Une candidature tellement évidente

Avec un bilan aussi somptueux lors de son premier mandat, Michel Veunac ne pouvait que se représenter. Pour le plus grand bonheur des Biarrots.

Michel Veunac, un grand visionnaire pour Biarritz.

Farfelus candidats de l’opposition, blogueurs à la petite semaine, râleurs en tous genres, passez votre chemin et allez ronchonner dans votre coin. La prochaine élection municipale se joue désormais dans la cour des grands. Sans surprise Michel Veunac a annoncé ce matin qu’il se présentait pour un prochain mandat. Une candidature attendue avec soulagement par les Biarrots et qui va transformer en simple formalité l’élection du 15 mars 2020. En effet, il est évident qu’un maire sortant d’une telle qualité ne peut qu’être réélu triomphalement dès le premier tour.

UN HOMME EN PLEINE FORME PHYSIQUE ET INTELLECTUELLE

Qui a vu Michel Veunac, devant la mairie, descendre de sa voiture soutenu par son épouse, sait à quel point notre maire est fringant. En 2020, Michel Veunac n’aura que 74 ans et dans l’état de fraîcheur physique où il est, c’est avec allégresse qu’il va boucler le prochain mandat en fêtant ses 80 printemps. D’autant plus que Michel Veunac a un rêve secret : battre le record de Didier Borotra et réussir à rester plus de 23 ans à la tête de la Ville. Que toutes les mémés amoureuses du « beau Michel », que tous les ignorants de la vie publique bluffés par sa gestion pleine de créativité se rassurent : notre grand timonier a bien l’intention de tenir fermement la barre au moins jusqu’à 2037 !

Et d’abord comment pourrait-on envisager de se séparer d’un homme capable de citer Talleyrand dans le texte à chaque conseil municipal ou presque : « Tout ce qui est excessif est insignifiant » ? Là encore, seuls les esprits chagrins vont s’imaginer que Michel Veunac radote, alors qu’il fait preuve d’une admirable pédagogie en répétant aux buses de l’opposition son adage favori. De la même façon, c’est pour se mettre à la portée des Arosteguy, Motsch, Amigorena ou Chazouillères, ces trublions du conseil qui ne pensent qu’à se faire remarquer, que notre maire utilise des phrases simples truffées de banalités ou qu’il fait semblant de ne pas avoir les réponses aux questions et se tourner vers Christophe Landrin quand on lui demande si le contrat de Streeteo a été renouvelé.

UN GRAND LEADER CHARISMATIQUE

On peut penser ce qu’on veut de Didier Borotra, mais sous son règne, il n’y avait jamais un mot plus haut que l’autre à la mairie. Depuis 2014, le dévoué personnel municipal a l’impression de vivre en permanence dans une pièce de Feydeau où les portes claquent et où les injures volent bas. La liste présentée par Veunac en 2014, liste où se trouvaient des talents certains, n’aura fait illusion que quelques semaines ; « On devrait installer un monument funéraire dans le hall de la mairie, s’amuse sous couvert d’anonymat un fin connaisseur de la vie locale.  Entre les adjoints démissionnaires, ceux qui ont pris leurs distances et ceux qui ne sont plus en phase avec le maire, la liste des « Morts pour Biarritz » est impressionnante ».  D’autant plus que le peintre chargé d’inscrire les noms sur le monument aux morts va avoir du travail, puisque d’autres ralliements aux candidats de l’opposition vont arriver dans les semaines qui viennent. Enfin que penser de ces opposants qui ont trouvé soudain toutes les qualités au maire, en attendant qu’on leur accorde un strapontin sur la future liste électorale, qui va certainement être baptisée « liste naphtaline » au vu de l’âge canonique de ceux qui y postulent ?

UN GROS MALIN QUI NOUS PREND POUR DES IMBÉCILES

Courageux mais pas téméraire, Michel Veunac a annulé ce jour la conférence de presse prévue au « Petit bijou », un terme tout à fait adapté à son triomphal mandat, pour se contenter d’entretiens particuliers avec des journalistes « choisis ». Astucieusement, Mimi-la-Malice se garde bien de citer les noms de ses soutiens, se contentant de promettre à Sud Ouest (10/10) « un large rassemblement faisant une place importante à des acteurs de la société civile et aux jeunes générations« , mais il montre le bout de l’oreille quand il affirme « Je ne suis pas dans le sensationnalisme mais ça viendra ».

Veunac est suffisamment habile pour avoir trois ou quatre fers au feu en même temps et pour dire à chacun ce qu’il souhaite entendre. Le maire n’a pas oublié qu’Emmanuel Macron, malgré sa cour effrénée, s’est bien gardé de citer son nom pendant le G7, ce qui ne témoigne pas d’une adulation absolue du président pour le maire local.

