La Ville plutôt que vos nombrils

Gros malaise face à la multiplication de candidatures qui semblent relever de l’aventure personnelle et de la volonté de monter une petite boutique électorale à vendre au plus offrant.

(Toute ressemblance avec des nombrils connus dans la Ville serait pure coïncidence)

Si vous êtes un citoyen ou une citoyenne en manque de câlins ces derniers temps à Biarritz, Bisque, Bisque, Basque ! a un truc infaillible pour vous. Descendez dans le centre-ville avec un panneau accroché autour du cou : « Prêt à être sur une liste. Place indifférente ». Vous n’allez pas patienter une minute avant que quelqu’un ne vienne vous cajoler, vous encenser et vous affirmer que vous êtes exactement la personne qu’il recherche. Vous êtes stupide, raciste ou homophobe, ce n’est pas grave, il faut de tout pour faire un monde et c’est tellement dur de trouver trente-cinq personnes pour faire une liste. En effet, pas une semaine ne se passe sans qu’un nouveau candidat ne se déclare. Avec à chaque fois le même discours : « Il est trop tôt pour vous en parler, mais vous allez être surpris par mes soutiens » (Celle-là, elle n’est pas neuve !) avant de conclure : « Avec mon équipe, nous travaillons d’arrache-pied à un programme qui va émerveiller les Biarrots ».

Tête de liste, sinon rien !

Et bien évidemment, avec un manque de modestie un peu sidérant quand on connaît la complexité actuelle d’un poste de maire, tous les candidats et candidates qui pensent à la mairie de Biarritz tous les matins en se rasant ne peuvent imaginer un autre poste que celui de tête de liste. Ils sont déjà six à s’être déclarés, autant à être presque déclarés en guettant la fenêtre de tir idéale, et presque autant à se demander comment ils pourraient faire partie du futur casting, en occupant évidemment un poste… de tête de liste. Comme le disait Didier Borotra, « la politique, c’est simple. Il faut trouver trente couillons prêts à vous suivre et après vous faites à peu près ce que vous voulez ».  

Ce bal des ego est insupportable pour le citoyen lambda. Tous les futurs candidats, que ce soient ceux qui se sont déjà déclarés ou ceux qui trépignent d’en être, estiment qu’un deuxième mandat de Veunac serait catastrophique. Mais, il n’y en a pas un pour se montrer capable de fédérer, pas un pour accepter de se joindre à l’autre en reculant dans la hiérarchie de la liste, pas un pour sacrifier son ego et envisager une sorte de liste de salut public qui, au prix d’une concession individuelle et d’un peu d’humilité, regrouperait les talents et tenterait de sortir la Ville de son marasme actuel. Au lieu de cela, on va droit vers des aventures personnelles qui finiront piteusement en ralliements contraints et forcés au soir du premier tour. Ce que Biarritz a déjà vécu en 2014. Une mécanique bien connue des politologues qui s’appelle la machine à perdre.

Malaise sur le fond

Alors oui, des dents vont grincer à la lecture de cet article, mais je ressens un énorme malaise face à la mascarade électorale qui semble se dessiner. Pour moi, un bon candidat, c’est un candidat qui se retrouve éligible presque par hasard. Des mois, voire des années avant l’échéance électorale, il porte un projet, rameute les citoyens, se bat pour ses idées et fédère, avant de prendre conscience que personne ne saura mieux défendre ses idées que lui-même, ce qui le décide à être candidat.

Mon sentiment est que tous les candidats actuels s’y prennent à l’envers. On monte un petit groupe, on compose avec les sensibilités de chacun et ensuite, après avoir annoncé triomphalement sa candidature, on élabore à la hâte un programme pour avoir l’air crédible. Une sorte de Meccano improbable où pour contenter tout le monde on s’efforce de faire rentrer des pièces carrées dans des trous ronds. La plus sûre façon de se planter si on veut vraiment gouverner une Ville en harmonie avec les citoyens au lieu de se contenter de la satisfaction de porter l’écharpe tricolore.

Malaise sur la forme

Sur la façon de se déclarer soudain candidat, je suis tout aussi heurté. Dans ce blog, j’ai répété pendant sept ans que, mon père et mon grand-père ayant été maire, j’arrêtais là la malédiction familiale et que je ne serais jamais autre chose qu’un commentateur de la vie publique. S’il me venait soudain à l’idée de succomber à la mode du moment et de monter une liste, je crois que certains fidèles de ce blog se manifesteraient. Ils auraient totalement raison.

La candidature de Marine Batiste, alias The Blond Biarrote, annoncée samedi dernier, n’est pas plus ridicule que d’autres, car il est nécessaire que la vie publique se renouvelle. Mais elle ne l’est pas moins quand on affirme sur tous les tons qu’il faut empêcher Veunac d’être réélu et qu’on sait parfaitement qu’on affaiblit le camp des opposants. Au point que Sud Ouest, à l’heure où cet article est publié, n’a consacré à cette candidature que quelques lignes dans Le Piéton.

