Veunac ne fait même plus semblant

Lors du dernier conseil, le maire de Biarritz a montré une fois de plus son mépris pour l’équipe municipale et le peu de cas qu’il fait de la démocratie. Le tout sous un air de samba.

La villa Sion est à nouveau au centre d’une farce municipale.

Didier Borotra cultivait l’art de ne pas répondre lors des conseils municipaux, mais son fils spirituel, Michel Veunac, est en train de le surpasser. À chaque conseil municipal, Mimi-la-Malice inscrit un sujet brûlant sur lequel l’opposition va s’exciter – mercredi dernier, c’était la subvention de 150 000 euros pour le BO omnisports – laisse les snipers se déchaîner sans se départir de son sourire de gendre idéal, avant de conclure par un « Merci mon cher collègue » et d’enchaîner comme si de rien n’était. Une technique bien connue en politique que Jacques Chirac appelait « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre ».

Et puis, comme à chaque conseil municipal, quand tout le monde est bien usé par quatre heures de palabres fort inutiles, on glisse en douce une petite délibération en pariant sur la fatigue physique et mentale de tous pour qu’elle passe sans problème.

https://www.youtube.com/watch?v=CR2bhqlUVGk

Cette fois, après le marathon verbal autour de l’omnisports, tout le conseil municipal a laissé filer une subvention de 100 000 euros pour un festival brésilien organisé par Vincent Cassel peu après le G7.  Ce n’est qu’après le conseil que les élus – et on peut les comprendre, tant Veunac sait être soporifique sans avoir à forcer son talent ! – se sont réveillés et ont compris qu’ils ont été mystifiés. Donner 100 000 euros pour ce pseudo-événement qui va se dérouler à quelques semaines du festival Latino, tandis que l’historique Maïder Arosteguy Cup, qui fête ses trente-cinq ans cette année, ne bénéficie que de 6 000 euros d’aide municipale, c’est un peu pousser mémé dans la favela.

Au point qu’Édouard Chazouillères, sans doute parce qu’il est allergique à la samba et aux danseuses brésiliennes, vient de demander officiellement au maire que la délibération soit revotée avec le soutien de sept autres conseillers municipaux.

Bigueyrie et Sion toujours d’actualité

Ceux qui regardent peu les conseils municipaux pourraient penser que les actuels élus sont décidément bien distraits. Il n’en est rien. Veunac et Lafite ont instauré depuis 2014 un système d’une telle opacité, comme tout le monde a pu le constater au moment de la réhabilitation de L’Hôtel du Palais, que chaque délibération doit être scrutée à la loupe en se demandant où est le piège tendu par le duo infernal. Les deux délibérations sur Bigueyrie et Sion, mercredi dernier, le démontrent facilement. Les tentatives pour vendre les écuries de Bigueyrie fin 2017 et la villa Sion en septembre 2018 recouvrent à chaque fois la même réalité : faire plaisir à un copain au détriment de l’intérêt des Biarrots.

Les écuries de Bigueyrie, on s’en souvient, avaient été annoncées non constructibles, alors qu’il est possible d’arriver à 1200 mètres carrés habitables. Mais maintenant que le commanditaire de l’opération ne peut plus apparaître derrière l’acquéreur prête-nom Jimmy Malige, on traîne, on lambine car l’opération urgente n’a plus de raison d’être. Au point où on en est, autant attendre la fin du bail de la société des courses en 2021, pour mieux vendre ce bien.

Manœuvre encore plus tortueuse autour de la villa Sion, comme vous allez pouvoir le vérifier en trois photos. On s’en souvient, la propriétaire du château Boulard, Pierre Delalonde, grand ami du maire, s’était retrouvé face à un problème imprévu. Alors qu’il était en train d’aménager son château pour en faire un lieu d’événementiel, la commission de sécurité avait mis son veto faute d’une sortie de secours suffisante. Qu’à cela ne tienne, la mairie s’était empressée de voler au secours du promoteur en virant précipitamment les associations qui occupaient la villa Sion et en proposant de mettre en vente à 980 000 euros le bien. 8 800 mètres carrés de jardin, même s’il y a une servitude sur une partie et plus de 400 mètres carrés habitables, voilà qui s’appelle un prix d’ami.  Une manœuvre tellement grossière qu’elle avait été retoquée le 28 septembre 2018, jour du conseil municipal.

