Les sous-doués sont de sortie

Incompétences multiples, dissimulations avérées, attentats démocratiques à répétition, la garde rapprochée de Veunac, avec ses nouveaux ralliés, est affligeante.

Michel Veunac a du mal à suivre…

Une fois de plus, le dernier conseil municipal (4h30, tout de même !) aura été accablant, avec son collier de perles, de dissimulations délibérées et de tricheries démocratiques. S’il existe encore un Biarrot qui envisage de reconduire la majorité en place en 2020, nous ne saurions trop lui conseiller d’écouter attentivement l’ensemble du conseil pour se convaincre qu’il fait fausse route. Pour les autres, Bisque, Bisque, Basque ! s’est contenté de vous signaler les grands moments de cette désolante soirée.

https://www.youtube.com/watch?v=aTa2W8db1MI

AGUILERA : PAS DE DOCUMENTS JURIDIQUES POUR LES ÉLUS

The Blond biarrote va encore accuser Bisque, Bisque, Basque ! d’en pincer pour Nathalie Motsch, mais quel punch, quel talent oratoire ! Lorsque « Calamity Nathalie » intervient (59e) après la patouilleuse explication de Veunac affirmant que le projet d’aménagement d’Aguilera est désormais porté par la Ville et non par un opérateur privé et doit donc être soumis à l’Agglo au terme d’une procédure appelée « MECDU 2 », le silence se fait : « Vos explications ne correspondent pas à la réalité juridique. Vous la travestissez. Quand cette farce juridique va-t-elle prendre fin ? (…) Ce n’est plus le projet Pichet ou BO, c’est devenu le projet municipal augmenté. On l’a customisé, histoire que ça fasse propre et crédible. (…) Il faut arrêter de jouer au Monopoly. (…) Ôtez-nous de ce doute insupportable d’engagements que vous avez dû prendre auprès de certains pour manifester un tel entêtement juridique. »

Avec son air de ne pas y toucher et son physique de gendre idéal, il faut se méfier du Chazouillères qui dort. L’ancien adjoint sort du silence (1h13’) et son intervention fait très mal à la majorité : « Les éléments juridiques, on ne les a pas eus. Je m’étonne que ces textes n’aient pas été communiqués au conseil municipal. Les documents liés à une délibération doivent être produits. Surtout quand les conseillers le demandent. « 

Et Veunac, avec un aplomb insurmontable, d’essayer de calmer l’incendie : « on vous les fournira », ce qui est un peu scandaleux une fois que le vote de la délibération a eu lieu. Mais il avait déjà procédé à un tel attentat démocratique au moment des délibérations sur Le Palais.

AMIGORENA FAIT DU DEVOS

Grâce à François Amigorena, les Biarrots ont compris que le dossier est plus plurifonctionnel quand c’est la Ville qui le présente plutôt que l’Agglo.

« L’humour est la politesse du désespoir » dit l’adage. Face à tant d’incompétence, tant de mauvaise foi, François Amigorena vote pour le parti d’en rire afin que tout le monde comprenne à quel point les dés sont pipés dans cette délibération (1h18’). « C’est le caractère plurifonctionnel, joli mot, qui justifie que les services juridiques de l’Agglo refusent de traiter cette MECDU et la transfèrent aux services juridiques de la Ville ? Veunac opine mollement du bonnet tandis qu’Amigorena enchaîne : « Donc le projet présenté à l’Agglo par la Ville est PLUS plurifonctionnel que l’ancien ? » Cette fois Veunac est largué. Amigorena reprend : « Non, c’est le même ! Si le caractère de plurifonctionnalité est identique, quelle est la différence juridique ? Je voudrais avoir une explication claire et convaincante » On l’attend toujours, même si Lafite est obligé de s’y coller tant Veunac reste sans voix.

BARUCQ RELOOKÉ EN PRÉSIDENTIABLE

Tata Corine est passée par là.

