« Tu préfères papa ou maman ? »

Ras la casquette de devoir choisir entre deux passions qui ne sont nullement contradictoires : le rugby et la vie publique.

Mon père ne rêvait que plaies, bosses et scandales. Conscrit il avait remplacé le drapeau par deux litres de rouge lors d’une prise d’armes. Rugbyman, montré ses fesses au public. Enseignant, sorti de sa classe l’inspecteur d’un vigoureux coup de pied au derrière. Ma mère ne souhaitait que le calme, la discrétion et la paix des ménages. Ce couple improbable qui aurait dû passer quinze minutes ensemble a mis quinze ans à divorcer. Mais ce que je garde de mon enfance (la diversité, ça forme et enrichit !) c’est la fausse bienveillance des adultes, faisant semblant de s’intéresser à l’enfant un peu malmené que j’étais pour mieux me tirer les vers du nez, et finissant par me couvrir de leur sollicitude poisseuse avec un péremptoire : « Mais au fait, qui tu préfères, ton père ou ta mère ? » Comme si un enfant pouvait choisir entre son père et sa mère !

Dans n’importe quelle ville de France, on peut concilier sans difficulté l’amour du rugby et la passion de la vie publique, mais visiblement pas à Biarritz. Une fois passée l’euphorie de la victoire du BO lors du derby, si l’on se pose des questions légitimes en tant que contribuable sur le projet d’aménagement du plateau d’Aguilera, si on a le sentiment diffus que la mairie est en train de se faire prendre en otage par une direction du BO qui dit « C’est nous ou le chaos ! », si les décisions qui vont être prises semblent assez éloignées des us et coutumes des communes de France, immédiatement on devient un ennemi irréductible du Biarritz Olympique, désireux de voir son club adoré disparaître. Mais quelle blague !

Désolé, pas plus qu’entre mon père et ma mère par le passé, je ne choisirai entre le rugby et la vie publique. Et si, comme je le soupçonne de plus en plus dans cette ville où rien n’est jamais clair, des manœuvres tortueuses sont en cours, je les raconterai dans ce blog.

Mercredi, à la mairie, va se jouer la première mi-temps du match avec le déficit à combler du BO omnisports. Et des conseillers municipaux à qui on va demander de voter une subvention d’urgence pour boucher les trous.

La deuxième mi-temps, concernant l’aménagement du plateau d’Aguilera devrait se tenir en mai. Un calendrier précipité et étonnant à onze mois des élections municipales.

Des provocations très calculées

Je l’ai dit précédemment, Jean-Baptiste Aldigé est un homme intelligent, créatif et animé d’une vraie passion du rugby. Mais force est de constater que les élus ont peur de lui et, à quelques heureuses exceptions près, fuient l’affrontement, ce dont le président du BO a parfaitement conscience. En distribuant lors des matches contre Vannes puis contre Oyonnax des casquettes siglées « Make Journalism honest again », y compris en tribune officielle où nos élus sont invités, Jean-Baptiste Aldigé savait parfaitement ce qu’il faisait. Comme un talonneur qui teste la réactivité de son vis-à-vis en multipliant les provocations à la première mêlée, le président du BO prépare la suite de la partie. Lorsque Louis-Vincent Gave, aux côtés d’Aldigé a enfilé cette casquette à la Trump ou à la con, j’hésite ! – personne n’a moufté et le sénateur Max Brisson s’est contenté de twitter sur la belle soirée qu’il venait de passer, en oubliant qu’être un élu, c’est aussi accepter un pacte républicain qui prévoit de veiller à la liberté de la presse. Il ne suffit pas de dire « Je suis Charlie ! » le 7 janvier 2015. Cracher sur la presse, c’est comme cracher sur Marianne.

Il n’est pas interdit d’avoir un conflit avec des journalistes et le cas d’espèce a même été prévu par le législateur avec la possibilité d’un droit de réponse ou d’un procès en diffamation. Mais les raccourcis abusifs, les simplifications hasardeuses, les appels à la guerre ne sont pas dignes d’un responsable, de la même façon que les silences des politiques sont une façon de cautionner l’inacceptable. Bisque, Bisque, Basque ! sait se montrer acide souvent mais n’écrira jamais que les politiques sont tous pourris, les présidents de clubs tous tarés ou les Bayonnais tous stupides. Car la réalité est autrement plus complexe et intéressante.

