Le côté ouvert de Richard cœur d’Ovalion

Le journaliste de L’Équipe Richard Escot anime aussi le blog « Côté ouvert » où il partage sa passion du rugby avec ses lecteurs en ouvrant son carnet d’adresses.

En pleine conversation avec Pierre Villepreux.

Si la générosité est la qualité première du rugby, alors Richard Escot a tout d’un grand Monsieur de la planète ovale. Recruté en 1985 à L’Équipe, Richard a été le rayon de soleil d’une rédaction qui se cantonnait trop souvent à son sport favori sans chercher à savoir ce qui se passait ailleurs. Comme les autres, Richard était capable de parler du matin au soir de rugby, mais son côté ouvert à tout l’amenait aussi à s’intéresser à la littérature, à la peinture, à la vie publique. Pas étonnant que cet attaquant racé qui était l’animateur offensif du XV de la presse au poste de premier centre se soit lancé dans une aventure journalistique étonnante, à l’heure où tant d’autres confrères se contentent de débiter leurs oracles sur papier imprimé sans chercher à en savoir plus sur leurs lecteurs.

Quand L’Équipe demande à une douzaine de ses journalistes les plus chevronnés en 2011 de rédiger des blogs pour créer une plus grande proximité avec ses lecteurs, Richard Escot saute sur l’occasion et lance « Côté ouvert », un titre qui convient à merveille à cet amoureux des grands espaces et des grands lecteurs. Las, cinq ans plus tard, « Côté Ouvert » est le seul blog à avoir une audience conséquente et L’Équipe décide de fermer le robinet à finances.

http://coteouvert.blogspot.com/

Pour ne pas décevoir tous les lecteurs qui commentent avec passion chacun de ses posts, Richard décide donc de continuer bénévolement ce blog. Mieux, il profite d’une demi-finale à Bordeaux pour organiser une rencontre avec ses plus ardents fidèles. Et « le club des quinconces », ainsi nommé en souvenir de cette première rencontre, opte pour un week-end annuel chaque année avec une personnalité invitée par Richard. « Se parler à travers un blog c’est bien, mais il fallait aussi passer à la vraie vie », raconte Richard.

Clair et limpide, Joël Jutge a laissé toute l’assistance sous le charme.

Depuis, les lecteurs fidèles sont devenus des amis. Après le technicien Éric Laylavoix en 2017 et Pierre Villepreux en 2018, c’est Joël Jutge qui est venu expliquer, cette année à Uzerche, les évolutions des règles du rugby, depuis la proposition d’une idée jusqu’à son application en championnat. L’ancien demi de mêlée de Cahors, devenu un grand monsieur de l’arbitrage, s’apprête à disputer sa cinquième Coupe du monde au Japon en tant que sélectionneur des arbitres européens après avoir été arbitre en 2003 et 2007, membre du staff tricolore en 2011 et à la tête de la commission arbitrale de World Rugby en 2015. Une carrière prestigieuse qui ne surprend aucun des participants à cette réunion privilégiée tant l’homme a du charisme et montre un talent pédagogique certain.

Christian Badin en pleine action, avec la soucoupe à sucres en guise de ballon.

Christian Badin, l’ancien centre international de Brive, et Pierre Villepreux, venus en voisins et amis n’hésitent pas à se lever et à mimer des situations de jeu pour mieux comprendre les explications de l’arbitre, tandis que le demi de mêlée reprend le dessus et mime avec une tasse à sucre figurant le ballon et une table représentant les pieds du dernier joueur les possibilités qu’offre le règlement.

Joël Jutge à son tour passe à l’action.

Tout le monde découvre qu’il faut quatre ans entre l’idée et la mise en application d’une règle, le temps qu’elle soit testée par des équipes de jeunes. La sécurité des joueurs et la priorité à l’attaque demeurent les préoccupations principales et – noblesse oblige ! – les Néo-zélandais restent les principaux fournisseurs de propositions, tandis que les Français sont plutôt en retrait dans ce domaine.

Sachant que le rugby est un sport où l’invention est permanente et où le règlement ne fait que courir après les « innovations » des joueurs et entraîneurs, Joël Jutge a proposé au groupe de se retrouver après la Coupe du Monde pour décrypter, vidéos à l’appui, les nouveautés du jeu apparues à l’occasion de cette Coupe du Monde au Japon. Et, surprise, il ne s’en est pas trouvé un seul ou une seule, que ce soit Lulure, Pom, Snaileater, Pimprenelle, Le Gé, François, Sergio, Tautor, Christian, Pipiou, Georges ou Philippe pour refuser aussi belle proposition. Pas plus qu’il ne s’en est trouvé un seul pour mal se tenir à table ensuite ou renauder devant les bouteilles apportées par chacun.