On était habitué à ses tenues de surfeur, mais visiblement tata Corine Martineau est passée par là. La veste grise et la chemise blanche font désormais partie de la panoplie du presque candidat docteur, même si la volonté de ne fâcher personne reste la même. : « On a perdu beaucoup trop de temps. Ces grands projets là, il faut les calibrer dès le début du mandat. On a tergiversé infiniment sur la piscine. (…) Il faut préserver le bois de Montorian (…)  On diabolise beaucoup trop le BO à l’heure actuelle. Il est dommage de se déchirer sur un aussi beau projet. » Après avoir distribué une pincée de consensualité à tout le monde, Barucq votera pour cette délibération.

MIMIAGUE FAIT ROUGIR VEUNAC

Françoise Mimiague va ramener un peu de bon sens dans ce monde de brutes en rappelant que son service totalise actuellement « 1400 demandes de logements sociaux rien que pour les Biarrots. » La discrète adjointe précise sa pensée en rappelant que « la commune est propriétaire du terrain et c’est à la commune de décider qui sera le bailleur social » avant de porter le coup décisif « Pourquoi a-t-on fait appel au constructeur Pichet ? » Une excellente question qui fait rougir Veunac. Heureusement pour lui, Ghis Haye s’empresse de prendre la parole pour une intervention décisive « Je ne rentrerai pas dans ce débat qui me dépasse totalement ». Si c’était le seul !

TOUT DÉSORMAIS RAVIT SAINT-CRICQ

C’est quand même formidable la politique ! Pendant quatorze ans, l’avocat biarrot a trouvé que rien n’allait dans Biarritz. Et puis soudain visité par la grâce, il trouve depuis le vote de l’Hôtel du Palais, tout magnifique. Tandis que Maïder Arostéguy, à propos de l’aménagement de la zone d’Iraty s’étonne : « Pourquoi devons-nous dans ce dossier baiser la babouche de l’Agglo ? », celui qui n’a plus d’opposant que le nom prend la parole pour se déclarer « tout à fait favorable à l’aménagement d’Iraty » Qui aurait pu en douter ? Jean-Benoît Saint-Cricq se sent obligé d’être aussi enthousiaste sur la Cité de l’Océan qui totalise tout de même 69 000 entrées en 2019, quand Borotra en 2008 évoquait une perspective de 350 000 visiteurs annuels : « Nous sortons de l’ornière » Et pour prolonger son quart d’heure de gloire d’opposant féroce : « Je ne suis pas mécontent. J’ai l’impression d’avoir participé » Comme disait le baron Pierre de Coubertin, « l’essentiel, c’est de participer ».

VEUNAC ET LES MATHS, ÇA FAIT DEUX

Pour expliquer pourquoi il va falloir voter une nouvelle subvention de 150 000 à la section rugby du BO omnisports, Michel Veunac se lance dans une démonstration mathématique limpide : « Là où il y avait une subvention globale, il a fallu partager, donc ajouter »

Autrement dit, quand Veunac partage une baguette de pain de 200 grammes entre le BO omnisport et la section rugby amateur qui a repris son indépendance, Veunac fait deux morceaux de 150 grammes chacun ?

Heureusement pour le maire, Veunac a des adjoints qui savent le sortir de l’ornière. L’adjointe aux Sports, Stéphanie Ricord monte au créneau : « Le BO n’est pas en dépôt de bilan. C’est très compliqué, mais pas à ce point. Nous faisons un travail d’apurement des comptes. L’Urssaf a aussi mis un coup d’arrêt à certaines pratiques qui étaient dans l’ILLÉGALITÉ… », Le conseil municipal sursaute en entendant parler d’illégalité, tandis que Stéphanie Ricord tente de se reprendre. « Illégalité, ce n’est pas vraiment le terme. Les associations qui n’avaient pas les moyens de salarier quelqu’un, octroyaient des frais de déplacements ; ça se pratique, on le sait. Mais ce n’est pas dans les clous. »

Encore un dossier défendu de façon convaincante !