Avec seulement trois ans de présence à Biarritz, le bon sens politique aurait été de faire ses classes en défendant ses idées au sein d’une liste proche de ses convictions. Et de ne pas duper ses lecteurs avec un blog à la ligne éditoriale fluctuante qui n’était qu’une sorte de cheval de Troie journalistique pour mieux lancer sa candidature.

Futurs candidats, si vous voulez battre Veunac ou son clone Lafite, ce qui pour nombre de Biarrots constitue la priorité des priorités au vu du mandat désastreux qu’ils viennent d’accomplir, tous autant que vous êtes, arrêtez de jouer perso et unissez-vous. Et cessez une bonne fois pour toutes de vous contempler le nombril tous les matins dans la glace. Même si les électeurs biarrots ont bien compris qu’il n’y a que des surdoués qui se présentent pour conquérir leur ville.

 

46 réflexions sur “La Ville plutôt que vos nombrils

  1. Toujours aussi clair limpide et imparable M. Viollier.
    Parfaitement résumé à la fois sur le fond et sur la forme. Je suis comme vous je préfèrerais voir se fédérer les personnes de bonne volonté quelque soit leur appartenance politique si elles œuvrent pour le bien-être des citoyens. Il y a des urgences qui mériteraient largement que l’on laisse son ego au placard, tant aux niveaux local, nationale et internationale.
    Encore une fois merci pour votre lucidité intellectuelle et politique sur le microcosme Biarrot .

  2. C’était également mon sentiment, des candidats sans idées, et quand ils ont des idées, elles ne répondent que très partiellement aux problèmes des biarrot.e.s.. Ces candidats vivent dans leur petite bulle égoïste et paranoïaque. Ils devront répondre à des questions précises, et se positionner aussi par rapport à des contre propositions précises de la part de citoyens engagés. Nous verrons que leur engagement repose essentiellement sur une très haute estime d’eux-mêmes, et donc du vent. La seule issue pour Biarritz est vers le haut. Et aucun de ceux qui prétendent nous représenter pour l’instant n’ont de réponses crédibles à des sujets de fonds qu’ils ne comprennent pas. Leurs propositions nous entraînent vers des destinations qu’on sait depuis longtemps devoir éviter. Leur tempérament les enferme dans une aventure solitaire là où nous avons besoin de construire du collectif. Il faudrait du courage dans les mots et dans les actes.

  3. Tout à fait d’accord …Certains agissent déjà dans l’intérêt de l’équipe en place,sciemment !

  4. Aucun(e) de ces prétendants n’a la capacité et la personnalité pour être maire de Biarritz. Le reste c’est du cinéma pour remplir leur vie. Et le fait qu’ils/elles ne trouvent que 3 clampins pour mettre sur leur liste est simplement l’expression de leur manque de leadership et de compétence. Et le pire c’est qu’au final on les retrouvera bien au conseil municipal. Un petit poste d’adjoint ça ne demande pas beaucoup de temps ça rapporte un peu (voire pas mal quand on grenouille dans des structures satellites) et ça permet d’exister.

    • Soit mais une fois qu’on a dit ça NathB : concrètement on fait quoi ?

      Ils/Elles ont le mérite d’y aller pendant que vous et moi sommes confortablement installés derrière nos claviers et ne sommes pas candidats.

      Encore une fois au final, on aura ce qu’on mérite.

      • Non ils/elles n’ont pas le mérite d’y aller ! Parmi ceux qui sont actuellement élus vous en avez vu un seul présenter son bilan ? non aucun même ceux qui le promettaient. parce que le bilan il est tout sauf glorieux et parce qu’au fond ils s’en foutent. Ceux et celles qui « y vont » n’ont pas les compétences* pour, pas le moindre programme, et de zero à 10 personnes sur leur liste. Ils vont à la soupe absolument rien d’autre alors certes, si on n’a pas mieux on n’a pas mieux, mais de là à trouver du mérite à des velléitaires mus par leur seul intérêt non et non.
        * être maire actuellement ça demande de réelles compétences juridiques et economico-financières, quand on ne les a pas on est pieds et poings liés à un adjoint qui les a (suivez mon regard) et/ou aux directeurs des services…et/ou à des experts qu’on paie à prix d’or.

  5. Bien sur qu’il fallait une liste d’union dès le 1er tour mais c’est un rêve d’enfant qui crois au père noel (pourtant je l’avais exprimé à plusieurs reprises ce qui montre que je reste jeune malgré le poids des ans). Soyons réalistes: l’union, les coalitions, ce n’est pas la culture FR

    Calquer 1:1 ce qui se fait ailleurs pour tenter de l’implanter chez nous en pensant que la pousse va prendre ne fonctionne pas car il manque la culture environnante qui va de pair et qui précisément permet l’action que l’on imagine pouvoir copier facilement (les suisses débattent depuis des centaines d’années. chez eux pas de Louis 34, napoléon 17, de Gaulle le sauveur ou toute autre figure paternaliste et verticale etc.)

    Donc nous avons une multiplicité des candidatures et alors?

    D’abord il me semble que ce soit plutôt sain que des gens se présentent dans un contexte où la politique est décriée de toutes parts et ou les vocations à devenir maire fondent comme neige au soleil. Le problème n’est pas tant le nombre de candidats que… l’électeur/l’électrice qui glissent le mauvais bulletin dans l’urne Jean-Yves.

