Biarritz lave plus vert

Les deux seuls militants EELV de Biarritz ont décidé de quitter leur parti. Juste au moment où Marine Batiste adhère.

Éric Ménard était persuadé avoir très bien défendu les intérêts des Verts en obtenant de Nathalie Motsch que tous les projets municipaux soient soumis à une commission environnementale. Menacé d’exclusion, il vient de démissionner des Verts.

Habituelle surenchère des publicitaires, nous avons connu la lessive qui lave « plus blanc » et même, immortalisée par Coluche, la lessive qui lave « plus blanc que blanc ». À Biarritz, la fièvre environnementale semble s’être emparée de toutes les listes qui la jouent « plus verte que verte ». Mais certains chiffres ramènent à la raison. En 2019, Europe Écologie Les Verts (EELV) ne comptait à Biarritz que… deux militants à jour de cotisation, Éric Ménard et son épouse. Ces deux derniers viennent de quitter leur parti, qui retrouve tout de même… 50 % de ses effectifs puisque la candidate Marine Batiste vient de décider d’adhérer, suivie peut-être par quelques membres de son équipe. Éric Ménard a en effet décidé de rejoindre les rangs de Nathalie Motsch qui lui promet qu’une commission environnementale examinera tous les projets municipaux si elle est élue. Une décision qui n’a pas plu à la secrétaire départementale Sophie Bussière, elle-même alliée sur Bayonne aux Abertzale. Contactée par SMS, Sophie Bussière n’a pas souhaité commenter la lettre de démission d’Éric Ménard, une lettre qui en dit pourtant long sur les pratiques d’arrière-boutiques électorales et que nous nous faisons un plaisir de publier.

La lettre de démission d’EELV d’Éric Ménard

À l’attention de Sophie Bussières, secrétaire départementale, de Jean Lissar, secrétaire régional d’EELV Pays Basque, et à l’attention de l’ensemble des mes camarades de lutte et membres du groupe.

Simple écologiste de base, plus habitué aux actions qui induisent un investissement personnel sur le terrain, une implication dans les milieux associatifs et du bénévolat, je dois humblement avouer que je me suis perdu dans les méandres stratégico-politiciens et je tiens donc à vous présenter toutes mes excuses pour ma naïveté intellectuelle. Mon manque de maîtrise sémantique sur le propos et le discours politique, amplifié par mon incapacité à décrypter le message de Yannick Jadot me confortent dans mon choix actuel.

J’ai toujours eu peur du vide et donc être suspendu du parti ne me met pas dans une situation confortable. Pour toutes ces raisons, je vais me libérer d’un poids en vous présentant de ma propre initiative ma démission. Je ne peux pas me reconnaître dans ce qui est en train de se passer à EELV et surtout EELV Pays Basque.

Ma génération a eu la chance de pouvoir vivre sans guerre, sans Sida, sans pollution, la liberté de quitter un boulot le matin pour en retrouver un autre le soir même, de côtoyer des gens qui se respectaient et mettaient en pratique la devise de la République : Liberté Egalité FraternitéQue laisserons-nous à nos enfants, nos petits enfants et aux générations futures ? Il y a urgence à s’unir pour sauver ce qui peut encore l’être. Sophie Bussière et Jean Lissar, quelle est votre interprétation de ce slogan : « GRANDIR ENSEMBLE, POUR GAGNER ENFIN ». C’est ensemble mais pas tous ensemble c’est cela, ou, ensemble mais pas avec tous. Expliquez-moi.

EELV refait ce qu’il a toujours su faire avec brio, rater le coche.

Maintenant je pose une question à la secrétaire départementale d’EELV Pays Basque, signataire et élue sur la motion « Le temps de l’Écologie ». Page 38 de la tribune concernant les deux congrès du 16 et 30 novembre 2019, en colonne trois il est écrit ceci : « Notre priorité des prochains mois est la réussite des élections municipales. Elles doivent permettre le rassemblement des citoyens et des autres formations autour du projet écologique pour amorcer le processus de dépassement ». Et dans la réalité vous refusez tout dialogue avec les autres partis, sans même prendre le temps de la réflexion, sans vous intéresser à ce que font les autres et sans tenir compte des spécificités ? C’est un bien curieux sens de la démocratie. Je n’ai même pas eu la possibilité de pouvoir m’expliquer au sein d’EELV Pays Basque.