BOISSIER A MANGÉ DU LION

Pour la cinquième fois de la soirée, Hervé Boissier, le conseiller qui pratique le franc-parler, intervient : « Vous êtes en train de nous dire que tout le monde savait et qu’on n’a rien fait ! Par ailleurs, j’ai cru comprendre que les difficultés venaient essentiellement du rugby. » Stéphanie Ricord tempère : « Le rugby a plus de dettes que les autres, mais toutes les sections n’étaient pas vertueuses pour autant. » De l’art de se faire des amis… Veunac s’efforce de calmer le feu : « Il ne faut pas confondre des maladresses de gestion et de l’affairisme », mais Hervé Boissier n’en peut plus de ces petites manœuvres permanentes : « Depuis que je suis conseiller municipal, chaque année on a une subvention supplémentaire à voter et chaque année, ça tombe sur le rugby ». Monsieur est observateur.

L’ATTENTAT DÉMOCRATIQUE STREETEO

Veunac en panique :  » Aidez-moi, Landrin, aidez-moi! »

Et l’on est reparti pour le petit roupillon final du conseil municipal, bercé par la douce voix de Jeannine Blanco, lorsque ce vilain garnement de Chazouillères dégaine le pétard qui va mettre le feu à la salle : « Concernant le renouvellement du contrat de Streeteo prévu au 1er janvier 2020 et sa résiliation possible jusqu’au 30 septembre 2019, je voudrais savoir si vous êtes satisfait du bilan économique et social de Streeteo ? » Ne ratez pas ce grand moment (4h03’) ! Peio Claverie, responsable du stationnement : « Je n’ai pas d’idée ! »  Soupir de Veunac : « Il n’a pas d’idée l’adjoint ! Alors, bon ! »  (Il aura fallu six ans à Veunac pour s’en apercevoir !). Panique totale dans l’état-major. Si vous tendez bien l’oreille au moment où Michel Veunac se tourne vers le directeur des services Christophe Landrin, vous allez l’entendre gémir : « Aidez-moi, Landrin, Aidez-moi ! »

Et c’est ainsi que l’on apprend que le contrat de Streeteo a été renouvelé sans que personne ne juge bon de demander son avis au conseil municipal. Un scandale démocratique, un de plus, de cette mandature quand on sait les conséquences économiques désastreuses de la nouvelle politique de stationnement de la Ville.

Vous conviendrez donc avec nous, après écoute de ce conseil, qu’il faut aider Veunac et sa garde rapprochée et mettre fin à leurs souffrances. Cette bande de sous-doués ne doit pas être admise en classe supérieure en 2020 et repartir pour un mandat de six ans.

Libérez-les de leurs fonctions et renvoyez-les chez eux. Ils ont démontré qu’ils n’avaient rien à faire dans une salle de conseil municipal.

22 réflexions sur “Les sous-doués sont de sortie

  1. Très bon Hervé Boissier ! J’espère qu’il se représentera car c’est un homme bon, honnête et qui a un cerveau. Il fait honneur à son mandat dans l’intérêt général

      • L’expression est désuète mais toujours disponible, et en attente… Comme un chausson en attente du bon pied …
        Comme un prince en quête de Cendrillon… Comme une ville rêvant de trouver celle où celui qui chaussera cette espadrille magique qui les emportera… Comme une ville le cœur inquiet, face à des prétendant.e.s qui suscitent bien peu d’envie, et dont l’honnêteté sent des pieds…

  2. Enfin le Boss à Biarritz, celui qui chuchote dans l’oreille des ânes, clairement c’est Landrin alors Quid Christophe Landrin?

    • La nature a horreur du vide. Quand les politiques ne sont occupés que d’eux-mêmes et de leur future réélection au lieu de se soucier de leur délégation, les fonctionnaires territoriaux sont bien obligés de boucher les trous. Au moment de la grève des policiers municipaux, les syndicalistes venus de Paris avaient été assez effarés de voir Christophe Landrin mener les négociations tandis que Veunac et sa clique se planquaient derrière lui. Je suis persuadé que Biarritz a la chance d’avoir un très bon directeur général des Services. Mais il ne peut suppléer à toutes les incompétences. il est bien évident qu’un débat sur la reconduite du contrat Streeteo aurait dû être organisé en conseil municipal. Mais à qui la faute si cela n’a pas été fait. À Veunac qui se soucie comme d’une guigne des Biarrots.

