Décidément, tout le monde en pince pour Didier Guillaume

Un mail « secret » de Serge Istèque nous apprend que ce sont maintenant les élus abertzale Poueyts et Daguerre qui se désolidarisent de Veunac pour faire du gringue au ministre de l’Agriculture.

Ourdir des plans secrets et se faire gauler comme un débutant à cause d’une simple erreur d’adressage mail ! C’est la mésaventure qui vient d’arriver à notre sémillant Serge Istèque. Le président de l’association des commerçants Biarritz les Halles, mais aussi président de l’Office de commerce et de l’artisanat de Biarritz et président de l’association Biarritz années folles, devrait observer une stricte neutralité politique compte tenu de ses fonctions. On va voir que ce n’est pas tout à fait le cas et qu’il peut légitimement postuler à la présidence des sous-mariniers lanceurs de torpilles.

 En effet, l’homme qui souhaite que la villa Fal devienne une école de mode a visiblement une très haute opinion de Michel Veunac et l’exprime dans un mail signé aussi par Michel Poueyts et Régine Daguerre, Peio Abeberry et Maguy Mirande.

Lundi 25 novembre, Serge Istèque ouvre donc son ordinateur pour envoyer « aux amis politiques susceptibles de nous soutenir dès maintenant » son projet d’appel à la candidature de Didier Guillaume. Mais quand on veut éviter de l’adresser « aux personnes dont les idées sont déjà arrêtées », mieux vaut ne pas s’emmêler la souris dans les adresses mails, ce qui n’a pas été le cas. Après Michel Poueyts qui ne lâche pas d’une semelle Didier Guillaume lors de ses visites à Biarritz, ce nouvel épisode, révélateur de l’amateurisme qui règne actuellement dans la vie politique biarrote nous montre l’état totalement délétère de la majorité municipale.

Mais ça, les lecteurs de Bisque, Bisque, Basque ! le savent depuis longtemps. Si Michel Veunac réussit à se faire réélire en mars 2020, ce sera le plus grand hold-up de la Côte basque.

Le texte de Serge Istèque signé par Poueyts et Daguerre

L’orthographe, même si elle peut surprendre (Lemoine au lieu de Lemoyne) a été laissée telle quelle.

Serge Istèque avec Michel Poueyts et Régine Daguerre. (Photo Sud Ouest)

Adixkide Maiteak,

Nous souhaitons vous informer personnellement, avant la presse, que nous sommes signataires de l’appel que vous découvrirez en pièce attachée. Nous vous invitons (voir liste des destinataires) à nous accompagner dans cette démarche et à signer cet appel avec nous !

Pourquoi ?

La manière d’aborder les municipales à Biarritz n’est pas actuellement compatible avec celle de Bayonne, St Jean de Luz ou St Jean Pied de Port.

Chaque ville à son histoire et sa manière singulière, plurielle ou particulière, de gérer, d’administrer et d’organiser la vie d’une commune. Biarritz Autrement, Elkartu, chacun à sa manière avec ses différences, ont prouvé, en son temps, qu’à chaque élection municipale, il y a une nouvelle vague à prendre à Biarritz.

Le principe d’une liste abertzale ouverte avait été adopté en novembre 2018 à l’unanimité des personnes présentes ou représentées à la maison des associations de Biarritz.

Cette démarche n’a pas été suivie par la majorité des 29 personnes présentes à cette réunion. La raison essentielle fait suite à l’annonce, au printemps 2019, dans la presse, sans concertation avec la base, d’un communiqué des responsables politiques de la section locale EH BAI, de la création d’une liste EH BAI abertzale de gauche à Biarritz. Ainsi la liste ouverte désirée par les uns et les autres était morte née ; car annoncer une démarche électorale à Biarritz, apparentée à une organisation politique abertzale degauche devient dans la foulée de la déclaration, un repoussoir pour tous ceux qui ne veulent pas être encartés politiquement. Ne nous trompons pas d’élection ! Nous savons de quoi nous parlons puisque aux départementales de 2015, Régine Daguerre et Serge Isteque étaient les candidats EH BAI BIARRITZ. Si tous les autres RDV électoraux sont politisés, les municipales sont des élections de proximité où le vivre ensemble demeure la première valeur de tout électeur.