Selon des proches du maire, le scénario serait le suivant : Notre-maire-rien-qu’à-nous que-le-monde-entier-nous-envie ne fait pas campagne jusqu’à la fin de l’année, ni n’annonce un quelconque soutien, se contentant de dire qu’il est « trop occupé en tant que maire ». Veunac a l’intention de mettre à profit cette période pour continuer à faire les yeux doux à la LRM et surtout pour convaincre Jean-Baptiste Lemoyne d’accepter le poste de numéro 3 de sa liste. Parallèlement à cette tentative de drague éhontée à laquelle Lemoyne ne serait pas insensible car Veunac lui a fait miroiter de lui céder son poste en cours de mandat, Veunac va tout faire pour que Guy Lafite ne se représente pas. Ce qui lui permettrait de charger son adjoint aux Finances pendant toute la campagne en le rendant responsable de tous les mauvais choix faits par la Ville. Reste enfin le cas de Max Brisson que Veunac rêve d’incorporer à sa liste. Max, qui craint pour son poste de sénateur, a tellement louvoyé depuis 2014 que tout paraît possible.

Et Biarritz dans tout cela ? Si l’actuel maire s’intéressait aux Biarrots, il y a bien quelqu’un qui aurait fini par s’en apercevoir. Ce n’est à l’évidence pas le cas, et ce sera encore moins le cas dans le prochain mandat…

… Alors vous savez tous ce qu’il vous reste à faire. En mars 2020, donnez un plein temps de liberté à Veunac pour qu’il s’occupe enfin de ses petits-enfants.

 

13 réflexions sur “Une candidature tellement évidente

  1. et les gars il reste encore du foncier à bétonner ! C’est pas maintenant qu’il a parfait son carnet d’adresses qu’il va lâcher la barre Mimi.

  2. C est vraiment pathétique, toutes ces personnes ayant dépassé un  » age respectable » qui ne savent ou plutôt ne peuvent s arrêter !! Ils n ont pas compris que pour réconcilier les Français avec la politique, il est temps d arrêter ce fonctionnement de Baronnie !! Les Bayrou , Veunac , Lasserre , Lassalle etc …jusqu à quand ???? METTEZ MOI TOUT CES GENS LA DEHORS !!!!!

  3. 11 septembre 2001 : Pauvre Monde !!
    22 avril 2002 : Pauvre France !!
    mars 2014 / mars 2020 : triste météo à Biarritz.
    Ville en rubrique judiciaire au quotidien.
    10 octobre 2019 : annonce catastrophique de tentative d obtention d’un nouveau bail .
    Pauvre Ville !!!!Aux urnes , citoyen(ne)s.
    Au secours !!! Ou « tout ce qui est insignifiant deviendra excessif  » après 6 ans de l’inverse.
    Merci et « Adio » …On a déjà donné. Ouste !!!

  4. Talleyrand, n’est ce pas de lui dont parlait Napoléon comme « de la merde dans un gant de soie »?

    Dans notre cité impériale, on sait désormais qui en est le digne héritier (de Talleyrand)!

      • Oui vous avez certainement raison. Le bas et le gant, les deux en soie, etaient deux accessoires diplomatiques à cette époque où les affaires du monde se réglaient dans les salons et parfois les boudoirs. Le temps a passé, notre monde a changé depuis, la soie a été remplacée par d’autre matières et costumes. Seuls les salons et ceux qui les portent n’ont pas vraiment changé, la citation est ainsi valable pour ce maire, même sans bas ni gants. Nous avons le contenu, mais je reconnais que ce serait insulter Talleyrand à qui il est reconnu l’art de durer et traverser les régimes, de lui donner un tel héritier. Notre maire ne porte pas de soie, mais veut durer en le citant. Cela se décidera alors dans ces petits boudoirs que sont les isoloirs. Arbres et Citoyen.ne.s, fabriquons un doggy bag géant pour le jour du vote, car il faudra bien nettoyer tout ça ensuite…

  5. Le 1er juillet lors d’un échange avec plusieurs personnes sur Twitter, j’ai parié que Veunac ne serait pas candidat et même proposé à M. Viollier de mettre 100 euros sur la table.
    Depuis j’ai avec constance répété ma conviction que Veunac ne serait pas candidat.
    Hier j’ai constaté que je m’étais trompée. Ce qui ne m’a pas traumatisée ne mettant pas mon ego dans un pari électoral. Juste consternée de voir ce bonhomme aussi mal en point qu’insupportable en redemander.
    J’ai cependant été intriguée et le suis toujours par la forme de cette candidature quasi en catimini sans investiture LREM ou Modem. La question que je me pose est celle du pourquoi cette candidature, sachant que les réponses « par orgueil » ou « parce que la soupe est bonne » me semblent un peu courtes.
    Hier j’ai aussi reçu un mail passablement agressif de M. Viollier m’informant (je passe le reste) qu’à partir de la semaine prochaine il m’interdira de commenter son blog.
    Ceci est donc ma dernière contribution ici. Pour ceux que ça intéresse j’ai un compte Twitter.
    Salut les mâles blancs.

  6. Ne me dites pas qu’il y a des gens étonnés dans l’assemblée. Le plus « rigolo » c’est qu’il peut être réélu, tout peut arriver à Biarritz, surtout le pire. 😊

    • C’est dommage. J’avais plaisir à lire vos commentaires. J’espère que vous reviendrez nous faire part de vos analyses, que j’ai toujours trouvées (!) utiles, et même drôles parfois. Perdre un pari est une mauvaise passe, je me suis beaucoup trompé de mon côté alors je compatis. A bientôt ici ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s