Rugby, quand tu nous tiens…

 

 

 

Veunac ne fait même plus semblant

Lors du dernier conseil, le maire de Biarritz a montré une fois de plus son mépris pour l’équipe municipale et le peu de cas qu’il fait de la démocratie. Le tout sous un air de samba.

La villa Sion est à nouveau au centre d’une farce municipale.

Didier Borotra cultivait l’art de ne pas répondre lors des conseils municipaux, mais son fils spirituel, Michel Veunac, est en train de le surpasser. À chaque conseil municipal, Mimi-la-Malice inscrit un sujet brûlant sur lequel l’opposition va s’exciter – mercredi dernier, c’était la subvention de 150 000 euros pour le BO omnisports – laisse les snipers se déchaîner sans se départir de son sourire de gendre idéal, avant de conclure par un « Merci mon cher collègue » et d’enchaîner comme si de rien n’était. Une technique bien connue en politique que Jacques Chirac appelait « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre ».

Et puis, comme à chaque conseil municipal, quand tout le monde est bien usé par quatre heures de palabres fort inutiles, on glisse en douce une petite délibération en pariant sur la fatigue physique et mentale de tous pour qu’elle passe sans problème.

https://www.youtube.com/watch?v=CR2bhqlUVGk

Cette fois, après le marathon verbal autour de l’omnisports, tout le conseil municipal a laissé filer une subvention de 100 000 euros pour un festival brésilien organisé par Vincent Cassel peu après le G7.  Ce n’est qu’après le conseil que les élus – et on peut les comprendre, tant Veunac sait être soporifique sans avoir à forcer son talent ! – se sont réveillés et ont compris qu’ils ont été mystifiés. Donner 100 000 euros pour ce pseudo-événement qui va se dérouler à quelques semaines du festival Latino, tandis que l’historique Maïder Arosteguy Cup, qui fête ses trente-cinq ans cette année, ne bénéficie que de 6 000 euros d’aide municipale, c’est un peu pousser mémé dans la favela.

Au point qu’Édouard Chazouillères, sans doute parce qu’il est allergique à la samba et aux danseuses brésiliennes, vient de demander officiellement au maire que la délibération soit revotée avec le soutien de sept autres conseillers municipaux.

Bigueyrie et Sion toujours d’actualité

Ceux qui regardent peu les conseils municipaux pourraient penser que les actuels élus sont décidément bien distraits. Il n’en est rien. Veunac et Lafite ont instauré depuis 2014 un système d’une telle opacité, comme tout le monde a pu le constater au moment de la réhabilitation de L’Hôtel du Palais, que chaque délibération doit être scrutée à la loupe en se demandant où est le piège tendu par le duo infernal. Les deux délibérations sur Bigueyrie et Sion, mercredi dernier, le démontrent facilement. Les tentatives pour vendre les écuries de Bigueyrie fin 2017 et la villa Sion en septembre 2018 recouvrent à chaque fois la même réalité : faire plaisir à un copain au détriment de l’intérêt des Biarrots.

Les écuries de Bigueyrie, on s’en souvient, avaient été annoncées non constructibles, alors qu’il est possible d’arriver à 1200 mètres carrés habitables. Mais maintenant que le commanditaire de l’opération ne peut plus apparaître derrière l’acquéreur prête-nom Jimmy Malige, on traîne, on lambine car l’opération urgente n’a plus de raison d’être. Au point où on en est, autant attendre la fin du bail de la société des courses en 2021, pour mieux vendre ce bien.

Manœuvre encore plus tortueuse autour de la villa Sion, comme vous allez pouvoir le vérifier en trois photos. On s’en souvient, la propriétaire du château Boulard, Pierre Delalonde, grand ami du maire, s’était retrouvé face à un problème imprévu. Alors qu’il était en train d’aménager son château pour en faire un lieu d’événementiel, la commission de sécurité avait mis son veto faute d’une sortie de secours suffisante. Qu’à cela ne tienne, la mairie s’était empressée de voler au secours du promoteur en virant précipitamment les associations qui occupaient la villa Sion et en proposant de mettre en vente à 980 000 euros le bien. 8 800 mètres carrés de jardin, même s’il y a une servitude sur une partie et plus de 400 mètres carrés habitables, voilà qui s’appelle un prix d’ami.  Une manœuvre tellement grossière qu’elle avait été retoquée le 28 septembre 2018, jour du conseil municipal.

