Villa Sion : Et si on jouait franc-jeu ?

La municipalité veut faire une fleur à Pierre Delalonde pour mieux négocier les terrains qui lui appartiennent à Iraty. Est-ce inavouable ?

Ruser, biaiser, renarder, finasser, leurrer, bluffer, broder, contourner, feindre, falsifier, enjoliver, louvoyer, mentir par omission, tergiverser, tournicoter, prétexter, simuler, dissimuler, insinuer, arranger, contrefaire, duper, embobiner, enjôler, inventer, tromper, truquer, égarer, sont tellement devenus le pain quotidien depuis 2014 du duo Veunac-Lafite qu’il ne leur vient même plus à l’idée de dire la vérité aux Biarrots. Nous en avons encore un magnifique exemple avec la villa Sion, celle qu’Édouard Chazouillères a si joliment qualifié lors du dernier conseil municipal de « villa brouillon ».

L’intérêt des Biarrots ? Une vaste blague !

Si l’on a déménagé en catastrophe les associations qui se trouvaient et en particulier le club de billard, ce n’est pas comme l’a affirmé en septembre 2018 « La Faillite, nous voilà ! » pour faire de « la gestion intelligente du patrimoine biarrot ». La villa Sion était parfaitement adaptée pour accueillir des associations et suffisamment en bon état pour abriter le logement de fonction du directeur de cabinet du maire. Il n’y avait donc strictement aucune raison de la vendre. Sauf qu’un grand ami de la mairie, Pierre Delalonde, se retrouvait dans la panade après l’acquisition du château Boulard qu’il avait prévu de rénover pour faire de l’événementiel, jusqu’à ce que la commission de sécurité estime qu’il était impossible d’accueillir du public, faute d’un dégagement suffisant. Et, c’est bien connu, si l’équipe dirigeante se fiche éperdument des Biarrots, elle vole toujours au secours des amis.

D’où cette vente précipitée à un prix défiant toute concurrence jusqu’à ce que le conseil municipal rue un peu dans les brancards. Dans ce cas précis, un soupçon de franchise n’aurait pas nui, même si, visiblement, le mot reste inconnu de l’équipe dirigeante. Dramatiquement en retard dans le domaine du logement social (on ne peut pas rénover le Palais et se soucier du logement des jeunes Biarrots…) la Ville lorgne depuis longtemps sur les terrains d’Iraty qui appartiennent à… Pierre Delalonde. Plutôt que se lancer dans une procédure longue et coûteuse d’expropriation, il est intelligent d’essayer de négocier avec l’homme d’affaires qui a la réputation d’être redoutable quand il s’agit de ses intérêts. Mais pourquoi ne pas le dire publiquement au lieu de raconter en plein conseil des bobards que ne goberaient pas des enfants de dix ans ?

Les Domaines particulièrement imprévisibles

Une belle bâtisse dans un quartier privilégié, vendue au final à 2750 euros le mètre carré.

Et l’on en revient à l’estimation initiale des Domaines de 980 000 euros, comprenant la maison, la possibilité d’un grand parking pour de nombreuses voitures et un jardin public, peu fréquenté et entraînant des servitudes de passage plutôt mineures.  Soit 2400 euros du mètre carré pour les deux étages habitables, sachant que le dernier étage est aménageable facilement. Une fois de plus, prenant les Biarrots pour des imbéciles à qui on peut faire gober n’importe quoi, Veunac et Lafite ont délibérément confondu le « prix plancher » des Domaines, en dessous duquel une Ville n’a pas le droit de vendre, avec le prix réel, sachant que le prix moyen à Biarritz, selon le fichier des notaires, est de 5310 euros le mètre carré. Compte-tenu de l’emplacement et du bâtiment et même s’il faut prévoir 1000 euros de rénovation au mètre carré, on peut estimer le manque à gagner pour la Ville entre 500 et 700 000 euros. Une décontraction qui s’explique par le fait que, bien avant le conseil municipal, Pïerre Delalonde s’était vanté un peu partout qu’il allait avoir cette villa à prix d’ami. Finalement, suivant l’avis d’experts juridiques, la mairie revisite sa copie et décide de vendre la maison sur son assiette au sol, c’est-à-dire sans le moindre mètre carré de verdure et sans parking, ce qui est un peu curieux quand on oblige les établissements du centre-ville à avoir des parkings correspondant à la surface acquise. Et là, alors que le bien est beaucoup moins intéressant que dans sa version initiale, les Domaines augmentent le prix de vente de 130 000 euros, estimant qu’on ne peut pas vendre cette maison en dessous de 1,1 millions d’euros. Ce qui passe l’ensemble à 2750 euros le mètre carré habitable. Comprenne qui pourra.

