Destizon s’agace à son tour

« J’ai fait tout ce que je pouvais pour faire cesser les travaux du château Boulart » affirme l’adjoint à l’Urbanisme qui sort de sa réserve pour « Mediabask ». Il était temps.

Patrick Destizon, nouvel adjoint à l’Urbanisme, est en train de perdre le sourire avec le propriétaire du château Boulart qui effectue des travaux sans permis tout en affirmant qu’il n’a pas d’autorisation à demander.

Surtout ne demandez pas à Christian Brocas s’il a le temps d’aller à la plage. Le sémillant président de l’association Biarritz Iraty est un homme très occupé en ce moment. En effet, dès qu’il aura fini d’étudier mon patrimoine, Brocas devra s’intéresser à celui de Patrick Destizon, l’adjoint à l’Urbanisme, qui semble penser beaucoup de mal de Pierre Delalonde et nous en raconte de bien belles à propos du château Boulart et de la villa Sion dans Mediabask. À l’en croire, la Ville aurait interpellé à plusieurs reprises le propriétaire du château Boulart sur des travaux réalisés sans permis de construire ni autorisation de la Direction régionale des affaires culturelles.

Le préfet saisi début août

Patrick Destizon, rappelons-le, n’avait pas souhaité répondre il y a deux semaines aux questions de Bisque, Bisque, Basque ! En lisant le reportage de notre excellent confrère, on comprend mieux pourquoi : « Aucun permis n’a été accordé par la Ville pour ces portails (NDLR : Les passages aménagés en direction de la villa Sion), pas plus que pour une partie des aménagements réalisés depuis 2016. Or, le propriétaire poursuit les travaux malgré les avertissements. Désemparée, la Ville a saisi l’Administration et la Justice au début du mois d’août. ». Un courrier a même été adressé au préfet, car « la municipalité considère que les travaux sur cette demeure du XIXe siècle se font de façon illégale ».

https://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20190814/le-chateau-boulart-se-fait-une-beaute-sans-permis

Les travaux ont duré tout l’hiver au château Boulart, ainsi que les riverains peuvent en attester.

Bisque, Bisque, Basque ! se réjouit de voir que la mairie se rallie enfin à son point de vue, mais est bien obligé de constater que la Ville aura mis du temps avant de se décider à agir. Tout l’hiver, d’importants travaux se sont déroulés au château Boulart, ce que n’importe quel promeneur pouvait constater. Mais, malgré les pétitions des riverains de l’allée du château, excédés par les nuisances sonores qu’ils subissaient et les risques que couraient leurs enfants avec les engins de chantier, personne n’a cru bon de réagir. Sauf que l’affaire est devenue un peu trop voyante ces derniers temps et ne pouvait plus être ignorée par la mairie.

Surtout dans un château où les Affaires culturelles et les Bâtiments de France ont leur mot à dire. Comme le raconte Goizeder Taberna dans « Mediabask » : « Les deux permis déposés en mairie dernièrement par le propriétaire n’ont pas abouti. La première demande a été adressée fin 2018, mais les travaux auraient commencé avant même un éventuel accord. La Ville a alors saisi le procureur de la République. La demande a vite été retirée et la procédure judiciaire classée sans suite. Un second permis a été déposé puis refusé, « car les travaux étaient réalisés sans l’accord ni de la Drac ni des Bâtiments de France », précise l’adjoint. Mais les coups de marteau ont continué. L’arrêté interruptif émis par la mairie n’a pas suffi pour les stopper. « J’ai fait tout ce que je pouvais pour faire cesser les travaux », se désole Patrick Destizon ».

La laborieuse défense de Delalonde

Fin juillet, l’ouverture barrée par de simples barrières ne semblait pas poser de problème au propriétaire du château Boulart.

Et comme Bisque, Bisque, Basque ! adore les contorsions sémantiques et autres grands moments d’équilibrisme intellectuel, comment ne pas se réjouir des réactions de Pierre Delalonde qui n’en est visiblement pas à une contradiction près ? Pour l’homme d’affaires biarrot, aucun permis de construire n’est nécessaire car « Nous sommes dans des travaux de recherches et de mise en valeur du patrimoine, de réparations ordinaires et de mise en conformité ». Mais alors pourquoi diable avoir déposé depuis 2016 sept permis de construire, ainsi que l’intéressé le reconnaît lui-même. Par amour de la paperasse ? Pour occuper des fonctionnaires désœuvrés ? Pour le plaisir de s’entendre dire non ?