Explications en trois photos :

LA SITUATION ACTUELLE

En bleu, le périmètre du château Boulard. On comprend pourquoi les services de sécurité ne veulent pas d’un accueil du public, tant l’espace autour du château est restreint. En rouge, la villa Sion avec un jardin qui lui fait face et sur la gauche un jardin public. En rachetant l’ensemble pour 980 000 euros, Pierre Delalonde n’avait plus aucun problème. Malheureusement pour lui, il s’est un peu trop vanté du joli coup qu’il allait faire, ce qui a permis à tous d’être vigilant.

LE NOUVEAU PROJET MUNICIPAL

Veunac a fait plancher les services juridiques pour que le terrain soit débarrassé de ses servitudes, ce qui part d’une louable intention. En bleu en haut, le périmètre du château Boulard inchangé. En bleu en bas, ce qui serait mis en vente, c’est-à-dire la villa Sion et son « terrain d’assiette de 207 mètres carrés ». Le tout pour 1 million d’euros « ou un peu plus si Les Domaines l’évaluent davantage ». Vous avez bien entendu, Veunac demande à ses conseillers municipaux de voter un redécoupage du terrain sans même avoir une estimation du prix. « C’est le dossier Sion ou le dossier brouillon ? » demande Édouard Chazouillères, tandis que Nathalie Motsch affirme « Vous prenez les élus pour des pantins », rappelant que cet ensemble avait été donné à la Ville pour 1 euro et devait rester pour les associations.

Pourquoi ce si étrange découpage qui rend bien peu « sexy » la villa Sion puisqu’elle n’a plus du tout de terrain ? Bisque, Bisque, Basque ! s’est rendu à plusieurs reprises cet hiver villa Sion et a pu constater de visu que les travaux continuaient comme avant au château Boulard avec une importante délégation de maçons étrangers. Comme si son propriétaire, malgré le refus de la commission de sécurité, savait que la mairie allait lui trouver une solution. En effet, en vendant la villa Sion sans terrain, il suffira à la mairie de signer une concession de passage (coût annuel selon les spécialistes 2 000 à 3 000 euros) pour que les problèmes du château Boulard soient résolus. Elle n’est pas belle la vie quand on a des copains ?

LA PROPOSITION DE BISQUE, BISQUE, BASQUE !

En bleu en haut, le périmètre du château Boulard inchangé. En bleu en bas, ce qui serait mis en vente, c’est-à-dire la villa Sion MAIS AUSSI l’espace vert dans le prolongement. En rouge, la partie jardin public restant propriété de la Ville. Dans ce cas de figure, la villa Sion devient très intéressante pour des acquéreurs et peut sans grand souci être vendue 500 000 euros de plus. Une vente aux enchères au lieu d’un gré à gré serait d’ailleurs judicieuse. Seul problème, le propriétaire du château Boulard se trouve dans une situation difficile s’il n’acquiert pas ce bien. Mais quel est le rôle d’un maire, défendre les intérêts des Biarrots ou ceux d’un particulier ?

Le plafond au plancher et inversement

Dernier détail amusant, de ce conseil municipal totalement édifiant sur le mépris qu’affiche Veunac et Lafite pour les élus et les procédures démocratiques et transparentes, le débat autour de l’estimation des Domaines. Rappelons-le encore une fois, l’estimation des Domaines est le prix plancher en dessous duquel une collectivité territoriale n’a pas l’autorisation de vendre. Or à chaque fois, quand il a prévu de refiler un bien communal à un copain, le gestionnaire intelligent « La Faillite nous voilà ! », brandit l’étendard du prix plancher comme une référence absolue, alors qu’il n’est pas interdit d’essayer de viser un prix plafond, surtout dans une ville comme Biarritz où les prix de l’immobilier s’envolent.

Mais après tout, dans une ville qui marche sur la tête, n’est-il pas logique de confondre le plancher et le plafond ?

C’est le BO omnisports ou omnipertes ?

Encore un exploit du duo Veunac-Lafite qui n’a rien dit et met le conseil municipal devant le fait accompli en demandant le vote d’une subvention exceptionnelle de 150 000 euros.

Une dette qui ne cesse de s’accroître. 385 000 euros de déficit, actuellement, et sans doute plus à la fin de l’année par un effet mécanique.