    Personne n’est obligé de voter Veunac donc si il obtient un nombre suffisant de voix et passe le 1er tour, force sera de constater (que cela nous plaise ou non) qu’il a un soutien parmi les votants.

    Après on peut toujours tenter d’expliquer que son élection est due à Pierre, Paul ou Jacques, à la pluie ou au soleil (les 2 fonctionnent comme justifications). Au final les Biarrot.e.s auront ce qu’ils méritent.

    Si le choix est large pour le 1er tour il y aura tu as raison, une dispersion des voix qui va bénéficier au sortant (s’il se représente). Mais combien chacun d’entre eux/elles va-t-il/elle peser: quelques % tout au plus.

    Donc il est encore possible que les candidats anti-Veunac se regroupent derrière l’alternative au 2ème tour (espérons que ce ne soit pas le front national), soit Veunac est ré-élu.

    C’est à ce moment décisif que nous verrons qui a une colonne vertébrale, qui n’en dispose pas et trahit. Dans un système électoral ouvert comme le notre, chacun est libre d’être sur la ligne de départ pourvu qu’il satisfasse aux règles en vigueur après ce sont les électeurs qui désignent. Donc si Veunac recueille suffisamment au 1er tour pour se qualifier, il nous faudra accepter (comme avec le procès Borotra) que avec les règles en vigueur et le bilan du sortant, assez de monde le soutien pour vouloir le voir effectuer un 2ème mandat.

    Enfin en ce qui concerne Marine Batiste, la dernière candidate déclarée je note un profil plus jeune, différent et intéressant par son parcours. Attendons de voir son programme et son équipe pour le porter avant d’émettre un jugement définitif. On ne peut pas se plaindre de ne voir que des « vieux mâles blancs » pour aussi sec critiquer les alternatives.

    Que le/la meilleur.e gagne !

    PS: Si ça continue je fais comme NathB et je monte ma liste : « Occupez vous de vos affaires votez Paul Bismuth il s’occupera du reste ».

  6. Il est clair que la multiplication des candidatures n’est pas de bon augure pour que Biarritz se débarrasse enfin de MM Michel Veunac et Guy Lafite et leurs amis….Je ne peux pas croire, que les Biarrotes et les Biarrots, puissent encore choisir pour maire, un homme qui a perdu tout crédit ? Il suffit donc, si Monsieur Michel Veunac, qui me semble un peu las- je l’ai vu passer au quartier Saint Charles, samedi dernier, bien entouré de deux jeunes nervis; cet homme marche d’un pas lourd et ne respire pas la santé…Quand on est candidat à une fonction comme maire de Biarritz, il faut avoir les reins solides !Il y a tellement d’opposants ! Même ses propres colistiers grossissent leurs rangs !- se présente à nouveau, de bien informer les électrices et les électeurs, à partir de faits incontestables, la véritable identité de cet élu. Les écuries, la villa Sion, le contrat public confié en 2016 au fils de Didier Borotra, et dont l’avenant est signé par Monsieur Destizon le 31 juillet 20017, d’autres contrats publics illégalement conclus dorment à la cité de l’océan dont Monsieur Michel Veunac, violant la loi française, me ferme l’accès depuis un an, l’organisation au printemps 2017, d’une coûteuse mondanité – 180 000 euros ? Personne n’en parle ( on réclamera pendant la campagne électorale la vérité sur ce gaspillage) et pourtant, beaucoup y ont participé !Impossible d’avoir des informations à la Mairie, confirmant le montant d’argent public gaspillé? – pour complaire à son prédécesseur Didier Borotra, condamné par la justice française etc.. ce sont bien des faits, dont la justice se préoccupera à terme. Dussé-je me répéter, la justice est saisie.

  7. « Prêt à être sur une liste. (Programme et) Place indifférente(s) », en voilà une bonne idée de T-shirt !
    Si vous lancez un tirage bientôt, pourriez vous prendre 2 xl pour moi svp, en 2 couleurs (vert et blanc par exemple)? On fait un achat groupé x100, x1000 ? Nous aurions besoin nous aussi, Biarrot.e.s, de faire notre petite révolution des T-shirts, sur les plages, les places et les jardins de notre Ville. Y inviter nos surdoué.e.s à des débats avec les citoyens ? Modérés/relancés par des journalistes sérieux ? Y Réinventer Biarritz ?
    La première chose à faire pour éviter à notre ville de sombrer définitivement dans des eaux infectées de plastiques et bactéries mutantes…, ne serait-ce pas de réanimer la démocratie ? Revivifier la démocratie fait-il partie des propositions des actuels candidats ? Pas grand chose à se mettre sous la dent…
    Et bien voilà une 1ère doléance d’un humble citoyen à l’attention de nos tout autant humbles candidats : Rétablir la démocratie à Biarritz, le premier pas pour rendre à ses habitant.e.s un peu de fierté et de confiance en leur avenir. Et ça commence par l’organisation de vrais débats, de vrais échanges avec des vrais gens et de vraies questions de toutes sortes en attente de réponses. La politique est une chose bien trop sérieuse pour être délaissée par les citoyen.ne.s.
    Les sujets ne manquent pas, et il est temps désormais de faire qq chose…

  8. Bis repetita:

    si vous voulez obtenir une idée claire de la valeur de chacun.e des candidat.e.s AVANT le 1er tour, une seule solution : qu’un débat public réunissant tous les candidat.e.s soit organisé avec un.e modérateur/trice qui connait ses dossiers pour challenger ceux qui prétendent accéder à la mairie. En l’absence d’une telle confrontation il est difficile de savoir qui vaut quoi, qui veut faire quoi, comment qui réagit sur telle interpellation etc etc.