Autre question que je pose à Nicolas Balerdi, ton conjoint, qui se retrouve lui sur la motion « l’Écologie au pouvoir, grandir ensemble pour gagner enfin ». Page 25 et sur la troisième colonne : « Nous devons assumer notre responsabilité de moteur d’une nouvelle dynamique, sans céder à l’hégémonisme. Autour du projet écologiste, nous avons vocation à rassembler des partenaires issus d’autres traditions politiques, pour gouverner des communes, des régions et demain le pays ». Et page 26, première colonne : « Dépassant les idéologies politiques anciennes, l’écologie propose de gouverner différemment nos destinées », puis page 26 colonne 3 : « il s’agit notamment de proposer aux partis politiques historiquement inscrits dans la mouvance écologique ou issus d’une écologisation plus récente de cheminer ensemble. Nous devons nous confronter sans crainte et nous unir sans arrières pensées. Toutes celles et ceux qui veulent sincèrement construire avec nous des réponses écologiques à la crise sont les bienvenu.e.s. »

Vous faites quoi avec ça aujourd’hui, c’est juste un effet d’annonce, un rond dans l’eau, un effet de fumée ? Pour pouvoir se faire une opinion encore faut-il prendre un instant pour pouvoir échanger et discuter ?  Comment arriver à prendre le leadership si dès le départ vous estimez qu’il n’y a aucune possibilité de travailler ensemble avec plus de la moitié de la population. ? Quid du cas spécifique de Biarritz ?

Sept mois de réflexion, il aura fallu sept mois de réflexion à la néo-candidate de EELV à Biarritz pour savoir si elle était écologiste, si elle s’encartait. Et vous lui sautez au cou sans la moindre réflexion ! Si les décisions concernant la gestion de la ville de Biarritz mettent autant de temps pour mûrir, c’est sûr que la commune sera bien gérée. 

Quelle stratégie EELV Pays Basque compte mettre en œuvre pour ravir la municipalité de Biarritz ? Pendant combien de temps encore la candidate d’EELV Pays Basque va-t-elle faire illusion ?  J’ai dû rater un épisode car cette même candidate se vantait par SMS interposés, au début du mois de septembre d’avoir l’investiture d’EELV Pays Basque auprès des journalistes locaux. Ce qui à l’époque m’a juste fait bondir quelque peu puisque nous étions seulement deux encartés à Biarritz, ma compagne et moi-même.

Quelle perte de temps et d’énergie !

Je milite et m’intéresse à la vie politique depuis mes seize ans. Je me suis toujours impliqué dans la vie politique et associative locale dans mes actes du quotidien. J’ai grandi et fait évoluer mes idées au fur et à mesure que ma réflexion et ma conscience politique s’étoffaient. Plus militant de terrain que stratège, j’ai du mal à comprendre qu’au XXIe siècle certains et certaines responsables politiques réagissent encore avec des réflexes du siècle dernier.

Pour un parti qui prône la solidarité, il serait bon de déterminer avec qui la faire et comment. S’il s’agit d’une solidarité de l’entre soi, la cause écologique telle que vous la défendez n’est pas prête à prendre le pouvoir. Ce qui est étonnant chez EELV c’est la facilité avec laquelle ce parti arrive à s’autodétruire dès qu’il y a une embellie.

Juste une dernière question, qu’allez-vous faire des Verts allemands qui s’ouvrent aux libéraux pour travailler ensemble à la mise en place d’une politique écologique efficiente et efficace face à l’urgence actuelle ? (Reportage du journal d’Arte du 07/01/2020).

Je vous souhaite une excellente année 2020.

