » et un autre estime qu’il faut « avoir de l’humour ». Curieuse conception de la démocratie !

Je n’ai pas la moindre idée de qui sera maire en 2020, mais je souhaite que cette campagne soit loyale, que tous les candidats soient à égalité sur la ligne de départ, que les Biarrots puissent être sereins le soir du deuxième tour, que le vainqueur soit Veunac ou un de ses adversaires. Dans la passion d’une campagne électorale, il y a toujours un peu de mauvaise foi. Mais si boules puantes il y a, elles doivent correspondre à des faits. Ce n’est à l’évidence pas le cas pour ce photomontage, où la ligne jaune a très nettement été franchie. Quand je vois comment des Biarrots, plusieurs jours après, continuent de maugréer à propos de cette image totalement fictive et de ce qu’elle suggère, j’espère que le coupable pour cette offense à la démocratie sera très sévèrement condamné.

Bisque, Bisque, Basque ! : une ligne éditoriale claire

On ne reproche pas à L’Humanité d’être proche du parti communiste. Bisque, Bisque, Basque !, blog gratuit et qui ne se réfugie pas derrière l’anonymat, n’a jamais caché son point de vue local ni ses convictions de gauche. Je souhaite tous les bonheurs possibles aux hommes Veunac et Lafite dans leur vie personnelle, mais je suis persuadé qu’ils ne sont pas aptes à exercer les mandats qu’ils occupent actuellement et je ferai tout pour qu’ils se consacrent à leurs familles dès 2020. C’est mon droit absolu de citoyen vivant dans une démocratie d’écrire cela. Et si je dérape ou allègue de faits inexacts, je serai condamné par les tribunaux comme la loi le prévoit. Comme tous les journalistes, je fais preuve parfois de mauvaise foi en forçant le trait, ce qui est le propre de la satire. Je vais essayer d’être plus vigilant et équitable dans la perspective d’une campagne électorale 2020 qui s’annonce pour le moins « musclée ». Mais depuis 2013, date du lancement de ce blog, je me suis toujours interdit de publier quelque chose quand je sais que c’est faux. Les réseaux sociaux, quand ils ne se réfugient pas derrière des masques, sont l’oxygène de la démocratie. Battons-nous pour qu’ils le restent !

 

 

 

 

5 réflexions sur “Mauvaise foi, désinformation et ligne jaune

  1. Le problème des chiens qui hurlent c’est qu’une fois la queue basse il ne savent pas trop quoi faire.

    S’excuser quand on est allé trop loin ? Mais tu n’y penses pas Jean-Yves ! Seules les personnes intelligentes ou disposant de morale, d’éducation le font.

    Au risque de me répéter tu peux être fier de ton blog, il contribue réellement à la démocratie locale plus que n’importe quel media payant.

    Longue vie à toi Jean-Yves et à Bisque Bisque Basque !

  2. A nouveau merci pour votre analyse perspicace et pertinente !!!
    Notre démocratie locale a vraiment besoin de votre belle voix, continuez surtout.

  3. Evidemment, c’est moins classe. On attendait l’affaire d’Etat, le séisme politique, et on se demande juste comment rester digne… Diaule !

  4. Je compte bien respirer longtemps encore l’OXYGENE de la Démocratie que je lis régulièrement ICI … sous votre plume (ou touches du clavier!) Jean-Yves !
    MERCI pour TOUT ce que VOUS partagez !
    Vous êtes BIEN au-dessus de nos journaux locaux en ce qui concerne l’INFORMATION … on ne le dira jamais assez :-))))

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s