Un Le Gall magistral

Jean Le Gall est du style à arriver sur le Titanic en passager cravaté comme un milord, et, au moment où le bateau sombre, à prendre place au milieu de l’orchestre pour être certain de jouer la dernière note émise par le paquebot. Si « L’île introuvable » est en apparence le roman du triangle amoureux, avec un écrivain raté Olivier Ravanec, une forte femme éditrice Dominique Bremmer, et un truand somptueux Vincent Zaid qui va être visité en prison par la grâce et la littérature, c’est aussi le récit haletant de l’agonie de l’écrit, celui des marchands triomphant des créateurs, et aussi celui des « Quarante merdeuses », série en cours, qui ont succédé aux « Trente glorieuses » pour le plus grand regret de l’auteur.

Jean Le Gall, c’est une construction diabolique du récit, mais aussi et surtout le droit au chemin inattendu, à l’effet de surprise, à la phrase qui fait mouche. Comme l’affirme Ravanec à la fin du livre : « Je veux faire un roman romanesque où le sujet serait celui de la littérature. Où tout ce qui est proscrit dans les recettes habituelles serait autorisé : l’humour, la digression, le commentaire de commentaire, le mélange des genres, les longs dialogues, une pointe d’aventure, et même la politique. Une sorte de roman total, totalement emmêlé. »

Mais Jean Le Gall, c’est aussi une écriture nerveuse et incisive avec des bonheurs de lecture à chaque page ou presque : « Maxwell, les cheveux affolés par le vent, la chemise de lin claquant sur ses hanches, semblait descendre de la branche imbécile des hommes ». Et que dire de ce merveilleux : « La vie des hommes, quel mensonge : à la fin, on les met dans des boîtes placées sous la terre et on leur dit qu’ils vont au ciel. Tenez-vous bien : ils y croient ». À moins que vous ne préfériez : « L’imagination, tu le découvriras bientôt, ce n’est pas la faculté de former des images, mais celle de les DÉFORMER ».

Jean Le Gall, c’est enfin une œuvre qui se construit sous nos yeux, avec un auteur au centre d’un univers très personnel et qui progresse de roman en roman. J’avais bien aimé « New York sous l’occupation », puis adoré « Les lois de l’apogée ». « L’île introuvable », malgré sa couverture plutôt dissuasive à mes yeux, est un roman tout simplement magistral.

Il existe un moyen imparable pour reconnaître un excellent livre. La façon entêtante avec laquelle il vous poursuit, une fois que vous l’avez refermé. Dix jours plus tard, alors que je ne lis pratiquement plus de fiction et découvre avec ce livre à quel point j’ai tort, je suis toujours sous le charme de « L’île introuvable ».

« L’île introuvable« , par Jean Le Gall, éditions Robert Laffont, 420 pages, 21 €.

Tout sauf un « spécial copinage »

Jean Le Gall a été mon éditeur chez Atlantica à l’occasion de six livres. Un éditeur agréable et humain qui dialogue avec ses auteurs, suggère au lieu d’imposer et n’est jamais à court d’idées. Je regrette son départ. Mais, malgré les apparences, nous nous connaissons très peu tant nos univers et centres d’intérêt sont différents. Fidèle à l’esprit de ce blog où je ne parle que des livres que j’adore, je n’aurais donc rien écrit sur « L’île introuvable » si je n’avais pas eu le sentiment que ce livre mérite vraiment d’être découvert. Et, pour m’être abstenu auparavant, j’ai quelques copains ou confrères qui me gardent un soupçon de rancœur d’avoir « oublié » leurs livres. Mais la littérature, contrairement à la vie municipale, est quelque chose de trop sérieux…

Une réflexion sur “Un Le Gall magistral

  1. Oh oui. Naviguons vers cette île introuvable de la démocratie. La légende dit qu’un long phare blanc jadis y balayait l’océan. Mais que son gardien s’y mura, sous l’influence mesquine de son chambellan. Ils finirent écrasés sur des rochers en contrebas, voulant se sauver de la population qui demandait que la lumière leur soit rendue. Ainsi sombra l’île de la démocratie dans les abîmes…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s