Repartir comme en 14 avec Michel Veunac, n’ést plus, aujourd’hui sérieusement et politiquement opportun. Très honnêtement vis-à-vis des électeurs, celui qui veut rester coute que coute 1er magistrat de la ville, 6 ans de plus, n’est plus en capacité de le l’être. Il le dit lui-même puisqu’il a décidé tout seul, de faire appel à Monsieur Lemoine, secrètaire d’Etat, inconnu au Pays Basque, mais reconnu pour ses positions de la droite dure traditionnelle LR. Actif représentant LR aux manifestations pour tous, avec pour leitmotivs : l’IVG le droit de la famille et le respect de l’enfant, la PMA, l’homoparentalité, le mariage pour tous etc.  Michel Veunac lui laisserait sa place au bout de deux ans. Aussi, la démarche dans laquelle nous étions associé à MV en 2014 « Mon parti c’est Biarritz » devient pour 2020 « Mon parti c’est Veunac » pour devenir dans 2 ans « Mon parti c’est Lemoine »

À moins de quatre mois des élections municipales, la ville de Biarritz est plongée dans une grande incertitude politique.

Les Biarrots observent incrédules la multiplication des listes.

Ils constatent qu’elles ne reposent que sur des ambitions personnelles et ne recherchent dès à présent, par de petits arrangements futurs, qu’un accord de second tour pour pouvoir se placer. Tout cela interpelle les Biarrots et donne une image dégradée de notre ville au Pays Basque.

Biarritz a besoin d’autre chose que d’une telle inconséquence et d’un tel émiettement. Aucune des candidatures actuellement déclarée n’est en effet à même de créer le rassemblement nécessaire à Biarritz et attendu par les Biarrots. Leur seul point commun est de faire battre le maire sortant pour prendre sa place.

Les Biarrots exigent que l’on regroupe nos forces pour réfléchir à ce qui fonde la fierté d’être Biarrot, à ce qui constitue l’identité de notre ville, à ce qui lui donne des atouts pour affirmer la place de notre ville au Pays Basque et à l’international. Toutes les politiques sectorielles découleront de cette réflexion préalable et indispensable: la politique du logement et celle des solidarités, la quête d’une réelle exemplarité dans notre rapport à l’océan et à la transition écologique, l’exploration des voies innovantes du tourisme durable, la recherche de nouvelles dynamiques culturelles et sportives afin de renforcer le sentiment de faire cité tout en assurant le rayonnement de notre ville.

C’est dans ce cadre politique précis, que nous, (par ordre alphabétique) Peio Abeberry, Régine Daguerre, Serge Isteque, Maguy Mirande, Michel Poueyts, de sensibilités aberzale ouvertes et d’horizons professionnels différents. Nous sommes rassemblés par la seule volonté de mener des politiques publiques avec du lien permanent Biarritz-Pays Basque dans notre ville et à l’agglomération. Et en même temps faire que l’Euskara soit le ciment de ce lien naturel.

Pour gagner les élections avec une majorité absolue, nous nous rassemblons dés le 1er tour des prochaines élections municipales du 22 mars 2020.

Didier Guillaume vit au Pays le Pays Basque depuis 30 ans. Son épouse a fait une carrière d’enseignante en Soule, à Chéraute. Aujourd’hui, elle la poursuit sur le BAB à Anglet où elle parle le basque.

DG maitrise parfaitement bien tous les tenants et les aboutissants des dossiers biarrots.

Nous voulons d’une gouvernance plus transparente, plus efficace et plus participative. Nous avons besoin d’un maire qui sache gérer en pratiquant une gouvernance éclairée et diriger avec doigté et fermeté une majorité soudée.

Didier GUILLAUME est l’homme de la situation.