Et c’est bien entendu dans le cadre des travaux de recherche et de mise en valeur du patrimoine que les deux grandes ouvertures donnant sur le jardin de la villa Sion ont été percées, ouvertures qui viennent d’être précipitamment fermées avec des végétaux, même si le propriétaire s’est bien gardé de détruire les piles en ciment qu’il avait fait ériger.

https://jeanyvesviollier.com/2019/08/02/faut-surtout-pas-se-gener-avec-la-villa-sion/

Mi août, Pierre Dealonde a revégétalisé les ouvertures, tout en conservant les piles en ciment prêtes à accueillir un portail. Officiellement pour raisons de sécurité.

Là aussi l’explication vaut son pesant de sacs de ciment. « C’est par précaution », pour que personne ne se blesse que des arbustes ont été plantés. Un souci de sécurité qui n’animait visiblement pas le châtelain en juillet quand BBB avait publié les photos.

Mais n’allez surtout pas vous imaginer, mauvais esprits que vous êtes, que le propriétaire du château Boulart s’apprêtait à commettre la moindre illégalité. Delalonde est catégorique : un document rédigé il y a cinquante ans lors de la cession à la Ville de la villa Sion et du parc aurait prévu un droit de passage. Dans ce cas-là pourquoi avoir laissé des ouvertures béantes à l’arrière du château pendant plusieurs jours avant de se décider soudainement à revégétaliser ces deux passages avec des arbustes voués à la destruction une fois les portails fabriqués ?

Après BBB et la Ville, ce sont donc les écologistes qui vont peut-être tomber sur le râble du châtelain pour « mauvais traitement à végétaux ». Et ce pauvre Brocas qui va avoir encore un peu plus de travail pour défendre son indéfendable copain Delalonde !

 

 

40 réflexions sur “Destizon s’agace à son tour

  1. Le changement de stratégie de la ville vis à vis de Delalonde, par l’intermédiaire du pion Destizon, est un signe des mouvements tectoniques en cours pour la course 2020 à la mairie. Intéressant. Mais Gardons l’œil prudent et ouvert. Nous avons affaire à des experts du Bonneteau / Bento.
    Je précise que les écologistes, dont je suis mais sans prétendre parler en leur nom, ne s’indignent pas exclusivement des mauvais traitements à végétaux », ils observent tout autant les affaires humaines, particulièrement celles épiques de Biarritz, petite Levallois sur Océan, pour en rire souvent, et s’en indigner malheureusement tout aussi souvent. Je dirai même plus, les écologistes considèrent que ce type de comportement est à l’inverse de leur conception de la « morale » publique, et est un des principaux obstacles aux changements nécessaires dans un très proche avenir.
    Mes connaissances en éthologie sont faibles, mais suffisantes pour affirmer que ce type de comportements, celui de Delalonde comme d’autres ici, ressemble fortement à ceux d’une hyène prédatrice, sournoise et ricanante.
    Le comportement de Destizon demande une observation plus fine, afin de mieux comprendre sa position dans ce groupe composite aux manettes de la ville. Un indice cependant, on est plus proche de l’australopithèque que du sapiens.

  2. Que dire?
    Pourquoi Biarritz est-elle une ville où trop souvent, la Loi est violée? Si nulle,en matière de construction et d’urbanisme? Pourquoi ???
    Les déclarations de Patrick Destizon, fidèle parmi les fidèles de Michel Veunac, sont un signe intéressant. Comme d’autres avant lui, mais qui, eux, l’ont fait avec noblesse (Virginie Lannevère, Nathalie Motsch), il refuse avant tout de porter une responsabilité qui ne semble pas être la sienne.
    Peut-être aussi un signe que continuent les désertions du navire Veunac-Lafite en perdition… Opportunisme à l’approche des municipales? (Non, je n’ai pas évoqué de rongeur……)

    A-t-il fait comme il le dit tout ce qu’il pouvait, notre adjoint aux travaux devenu adjoint à l’urbanisme en remplacement de Nathalie Motsch?
    Y a-t-il eu verbalisation?
    Y a-t-il eu plainte et demande en référé de stopper tout sous astreinte et de remettre les lieux en l’état initial?
    Sauf erreur de ma part, la Ville peut faire cela.
    Se contenter d’écrire au préfet, la belle affaire! Tiens, Monsieur le préfet, Monsieur l’État, je te passe le bâton m……… et tu te débrouilles avec!
    Affligeant.