    Un tel exercice ferait tomber les masques assez facilement et serait très illustratif des faiblesses des candidat.e.s et de leurs projets, voir de leur bilan (pour celles et ceux qui en ont un).

      • Merci beaucoup Madame pour ce lien qui me rappelle de très bons souvenirs .

    • Organisons ces débats maintenant plutôt que d’attendre un débat de premier tour, une semaine avant l’élection. On ne va pas attendre que Macron et Veunac donnent leur autorisation quand même. Et reproduire les mêmes débats à l’ancienne qui ne disent rien du fond. Et puis seules les têtes de liste y participent, ce qui ne dit pas grand chose et nous perpétuent dans ce modèle vertical qu’il faut absolument tordre jusqu’à qu’il retrouve son horizontale… Des débats thématiques, ou chaque équipe envoie une ou deux de ses colistiers, des débats préparés et qui vont au fond des sujets, des débats répétés régulièrement. Avec de faibles moyens, et une organisation mini, nous pouvons organiser un débat diffusé sur internet.
      PS. : Et mon idée de T-shirt…?

      • je trouve l’idée d’un T-Shirt très bonne : il faut un slogan simple et clair donc le concours est lancé
        je propose (trop long) mais pour donner une idée

        Soyons fous: en 2020 élisons un Maire compétent

      • Je propose la confection d’un tee-shirt avec le slogan :

        Espèce rare
        CANDIDAT À RIEN

        Au rythme où on va, on va bientôt compter sur les doigts de la main les citoyens biarrots qui ne sont pas candidats.

      • idée sympa mais je préfèrerai quelque chose qui pointe sur les manquements actuels afin d’éveiller les consciences des citoyens.

        Nous avons besoin de compétenceS, de probité, de défense des biens publics etc.

        Donc je suis pour des T-Shirts politico-satiriques (et non uniquement satiriques).

      • Je prends 2 xl en coton bio svp, c’est moins irritant pour les peaux sensibles à la langue de bois

      • Proposition « Biarritz 2020, Soyons fous, mais ne nous trompons plus ! »…

    • Paul; je ne suis évidemment pas hostile aux débats publics, mais pas d’accord avec votre « il est difficilevdecsavoir… »
      Du moins pour certains candidats dont je pense être.
      Les Biarrots qui s’intéressent savent. Il suffit de lire…
      Il est vrai aussi que certains candidats interagissent peu, s’expriment peu, qu’on ne sait donc pas ce qu’ils veulent pour Biarritz. Ce n’est pas une marque decrespect pour les citoyens. M’accorderez-vous quectel n’est pas mon cas?
      Une supplication: Accepteriez-vous d’abandonner cette foutue et horrible « écriture inclusive » totalement blâmée par l’Académie française? Ce n’est pas ainsi qu’on défend les femmes et leur égalité avec les hommes pertinemment!

      • L’écriture inclusive est pénible à écrire et inconfortable souvent à la lecture. Pour ces raisons pratiques, elle est difficilement applicable. Elle nous oblige cependant, la vertu de la grammaire, à penser et écrire différemment, si l’on a ce souci sincère de l’égalité. Notre langue véhicule malgré nous quelques impensés, et elle doit donc aussi évoluer.

      • bonjour Mr Schneck

        je vous l’accorde ma formulation englobait tous les nouveaux candidat.e.s, nouveaux au sens pas actuellement élus.

        Je vous taquine avec l’écriture inclusive mais j’avoue que j’aime bien ce concept. Quant à l’Agagadémie je la laisse roupiller en paix (ils ne savent pas même que nous sommes en 2019 c’est vous dire). Plus sérieusement je considère qu’une langue doit évoluer au fil du temps. C’est le gage de son caractère vivant (vs. langue morte) mais je respecte votre point de vue sur la question bien évidemment.

        J’observe (et apprécie) que vous répondiez toujours aux interpellations sur ce blog quand les autres candidat.e.s déclarés et présentement élus lisent mais se gardent bien de prendre position.
        Leur passivité témoigne déjà soit d’un manque de courage (inquiétant), soit d’un manque d’idées (encore plus inquiétant), voire d’incompétence (effrayant).

        Personnellement habitué par mon parcours de vie dans les pays anglo-saxons à voir les élu.e.s/candidat.e.s interpellé.e.s répondre, je trouve parfaitement scandaleux de se taire lorsqu’on est ou lorsqu’on ambitionne de devenir un personnage public.