Merci de signer l’appel en pièce attachée en nous adressant, par retour de ce courriel, votre accord.

Berriz Milesker, Agur bero eta zintzoena deneri !

Hautagaiak : Régine, Maguy, Serge, Michel eta Peio.

26 réflexions sur “Décidément, tout le monde en pince pour Didier Guillaume

  1. D.G., originaire de la Drôme, pas loin de Valence Où j’habite. Je savais pas qu’il était établi sur le Pays Basque. Normal, puisqu’il aime les corridas. Parti pour en faire une belle et avec les 2 oreilles ??
    Les places sont chères. Vu aussi en personne, P. de Carolis qui se présente en Arles (où ça se bouscule à priori) sans étiquette, en tout cas pas celle de l’arlésienne. Originaire de cette ville, il s’y serait installé récemment. Traîne une petite casserole dans Bygmalion, mais bon…
    Sergio de Valence (blog côté ouvert…)

  2. Si il y a quelques mois j’étais plutôt dubitatif sur l’idée, au regard des évolutions récentes je me demande si Didier Guillaume ne serait quand même pas au fond largement au dessus de la mêlée actuelle en terme de profil et compétences et le seul capable de redresser Biarritz qui part vraiment vers l’abime.

    Pour ce qui est des candidats et candidates sortants qui se présentent je ne les mentionne pas tant leurs bilans sont nuls, leurs compétences inexistantes (à l’exception de Motsch).

    Quand aux nouveaux venus (hormis Schneck), au secours. Aucun programme, aucune compétence. Ils sont là pour trouver un job et se vendront au plus offrant c’est évident.

    Enfin sur les candidats non déclarés par ex. F-Haine, espérons que la ville déjà bien abimée sera épargnée par la peste brune et ses idées mortifères.

  3. Biarritz n est décidément pas une ville comme les autres… Même Paris semble plus conventionnelle. Mettre une carotte au bout d un bâton et ne pas voir de vrais projet avec de vrais personnes impliquées dans la vie de tous les jours pour Biarritz et pas pour autre chose… C est lamentable

  4. Une telle déclaration d’amour, je les soupconne d’avoir mangé en tête à tête des rognons en se racontant des histoires de taureaux.

    S’il dit vrai, à savoir que « DG maitrise parfaitement bien tous les tenants et les aboutissants des dossiers biarrots », et bien on en déduit qu’il ne fichtre rien à son ministère, ce que nous avons bien compris cet été entre corridas, arrêtés anti-glyphosate, loi alimentation… Tous ces gros dossiers où il fait le matador, mais où il se distingue plutôt comme un arrogant à paillettes face à un agneau de lait.

    On en déduit également qu’il a des informations qu’aucun citoyen n’a eu jusqu’à présent. C’est plus intéressant pour la démocratie ici et maintenant. Qui le tuyaute pour maîtriser tout cela ?

    Car nous aussi on aimerait les connaître les contenants des accords entre les uns et les autres et les emboutissements à la bonne morale. Mais on peut penser qu’ils s’y perdent eux-mêmes.

    Ainsi, n’attendre que le pire de leur part est un sain réflexe citoyen. Il nous permet de prendre conscience que beaucoup ne méritent absolument pas notre confiance. Et qu’il nous reste à imaginer autre chose…

    • bon une fois cela dit: vous votez pour qui, car il va bien falloir élire un maire.

      Voulez-vous vraiment voter pour le surfeur à queue de cheval, la blogueuse sans programme, la groupie de Fillon ou l’avocat qui retourne sa veste? Pensez-vous réellement que ces clowns soient ce dont la ville exsangue à besoin?

      Didier Guillaume à au compteur un parcours solide exerçant des fonctions de haut niveau localement et nationalement (ce dont aucun des prétendants actuels ne dispose). Il maitrise le fonctionnement des institutions, dispose d’un cerveau à lui, d’un réseau solide ce qui est toujours appréciable.