Si Emmanuel Macron, lors du prochain remaniement, décide de créer un ministère de la cachotterie permanente, il va avoir deux prétendants solides avec le tandem Michel Veunac et Guy Lafite. Les deux élus sont au courant depuis fin 2018 de la situation catastrophique du BO omnisports, mais ils se sont bien gardés d’en parler à quiconque ou de faire ce pour quoi ils ont été élus, c’est-à-dire agir en commandant un audit pour comprendre les raisons de ce trou abyssal. Au contraire, « La Faillite-nous-voilà ! » assume sans complexe dans Sud Ouest (9/4) avoir caché la vérité pendant quatre mois au conseil municipal. L’énarque qui se targue à chaque conseil municipal d’une « gestion intelligente » a une fois de Sud Ouest du 9 avril.plus joué perso. Nos deux cachottiers Veunac et Lafite ont donc soigneusement tourné la tête pendant quatre mois pour ne pas voir ce qui se passait, avant d’être rattrapés par le principe de réalité. En effet, c’est le rugby amateur qui détient le numéro d’agrément du Biarritz Olympique, et si la section amateurs venait à disparaître, le BO coulerait avec lui. Impensable à onze mois des élections municipales !

Résultat de cette incurie, il faut combler le trou d’urgence et voter une subvention exceptionnelle de 150 000 euros, lors du prochain conseil municipal du 10 avril. « On n’a pas le choix ! »  répète sur tous les tons Veunac en guise d’explication, ce qui est tout de même un peu court.

Lors de l’assemblée générale de l’omnisports du 17 décembre 2018, où le président Jean-Philippe Tourgis a annoncé qu’il quittait ses fonctions, l’énarque qui ne se trompe jamais avait même pris la parole pour rassurer au nom de la Ville les participants, ainsi qu’en témoigne le procès-verbal de l’assemblée générale.

 Un timing parfait pour faire diversion ?

Ce document, prouve qu’en décembre 2018 les grands travaux d’aménagement d’Aguilera comme la construction du centre de formation ou la reconstruction de la tribune Blanco n’étaient nullement prévus, la Ville attendant le nouveau PLUI (Plan d’aménagement urbain fait en concertation avec l’Agglo) , ce qui semble plein de bon sens, pour se lancer dans la construction de logements. Et qu’une avance de trésorerie de 100 000 euros avait déjà accordée à l’omnisports. On peut donc se demander si cette mise en lumière des difficultés du BO omnisports relève du pur hasard de calendrier ou si Veunac et Lafite, très favorables au projet d’aménagement du plateau d’Aguilera, n’ont pas attendu la présentation du projet pour sortir le dossier de l’omnisports et « aider » les conseillers municipaux à faire le bon choix.

Rappelons qu’il y a un an, Lorsque Bruno Ledoux et Benjamin Gufflet, alors alliés avec la famille Gave, avaient sollicité une subvention de la mairie pour remettre à flot l’omnisports, ils s’étaient vertement faits éconduire.

De multiples explications au déficit

Quoiqu’il en soit, il est assez ahurissant de réaliser que l’équipe municipale n’a absolument pas réagi à ces informations alarmantes et a laissé filer le déficit sans chercher à enrayer la mécanique infernale. Si les sections Les amis du BO, le cyclotourisme, le fitness, la musculation et le triathlon présentent des comptes équilibrés, pour d’autres sections c’est la catastrophe. Près de 200 000 euros de pertes prévues pour l’administration qui a beaucoup recruté, 25 000 pour le rink hockey, 30 000 pour le hand, 35 000 pour la natation…

En interne, plusieurs explications qui semblent tenir la route sont avancées, comme une crise du bénévolat, qui oblige à engager des moniteurs payés pour s’occuper des enfants, mais aussi un certain laxisme dans la gestion, les présidents de section étant beaucoup plus décontractés depuis le départ de l’expert-comptable Jean-Philippe Tourgis.

Un bras de fer Aldigé-Veunac

Si Veunac et Lafite ont opté pour le silence radio, ce n’est pas tout à fait par hasard. Michel Veunac, qui ne doute décidément de rien, s’était imaginé au début de l’année que la famille Gave allait boucher le trou. S’ensuivit une réunion houleuse à la mairie, dont les vitres et les murs se souviennent encore tant ils ont tremblé ce jour-là, Jean-Baptiste Aldigé refusant catégoriquement de combler un déficit qui n’est pas de son ressort.