        Mais au final si les Biarrot.e.s souhaitent élire des marionnettes au bilan inexistant (quand il n’est pas carrément très mauvais), parce que leur nom sonne « local » ou parce qu’ils les connaissent « via via », alors qu’ils ne viennent pas pleurer.

        Bonne campagne et que le/la meilleur.e gagne.

  9. Chère NathB je suis bien d’accord avec vous qu’être Maire en 2020 requiert des compétences spécifiques et pointues mais vous savez aussi comme moi qu’un CV ne veut rien dire et que certains autodidactes se sont révélés excellents et que des « champions » sur le papier furent souvent catastrophiques (de surcroit un Maire ne devrait pas avoir à dépendre exclusivement des savoir d’un 1er adjoint ou des seuls services techniques. Le conseil municipal doit assumer son rôle pleinement et prendre une part active au travail COLLECTIF. C’est aussi terrifiant en FR de voir combien le conseil est vassalisé en majorité opposition au lieu de travailler sur le fond, c.a.d. sur les dossiers).

    Les sortants qui repartent pour un tour, de piste on les connait et leur bilan misérable aussi. Nul besoin d’y revenir.

    Pour le moment je me refuse à condamner les nouveaux venus avant que d’avoir lu leurs programmes et vu leurs équipes. Si au final ils n’ont personne pour porter un projet vide, n’ayez crainte cela apparaitra au grand jour et je pense que personne n’est dupe. Soyons fair play et critiquons sur pièces.

    Au final on fera avec ce que l’on a.

    • Qui ? quand ? où ? des gens qui n’étaient pas auparavant adjoints mais ont directement été élus maires ? si tel est le cas je serais vraiment intéressée par connaître leurs noms. En évitant les cas vieux de plus de dix ans parce que les choses ont bigrement changé en dix ans et pas en se simplifiant?

      • Certes la situation se complexifie grandement et maire en 2020 n’est pas maire en 1990 vous avez raison

        Mais si seuls les experts (suivez mon regard et le 1er adjoint actuel) étaient compétents alors on peut arrêter de voter de suite et nommer les « experts » aux postes à pourvoir (que je sois clair :je suis pour l’expertise et je préfère me faire retirer une dent par un dentiste diplômé que par un plombier. Il n’empêche que l’on ne doit pas exclusivement s’en remettre à ce facteur même si il est prépondérant aujourd’hui (il existe aussi de très mauvais dentistes ;o))

        Il n’y a pas de descriptif de poste pour ces jobs et on ne peut pas avoir une approche managériale pour une élection. Donc soit on continue de critiquer (avec raison en démocratie), soit on y va soit même si l’on pense que l’on peut contribuer utilement.

  10. Un « coup de gueule » de Jean-Yves Viollier que je reçois avec sérieux et conscience.
    Pertinent, forcément pertinent. Quoiqu’orienté, sur un seul objectif qu’ll revendique et dont il a fait sa ligne éditoriale cohérente et constante depuis des lustres: Éliminer Michel Veunacet accessoirement Guy Lafite.
    Mais un tel objectif (que je partage) se suffit-il à lui-même? Évidemment non si c’est pour voir arriver une municipalité patchwork d’alliances contre nature de soir de premier tour qui risquerait de nous offrirvtrès vite le même spectacle désolant que l’actuelle, un bal des egos truffé d’ambitions personnelles et de petits calculs pour six ans plus tard, aucun intérêt et grave calamité pour Biarritz, « bis repetita NON placent » En aucun cas je ne me prêterai à cela, je le promets.

    Biarritz a, à mon humble avis, absolument besoin de tourner une page.
    D’être dotée d’une municipalité soudée (l’opposition étant respectée) autour d’un projet précis incarné par un maire suffisamment charismatique et surtout ayant « l’étoffe et les épaules » pour tenir la fonction.

    Est-ce que je me crois capable d’être celui-là?
    Évidemment. Sinon, à quel jeu stupide jouerais-je?
    Mais c’est aux Biarrots et à personne d’autre d’en juger. Cela va de soi.

    Aux questions légitimes de JYV, j’ai déjà largement fait connaître mes réponses personnelles.
    Les faits de ma précampagne montrent que je ne suis pas concerné par tous les reproches justifiés qu’il fait aux candidats.
    Dès avril 2018, j’ai fait connaître mon « offre aux Biarrots » dans Sud-ouest et BBB.
    Je n’ai cessé de la développer ensuite.
    Je n’ai pas privilégié la constitution d’un fan club ni les racolages avant d’avoir un programme.
    Aujourd’hui, les Biarrots qui, s’intéressent savent exactement ce que je veux pour Biarritz.
    Avec mes premiers coéquipiers et soutiens désormais.

    Nul doute que nous prendrons des initiatives allant dans le sens du souhaitable évoqué ici.

    On y verra plus clair quand Michel Veunac aura annoncé sa décision de se représenter et les noms de ses premiers colistiers.
    On y verra plus clair, mais on n’en dira rien.
    À « Biarrit On T’aime! », une règle d’or: On ne parle pas des concurrents.
    Ce qui n’interdit pas de critiquer le bilan des sortants pour mieux montrer ce qu’on veut faire.