      Vu l’état dans lequel se trouve cette ville c’est quitte ou double: soit on sélectionne quelqu’un qui la redresse soit elle va continuer de s’enfoncer sans espoir de rémission.

      • Il a toutefois de nombreux défauts, et je distingue la fonction occupée de la compétence. Pour moi, il n’est pas compétent pour répondre aux attentes des citoyens. Et puis avec qui ? Les anguilles de nouvelle ère- au secours ? Des basques bondissant d’une gamelle à l’autre ? Vous dites qu’il a un cerveau ? Où est-il alors ? Sous sa boîte crânienne ? Comme nous tous alors. Avoir un cerveau n’est donc pas un signe distinctif pour nous aider à y voir clair.
        En avoir des grosses aussi n’est pas un élément de différenciation, c’est plutôt un handicap. Etc. Etc.

      • donc si je vous ai bien compris, vous êtes contents avec les candidats « locaux » déclarés et vous pourrez sans aucun état d’âme en sélectionner un ou une parmi les noms connus ?

      • Cher Michel Platini,

        Je sais que tu as le dribble facile, mais je mets un gros bémol à ce que tu écris. Si Didier Guillaume pense être élu en s’appuyant sur des vieux chevaux de retour comme Poueyts ou Lafite, ce n’est vraiment pas la peine car on a déjà donné. Si en revanche il a le talent de s’appuyer sur des gens nouveaux qui incarneront une vraie rupture avec la politique de copinage et coquinage qui a caractérisé ces deux derniers mandats, alors pourquoi pas?

      • En effet c’est un argument valide que vous exposez là. Si c’est une liste composée de morts-vivants qui le soutiennent, alors rien ne changera. attendons déjà de voir si il sera candidat et si oui avec qui. Après je n’attends pas de candidat providentiel car il ou elle n’existe pas. Parmi la liste des déclarés pour le moment je n’en vois que deux qui me paraissent disposer de compétences mais vu le nombre de listes je redoute que leurs chances de l’emporter soient nulles.

      • Ce qu’il faut plutôt comprendre, c’est que le.la candidat.e de mes rêves ne s’est pas encore déclaré.e. C’est pour ça que je ne l’ai pas encore choisi.e. Peut-être est-il.elle encore en train de travailler à son projet tout simplement ?
        Si c’est la raison de son silence, c’est assez sain comme démarche. Un.e nouvel arriviste qui aura bien pris son temps, celui de la réflexion et de l’observation de ce cirque et de ses protagonistes. Et surtout, celui de l’écoute et de la concertation avec celles et ceux qui devront choisir leur maire.
        Un.e. candidat.e qui descendra d’un nuage sombre sur un ciel embrasé, et surfant un rayon de soleil pointant sur le bureau du maire, et qui à la dernière minute du dernier jour de dépôt, déclarera sa flamme à sa ville : Biarritz humiliée, Biarritz outragée, mais Biarritz libérée.
        Tout vient à point à qui sait attendre, et la ville retrouvera bientôt sa liberté et sa dignité. Voilà ce qu’il faut comprendre, que nous avons le droit de rêver, et que nous avons aussi le pouvoir de reprendre notre destin en main, entre de bonnes mains.

  5. Des abertzale à la mode de Biarritz, qui se déguisent en Cristina Cordula pour relooker didier Guillaume en « candidat basque »!!! Quand on vous dit qu à Biarritz, rien ne se passe comme ailleurs !!

      • assez simple : j’attends de tout candidat républicain qu’il ou elle déclare sans aucune ambiguïté avant le premier tour qu’il ou elle ne fera pas d’alliance avec le F-HAINE au second tour.

      • Et que pensez-vous des candidat.e.s ayant des colistière.e.s contre (un jour) , tout contre (un autre jour) les idées puantes de l’extrême droite ?

      • très bon point! c’est abject car c’est un appel du pied subliminal donc manipulateur.