J’espère vivement que le syndicat des journalistes sportifs portera plainte contre ces agissements d’un autre temps. Pour ma part, clairement, j’en ai ras la casquette de ces méthodes et peu m’importe si quelques trolls aux doigts agiles et aux idées courtes se déchaînent sur les réseaux sociaux. Jusqu’à preuve du contraire, même à Biarritz, nous sommes encore en démocratie et la liberté d’expression doit prévaloir.

C’est pour ces raisons que je souhaite un examen calme et serein de la situation du BO omnisports et de la proposition d’aménagement du plateau d’Aguilera. Mais quand on voit l’émoi qui s’est emparé de la ville pour un titre de Sud Ouest, (« Les Biarrots sont gais ») au lendemain d’une victoire qui aurait dû rendre tout le monde euphorique, un titre que pour ma part j’aurais aimé trouver et qui m’a fait éclater de rire car le rugby, jusqu’à preuve du contraire, doit être le sport de l’humour et du second degré, j’avoue que je suis assez inquiet sur la capacité de nos élus à examiner avec la distance qui convient ces dossiers à venir.

Mardi : C’est le BO omnisports ou omnipertes ?

 

33 réflexions sur “« Tu préfères papa ou maman ? »

  1. Je vous signale simplement que Sud Ouest avait d’entrée ouvert les hostilités avec une description de nos dirigeants insultante et infondées ! Les « journalistes ont tous les droits, même d’insinuer que des personnes sont homosexuelles et issues de la « fachosphere « Vous avez un humour de girouette en rigolant du titre « les biarrots sont gais » et en fustigeant l’inscriptIon de la casquette ! Vous n’êtes pas concerné puisque c’était adressé aux journalistes!

      • Journaliste est une profession qu’on exerce, non ? Ce n’est pas un apostolat, tout de même. Encore moins un état. Quand on n’exerce plus la profession de journaliste, est-on encore journaliste ? Quand on n’exerce plus la profession de facteur est-on encore facteur ?

      • Ne vous fâchez pas pour une bête question. Vous dites « con ». Journaliste serait donc un état ?
        Que vous ayez la rigueur du journalisme, je ne vous le conteste pas. Sinon je ne vous lirais probablement pas. Mais BBB n’est pas un organe de presse, si ? Vous le savez bien, puisque vos réponses sont contournées. Vous ne semblez ni bonne sœur ni con. Amuse-ballot ? :D

      • Ma réponse était évidemment humoristique et ne vous visait nullement. Pour moi, BBB fait partie de ces nouveaux médias citoyens qui émergent avec les réseaux sociaux comme « Oloron blog » ou « Alternatives Pyrénées » dans le département. Ils fonctionnent dans la même logique que l’association RamDam 64-40. Libre à vous de penser que ce n’est pas un organe de presse. Mais les juges semblent avoir un autre point de vue. Lorsque l’ancien patron de La Semaine du Pays basque m’a entraîné devant la chambre civile à Paris en me réclamant 10 000 euros pour cyber-harcèlement, les juges ont estimé que je faisais un travail de journaliste et l’ont donc débouté de sa demande.
        Après, je vous l’accorde, je suis plus libre d’écrire ce que je veux qu’au Canard enchaîné, mais nettement moins bien défendu.
        Quant à mes réponses que vous trouvez « contournées », elles me paraissent pourtant plus franches et plus directes que bien d’autres médias.

      • Dont acte. Là, la réponse est directe et convaincante.
        Ok pour Oloron, un jour il faudra que nous parlions de Alternatives Pyrénées : c’est bien autre chose. Mais ici n’est pas le lieu.
        Bonne soirée

  2. Désolé Jean-Yves mais l’abus de sport peu rendre con, tu connais surement l’excellent « la guerre du foot » de Ryszard Kapuscinski (http://www.editions-du-sous-sol.com/la-guerre-du-foot/)

    En tant que contribuable je trouve déplorable qu’aucune consultation publique ne soit organisée sur le vote d’une subvention à 6 chiffres (!) pour une association sportive qui peut aussi se tourner vers ses membres (qui prétendent l’adorer) afin de les associer à l’opération de renflouement. Si c’est leur église alors qu’ils l’a finance sur leurs deniers propres et communient chaque semaine avec ferveur entre eux. Je suis laic convaincu y compris pour ce type de confessions non répertoriées.