      • Pensez-vous qu’il puisse encore rester 6 ans ? Car avec tous ces branquignolles qui crânent sur la plage pendant que la ville se noie, je recherche qq chose qui ressemble à une bouée de sauvetage, avec quoi construire vite un cordon sanitaire pour sauver ce qui peut encore l’être…

  3. Je suis désolée, mais la murette de la Côte des Basques c’est lui, le trottoir de la Côte des Basques c’est lui (et ce n’est pas faute d’avoir discuté et argumenté en amont). alors je comprends que la pression soit énorme en ce qui le concerne mais le fait est, il semble que trop de grosses décisions reposent sur ces épaules et il est certainement compétent et bosseur mais trop c’est trop. Il y a là un gros souci.

  4. Aguilera : On renouvelle le contrat Streeteo pour un an seulement pour laisser la prochaine mandature choisir, en revanche pour Aguilera comme pour Iraty on s’empresse de faire voter avant la fin de ce mandat ci. Etonnant non ?
    Sud-Ouest insiste sur une forte opposition. Certes les interventions ont été utiles et pertinentes mais ce qu’il faut tout de même bien retenir c’est que 22 ont voté pour. Elle est bien là la désolation.
    On notera aussi un phénomène assez étonnant c’est que sur les 3 élus de la liste Arosteguy deux ont refusé de participer au vote, une (la tête de liste) a voté pour. Ca signifie quoi ? qu’ils ne sont déjà pas d’accord ? qu’ils se partagent les rôles façon bad cop good cop ? Barucq et Arosteguy espèrent sans doute recueillir les voix des supporters du BO. Mais plus ça va plus leur soutien sans faille à la direction du BO pose question pour même chez certains supporters du BO.
    On aura aussi noté un hommage plus qu’appuyé de Motsch à Mimiague. Sans vouloir enlever le moindre mérite à Françoise Mimiague on peut aussi relever qu’elle est un soutien de Nathalie Motsch qu’elle sera probablement sur sa liste et que, comme toujours avec Motsch, rien n’est gratuit tout est opportunisme.

    Puisque bientôt vous interviewerez celle qui vous fait de l’ombre avec son propre BBB alias la Blonde Bécasse Biarrote essayez de n’avoir que son directeur de campagne, ça vous fera gagner du temps et ça vous permettra de lui poser la question suivante : mais que diable est-il allé faire dans cette galère ?

    Et sinon, la patrouille de France aujourd’hui c’est pour l’annonce de candidature ou non candidature de Veunac ?

    • La patrouille, c’est pour brûler le kérosène avant la fin d’année, sinon, l’an prochain…
      La base étant à qq minutes en alphajet, la patrouille vient faire qq exercices spectacles sur la côte. Ça calme et rassure les patriotes, et ça mobilise derrière le drapeau, ça bénéficie toujours à un maire. Mais tout ça coûte quand même un pognon de dingue, sans compter leurs cochonneries fumigènes qui nous aspergent de particules que je ne souhaite pas connaître… Mais tout va bien. C’est comme la qualité de l’air en Bretagne, tout va bien.

  5. Merci encore pour cet article.
    Même en étant habitué à lire les retours sur la vie politique locale biarrote, c’est toujours aussi hallucinant de constater tous ces manquements, ne serait-ce que sous l’angle d’un simple bon sens. Comme peut-on être un élu, conseiller municipal, et voter de telles décisions sans avoir tous les éléments -légaux ! – en mains ?
    Sur ce point, je ne trouve aucune circonstance atténuante à ces élus, et les mets sur le même plan que M. Veunac, à savoir incompétents ou tout du moins, se fichant ouvertement des électeurs qui leur ont donné leur confiance… C’est non seulement pathétique, mais grave !!

  6. Monsieur Landrin ne peut pas toujours aider le maire, pas du tout scrupuleux, incompétent, qui ne respecte aucune règle, et qui laisse les conseillers municipaux toujours dans le bleu…..Le 29 septembre 2017, on s’en souvient, Monsieur Landrin avait déjà pas mal aidé le maire qui tentait de réaliser une belle affaire, à terme, dans la vente avortée des écuries. Je suis dans les mêmes dispositions d’esprit que Stéphane. Dans toute entreprise, de quelque nature qu’elle soit, l’incompétence et le manque d’honnêteté du maire, le contraindraient à la démission. Dans notre système dit démocratique, il n’ y a aucune possibilité de mettre sur la touche un homme incompétent – l’honnêteté en politique est la compétence principale- et qui utilise mal l’argent public ? Seuls les juges peuvent et doivent mettre fin à ce désastre . Il ne faut pas compter sur l’intelligence artificielle, pour nous permettre d’imaginer et l’infini, et le puits sans fin de l’incompétence de Monsieur Michel Veunac.