    • Mais parfaitement, vous avez raison, le préfet n’a rien à faire dans cette histoire et surtout n’a aucun pouvoir coercitif sans décision judiciaire. C’est pitoyable et affligeant que ces gens affichent ainsi leur incapacité et leur incompétence à la boutonnière.
      Quant à l’opportunisme, Monsieur Destizon l’a prouvé depuis des lustres par ses revirements d’un bord à l’autre, avec le maire, contre le maire, contre l’ump, avec l’ump, contre l’ump etc.
      Il faut virer ces nuisibles

      • Mr SAURY, comme toujours vos observations sont très pertinentes et je rejoins votre analyse concernant M. DESTIZON qui ne sait à saint se vouer pour exister « politiquement » celui habituellement appelé Mr 3%.Merci M. VEUNAC de lui avoir permis d’exister.

  3. Pas un expert , mais il me semble que c’est tout simplement un délit au code de l’urbanisme.  » pas de permis de construire » ou de « déclaration de travaux ». Un simple courrier au Procureur de la République permet l’ouverture d une enquête. La mairie , par son adjoint à l Urbanisme fait de la politique tout simplement, on dénonce mais d une manière si tortueuse pour ne pas faire aboutir. La fameuse devise, » » pourquoi faire simple etc….. » ». Le châtelain Delalonde peut évoquer ce qu il veut, nous sommes en 2019 avec des règles à observer par tout le monde.

    • Commencez par accomplir ce que Pierre DELALONDE a fait et on en reparle après trop facile de gratter du papier juste pour critiquer et se faire valoir

      • J’en ai fait monsieur bien plus que lui , et cela m’incite encore plus à être respectueux des règles bien sur , mais encore plus de la morale.

      • En cette période où va être concentrée l élite de la police Française, vous faites un piètre sniper. Dans une société, il est exact qu il faut des gens qui  » accomplissent », des petites mains pour les réaliser, des journalistes pour raconter et d autres pour les lire….Et au milieu de tout cela souvent des  » partisans  » ou  » suces boules  » ( termes à choisir suivant sa classe sociale). A chacun de trouver sa place et d y être bien cher ALONSO.

      • jp.jp qui me parle, anonyme monsieur ou madame, quand on critique on le fait avec la face découverte mais dans ce cas souvent le courage se dérobe

  4. Destizon lâche le maire ?
    Le maire lâche Delalonde ?
    C’est une opération de com destinée à calmer les esprits ?

  5. ”J’ai fait tout ce que je pouvais pour faire arrêter les travaux”… sauf maintenir la plainte voire aller devant le juge des référés. Ce qui ne relève en effet peut-être pas des prérogatives de l’adjoint à l’urbanisme seul.
    Quant aux travaux commencés en 2016 qu’a fait la précédente adjointe à l’urbanisme que je ne me souviens pas avoir entendu sur le sujet à l’epoque ?

    • Les travaux qui avaient démarré, sans autorisation, se déroulaient à l’intérieur.
      Ceci dit, même s’il y a eu un décalage, entre le démarrage des travaux et la connaissance que nous en avons eu, j’ai aussitôt saisi l’ABF en la personne de Madame Soïzic le Gorff.
      Seule habilitée en la matière s’agissant d’un bâtiment d’exception et de ses pièces intérieures.
      Elle s’est rendue sur place à deux reprises de mémoire et à transmis ses prescriptions.
      Elle était en direct avec le propriétaire et son architecte pour valider le processus de rénovation.
      Les échanges furent nombreux mais je ne m’autoriserais pas à parler à sa place.

      J’ai été destituée en novembre 2018 et les travaux extérieurs dont il s’agit n’avaient pas encore commencé.

      Si vous me permettez un commentaire, ce serait celui là : l’Urbanisme doit se lire à livres ouverts, c’est une matière qui impose transparence et exigence.
      Et un strict respect des règles car le moindre précédent provoque une inégalité de traitement entre citoyens : ce n’est pas un domaine où les arrangements, les petites négociations entre amis sont tolérables.

      Je suis très dubitative sur ce dossier et j’ai en réalité beaucoup de mal à imaginer que le propriétaire du Château Boulart ait pu prendre une telle initiative sans avoir reçu un accord de principe.

      L’incohérence de traitement de la Villa Sion en Conseil Municipal (qui jouxte le Château Boulart) préfigurait un tel accord.