    • Puisqu’il prétend nous diriger avec doigté (j’imagine lequel), il s’agit de mieux connaître ce personnage. Donc, une petite vidéo pour comprendre à qui nous avons affaire. D.G. défendant le modèle Amazon et sa vision de l’économie, en 2010. Ça ne s’est amélioré depuis..

  6. Biarritz , la ville de France la plus convoitée pour une retraite paisible est en train de battre Vichy et Menton sur ce terrain et attire même des « ministres » (enfin ce qui ressemble à des ministres chez Macron ….) . Après Veunac et Lafite , les duettistes improbables , voici venir ces nouveaux retraités issus du macronisme qui se délite et qui se proposent de venir s’occuper de nos retraités … Quoi de mieux que des retraités pour s’occuper d’autres retraités …? Alors Didier Lemoyne ou Jean Baptiste Guillaume …? charentaises blanches ou blanches charentaises , au diable la différence ….!

    • si le jeunisme était un gage de qualité alors Macron n’aurait pas déçu autant.

      Tout le monde a voté pour lui parce qu’il représentait un jeune et marre des vieux qui squattent depuis des décennies (en fait Macron était un vieux dans un corps de jeune). Donc nul sécurité que de voter pour des « jeunes » conduisent à la certitude d’un résultat de qualité. Donc rejeter a priori sur la seule base de l’âge ne me parait pas pertinent.

      Voyons d’abord si le Ministre se déclare candidat et si oui avec qui et avec quel programme, alors nous aurons le loisir de comparer, critiquer sur de la matière.

    • Euh… Il n’y a pas que des retraités à Biarritz, il y a aussi des personnes qui travaillent et des survivant.e.s qui tentent de faire émerger autre chose sur ce territoire que des recettes qui ne marchent déjà plus ailleurs… Et leur qualité de vie s’est fortement dégradée pour beaucoup d’entre eux. Les retraités peuvent le comprendre, et plutôt que d’attendre un sauveur soutenons celles et ceux qui proposent pour Biarritz, et y concentrent toutes leurs forces, et non pour je ne sais quelle entourloupeur.se abracadabrantesque… :)

      • Très bien : et comment on les reconnait selon vous les « pas entourloupeur.se » ? des noms vite !

      • Déjà, parlons d’une première entourloupe…

        La grande proximité encore récente avec le parti socialiste et ses satellites, dont ils ont jeté la veste en marchant à pas de course vers le nouveau monde.
        Ça, c’est pour la probable alliance entre les trois éminents penseurs d’un socialisme que certains pourraient qualifier de traître.

        Pour les non-entourloupeur.e.s, je peux vous montrer la direction où les rencontrer, ils ne donnent pas leurs noms facilement, mais les entendre parler de l’avenir de Biarritz est très ravigorant.

      • Faut laisser le suspense, Après de tels rebondissements, faut reposer un peu le palpitant… On n’a pas tous 20 ans…

  7. Il est loin le temps où Mr Serge Isteque abertzale de l’intérieur défendait un patriotisme euskaldun allant jusqu’à critiquer ceux , »dit de la cote… »Et celui de Mr Michel Poueyts qui s’affichait avec des jeunes Biarrots ,Abertzale eux aussi, pour contrer les élections municipales de la dynastie Bernard MARIE. Et oui le pouvoir toujours le pouvoir celui qui vous habille de la tête au pieds et dont la veste du costume n’a pas de sens quitte à renier une partie ou toutes ces convictions ,tout cela pour du faire valoir…Et oui de Baigorry ,en passant par Bidarray pour l’un, d’un quartier de Biarritz pour l’autre ,tout cela pour avoir ou garder une place près du maire, on défend le G7,on soutient un ministre etc… Nous ne savons pas encore si la veste du costume aura assez de poches jusqu’à élection et se qu’ils en sortiront.
    Euskalduna naiz ohorekin !!! ( je suis basque et j’en suis fier ,certains on mangé la devise…)

    • Entièrement d accord avec vous, je ne sais pas ce qu en pensent ses copains de lutte de Baigorry, mais se renier à ce point est symptomatique de la politique biarrotte.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s