Finalement, avec les réactions favorables au projet Aguilera de la majorité des conseillers municipaux, en attendant la délibération décisive de mai, la tension s’est quelque peu apaisée. La famille Gave vient d’accepter finalement de prendre en charge 200 000 euros du déficit, ce qui semble prouver qu’elle est bien décidée à rester, malgré ses récurrentes menaces de départ. Pendant ce temps, plusieurs ennemis de l’ancien président de l’omnisports affirment que le déficit de l’omnisports n’est pas « structurel » mais lié à des notes de frais un peu trop somptuaires. Une affirmation, comme on le verra, qui semble plutôt destinée à noyer le poisson et qui ne paraît pas avoir de réalité.

Une promesse à 500 000 euros a-t-elle été faite au rugby amateur ?

Clairement dans ce dossier, chaque camp cherche à manipuler l’autre. Les uns chargeant Tourgis, tandis que d’autres estiment que celui qui était surnommé « La Girouette » au sein de l’omnisports, tant il a fait preuve d’opportunisme à l’arrivée de chaque nouvelle équipe dirigeante, s’est montré trop naïf. Y a -t-il eu pour mieux amadouer le président de l’omnisports une promesse non tenue de la part de Jean-Baptiste Aldigé qui serait à l’origine du déficit actuel ? Impossible à savoir puisque cette promesse a été formulée en avril 2018 lors d’un déjeuner en tête à tête dans le restaurant qui fait face au commissariat et qu’aucun des deux intéressés ne veut confirmer ce qui a été dit ce jour-là.

Ils sont pourtant plusieurs à affirmer au sein du BO omnisports sous couvert d’anonymat que le nouveau président du Biarritz Olympique aurait promis un versement de 500 000 euros à la section rugby amateur, versement qui n’aurait finalement jamais eu lieu.

Une copie d’un mail d’un adjoint au maire, écrit fin avril 2018, a circulé et semble confirmer cette hypothèse.

L’adjoint confirme benoîtement : « Notre ami commun Aldigé s’était fait fort de leur accorder une subvention de 500 ke en sus du fonctionnement » Pour les profanes peu versés en économie, 500 ke correspondent à 500 000 euros. Dans ces conditions, on comprend mieux l’imbroglio actuel., l’omnisports ayant peut-être été tenté de recruter et de dépenser un argent qui n’a en fait jamais été encaissé.

La réponse catégorique de Tourgis

Sollicité par Bisque, Bisque, Basque ! Jean-Philippe Tourgis répond immédiatement au téléphone. S’il refuse de faire le moindre commentaire sur le déficit actuel « J’ai rendu mon tablier le 17 décembre 2018 et le commissaire aux comptes a approuvé ma gestion », il se montre en revanche très précis sur le remboursement de ses frais au BO omnisports : « Je suis élu depuis dix-huit ans au BO. Je ne me suis jamais fait rembourser un euro de note de frais. Je paie moi-même mes cotisations à la section « Les amis du BO » et au rugby amateur et en déplacement j’ai toujours payé ma place. Je ne comprends donc pas comment on peut tenir de tels propos à mon sujet ».

Bon courage, maintenant aux conseillers municipaux pour démêler le vrai du faux lors de ce conseil municipal qui verra aussi resurgir la vente des écuries de Bigueyrie et de la villa Sion !

… Encore un beau concert de casseroles en perspective.

Le document complet sur la situation financière de l’omnisports depuis 2014.

« Tu préfères papa ou maman ? »

Ras la casquette de devoir choisir entre deux passions qui ne sont nullement contradictoires : le rugby et la vie publique.

Mon père ne rêvait que plaies, bosses et scandales. Conscrit il avait remplacé le drapeau par deux litres de rouge lors d’une prise d’armes. Rugbyman, montré ses fesses au public. Enseignant, sorti de sa classe l’inspecteur d’un vigoureux coup de pied au derrière. Ma mère ne souhaitait que le calme, la discrétion et la paix des ménages. Ce couple improbable qui aurait dû passer quinze minutes ensemble a mis quinze ans à divorcer. Mais ce que je garde de mon enfance (la diversité, ça forme et enrichit !) c’est la fausse bienveillance des adultes, faisant semblant de s’intéresser à l’enfant un peu malmené que j’étais pour mieux me tirer les vers du nez, et finissant par me couvrir de leur sollicitude poisseuse avec un péremptoire : « Mais au fait, qui tu préfères, ton père ou ta mère ? » Comme si un enfant pouvait choisir entre son père et sa mère !