    Le BO c’est un puit sans fond. On pouvait peut être se payer une danseuse dans les années 70 ou 80, mais au regard de l’état des finances publiques de Biarritz en 2019 et au regard du nombre de chantiers autrement prioritaires, une telle dépense est inacceptable, choquante.

    Pour le reste tu as raison: ce type de comportement asocial s’appelle du bullyisme (anglicisme) : on aboie pour que ses partenaires aient peur et se couchent. De telles méthodes sont inacceptables (et Mme Motsch que je ne connais pas à fait preuve d’intelligence dans sa lettre). Nous ne sommes pas dans la jungle mais dans un état de Droit.

  3. Le rugby professionnel perd de l’argent je le tiens d’un ex professionnel du stade français. Alors pourquoi subventionner des clubs qui vivent au dessus de leurs moyens ?

    • Messieurs « P.BISMUTH » et « PERRIN », pour votre information le déficit à combler concerne le BO omnisports (toutes les sections autres que le BOPB professionnel). Donc les pratiquants biarrots, adultes et enfants, des différentes sections de l’ « Omnisport ». La situation étant assez complexe il est inutile de venir rajouter des ambiguïtés sur le sujet. Merci.

      • Cher Angel Fernandez, merci pour cette clarification mais…que cela change-t-il à la douloureuse qui doit être payée par les impôts de tous les Biarrot.e.s ?

        Sincèrement si nous avons des membres, des licenciés, des supporters, des aficionados, des croyants : qu’ils payent pour leur église !

        Je ne vois pas pourquoi il conviendrait de renflouer le trou d’un club de sport mal géré ou bien il faut être fair-play et payer pour tous les déficits de toutes les associations !

        Cette situation mérite un débat public sur le fond : qui paye quoi dans quelles limites.

      • Il n’y aucune ambiguité et la situation n’est complexe que pour qui veut enfumer :
        – le BOPB crée une école multiactivités pour les jeunes, pour cela il siphonne le BO Omnisports. De plus vu l’ambiance et les résultats du BOPB le stade est vide donc le BO Omnisports ne bénéficie pas des recettes annexes habituelles
        – on arrive donc ainsi à un trou de 400 000 euros au BO Omnisports (une broutille)
        – dans leur immense générosité les Gave remettent 200 000 euros au pot et demandent à la Ville = nous pauvres pigeons, de mettre le complément.
        – Et évidemment ces 200 000 euros qui ne représentent que la moitié de ce qui a été ponctionné sont une occasion de plus de resserrer le noeud coulant autour du cou de la Ville pour obtenir les 10 ha de foncier.

  4. Les dirigeants de la ville savent bien que le BO ,c’est sacré à Biarritz . Faire voter une subvention d’aide au BO à un an des élections, n’est il pas un geste électoraliste ?
    Tout comme la gestion de l’Hôtel du Palais, une aide au BO me semble hors sujet dans le cabre de la gestion de la ville.
    La question que je me pose : comment un maire et son conseil peuvent-ils décider à la va-vite que la ville (les contribuables) investisse des dizaines de millions d’euros pour restaurer l’Hôtel du palais ,alors que cela n’était pas dans le programme de Mr Veunac. Où est le contre-pouvoir de nos maires, tout cela me fait froid dans le dos.
    Encore merci à Mr Viollier pour son courage de dénoncer tout ce qui avance en eaux troubles.

  5. Vous avez l indignation ou l humour à géométrie variable……donc votre commentaire est nul et non avenu. Quant à parler de « journalistes » en ce qui concerne les minables qui sévissent dans un journal où fautes en tous genres fleurissent dans leurs articles et où certains font de l anti BO depuis des années , je dois dire que je reste plus qu étonnée.

  6. De toute évidence, les nouveaux dirigeants utilisent la corde très sensible du BO pour faire du chantage au business. De leur côté les politiques savent très bien, et JB A leur a rappelé, le BO ne fait pas gagner une élection, mais peut la faire perdre, et là dessus il a entièrement raison. En résumé, ce sera, on menace, on bétonne , on fait du fric et on repart ….!! Les méthodes employées avec la presse locale sont inadmissibles, Le BO par son histoire mérite d autres dirigeants. Un petit clin d oeil vers le Royaltie me laisse penser que s y trouverait la bonne personne…..