  7. Moi je retiendrai une chose de ce conseil :
    Michel Veunac se déclare satisfait en précisant que c’est une bonne chose d’avoir fermé les écoles Alsace Lorraine et Larochefoucault.
    Il enchaîne même en rajoutant que la maternelle Sevigné mériterait la même chose, en la regroupant avec Jules Ferry.
    9a se passe à la minute

  8. Moi je retiendrai une chose de ce conseil :
    Michel Veunac se déclare satisfait en précisant que c’est une bonne chose d’avoir fermé les 2 écoles Alsace Lorraine et Larochefoucault.
    Il enchaîne même en rajoutant que la maternelle Sévigné mériterait la même chose, en la fermant aussi pour la regrouper avec l’école primaire Jules Ferry qui est à 50m.
    (le podomètre google dit 160m à pied)
    Ça se passe à la minute 3h 10mn et 50s.

    Moi ça me révolte de voir les écoles se fermer les unes après les autres.
    J’ai envie de lui répondre que Michel Veunac ne sert à rien non plus, on économiserait des sous en laissant l’agglo décider à sa place.

    • Mais c’est le cas. Tous les sujets importants sont portés par l’agglo. Ne restent plus à la ville que les sujets mineurs ou des sujets lourds dans lesquels le maire fait ce qu’il veut parce que président d’une société d’économie mixte (Palais ou Biarritz Ocean) ou parce que l’agglo n’en veut pas (Aguilera où l’agglo ne veut pas du bazar et où Etchegaray ne veut pas aider le BO en général, Gave and co en particulier). La vraie question est pourquoi a t-on encore près de 35000 communes avec autant de maires et x fois plus d’adjoints ? Ce qui est curieux c’est que les maires se plaignent en permanence mais qu’on trouve toujours des candidats et que c’est la furie quand il est question de diminuer le nombre de communes. Étonnant non ?

      • Les petites communes retirées qui voisinent entre 100 et 150 habitants, avec un conseil de 12 élus, qui ont du mal à trouver un jeune maire compétent de 70 ans. Mais qui ne veulent surtout pas se regrouper avec les autres communes voisines pas mieux loties, pour ne pas perdre leur « identité. »…!!! A moment donné, va falloir faire qque chose, ça devient du n importe quoi !!

      • Tout à fait d’accord. Et c’est bien parce que les communes font n’importe quoi que l’état a décidé de supprimer progressivement la taxe d’habitation. Cela diminue l’argent disponible pour les communes, pour mieux centraliser le pouvoir jupitérien. Une fois de plus, notre mimi l’impérator est bien faible face au grand Macronus.

        Il y en a tellement des sujets qui devraient être réfléchis au niveau de l’agglo uniquement et non pas dans chaque commune :
        – ocean start : pourquoi Biarritz déciderait seul de l’implantation du site ?
        – les pistes cyclables : il y en a partout sauf à Biarritz
        – les transports en communs. Là je crois que c’est géré par l’agglo toute seule…..heureusement.
        – les écoles, les universités
        – le rugby fusionné AB/BO sans oublier Anglet (je vais en fâcher certains ;-))
        – l’assainissement
        – une belle piscine olympique de 50 m
        – le logement : Imaginez un instant que Bayonne et Biarritz ne fassent qu’un : finis les pénalités pour carence de logements sociaux à Biarritz. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut plus de logement sociaux à Biarritz mais s’affranchir de l’amende dans l’immédiat serait un plus, permettant de construire du neuf sans subir la pression de tel ou tel promoteur.
        – le plan de circulation urbaine. Le conseil municipal de Biarritz vient de voter mercredi dernier une étude de 150.000 euros pour analyser la circulation automobile à la négresse etc. Là aussi ça doit être trop « pluridisciplinaire » peut être pour que l’agglo puisse s’en charger seul.