Dans n’importe quelle ville de France, on peut concilier sans difficulté l’amour du rugby et la passion de la vie publique, mais visiblement pas à Biarritz. Une fois passée l’euphorie de la victoire du BO lors du derby, si l’on se pose des questions légitimes en tant que contribuable sur le projet d’aménagement du plateau d’Aguilera, si on a le sentiment diffus que la mairie est en train de se faire prendre en otage par une direction du BO qui dit « C’est nous ou le chaos ! », si les décisions qui vont être prises semblent assez éloignées des us et coutumes des communes de France, immédiatement on devient un ennemi irréductible du Biarritz Olympique, désireux de voir son club adoré disparaître. Mais quelle blague !

Désolé, pas plus qu’entre mon père et ma mère par le passé, je ne choisirai entre le rugby et la vie publique. Et si, comme je le soupçonne de plus en plus dans cette ville où rien n’est jamais clair, des manœuvres tortueuses sont en cours, je les raconterai dans ce blog.

Mercredi, à la mairie, va se jouer la première mi-temps du match avec le déficit à combler du BO omnisports. Et des conseillers municipaux à qui on va demander de voter une subvention d’urgence pour boucher les trous.

La deuxième mi-temps, concernant l’aménagement du plateau d’Aguilera devrait se tenir en mai. Un calendrier précipité et étonnant à onze mois des élections municipales.

Des provocations très calculées

Je l’ai dit précédemment, Jean-Baptiste Aldigé est un homme intelligent, créatif et animé d’une vraie passion du rugby. Mais force est de constater que les élus ont peur de lui et, à quelques heureuses exceptions près, fuient l’affrontement, ce dont le président du BO a parfaitement conscience. En distribuant lors des matches contre Vannes puis contre Oyonnax des casquettes siglées « Make Journalism honest again », y compris en tribune officielle où nos élus sont invités, Jean-Baptiste Aldigé savait parfaitement ce qu’il faisait. Comme un talonneur qui teste la réactivité de son vis-à-vis en multipliant les provocations à la première mêlée, le président du BO prépare la suite de la partie. Lorsque Louis-Vincent Gave, aux côtés d’Aldigé a enfilé cette casquette à la Trump ou à la con, j’hésite ! – personne n’a moufté et le sénateur Max Brisson s’est contenté de twitter sur la belle soirée qu’il venait de passer, en oubliant qu’être un élu, c’est aussi accepter un pacte républicain qui prévoit de veiller à la liberté de la presse. Il ne suffit pas de dire « Je suis Charlie ! » le 7 janvier 2015. Cracher sur la presse, c’est comme cracher sur Marianne.

Il n’est pas interdit d’avoir un conflit avec des journalistes et le cas d’espèce a même été prévu par le législateur avec la possibilité d’un droit de réponse ou d’un procès en diffamation. Mais les raccourcis abusifs, les simplifications hasardeuses, les appels à la guerre ne sont pas dignes d’un responsable, de la même façon que les silences des politiques sont une façon de cautionner l’inacceptable. Bisque, Bisque, Basque ! sait se montrer acide souvent mais n’écrira jamais que les politiques sont tous pourris, les présidents de clubs tous tarés ou les Bayonnais tous stupides. Car la réalité est autrement plus complexe et intéressante.

J’espère vivement que le syndicat des journalistes sportifs portera plainte contre ces agissements d’un autre temps. Pour ma part, clairement, j’en ai ras la casquette de ces méthodes et peu m’importe si quelques trolls aux doigts agiles et aux idées courtes se déchaînent sur les réseaux sociaux. Jusqu’à preuve du contraire, même à Biarritz, nous sommes encore en démocratie et la liberté d’expression doit prévaloir.

C’est pour ces raisons que je souhaite un examen calme et serein de la situation du BO omnisports et de la proposition d’aménagement du plateau d’Aguilera. Mais quand on voit l’émoi qui s’est emparé de la ville pour un titre de Sud Ouest, (« Les Biarrots sont gais ») au lendemain d’une victoire qui aurait dû rendre tout le monde euphorique, un titre que pour ma part j’aurais aimé trouver et qui m’a fait éclater de rire car le rugby, jusqu’à preuve du contraire, doit être le sport de l’humour et du second degré, j’avoue que je suis assez inquiet sur la capacité de nos élus à examiner avec la distance qui convient ces dossiers à venir.

Mardi : C’est le BO omnisports ou omnipertes ?