Un droit de passage spécial copinage

Si la Ville veut faire une bonne affaire, il n’y a qu’un choix possible. En rouge, le jardin public qui reste en l’état. En bleu la villa Sion avec son prolongement naturel. L’accès commun reste le même. L’ensemble vaut alors beaucoup plus cher. Et si Pierre Delalonde ne l’achète pas, il se retrouve avec un problème par rapports à ses projets concernant le château Boulard.

Que s’est-il donc passé pour expliquer ce changement de stratégie, sachant que Pierre Delalonde, comme s’il était sûr du résultat final, n’a cessé de faire des travaux dans son château tout cet hiver, ainsi que peuvent en témoigner tous les riverains ? Pour être aimable avec l’actuel propriétaire des terrains d’Iraty, la mairie a une fois de plus inventé une solution qui dessert les intérêts des Biarrots. En vendant la maison privée du jardin qui le prolonge, la Ville peut alors octroyer un droit de passage à Pierre Delalonde qui n’a même plus besoin d’acheter la villa Sion. À la mairie, on murmure qu’on lui demanderait une redevance annuelle de 2 000 euros, ce qui est vraiment cadeau. Hervé Boissier et Nathalie Motsch se sont étonnés à juste titre de ce curieux découpage qui ne prévoit pas d’emplacement de parking pour les futurs acquéreurs de la villa Sion.

Mais dialoguer, débattre, se concerter, être soucieux de l’intérêt général, prévoir, étudier, réfléchir, conférer, discuter, anticiper, conjecturer, imaginer, escompter, cogiter, approfondir, méditer sont visiblement des vertus démocratiques totalement étrangères au duo Veunac-Lafite qui ne jure décidément que par les copains.  

16 réflexions sur “Villa Sion : Et si on jouait franc-jeu ?

  1. Bonjour, nous habitons allée du château et avons nos petites habitudes avec nos enfants de les promener dans ce parc « public ». Nous constatons l’évolution des travaux depuis plusieurs années moyennant juste pour ma part (et c’est aussi le cas des voisins) le prix de plusieurs pneus percés par diverses vis, clous, maintien d’ardoise en équerre… tout cela pour dire que nous avons été surpris des « portails » emménagés donnant sur la petite villa qu’on comme si le passage et la verdure allait disparaître et lui appartenait déjà… lors de notre dernière balade nous avons constaté un ballet curieux avec une dame montrant à un couple cette petite demeure des associations montrant tous les étages un par un. Affaire à suivre mais fini le joli petit parc agréable où se cacher derrière les arbres avec les enfants ?

    • Dans le cadre de l’appel d’offres en cours, la mairie organise effectivement cet été une dizaine de visites de la villa Sion à l’attention des potentiels acheteurs.

  2. Ces pratiques sont scandaleuses. Qui peut croire une seconde que l’acquéreur vendra ses terrains à prix d’ami une fois le deal conclu? et à un maire sortant ? à moins d’un an des élections ?

    ce sont des pratiques dégueulasses qui lèsent la communauté au profit d’individus riches et qui n’ont pas besoin de plus.