      Car voyez vous percer 2 énormes ouvertures d’une propriété classée, pour accéder à une propriété appartenant à la ville, n’est vraiment pas neutre mais devient cohérent si on vous a promis de désenclaver votre Château …

      • Merci pour les explications. Et tout à fait d’accord sur l’accord reçu par le propriétaire. En échange de ?
        Il me semble que maintenant l’intérêt de Veunac c’est de lâcher Delalonde. On verra ce que racontent les quelques conseils municipaux avant la fin de son mandat mais d’une part les articles et pétitions sont autant d’éléments à charge contre Veunac qui n’a peut-être pas envie de passer sa retraite devant les tribunaux (même si c’est le contribuable qui en fait les frais). D’autre part les petits arrangements avec la villa Sion auraient pour contrepartie une cession bien lubrifiée de terrains à Iraty. Si maintenant Iraty relève de l’Agglo et non de la ville quel intérêt pour Veunac d’aller se créer des problèmes pour une contrepartie qui ne le concerne plus ? Enfin, ce qui se passe dans la ville est scruté par l’Elysée et ce genre d’histoire ne fait pas très nouveau monde.
        Je peux me tromper mais j’ai le sentiment que Delalonde est allé trop loin, que Veunac n’a plus intérêt à le suivre et que donc l’initiative de Destizon n’est qu’un service commandé de plus.
        A suivre en septembre/octobre…

  6. Ahah que de rigolades avec son altesse
    Delalonde!!!car oui ..au cas où vous ne le sauriez pas ce petit monsieur se prend pour un monarque et il n a pas besoin de permis de quoi que ce soit pour faire ce qu il veut sur ses terres!
    Avec ses terrains d Iraty et ses bâtiments façon mécano mal faits il fait baver le maire !!
    Il vous prouvera toujours qu il est dans son Bon droit!!!mais tel notre bon Guillotin le couperet retombe aussi sur son créateur!

    • Veunac a commencé sa carrière politique avec Brice Lalonde il l’a finira 🤞peut-être avec Pierre Delalonde qui se voudrait à vous lire de Lalonde 😂

    • Madame Motsch, ex adjointe à l’urbanisme nous parle de transparence en matière d’urbanisme.
      Personnellement, je serait très heureux ,le moment venu de lui poser certaines questions sur des permis obtenus par son père Monsieur Chemel,qui lui a permis d’obtenir des plus-values considérables.
       » charité bien ordonnée commence par soit même »

      • Peio :
        votre question est légitime. Mais sans preuve aucune, il est injuste de sous-entendre des conflits d’intérêts ou des malversations. Je n’aime pas ça. Il y aurait eu un passe droit pour le père de madame Motsch ? Je redis ce que j’ai déjà écrit ailleurs : saisissez le procureur de la République qui ouvrira une information judiciaire : un juge d’instruction ne fera qu’une bouchée de cette affaire qui semble limpide.
        Je n’ai pas vocation à défendre cette dame qui paraît tout à fait apte à le faire elle-même, mais sous prétexte que sa fille est adjointe au Maire, ce monsieur ne devrait plus y exercer sa profession ? Je suis d’accord, ce doit se faire en toute transparence, mais il n’y a pas de raison objective à ce que ce monsieur ne puisse officier à Biarritz, y faire des affaires et des plus-values qui ne nous regardent absolument pas tant qu’elles sont dans le cadre de la loi.
        N’oublions pas qu’en droit français nul n’a à prouver son innocence, et heureusement, c’est impossible ! C’est à vous ou/et la justice d’apporter la preuve de la malversation

      • Monsieur « Peio «  vous accusez sans aucune preuve ce qui est pour le moins extrêmement limite, mais vous le faites anonymement ce qui est lâche. Lorsque j’étais enfant certains, comme vous, écrivaient sans signer la Gestapo.

  7. Je remercie l’auteur de ce blog pour cet espace d’information et d’échanges que vous faites vivre ici, précieux et unique.

    Il est intéressant de suivre les fils de la marionnette Destizon jusqu’aux marionnettistes , avec un petit détour politique par l’agglomération pays basque.

    C’est connu, Larem veut appliquer dans le 64 et le Pays Basque (comme partout d’ailleurs) sa stratégie d’implantation localel, avec un racolage droite gauche tous azimut, par des démarcheurs pleins de principes généreux et écologiques bien sûr. Nous en voyons quelques effets avec (entre autres…) le G7 et tout ce qu’il révèle de nos mœurs et petites combinés.

    Cependant, nous sommes en territoire sous contrôle modem, dirigé par le trio Veunac Lasserre(s) Bru, et sous patronage de François le lion Palois, qui lui négocie directement et férocement avec la direction larem pour refaire le coup des législatives, cad placer partout le maximum de modem, et se renforcer en ses terres, avec le soutien de quelques marcheurs arrivistes et compatibles à tout ce qui peut rapporter gros, et dont nous avons à Biarritz quelques beaux représentants.