    • Puisque vous daignez passer par là quelques menues questions sur les points phares de votre programme énoncé à Sud-Ouest. Les phrases entre guillemets sont extraites du journal.
      « Il faut rendre le ciel au quartier de la Négresse », plaidez vous, promettant de « remplacer l’horreur paysagère et sonore qu’est le viaduc » par un tunnel et rénover le quartier de la gare « où les touristes arrivent et doivent bénéficier d’un accueil avec parking, parvis, liaisons avec le centre. »
      -quel est le chiffrage de ces deux chantiers ?
      -quel est le délai de réalisation de ces deux chantiers ?
      -qui finance ces deux chantiers ?
      -où passe le trafic du viaduc pendant la durée des travaux ?
      -le tunnel va de où à où ? passe sous quoi ?
      -comment détruit-on le viaduc sans risque pour les habitations en dessous ?
      -last but not least : ce viaduc n’est pas une propriété de la ville mais il appartient au Conseil départemental qui a interdit la végétalisation de celui-ci pour des raisons de sécurité. Vous avez pris des contacts au Conseil départemental avant d’annoncer votre projet ?

       » Il prône la transformation du réseau d’assainissement avec séparation des eaux usées et pluviales. « Le prix des travaux à faible profondeur est de 1 million d’euros pour 2 kilomètres. Cela prendra quinze ans, mais il faut commencer à investir enfin. »
      C’est dommage que ça n’ait pas été fait pendant les travaux du Trambus mais ceci est une autre histoire.
      Cette question est du ressort de la Communauté d’agglos. Comment pouvez-vous considérer comme un projet quelque chose qui ne dépend pas de vous ?

      « Le montage actuel et les risques pour les finances de la Ville seront évalués. Il serait inacceptable de perdre ce patrimoine sans avoir reçu la juste valeur. Sa vente diminuerait la dette et n’empêcherait pas qu’il reste l’Hôtel du Palais. »
      Si le Palais est vendu il deviendra ce que l’acquéreur veut en faire. Des gens dans cette ville racontent des fariboles sur une vente avec obligation de le garder en tant qu’hôtel. C’est totalement infaisable. Article 544 du Code Civil relatif à la propriété « La propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements. »
      Tout est dit. On est propriétaire : on dispose de son bien de la manière la plus absolue (sauf tripot ou bordel).
      Si donc le Palais est vendu il deviendra à brève échéance un ensemble d’appartements comme ça s’est passé pour tous les grands hôtels qui sont encore debout dans cette ville.
      Il n’y aura donc plus aucun établissement de luxe sur la Cote basque, la clientèle aisée ira au Maria-Christina. Les boutiques de luxe fermeront et les articles dans la presse parlant de Biarritz en montrant systématiquement une vue aérienne du Palais disparaitront. Ca c’est une certitude. Ce que je parie aussi c’est que cette copropriété posera très vite des problèmes, l’entretien étant fort couteux et les travaux à répétition et aux normes Batiments de France encore plus.
      Manifestement perdre ce patrimoine ne vous dérangerait pas, tout étant question d’argent, et les conséquences important peu. Ca ne m’étonne absolument pas mais il faut que les Biarrots le sachent clairement.

  11. LETTRE OUVERTE À:

    MAIDER AROSTEGUY
    MARINE BATISTE
    NATHALIE MOTSCH
    GUILLAUME BARUCQ
    RICHARD TARDITS

    Chers candidats et concurrents potentiels, surtout,et avant tout chers Biarrotes et Biarrots,

    La situation politique à Biarritz est critique.

    Je peux me tromper, mais je tiens pour probable que nous assistions d’ici quelques jours à une déclaration de candidature de Michel Veunac à sa propre succession. Il sera particulièrement intéressant de voir qui « part avec lui ».

    JE VOUS PROPOSE DE NOUS RÉUNIR POUR ÉCHANGER.

    Voir ensemble si des convergences suffisantes peuvent émerger entre nous qui, à des titres divers, souhaitent un vrai renouveau de Biarritz.
    Voir ensemble s’il est réaliste de vouloir mettre fin au bal des egos.
    Voir ensemble si l’une ou l’un d’entre nous pourrait incarner une « fédération POUR BIARRITZ.

    Une telle réunion devrait sectenir sans coéquipiers ni soutiens ni collaborateurs. Entre nous six. D’autres candidats têtes de listes, exclusivement, que je ne connaitrais pas encore, y seraient les bienvenus dès lors, soyons clairs, qu’ils n’appartiendraient pas à la majorité de Michel Veunac ou afficheraient clairement leur volonté de rompre avec lui.

    Se réunir, échanger, ce n’est pas se compromettre.
    C’est discuter en toute transparence devant les Biarrots de l’avenir de BIARRITZ.

