Les malices élyséennes de La Semaine

Ce n’est pas par hasard si un dithyrambe de deux pages vient de paraître dans La Semaine. Le soldat Veunac avait rendez-vous jeudi à Paris et il fallait faire croire qu’il comptait encore quelques soutiens.

Ce n’est pas à un vieux chef d’orchestre comme Michel Veunac qu’on va apprendre à jouer de la musique ! Si Mimi-la-Malice se représente aux prochaines élections municipales, vous êtes priés de croire que c’est uniquement parce qu’il n’a pas fini sa tâche et que ses amis le poussent à poursuivre. Ce n’est évidemment pas par goût du pouvoir, des honneurs et des subsides qui vont avec, qu’un homme comme lui enchaînerait un deuxième mandat à 74 ans bien sonnés. Juste l’occasion une fois de plus de se sacrifier et de montrer son sens public et son altruisme.

Il ne s’est pas tué tout seul, Veunac ?

On connaît tous la soudaine et inextinguible passion pour Michel Veunac qu’affiche La Semaine du Pays basque, depuis le premier jour de son élection.  Ce qui n’a pas empêché le lecteur passionné que je suis de sursauter en lisant l’enquête des pages 2 et 3 de l’hebdomadaire, intitulée «  Mais qui veut tuer Veunac ? » signée par Jean-Philippe Ségot. Naïvement, pour avoir bien suivi pendant six ans ce calamiteux mandat comme jamais Biarritz n’en avait connu, j’avais tendance à croire que Veunac s’était tué tout seul avec son goût du pouvoir solitaire, ses hésitations, son incapacité à fédérer son équipe, ses copinages permanents et ses cachotteries systématiques.

Heureusement, La Semaine  est là pour remettre les petits bolcheviks dans le droit chemin et leur apprendre que les démissions successives d’Amigorena, Chazouillères, Motsch, Lannevère et autres relèvent d’une « tempête dans un bidet », que Max Brisson affiche « l’élégance de l’hippopotame », que le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume serait en fait un « ministre sous-marinier »  et que le « débranché »  Veunac va se rebrancher avant de gagner les doigts dans la prise la prochaine élection.

Une vérification du calendrier s’impose. Le chef d’orchestre Veunac sait donner le la à ses musiciens, mais quel est l’intérêt de ce dithyrambe sans recul à plus de trois mois des élections, alors qu’il aurait eu une toute autre efficacité vers mi-février ?

Un article qui arrive à point…

C’est du côté de Veunac et non de La Semaine qu’il faut chercher. Bisque, Bisque, Basque ! persiste et signe : la garde rapprochée de Macron cherche bien à « débrancher » Veunac et à mettre fin à ses souffrances, ce qui dans le cas présent relève de la plus totale humanité. Mais Mimi-la-Malice, soit pour continuer à faire monter les enchères, soit parce qu’il ne peut désormais plus envisager son existence sans une écharpe tricolore autour de la poitrine, est bien décidé à aller jusqu’au bout et à mener campagne, même s’il ne sait pas trop avec qui faire route.

Jeudi dernier, notre sémillant-maire-que-le-monde-entier-nous-envie était à nouveau reçu à Paris pour un entretien qui s’annonçait compliqué pour lui. Et miracle, quelques heures avant la rencontre prévue, un PDF de cet article pouvant faire croire aux instances parisiennes que Veunac avait encore des soutiens à Biarritz atterrissait sur le bureau. Entre amis, c’est bien la moindre des choses de se rendre des petits services de ce genre.

Un bidet ou une piscine olympique ?

Reste que la ficelle est un peu grosse et que la « tempête dans un bidet » a fait un peu tousser en haut lieu. En effet, la situation autour de Veunac relève du jamais vu pour un maire normal d’une ville normale. Outre les démissions des trois adjoints déjà cités Amigorena, Chazouillères, Motsch, il faut maintenant rajouter le premier adjoint Guy Lafite qui annonce sur France Bleu Pays basque qu’il ne repartira pas aux côtés de Veunac et qu’il soutiendra Didier Guillaume et les abertzale Poueyts et Daguerre qui viennent à leur tour de lâcher Veunac.

https://www.francebleu.fr/infos/politique/biarritz-guy-lafite-lache-veunac-et-rejoint-guillaume-1575037703

Pour caser tout ce beau monde dans un bidet, ça va être un peu compliqué. Désormais compte tenu de la débandade générale, on est beaucoup plus près de… la piscine olympique que du bidet, cette fameuse piscine olympique que Veunac avait promise aux Biarrots et qu’ils n’ont jamais vue. Manquerait plus que « l’hippopotame » Brisson décide à son tour de se jeter dans le grand bain !

Un appel du pied?