    Après on peut se moquer des Italiens qui seraient corrompus…

  3. Bonjour,
    Juste pour infos .
    Bonne lecture.

    Villa « SION – Ville de Biarritz
    https://ville.biarritz.fr/fileadmin/user_upload/biarritz/Ville/…/AAPC-Villa-SION.pdf
    Le présent avis d’appel à candidatures porte sur la cession amiable d’un bien immobilier situé à Biarritz (64200), 79bis rue d’Espagne cadastré section BK …

    Avis d’appel à candidatures portant sur la cession amiable d’un bien …
    https://centraledesmarches.com › Recherche › France › Première publication
    15 mai 2019 – … d’un bien immobilier situé à Anglet, 7 route de Lavigne (ex Bigueyrie. … Date de clôture estimée : 05/09/19 … Acheteur : Ville de Biarritz.

  4. Bonjour,
    C’est tout simplement scandaleux !
    Et il n’y a rien à faire ?
    On laisse toutes ces magouilles se faire sous nos yeux et notre nez, et on ne peut rien faire pour les empêcher ?
    Tout cela me donne la nausée…

    • Malheureusement, les citoyens n’ont le pouvoir qu’une fois tous les six ans avec leurs bulletins de vote. La solution? Mettre dehors toute cette clique qui pense à se servir au lieu de servir Biarritz.

      • C’est la démarche de RamDam 64-40, association créée en décembre 2018 dont je fais partie. Autre idée qui serait intéressante, même si je n’ai pas le temps de le faire, créer une association de contribuables biarrots afin de pouvoir saisir le procureur en cas d’abus manifeste.

  5. Les scénaristes de House of cards et ceux de Baron noir regardent avec une pointe de jalousieg la nouvelle série de Biarflix ”Les Dépeceurs”.
    Dès le premier épisode ”Hennissements à Biguerie” ils ont senti le formidable potentiel de cette nouvelle série dont le pitch tient en quelques mots ”deux septuagénaires à la tête d’une petite ville de province dépouillent méthodiquement celle-ci de tous ses joyaux au profit de propriétaires privés”, ce qui se passe dans cette petite ville étant l’imitation de ce qui se passe au sommet de l’Etat.
    Le deuxième épisode ”le Palais escamoté” particulièrement retors montrait comment ce duo infernal parvenait, grâce à la complicité passive d’une petite majorité de conseillers municipaux, à endetter la ville jusqu’au cou tout en créant les conditions de prise de contrôle du palais de Napoleon III par une holding familiale.
    Dans l’épisode suivant ”on se gave à Aguilera” entrait en scène un autre septuagénaire plus sulfureux car riche homme d’affaires de Hong-Kong admirateur inconditionnel de Trump. Celui-ci avait habilement injecté quelques millions d’euros dans le club de rugby local contre la promesse de construire à gogo sur les terrains avoisinants. Là le conseil municipal avait applaudi majoritairement, prêt à vendre père et père (que diable on est en 2019) pour garder le rugby. Mais il se pourrait bien que le maire d’une commune voisine ait les moyens de contrecarrer ces funestes projets …
    La promotion immobilière pointe aussi son nez dans l’épisode 4 ”Sion une des dernières branches” où une propriété léguée à la ville et convoitée par un coriace propriétaire foncier est en passe de lui être vendue pour une somme bien modeste d’autant que le parc attenant serait progressivement privatisé plus ou moins discrètement. De contrariants conseillers municipaux -certains aux mobiles électoraux bien nets- rendent la tâche plus ardue que prévue d’autant que le temps presse, le mandat du binôme funeste s’achevant dans quelques mois.
    D’après nos informations exclusives le prochain épisode s’intitulerait ”who is taking Fal” * et il s’agirait de parachever la ruine de la ville en offrant une jolie propriété communale à un ami du duo. Cet épisode nous dit-on aurait un goût Années folles. Remember Stavisky.