Explications en trois photos :

LA SITUATION ACTUELLE

En bleu, le périmètre du château Boulard. On comprend pourquoi les services de sécurité ne veulent pas d’un accueil du public, tant l’espace autour du château est restreint. En rouge, la villa Sion avec un jardin qui lui fait face et sur la gauche un jardin public. En rachetant l’ensemble pour 980 000 euros, Pierre Delalonde n’avait plus aucun problème. Malheureusement pour lui, il s’est un peu trop vanté du joli coup qu’il allait faire, ce qui a permis à tous d’être vigilant.

LE NOUVEAU PROJET MUNICIPAL

Veunac a fait plancher les services juridiques pour que le terrain soit débarrassé de ses servitudes, ce qui part d’une louable intention. En bleu en haut, le périmètre du château Boulard inchangé. En bleu en bas, ce qui serait mis en vente, c’est-à-dire la villa Sion et son « terrain d’assiette de 207 mètres carrés ». Le tout pour 1 million d’euros « ou un peu plus si Les Domaines l’évaluent davantage ». Vous avez bien entendu, Veunac demande à ses conseillers municipaux de voter un redécoupage du terrain sans même avoir une estimation du prix. « C’est le dossier Sion ou le dossier brouillon ? » demande Édouard Chazouillères, tandis que Nathalie Motsch affirme « Vous prenez les élus pour des pantins », rappelant que cet ensemble avait été donné à la Ville pour 1 euro et devait rester pour les associations.

Pourquoi ce si étrange découpage qui rend bien peu « sexy » la villa Sion puisqu’elle n’a plus du tout de terrain ? Bisque, Bisque, Basque ! s’est rendu à plusieurs reprises cet hiver villa Sion et a pu constater de visu que les travaux continuaient comme avant au château Boulard avec une importante délégation de maçons étrangers. Comme si son propriétaire, malgré le refus de la commission de sécurité, savait que la mairie allait lui trouver une solution. En effet, en vendant la villa Sion sans terrain, il suffira à la mairie de signer une concession de passage (coût annuel selon les spécialistes 2 000 à 3 000 euros) pour que les problèmes du château Boulard soient résolus. Elle n’est pas belle la vie quand on a des copains ?

LA PROPOSITION DE BISQUE, BISQUE, BASQUE !

En bleu en haut, le périmètre du château Boulard inchangé. En bleu en bas, ce qui serait mis en vente, c’est-à-dire la villa Sion MAIS AUSSI l’espace vert dans le prolongement. En rouge, la partie jardin public restant propriété de la Ville. Dans ce cas de figure, la villa Sion devient très intéressante pour des acquéreurs et peut sans grand souci être vendue 500 000 euros de plus. Une vente aux enchères au lieu d’un gré à gré serait d’ailleurs judicieuse. Seul problème, le propriétaire du château Boulard se trouve dans une situation difficile s’il n’acquiert pas ce bien. Mais quel est le rôle d’un maire, défendre les intérêts des Biarrots ou ceux d’un particulier ?

Le plafond au plancher et inversement

Dernier détail amusant, de ce conseil municipal totalement édifiant sur le mépris qu’affiche Veunac et Lafite pour les élus et les procédures démocratiques et transparentes, le débat autour de l’estimation des Domaines. Rappelons-le encore une fois, l’estimation des Domaines est le prix plancher en dessous duquel une collectivité territoriale n’a pas l’autorisation de vendre. Or à chaque fois, quand il a prévu de refiler un bien communal à un copain, le gestionnaire intelligent « La Faillite nous voilà ! », brandit l’étendard du prix plancher comme une référence absolue, alors qu’il n’est pas interdit d’essayer de viser un prix plafond, surtout dans une ville comme Biarritz où les prix de l’immobilier s’envolent.