    • A t-on des exemples dans le passé d’élections qui se sont jouées par une influence quelconque du BO ? Ou même plus généralement d’élections municipales que les dirigeants d’un club sportif ont pu influer ? Qu’Aldigé fasse un maximum d’intox je n’en doute pas, qu’il puisse réellement influer le cours de la prochaine élection je n’y crois pas. Mais le laisser croire l’arrange. A nous de faire la part des choses.

      • Entièrement d’accord avec vous NathB c’est un bluff et que ceux qui pensent que le BO est sacré m’expliqueront pourquoi le stade est à moitié vide et les finances dans le rouge.

        La majeure partie des Biarrot.e.s s’en moquent comme d’une guigne du BO : ils ont bien d’autres priorités que de payer via leurs impôts pour soutenir une structure sportive bancale.

        Les priorités des gens c’est un toit, un frigo plein, la mobilité, la santé, l’éducation, un travail (dans le désordre), le reste est accessoire.

        Pour se payer des « danseuses » encore faut-il en avoir les moyens. Pas sûr qu’en 2019 avec un endettement abyssal, Biarritz puisse se permettre ce type de dépenses folles mais rassurez-vous : au final bien sûr que Veunac va payer la note avec NOTRE argent, je n’ai aucun doute là-dessus!

      • Ce serait souhaitable comme vous le dites, que les gens qui vont voter fassent la part des choses….Malheureusement je pense que l on en est loin !! Des exemples de dirigeants ? Pensez vous que la parole d un Serge Blanco à BIARRITZ ne porte pas ?? Quant au stade vide de 3500 personnes, je pense que cela fait assez de personnes pour perturber des élections municipales. Peut être que la grossière erreur d un BARRUCQ avec sa casquette rouge n aura aucune conséquence sur son avenir politique, mais alors que cet élu prenait de la consistance politique, il commet sa seule une grosse faute de l année …..à Aguiléra .

      • et comment savez vous si les 3500 personnes sont des résidents biarrot.e.s qui sont inscrits sur les listes électoraes et…petit détail JP…qui votent ?

        Encore une fois soyez cohérents vous soutenez votre club adoré vous en avez parfaitement le droit mais alors assumez ses résultats y compris financiers que diable !

        Ne venez pas charger la communauté – qui encore une fois dans sa vaste majorité se désintéresse du sport et du BO (sinon le stade serait plein à craquer) – avec des centaines de milliers d’euros de ponctions indues sur des finances déjà dans le rouge (vous remarquerez que c’est la seule association qui a droit à un traitement comme celui précisément parce qu’on entretien le mythe du poids politique du BO qui est une vaste fumisterie : nous sommes en 2019 pas en 1975.

        Tout comme le dossier du Palais, la gestion de ce dossier est scandaleuse, non transparente, non éthique.

  7. Aldigé animé d’une vraie passion du rugby ?! quand les deux présidents d’un club sont aux antipodes avec leurs clients le soir d’un derby la seule passion qu’on puisse objectivement leur reconnaître est celle de leur business.
    Quant à nos élus de deux choses l’une ou ils sont achetés jusqu’à la moelle ou ils sont pleutres à un niveau qui mériterait le Guinness Book. Dans les deux hypothèses c’est affligeant.

    • Je vous réponds sur les 3500 personnes susceptibles de perturber l’élection.
      Qui sont ces 3500 personnes ? toutes des résidents de Biarritz ? inscrits sur les listes électorales ? qui votent avec comme seul préoccupation le BO ?
      Ma question sur des précédents d’un club sportif faisant une élection municipale est restée sans réponse. Donnez moi donc des exemples concrets pas seulement des mots.
      Quant à Barucq la casquette qu’il a portée à Aguilera n’était pas celle concernant les journalistes mais celle avec Make Biarritz great again. Ca n’en est pas moins d’une bêtise affligeante mais il faut cependant ne pas tout mélanger.