    * jeu de mots phonetique intraduisible

      • Bravo, c’est très drôle.

        N’oubliez pas, pour vos prochains épisodes, le Permis de Construire attribué le 20/06 pour 7500 m2 de résidence touristique, avenue de la Milady.

        Encore un projet immobilier sans aucune retombée pour la ville… ou à peine quelque ruissellement de la poche de l’heureux attributaire…

        Il est encore temps de suspendre ce projet.

  6. Bravo !
    Si j’étais un riche producteur, je signerais un gros chèque tout de suite !
    Mais comme je ne suis qu’un simple citoyen biarrot, je ris jaune…

  7. Bonjour,
    Une info qui va faire du bruit …

    Biarritz : vers un aménagement de la zone d’Iraty par l’agglo ?
    La ville de Biarritz et la Communauté d’agglomération Pays Basque souhaiteraient se mettre d’accord pour que l’agglomération prenne en charge les travaux d’aménagement de la zone d’Iraty à Biarritz.

    MEDIABASK|31/07/2019 14:55|0 COMMENTAIRES MIS À JOUR À: 14:56.

    ….. »C’est une chance pour nous », fait savoir le maire de Biarritz Michel Veunac. La zone d’iraty est « l’avenir » de la ville selon lui. Un millier de logements sociaux pourraient y voir le jour, les commerces seraient plus valorisés, tout comme les bâtiments publics comme l’Atabal ou le skate park……

    ….. MEDIABASK demande à avoir accès à ce fameux courrier adressé à la mairie de Biarritz par la Communauté d’agglomération Pays Basque depuis plusieurs semaines. Aucune des deux institutions n’a donné suite à nos multiples demandes.

    Biarritz : vers un aménagement de la zone d’Iraty par l’agglo ? | Euskal …
    https://mediabask.naiz.eus/…/biarritz-vers-un-amenagement-de-la-zone-d-iraty-par-l-a…
    Il y a 20 heures – La ville de Biarritz et la Communauté d’agglomération Pays Basque … d’une zone d’aménagement différé (ZAD) au niveau des halles d’Iraty.

    • Veunac nous prend pour des jambons.

      Aucun deal ne pourra être conclu sur un sujet comme celui ci à quelques mois des prochaines élections surtout si…le deal satisfaisant l’acheteur de la Villa est conclu rapidement.

      Pourquoi l’acheteur ferait il un cadeau à un vieux croulant sortant, alors qu’il lui suffit de garder ses terrains pour que leur valeur augmente encore ?

      Ce sera un hold-up pour la villa + un prix hyper élevé pour des terrains que la Mairie peut préempter, pourvu qu’elle le veuille.

  8. Nous pourrions nous porter acquéreurs, citoyen.ne.s, via un collectif citoyen, ce serait une façon ingénieuse pour la ville d’expérimenter une véritable démarche participative. Faire confiance aux habitants, de la part de celui à qui leur confiance a été donnée, ne serait-ce pas une des formes de la démocratie ?
    Il y a bien longtemps que le Modem n’est pas Démocrate, encore moins sur ses terres.
    Nous saurons nous en souvenir l’an prochain.

  9. Petite précision, celui qui est ici présenté comme un entrepreneur n’est qu’un vulgaire marchand de bien. Il a obtenu ces terrains en racontant une belle histoire écologique et de développement économique. De grosses ficelles qui marchent bien ici. Seulement, un entrepreneur a des idées, parfois farfelues, et œuvre à les réaliser en assumant son risque.

    Ce marchand de biens n’a aucune idée intéressante, ne prends aucun risque, et n’est motivé que par une belle opération

    Comme tous les spéculateurs immobiliers, il attend, le temps travaille pour lui. Son pouvoir de bloquer toute initiative publique renchérit chaque jour son patrimoine.

    Ce n’est pas un entrepreneur.

    Il faut être impitoyable avec ce type de personnes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s