Mais après tout, dans une ville qui marche sur la tête, n’est-il pas logique de confondre le plancher et le plafond ?

11 réflexions sur “Veunac ne fait même plus semblant

  1. je me demande encore comment font certains conseillers pour se dire de la majorité ,,, comment se fait il qu il n y ait pas plus de procédures judiciaires contre les votes du conseil municipal,,,, pourquoi certains de l opposition peuvent se rallier à ce semblant d autorité ,,,

  2. Veunac aurait tort de se gêner puisqu’il se trouve une majorité d’élus qui soutiennent ses dérives.
    D’ailleurs, la liste des noms de ceux qui votent pour ce dépeçage en règle du patrimoine des Biarrot.e.s devrait être systématiquement publiée afin que les citoyen.ne.s soient informés en vue des élections municipales de 2020 et puissent voter en connaissance de cause.

    En même temps (comme dirait l’autre) il faut voir le bon côté des choses Jean-Yves : avec un million d’euros (produit possible de la vente aux conditions actuelles), le budget de la « fiesta Cassel » est assuré jusqu’en 2029 !

    Samba, Samba !

  3. Heureusement qu’il y a un « Viollier » à Biarritz ! A quand un dans chaque ville de la côte basque ?

  4. Je réécris la réponse que j’ai faite à Édouard Chazouillères, mais qu’il n’a pas jugé utile de publier.J’exprimais mes sentiments amicaux à Vincent Cassel et son défunt père qui tous les deux avec discrétion et élégance ont aidé des gens qui en avaient besoin sans faire de bruit. Le père en payant discrètement le loyer de Mouna Aguigui, précurseur de l’écologie et ancêtre des lanceurs d’alertes.Le fils en aidant des jeunes des quartiers populaires à faire des films. Alors, je ne connais pas l’histoire de la subvention mais je fais confiance à la générosité de Vincent. S’il soutient cette association c’est qu’elle le mérite…

  5. Nathalie Motsch-Chemel dit à Monsieur Veunac qu’il prend les élus pour des pantins!
    Et Madame Motsch-Chemel ,elle prends les Biarrots pour quoi?
    Peut être pour des truffes! Il est vrai que l’ancienne adjointe à rien de l’urbanisme est originaire de Dordogne . hum..Des bonnes truffes en chocolat qui collent bien aux doigts.
    Notre Jeanne d’Arc locale ne serait elle pas plutôt sainte Nitouche?
    Quand on connais ses saints, on les honore en conséquence !

  6. Bonjour, Merci pour votre travail. On croirait visionner une série…. Ici, à Saint Jean de Luz, ce n’est guère mieux: des millions de projets sans provision. Comment peut-on les laisser faire! Anita GuilhemAssociation Gardena Cordialement

  7. Le fondement d’une politique locale d’urbanisme favorable aux copains des copains semble bien correspondre à ce que nous connaissons depuis fort longtemps.

    Ici et là, ces exemples de démocratie délibérative tant souhaités et entretenus par le pouvoir autocratique désireux d’ étancher sa soif de profits, demeurent hélas jusqu’alors l’évidence d’ une priorité au détriment de justiciables , opposants suffisamment informés pour ne plus rester passifs devant tant de privilèges néfastes à leurs intérêts de citoyens en colère ….

  8. Avons nous, des élus habitués des méthodes de Mr Veunac, extrêmement naïfs ou adeptes des petites politiques politiciennes dans l’optique des prochaines municipales ? J’ai bien mon idée sur cette question…

    Pour qui souhaite tenir un rôle d’opposition, en avoir la logique plus que l’apparence est plus utile. Les seuls à incarner aujourd’hui l’opposition sont Mr Amirogena et Mme Motsch, les autres peuvent s’en prévaloir, cela n’empêche qu’ils votent Veunac et font son jeu…tout en prenant les contribuables pour des idiots.

Répondre à Paul Bismuth Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s