    Biarritz est un donc un bastion stratégique, piloté par le tandem modem-larem, Veunac-Lafitte, copains comme deux gros cochons qui veulent niaquer la frite à s’en baffrer, et remettent donc le couvert pour 2020.

    Pour y parvenir, une tactique simple et géniale a été élaborée par nos deux brillants visionnaires.

    D’abord, bloquer vite fait bien fait toute ambition locale par le double verrouillage de la commission départementale d’investiture de Larem, avec la double présence de Lafitte et de Yaya l’envouteuse, autre complice du fameux Mimi la Malice.

    Si cette commission n’a sur Biarritz qu’un rôle « consultatif », elle permet cependant de filtrer toute velléité de candidature venant de la « base » . Ainsi, le marcheur Schneck en a fait les frais, qui s’est donc retrouvé coincé devant la porte de larem locale, habilement refermée par Lafitte et Mimi/Yaya.

    L’investiture nationale de larem lui étant hors de portée, Il ne lui restait plus qu’une candidature en solo pour pouvoir occuper convenablement sa retraite et nous déclarer en toute liberté son amour de la ville. Le match rebondit entre l’énarque ès finance de gauche Lafitte, et l’énarque ès éthique du btp Schneck.

    Mimi et Yaya sont fortiches en stratégie, ces psychologues de métiers , à l’éthique irréprochable par définition; du point de vue de l’intégrité, la parité au modem est assurée. Ils ont parfaitement manœuvré, avec l’aide des marcheurs locaux, qui sans boussole autre que celle de l’énarque zigzagueur Lafitte, n’y ont vu que du feu.

    La deuxième phase du plan génial de la reconquête a cependant rapidement toussé. Car entre temps, les fortes odeurs des magouilles biarrotes ont commencé à piquer les narines (bien peu) sensibles de larem nationale. Mais trop tard pour agir. Erreur stratégique suite à une confiance aveugle en larem locale, et donc un défaut d’attention aux rares avertissements .

    En effet, grâce à un sens du placement admirable et dans un tempo remarquable, nos petits malicieux ont verrouillé leurs positions : Mimi/ Yaya et Lafitte sont à la manœuvre sur tout le Pays Basque intérieur et sur la côte (partout donc ! ), tandis que Mimi parle désormais aux grands de ce monde, accompagné de son fidèle chambellan.

    Le problème s’avère de taille pour larem nationale, qui a tout intérêt à apaiser le jeu en période de couverture médiatique du G7, où les affaires Biarrotes pourraient intéresser quelques médias et bénéficier d’un écho élargi… jusqu’à éclabousser le pouvoir ? À l’heure où un ministre tombe à cause d’un homard, le risque n’est pas à prendre à la légère. Et à Biarritz, la matière ne manque pas pour questionner et critiquer l’utilisation de l’argent et du patrimoine public… au service d’intérêts privés, et politiques.

    Dans les prochains jours se jouera donc la survie du tandem, qui cherche à se construire une nouvelle image, et doit veiller à ce que tout se passe pour le mieux.

    Sur le plan de la sécurité, le risque est inexistant, étant donné l’arsenal policier et militaire présent. Sur le plan des affaires, par contre, on pourrait y voir comme un symbole d’une certaine façon de procéder des partis au pouvoir… une petite tâche à éviter sur les nappes écarlates des tables du Palais.

    C’est pourquoi Destizon est envoyé pour calmer le jeu, le temps que la grosse caisse du G7 vienne ensuite couvrir cette petite mélodie d’indignation qui monte.
    Destizon ne sert à rien d’autre que de concentrer les critiques locales, et sera de toute façon sacrifié le moment venu, lorsqu’il s’agira de lui mettre sur le dos (ainsi que ses prédécesseurs à ce poste) la gestion hasardeuse de l’urbanisme. Destizon n’est qu’un pion.

    Reste à savoir si le tandem, solidement en place comme une moule accrochée à son rocher, peut être remplacé sans perdre le double rocher Biarritz . Le dilemme est difficile à trancher, car la campagne a déjà démarré pour certains et le temps presse désormais. Heureusement Mimi prudent, et grand seigneur, a dit se prononcer peu après le G7.