    Biarritzement vôtre,

    Jacques-André Schneck

    • C’est assez pitoyable….dans le fond comme dans la forme. « il faut apprendre à désapprendre » dit le philosophe. Le citoyen de peu ajoute, « surtout quand la tête est remplie de cette façon »..Dégonflez le melon pour commencer…

      • Pour être plus précis, nous parlons ici de notre souhait d’une campagne avec des débats, afin de comprendre les différentes propositions, et pouvoir nous faire une opinion, etc. avec un petit espoir, malgré tout, de démocratie et de changements profonds, idées, méthodes, personnes, etc. Quelque chose qui nous donne au moins envie d’aller voter.
        En réponse, Vous nous proposez une sorte de Yalta local, une rencontre des chefs indiens (ou mafieux selon les inspirations) pour élaborer le plan et gagner la bataille des ultimes batailles contre le méchant Veunac, qui a déjà un pied dans la vie civile, et ainsi se préparer un nouvel ordre local pour les 6 prochaines années…, toujours entre chefs de gangs. C’est bien ça ?
        Je savais déjà que je ne voterais pas pour vous, mais là je viens de comprendre que Biarritz est vraiment dans la M…
        Je sens très mal ce que pourrait être un mandat avec vous.

  12. La candidature de Madame Batiste est puérile, mais surtout ne relève que d’un intérêt personnel et de satisfaction de son ego. Il est sûr qu’a cette heure ci Monsieur Veunac vous remercie tous, diviser pour mieux régner est la règle en politique. Au soir du premier tour cela se passera comme d’habitude, le maire sortant ou son suivant passeront aux deuxième tour et pendant ce temps, vous autres, n’arriverez pas à vous accorder et trouver un chef de file. Comme aucun ego ne voudra laisser sa place et rétrograder dans la hiérarchie, je vous assure Madame Batiste vous faite le jeu de Monsieur Veunac plutôt que de le contrer…..

      • Et votre ami M.Schneck qui ne poste ici que pour des moi moi moi moi, moi l’Unique, moi l’Indispensable, lui qui ne daigne pas répondre à des questions précises sur son programme de grands travaux ne relevant pas du ressort de la ville ni sur son vendons le Palais ça me permettra de financer mes grands travaux, il fait le jeu de qui lui ?
        Ni lui ni Marine Batiste n’atteindront les 5% donc ne pourront même pas fusionner au second tour mais ça ne change rien au fait que leurs deux candidatures sont aussi inopportunes et vaniteuses l’une que l’autre.

      • Chers amis,

        je ne suis pas d’accord avec vous et un tel raisonnement car

        1 – si on vous suit il ne faudrait qu’un ou une seule candidate face à Veunac. De facto quid de la démocratie et du droit à chacun.e de participer aux élections? qui désignerait le ou la candidate parfaite et selon quelles modalités ?

        2 – j’observe que vous tirez à boulets rouges sur Marine Batiste alors que vous êtes plutôt bienveillants avec les Barucq et Arosteguy qui eux ont un bilan (ou plutôt une absence de bilan).

        3 – De grâce laissez donc Marine Batiste présenter son projet et son équipe pour le porter et décidez alors en votre âme et conscience si elle mérite ou non de recevoir votre vote.

        On ne peut pas se plaindre de la crise des vocations et dénigrer ceux qui ont le courage de se présenter ou alors soyez consistent: si vous considèrez que tous les candidat.e.s en lice sont mauvais allez-y vous même !

        Perso je vois NathB et son esprit aiguisé comme une fine lame, analytique, synthétique, connaissant visiblement très biens les arcanes administratives, juridiques, parfaitement au fait des fonctionnements et rouages comme une candidate idéale. Je voterai NathB !….sauf qu’elle n’est pas candidate.

    • Qui fait le jeu de qui ? Je préfère raisonner en citoyen qu’en stratège de la carte électorale. La personnalité est importante, et déterminante dans une élection locale. Plutôt que d’ego, je préfère parler de courage et de confiance en soi. Lorsque cette confiance touche à la démesure egotiste, qui pour Veunac et Lafitte relève plus de la psychiatrie que de la politique, l’équipe doit faire redescendre sur terre sa tête de liste. Si c’est une aventure en solo, le candidat peut partir en roue libre.. avec personne pour appuyer sur le frein… Si c’est un vrai collectif, et s’il est moteur, alors cela devient plus intéressant.
      A suivre puisque les listes sont loin d’être constituées, et tous les candidats sont dans cette difficulté…

  13. Vous semblez tous sûrs et certains que Veunac se représente je continue à être convaincue du contraire.
    Vous semblez tous sûrs et certains que de nombreuses listes le favoriseraient, rappelez vous qu’en 2014 à Biarritz il y avait 8 listes, que Brisson devait gagner et ….on connait la suite. Rappelez vous qu’en 2002 Jospin avait tout pour gagner, qu’il a laissé 8 candidats se présenter à gauche et …on connait la suite.
    Une chose est sure c’est qu’une fois le paysage Veunac clarifié les choses bougeront.