La nouvelle permanence électorale choisie par Guillaume Barucq interpelle. L’homme qui revendique la « place aux jeunes » a choisi un ancien magasin d’antiquités pour faire campagne. Ses détracteurs vont encore dire que c’est pour pouvoir s’allier le cas échéant à Michel Veunac au soir du premier tour. 

9 réflexions sur “Les malices élyséennes de La Semaine

  1. La photo du surfeur bisounours est juste parfaite. Quand au reste c’est vraiment du Pépone de 3ème catégorie: Gino Cervi était drôle lui ! Quel merdier

  2. Après Veunac on va bien avoir un ministre… Et les biarrots vont bien continuer à être des moutons…. On devrait arriver à ouvrir les yeux sur les magouilles politiciennes.. Sauf à biarritz !!

  3. Svp Jean Yves, arrêtez d’appeler Poueyts et Daguerre des abertzale. Il parait assez évident que soutenir, cajoler et embrasser un non basque venu de la Drome n’a rien d’abertzale. Mon père qui l’était doit se retourner dans sa tombe lui qui défendait les valeurs basques (la culture, les traditions, les patronymes, la pêche, les pratiques militantes, l’éthique, les positionnements vis-à-vis des autres forces politiques, etc…). Miarritze ne doit pas être basque finalement, je ne vois que cette explication à moins que ce soit encore une histoire de pouvoir.

  4. C’est totalement rocambolesque, on n’a plus le temps de respirer, entre hilarité et dépit…

    Je crois avoir une réponse à l’attitude de ce Détritus semeur de Zizanie… Il a un contrat avec Netflix, à qui il a vendu un remake de Ubu,
    « Ubu repart en campagne » .

    Ou bien est-il tout simplement fou, un petit Neron Patapon qui ne sombrera pas avant sa ville..?

  5. M. Viollier, pourquoi vous obstinez-vous à donner à l’actuel maire le sobriquet de « Mimi-la-malice », si peu approprié ? Il est tout ce qu’on veut, sauf malicieux, me semble-t-il. Même si c’est du second degré, je ne suis pas sûr qu’il le mérite. En revanche, combinard et retors de bas étage, alors oui sans aucun doute. Je suis pour ma part plus proche de l’analyse d’Aux arbres citoyens qui, évoquant un détritus fou et un compromis entre Néron et Ubu, me paraît plus proche de la triste réalité. Quant au reniement de Lafite au profit de Guillaume, les rats quittent le navire pour conserver un fromage auquel ils se sont habitués. Bref, ce qui se passe à Biarritz est un spectacle à la fois indigne et pathétique qui soulève le coeur. Mais qui et quoi à la place ?

  6. Les voyages sur Paris se multiplient pour nos élus du 64 !
    M VEUNAC, jeudi dernier,
    F BAYROU, convoqué devant le juge vendredi,( encadré de gardes républicain pour ….lui tenir le manteau) suivi certainement d un nouveau aller retour cette fois à L Elysée…
    Un petit bla bla car pour montrer l exemple , sans aucune démagogie bien sur !!

  7. Bonjour,
    C’est parti pour un tour de piste !

    Municipales 2020 à Biarritz : le maire Michel Veunac part avec Jean-Baptiste Lemoyne
    A La Une Pyrénées Atlantiques Biarritz
    Publié le 03/12/2019 à 11h40 par Véronique Fourcade.
    sudouest.fr.

    Le maire sortant a lancé sa liste, ce mardi 3 décembre 2019, avec Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’état au tourisme en renfort.

    Michel Veunac a présenté ce mardi matin une partie de ses colistiers pour mars 2020 : autour de lui des conseillers sortants: Jocelyne Castaignède, Patrick Destizon, la socialiste Ghys Haye et surtout un nouveau venu, Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’Etat au tourisme….

  8. Je pense que le deal VEUNAC /LEMOYNE de laisser la mairie en cours de mandat est tout à fait envisageable. Dans ce cas mimi la malice ( ça lui va très bien ) envisagerait certainement la place de MAX BRISSON au palais du Luxembourg dans deux ans, ( même si on doit dépasser les 80 ans en fin de mandat ) sous les couleurs présidentielles !
    Quant à M BRISSON qui louche sur la présidence de la Communauté, en cas de chute d ETCHEGARRAY , il ne va pas falloir qu il se trompe de cheval !!
    La bonne tambouille politique comme on l aime , qui fait battre des records d abstentions et ont mené en grande partie l arrivée des gilets jaunes !! STOP ou ENCORE , à vous BIARROTS de décider !!

  9. C’est tout décidé, jp: TSV. Quant à « mimi-la malice », qui ne me convient toujours pas, j’opterais pour « mort cérébrale »…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s