    Seront-ils confirmés, malgré les risques des affaires (le matelas de voix est il suffisant), et ainsi propulsés par le G7 dans la campagne comme un zapata sur réacteurs ? Ou bien… un homme providentiel descendra-t’il du ciel plein de promesses et de cadeaux ? Un ministre serait du plus bel effet sur des biarrots qui aiment être flattés…

    LaFifitte, quel que soit le choix et le sort de Veunac, la joue placé, il sera présent sur une liste à couleur Larem, numéro 1,2,ou 3,quelle importance, il sera de nouveau aux finances . Quel stratège !

    Ces délétères salissent Biarritz et ses habitants. La ville est coincée, ses finances sont au plus bas, et la hyène ne lâchera pas son territoire d’Iraty sans grosse contrepartie. La solution consiste donc à monter d’un cran la négociation en passant le dossier à l’agglomération, vice-présidée par Mimi.. . Quelle Malice !

    Ces manœuvres sont à comprendre dans un projet de réaménagement ambitieux de la zone iraty-négresse-alentour, pour lequel Lafitte pense avoir un boulevard désormais (ha bon ?!)

    Le spéculateur sera-t-il associé au projet, ou bien poussé hors du territoire d’Iraty, avec honneur et coquette rétribution, faisant place nette pour un plus gros ? Suspense !

    Le pire est à craindre et à venir, car le dossier va être piloté à l’agglomération par le Trio des bâtisseurs (de grandes surfaces) Veunac-Olive-Etchegarray, alliance Modem-Droite, avec un fort soutien de Larem

    Ainsi, le style Lafitte-Veunac mis en œuvre avec le résultat que l’on connaît à Biarritz, va essaimer sur tout le PB, et risque de créer de gros dégâts à une échelle plus grande.

    Leurs rêves sont déjà nos cauchemars. Réveillez-vous Citoyens !

  8. Toutes ces prétendues stratégies- l’intervenant qui les développe savamment et joyeusement, semble accepter la situation actuelle, marquée par la corruption de nos prétendues élites ?- des uns, des unes et des autres, qui s’appuient sur la malhonnêteté de tous ces personnages politiques à quelque niveau qu’ils agissent, ne devraient avoir aucune valeur dans une démocratie vraie. Et la démocratie n’est efficace que si elle existe partout et tout le temps. Il n’ y a pas de démocratie en France et à tous ses étages, tant les pratiques mafieuses y font bonne garde. Pour la rétablir, le chef de l’Etat doit donner de gros moyens à la justice française. Il faut mettre en prison tous ces personnages politiques qui mentent comme ils respirent, afin de satisfaire leurs seuls intérêts personnels. Un gouvernement de salut public s’impose en France, afin de rétablir la démocratie. Dans une vraie démocratie, Monsieur Bayrou, mis en examen, ne devrait pas pouvoir se représenter, par exemple. Quand un homme ou une femme vole un pain, le premier venu crie au voleur. Mais quand un élu ment, intrigue, viole la loi, voire pis … etc…. on s’indigne et c’est tout. On se dit, c’est la politique ! Il va bien falloir bientôt faire le ménage en France.

    • Si cette situation vous dégoute, vous pouvez vous engager dans la campagne et défendre vos idées. Au cœur du projet démocratique, il y la citoyenneté et une justice équitable. Si personne ne se bat pour la démocratie, elle mourra, tout simplement.

  9. Je ne crois pas une seconde que la mairie ait « déposé plainte puis retiré sa plainte  » et que le parquet n ait pas poursuivi.
    1/ Si le parquet ne poursuit pas, c est qu il considère qu il n y a pas d infraction . Dans ce cas là, on continue les travaux sans permis. Pourtant DELALONDE aurait déposé 7 permis…
    2/ Même si la mairie de BTZ retire sa plainte, c est le procureur , avisé des faits qui décide de poursuivre ou pas, même avec un retrait de plainte.
    Rien ne tient dans la déclaration de DESTIZON, juste un gros bobard.
    Ce serait sympa que la presse nationale et internationale rédige qques articles sur le fonctionnement de  » LEVALLOIS LES BAINS  » .

  10. Monsieur dit « Peio »

    Je lis les réponses à vos attaques qui, de part la qualité des intervenants, non anonymes, me rassurent.

    Vous parlez de plusieurs opérations immobilières et « vous seriez très heureux le moment venu de me poser des questions sur des permis obtenus par mon père ».

    Le moment est précisément venu et je réponds, ci-après, à votre message :
    Il s’agit en tout et pour tout, de deux permis de construire et je vous invite à procéder à toutes formes d’investigations pour vérifier mes dires.