      • Vous etes la concubine de P Bismuth ?? je vous répondrai quand même. Le BO fait une chambrée d environ 5000 spectateurs répartis sur la saison, admettons que simplement 1000 résident sur Biarritz, ajoutez y leur famille qui ne vient pas au stade, cela fait un bon petit matelas électoral. Sachant si je me souviens bien qu’ à Bayonne les élections se sont jouées à qques voix près. Demandez à ETCHEGARRAY et à tout homme politique en général de faire l impasse sur le club phare de leur commune, il y a certainement une raison…( apparemment pour vous et votre concubin pas évidente!!) Pour des exemples chère Madame, à partir du moment ou tout se joue dans les isoloirs , il est difficile d être concret, mais au vu de tous les politiques qui se pressent dans les loges des stades, il doit y avoir certainement une petite raison !! Pour la casquette du BO, avec son allusion à la campagne de TRUMP, je ne mélange rien, je me permet de la mettre dans le même sac que celle contre les journalistes. Insatisfaite de ma réponse certainement, vous souhaite tout de même une bonne soirée !!

      • Mais bon sang de bon soir JP : pourquoi ne faites vous pas une donation de votre patrimoine à votre église-BO ?

        Pourquoi venir demander à la COLLECTIVITE de payer pour le déficit d’un club sportif (qui encore une fois représente une minorité de résidents biarrot.e.s) et qui peut aussi se financer via des contributions plus élevées de ses fidèles dévots comme vous l’êtes !

        Assumez votre religion que diable !

        Quant aux politiques qui se pressent au stade : ce sont des poulets sans têtes qui mangent à tous les râteliers de peur de déplaire. Leur présence ne veut strictement rien dire si ce n’est qu’ils sollicitent votre vote en vous donnant l’impression de s’intéresser à vos loisirs alors que la vaste majorité d’entre eux les méprisent (et vous avec) joyeusement en privé…mais apparemment ça marche puisque vous y faites référence.

        Enfin pour la petite histoire je ne connais NathB mais la qualité de ses posts m’inspire le plus grand respect pour elle. Un très bel esprit en effet, prenez en de la graine JP ;o)

  8. Bien évidemment que j assume cette  » religion  » que vous désignez. Si les us et les coutumes du pays basque, du sud ouest en général ne vous conviennent pas, il est encore temps de repartir ! Vous par contre avez une drole de manière d ‘assumer,… anonymement derrière un écran , quel courage Mr BISMUTH. Le rugby outre ses 80 minutes, c est encore un mélange social ou se cotoient médecins, avocats, artisans, employés communaux, manoeuvre, ( parfois journalistes..) agriculteurs etc…Pour exemple cher Monsieur ces amis bayonnais champion de France réserve au début des années 80, qui se retrouvent régulièrement le vendredi soir depuis plus de 30 ans.Un cardiologue, un commercant, un employé communal, un enseignant. Voila P Bismuth qui de manière ironique qualifiait notre passion de religion, nous ne nous emmerdons pas derrière un clavier en attente de vociférer derrière un nouvel article de BBB. Pour info, Aguiléra n est pas mon église, mais tous les stades où se pratique le beau jeu !! JP CAZADE

    • je vois que je vous ai fait mal au culte JP, ce n’était pas le but (mais vous ne répondez toujours pas à mon propos: normalement ce sont les fidèles qui financent leur église pas les infidèles).

      PS: si vous saviez dans quelle ville de Rugby je suis né, croyez moi que pourriez vous épargner votre laïus sur la sociologie de ce sport qui était un beau sport avant que le fric ne vienne le pervertir.

      Allez sans rancune ;o)

      • On prèche toujours dans l anonymat…ne soyez pas inquiet, pour me faire mal, il faut les avoir plus grosses ( je vous laisse le choix des armes…). La structure pro n a rien à voir avec cette rallonge exceptionnelle, elle concerne d une part les différentes sections du BO omnisports dont le rugby amateur, à savoir les gamins de 6 à 18 ans !! Loin d être fan des dirigeants actuels, mais rendons à césar ce qui lui revient, le principal à mettre en cause serait l ancien président du BO omnisport. Si on généralise votre théorie du fidèle qui finance son église, vous nous présentez une sympathique société !! Sans rancune Toulousain !!!

      • PS: C est bien le fric qui vous a permis d acheter et de vivre dans cette ville si mal famée ? Ainsi de participer à cette spéculation immobilière indécente …La mauvaise odeur du fric n est que dans un sens ?? Toujours sans rancune !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s