        Bref, on finance vraiment un théâtre de marionnettes, qui nous fait bien rigoler, mais qui nous coûte cher. Et encore, comme je le lisais quelque part, ça fait de la concurrence déloyale
        au petit café théâtre qui vient d’ouvrir avenue de la marne !!!

      • Beaucoup disent que la Ville perd la main au profit de l’agglo. C’est vrai parce que les compétences techniques sont regroupées dans les services de l’agglo. Mais c’est faux quand on parle de la décision politique, car la ville garde son devoir de proposition et son droit de veto. Le risque politique est quasi nul lorsqu’il s’agit d’imposer à Biarritz ce dont elle ne veut pas. Par contre, sur des projets de grande ampleur, où les services de l’agglomération sont requis, et avec un co-financement, c’est à double tranchant. Dans l’opacité actuelle concernant de projets flous, je considère que c’est une sécurité. Sans être dupe des positions des uns des autres. Mais cette « architecture » n’est en rien un obstacle à une gestion saine de ces dossiers. Le problème principal est l’équipe en place, des mollusques emmenés par un autocrate cynique et sans vision. Comme un ministre selon le dictionnaire du diable, « Personne qui agit avec un grand pouvoir et une faible responsabilité ». Mais si personne ne porte de contre projet, hé bien ce triste spectacle d’enfumage ne s’arrêtera pas avant longtemps… Le cynisme de Veunac est il au programme de recherche de son centre de Biomimimetisme ? C’est le Nobel assuré à celui ou celle qui saura stopper ce vieux crabe qui tuera notre ville…

      • Et Mister Crabucq a tout intérêt à le maintenir en vie quelques mois, quoi que nous en dise le Dr. Barucq, qui vit des maux de Biarritz, comme certains médecins vivent de la maladie de leurs patients.. .

  9. Je réponds à rienquelaverite sur la répartition ville/Agglo :
    – Ocean start : ça a été débattu à l’agglo et largement approuvé par Etchegaray manifestement trop content de récupérer un paquet de subventions. On a d’ailleurs pu voir que les élus biarrots étaient eux aussi enchantés et n’en avaient plus rien à faire de la zone Natura 2000.
    – Pistes cyclables : si il y en a mais elles sont totalement merdiques pour 2 raisons 1) c’est objectif que la topographie de la ville n’est pas celle d’Anglet 2) tout le monde s’en fout à Biarritz y compris M. Barucq.
    – Transports en commun : encore un qui ne les prend jamais pour se féliciter que ce soit l’agglo (en fait le syndicat des mobilités) qui décide. aucun élu biarrot non plus ne prend jamais les transports en commun et donc ils se fichent tous de la perte de service due au Trambus : 45 min pour faire mairie de Biarritz mairie de Bayonne au lieu de 25 par l’A2 avant les travaux.
    – Assainissement : ça relève de l’agglo qui n’a pas envie de dépenser pour les plages de Biarritz et ça permet aux élus de Biarritz de dire ”c’est pas nous c’est l’agglo”. Et donc les candidats qui promettent la refonte des réseaux d’assainissement dans leur programme électoral mentent.
    – Écoles : il y a des règles nationales de responsabilité selon le type d’écoles (primaire ou collèges ou lycées )
    – Rugby : no comment sur la provoc mais ceci dit rugby et transports montrent quand même un léger souci avec le fait que le président de la communauté d’agglos soit le maire de Bayonne : le fait qu’il favorise clairement sa ville. C’est de bonne guerre mais fort ennuyeux quand même.
    – Logement : ce que vous demandez était exactement ce qui se passait avant. Résultat tout le logement social était à Bayonne et rien à Biarritz. Si on n’avait pas ramené la règle gle au niveau de chaque commune jamais rien ne se serait construit à Biarritz. Alors oui la carence coûte cher mais au moins ça a fait bouger sur le sujet.
    – Mobilité urbaine : ça relève de l’agglo et en effet cette étude à 150 000€ me semble totalement anormale mais elle a été votée par les élus biarrots !

Répondre à Mp Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s