    1. Permis de construire N°06412210B0104 en date du 19 novembre 2010 délivré par Monsieur le Maire Didier Borotra. Cette maison est celle de mes parents : ils y habitent depuis 2013.
    2. Permis de construire N°06412214B0025 en date du 22 avril 2014 délivré par Monsieur le Maire Michel Veunac, vendu le 24 mai 2017.
    Etant Adjointe à l’Urbanisme à l’époque, je me suis naturellement dessaisi de ce dossier et les instructeurs du service urbanisme l’ont instruit en application des règles strictes du PLU en vigueur dans la commune. Ce dossier n’a fait l’objet d’aucun recours de tiers.

    Par ailleurs, Vous parlez de « plus-values considérables ». En l’occurrence, mes parents habitant toujours leur maison, objet du Permis de Construire N°06412210B0104.
    Vous visez exclusivement le PC N°06412214B0025.
    Vous conviendrez qu’une fille n’a pas un droit de regard sur le patrimoine de ses parents. Contrairement à vous, je ne dispose pas des éléments chiffrés.

    Enfin, vous concluez votre message par le proverbe suivant :
    « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».
    Je ne vois dans ce dernier qu’une forme de sagesse.

    Je vous souhaite de belles fêtes de l’Assomption.
    Nathalie Motsch

    • A propos, ça fait des mois qu’on a droit à des sous-entendus frôlant de très près la diffamation sur les supposées mirobolantes opérations que N. Motsch aurait permis à son père de réaliser. Et que d’aucuns nous annoncent des révélations fracassantes dont N. Motsch ne se relèvera pas.
      Alors les grands courageux en espadrilles derrière leur écran, allez-y, balancez les vos révélations. Mais maintenant parce que le 15 mars ça sera trop tard. Et balancez les sous votre nom et avec votre photo (ce, même si vous êtes physiquement aussi vilains que vous l’êtes moralement). Pour l’instant vous êtes juste de misérables apprentis corbeaux, du même type que les harceleurs du Net qui se la jouent penauds et bafouillant quand ils se retrouvent au tribunal.
      Et par ailleurs, comment se fait-il que seules les opérations de M. Chemel vous intéressent ? La villa Sion et bientôt la villa Fal c’est autrement plus grave qu’une éventuelle plus-value mais manifestement, pour vous ça c’est tout à fait normal. Etonnant non ?
      PS : ne vous fatiguez pas à imaginer un complot de la secte des Nathalie, je ne connais pas Nathalie Motsch et elle ne me connait pas. Simplement les gens de votre espèce me dégoutent.

      • Nath B,vous ne savez dèbattre qu’en vous posant en dètentrice de vèritè et en insultant,je ne me mettrai pas à votre niveau,dans ce sens ,vous n’apportez pas grand chose au dèbat.
        Pour l,heure Mne Motsch n’a pas démenti mon information que c’est bien la sociètè de marchand de bien de son père,Mr Chemel,qui a obtenu le permis de construire au 77 rue pierre de chevignè à Biarritz,en 2014 ,sous le mandat d’adjointe à l’urbanisme de Madame Motsch,et qui lui a permis de réaliser une plus-value considérable (etalab.gouv.fr) à la vente en 2017. Si cela ne vous dérange pas,moi si.
        Récemment, le ministre de Rugy à du démissionner pour bien moins que ça.
        Quand aux questions que j’ai poées à l’ex adjointe à l’urbanisme concernant les travaux du 77 rue pierre de Chevignè à biarritz, j’aurai l’occasion ,de lui demander lorsque sa candidature à la Mairie de Biarritz sera déclarée.
        Quant à vos accusations d’anonymat ,il me semble que vous l’êtes tout autant que moi.

    • Les prix de vente de l’immobilier sont publics sur le le site du service public ,etalab.gouv.fr
      Le permis de construire du bien (77 rue pierre de chevignè à Biarritz) obtenu en avril 2014 et revendu en mai 2017,a été obtenu par la société de marchand de biens dont est gérant le pére de Mne Motsch.
      Comme,elle nous l’indique ,Mne Motsch n’a pas instruit le dossier du permis de construire de son père, il me sera donc difficile lui poser de légitimes questions sur les travaux réalisés.

      • C’est marrant comme vous vous gardez bien de les poser par écrit au maire vos « légitimes questions”. C’est tellement plus joli de faire des sous-entendus planqué anonymement derrière son écran. Minable.