  14. « Aucun de ces prétendants n’a la capacité ni la personnalité pour être maire de Biarritz »
    Cette simple affirmation ne clôt-elle pas toute possibilité d’échange? Et ne parlons pas des déversements de fiel et de méchanceté ultérieurs.
    Et antérieurs; Six ans les premiers. C’était la campagne 2014. Cela avait commencé par un échange musclé avec Jean-Yves qui aurait pu sembler définitif; Or, nous sommes devenus de vrais amis.
    Madame NathB, je ne crois pas que vous soyez une démocrate;
    Je ne crois pas que vous aimiez les êtres humains.
    Je ne crois pas que vous soyez capable d’une pensée positive, en tout cas je ne crois pas en avoir vu beaucoup, ni ici, ni sur Twitter, de votre part.
    Je ne crois pas que vous soyez le moins du monde soucieuse d’objectivité.
    Je ne crois pas que vous aimiez Biarritz ni les Biarrots ni que vous soyez capable d’empathie pour ce qu’ils subissent depuis des lustres.
    Je ne sais pas bien ce qui vous anime, si ce n’est un sans doute un certain antîénarchisme primaire et peut-être aussi une détestation des ingénieurs de l’aménagement du territoire, que vous avez avouée quasi-explicitement ici.
    J’ignore ce que vous avez vécu dans votre vie, mais visiblement cela n’a pas été gratifiant et je compatis.
    Le paradoxe est que vous exprimez bien, vous êtes certainement intelligente, mais que de nihilisme et de mépris pour vos semblables! Rien ni personne ne trouve grâce à vos yeux!
    Pour toutes ces raisons, je vous ai tendu la main, proposé des échanges plus directs, des rencontres, clairement avec l’espoir de vous persuader de l’authenticité de ma démarche.
    Vous avez craché dans cette main; Vous n’êtes capable que de cela, apparemment.
    Vous ne respectez rien ni personne et quand vous parlez de personnalité des candidats… Occupez-vous de la vôtre, je plains votre entourage et espère que votre psy est bon;

    Fin de partie pour moi en ce qui vous concerne; Je consacre mon temps aux Biarrots positifs épris de progrès.
    Continuez de répandre votre fiel ici et ailleurs. Moi, je veux diriger Biarrots pour et avec les Biarrots.

    • 1) vous aviez déjà écrit tout ça à peu près mot à mot. Évitez de le faire une troisième fois les lecteurs s‘apercevraient que votre mémoire est défaillante et que vous radotez
      2) on ne peut que noter que, le nez dans l’inanité de votre programme et incapable de répondre aux questions de fond, vous ne savez que manier l’injure et les ”Moi je veux diriger Biarrots“ que les lecteurs et électeurs apprécieront
      3) la politique ce n’est pas le Rotary Club c’est se colleter avec la réalité et toutes sortes de gens ce que vous êtes clairement incapable de faire. Retournez donc jouer au bridge ça sera mieux pour tout le monde.

      • C’est vrai quoi ! Profitez de votre retraite et stoppez votre campagne.
        Ce dont a besoin Biarritz, c’est aussi un changement de génération. Pourquoi ?
        Parce que votre génération nous a foutu dans la merde jusqu’au coup, et qu’il serait temps de laisser les places à ce qui vous ont trop longtemps supporté

      • J’approuve totalement votre analyse Madame. Dommage que vous ne soyez pas sur la liste de départ, toutefois je serais curieux de connaître vos souhaits pour Biarritz 2020.

        Par exemple en matière d’emplois, concernant également la présence de nouveaux parkings, ou encore le développement du commerce local . Concernant la culture avez-vous des idées intéressantes et novatrices ? Je suis également disposé si vous le souhaitez à vous rencontrer dès mon retour de Russie très prochainement, pour échanger . Avec pourquoi pas notre ami Jean-Yves comme invité VIP. Une terrasse de café pourrait faire l’affaire . C’est un biarrot qui vous écrit .

  15. Bonjour,
    Cela se précise (?)

    ….La chef d’entreprise et ancienne présidente du conseil de développement du Pays basque, Caroline Phillips se lance en politique pour les élections municipales à Biarritz.
    Caroline Phillips, l’ancienne présidente du Conseil de développement du Pays basque, se lance dans les élections municipales. Il ne s’agit pas d’une énième candidature comme tête de liste à Biarritz, elle rejoint l’équipe déjà constituée de Maider Arosteguy……

    Municipales à Biarritz : Caroline Phillips rejoint la liste de Maider Arosteguy.
    A La Une Pyrénées Atlantiques Bayonne
    Publié le 19/09/2019 à 10h21 par Pierre Sabathié.
    sudouest.fr.

    • Attention c’est du lourd. Vu l’actuel modèle de développement du Pays Basque, et son Haut Conseil au Grenouillage, le débat économique va enfin décoller à Biarritz. Trop drôle !

  16. Les avis peuvent diverger sur rien et sur tout, mais il n’en reste pas moins vrai que Nath B pose de vraies questions au sujet de la démolition du viaduc et de la création d’un passage pour voitures et camions sous la voie de chemin de fer. Je trouve, pour Biarritz, ce projet très intéressant, car ce viaduc, s’il est indéniablement utile, est une vraie horreur visuelle et sonore . Mais sa réalisation mérite des explications précises Tout le monde à Biarritz, appelle aussi de tous ses vœux la mise en place d’un double réseau, l’un pour l’eau bleue, l’autre pour l’eau grise, afin que nos plages soient toujours impeccables, mais la décision relève de l’agglo ! Quand la réalisation d’un projet dépend de décisions extérieures, tout est possible…….

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s