  11. Bravo ! Clochemerle continue ; je ne pense pas être le seul citoyen de cette ville à être effaré par l’absence de débat véritable sur ce site, un débat d’idées, un débat politique au sens noble du terme, pourquoi pas jusqu’à la polémique ou à la controverse. A de trop rares exceptions, j’ai l’impression au contraire qu’on vide les caniveaux, qu’on soulage sa bile, qu’on évacue ses humeurs, qu’au mieux on prend ses marques pour la compétition qui vient ; vous ne croyez pas qu’en voilà assez ? Que les Biarrots méritent mieux que ce mépris ? Puisque certains intervenants sont des acteurs de la vie locale, ils seraient bien inspirés d’adopter un comportement digne de la considération qu’ils doivent à leurs concitoyens. Nous n’avons que faire de votre linge sale ; lavez-le entre vous, le cas échéant devant les tribunaux. Parlez-nous de politique, enfin.

    • La politique Biarrote n’est malheureusement pas organisée autour de débats clairs, mais dans une rivalité virulente entre personnes qui se détestent. La confusion règne, et les Citoyens intéressés à la vie de leur cité en sont réduits à interpréter les lignes politiques, les idéologies donc, derrière ces nombreuses actions/inactions sans queue ni tête. .. Ce bordel est-il organisé volontairement ? Je ne saurai le dire, ce serait prêter peut être trop d’intelligence à ceux à qui cela profite.
      Les idées ne manquent pas pour l’avenir, et il y en aura des pelletées lors de la future campagne. Mais lorsque les intérêts des barons locaux sont si inextricablement liés, les seuls à pouvoir remettre tout cela sur le bon chemin sont, encore et toujours, les citoyens. Et mieux ils seront informés, mieux peut-être voteront ils, en tous les cas en connaissance de cause. C’est déjà beaucoup si une information autre que Biarritz Mag peut leur parvenir et les interpeller.

  12. Après Alonso, nous avons Peio !!! Même niveau dans la qualité des tirs !!!
    Juste une remarque sur N MOTSCH. Depuis son « arrivée » dans l opposition , on ne peut que constater la qualité de ses interventions tant sur le fond que sur la forme.
    PS: Mon second prénom n est pas Nathalie et je ne fais pas non plus parti de la secte.

  13. Cher Alonso, Si je signe JP, c est à la demande de ma compagne qui est née, vit et travaille à BTZ. Elle sait que des gens  » courageux » comme vous seraient capables de lui nuire. Il est vrai que votre qualité de retraité et de  » suce boule  » du seigneur de lalonde vous éloigne de toutes ces considérations.
    Je participe également à un blog sur ma ville d origine plus au sud de BTZ ou je signe mes interventions.
    Mr ALONSO ? , BROCAS ?,vous me reprochez mon anonymat mais peut être au détour d une rue, nous nous croiserons et qui sait….si courage m en dit !!!!

  14. Bonjour,
    Et un de plus un..selon la position de mimi et tout en restant ministre selon la volonté du premier!Et fifite ????

    Municipales : le ministre Didier Guillaume pourrait être candidat à Biarritz en 2020
    A La Une Politique Élections Municipales À Biarritz
    Publié le 20/08/2019 à 8h59.sudouest.

    … Selon France Info, Didier Guillaume aurait confirmé en privé une rumeur qui circulait déjà depuis quelques temps : il se prépare bien à briguer la mairie de Biarritz lors des municipales 2020.
    Il faudra néanmoins attendre de connaître la position du maire MoDem de Biarritz, Michel Veunac, pour éviter tout court-circuitage entre le MoDem et LREM….

    Cumul des responsabilités ?
    Enfin, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a également informé qu’il ne souhaitait pas abandonner son poste de ministre s’il était élu maire, rapportent nos confrères de France Info. Il faudra attendre de savoir quelle sera la règle fixée par le Premier ministre Edouard Philippe à ce sujet. Ce dernier pourrait autoriser le cumul des responsabilités de ministre et de maire pour les villes de moins de 30 000 habitants. Comme c’est le cas, à Biarritz…

    • C’était couru, les forces spéciales débarquent pour remettre fissa de l’ordre. Mimi va être accompagné vers la sortie sans brutalité et avec les honneurs. Avec un peu de suspense pour amuser la galerie pendant que les choses sérieuses se préparent (carte électorale et répartition des postes) . Lafrite qui jouait placé reste dans la course, sauf si ça éclabousse trop, mais qui d’autre et comment se passer d’un tel talent ?
      Schneck Motsch et d’autres compatibles vont-ils se regrouper pour limiter ensemble les dégâts, où se compter au premier et jouer le duel. Ou bien la triangulaire avec le FN ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s