Éric Ménard

 

 

24 réflexions sur “Biarritz lave plus vert

  1. Peut être que ce militant devrait aussi et surtout s’interroger sur ses propres pratiques et sa propre sincérité ? C’est un écologiste de salon qui teinte son discours de grognements pour faire plus engagé, qui est adhérent à toutes les associations écologistes du PB sans y avoir apporté une idée, qui pratique le mépris envers les autres militants, et diffuse de fausses nouvelles…. Il est parfaitement raccord avec Motsch et Schneck dont il s’était déjà rapproché tout en sabotant le travail de terrain des autres… Et maintenant la leçon ?
    Quand on se dit écolo, on défend l’écologie. La défendra-til avec Motsch ? Difficile à croire.
    Il annonce un rapprochement Motsch écologie et libéraux en citant l’Allemagne. Encore une analyse bidon pour préparer une énième mascarade ici à Biarritz. Si ce type est écologiste, alors Biarritz n’a pas « le cul sorti des ronces »… Et disons-le, il n’a pas été à la hauteur pour porter une campagne, et à manqué de courage alors que son mouvement attendait après lui… Le résistant n’en était pas un, et il a vite rejoint le camp adverse pour espérer y trouver une petite place au chaud.
    Autres visages, même pratiques. Avec chic et éthique. Là est peut-être la nouveauté.

  2. On pourrait résumer par « des Verts peu ouverts » . EELV est un parti totalement stalinien dans son fonctionnement. Quant à la candidate biarrote que vous mentionnez, elle a un parcours pour le moins sinueux après avoir proposé ses services à plusieurs candidats (qui ne l’ont pas retenue) elle se met « à son compte » et donc au vert. Comme on le disait dans le Grand Blond avec une chaussure noire il me semble que ce soit « un piège à cons ».

    • Stalinien ? Hé ben, ce terme mérite quelques justifications. À l’échelle locale, les partis sont garants de leur ligne politique, et s’appuient sur quelques militants. Il était le référent eelv à Biarritz, et il est un principaux responsables de cette situation. Donc le petit Staline biarrot à rejoint Motsch. Et ce parti pourra mettre en œuvre ses résolutions. Si MBatiste rejoint eelv récemment, le départ de Menard était acté depuis 6 mois. Il veut nous faire passer sa débandade pour un geste héroïque et de clarté, dernière tentative de racolage avant de sombrer. Il a été un artisan du désordre à Eelv, et sa duplicité a été vite remarquée par certains militants ecolos de Biarritz. Là vérité est plutôt à chercher de ce côté..

      • Je ne parlais pas des membres mais des cadres d’EELV qui ont je persiste et signe un fonctionnement digne des meilleures cellules du PC ou de Lutte Ouvrière à la grande époque. Quand à Mme Batiste quelle bonne blague : une personne qui fait le tour de plusieurs des candidat.e.s déclaré.e.s.pour leur offrir ses services et qui va finir par s’encarter chez EELV juste avant les municipales puisque personne n’en veut, c’est ce que j’appelle une démarche éthique. Trop de convictions tuent les convictions.

      • Peut-être. Je ne connais pas ce parti de l’intérieur. Mais de l’extérieur, paraît fonctionner–en dehors de tte considération de la ligne politique- de façon démocratique. Biarritz est un cas particulier, où les manips n’épargnent personne…

    • Stalinien??? Que savez vous de la démocratie dans un parti politique et chez Europe Écologie Les Verts en particulier ?
      A EELV, il y a de démocratie et de la proportionnelle à tous les niveaux: des conseils politiques départementaux et régionaux. Un conseil fédéral qui se réunit 4 fois par an, représentant tous les courants et toutes les régions. Tous les adhérents ont leur mots à dire.
      Beaucoup de partis devraient se renseigner sur comment Eelv pratique la démocratie. Même si on peut toujours mieux faire.
      Lorsqu’il y a moins de 5 adhérents dans une ville c’est le groupe local qui décide afin d’éviter les aventures personnelles qui nuisent à l’écologie politique et à l’efficience dont les citoyennes et citoyens ont besoin.
      Éric Ménard est une bonne personne et personne à EELV pays Basque ne doute de sa sincérité. Cependant lorsqu’on regarde les personnes qu’il a rejoint et les actes des partis politiques qu’elles soutiennent, cette décision est incompréhensible.
      L’écologie politique est incompatible avec le capitalisme ultra-libéral, l’évasion fiscale, la casse sociale et environnementale conséquences des politiques menées par les LR, UDI et Modem.
      Maintenant si Éric arrive à diffuser quelques idées, tant mieux…
      Mais l’écologie, priorité des français, c’est mieux avec les écologistes.

      • Merci de nous épargner vos leçons de démocratie tel un maître d’école qui n’aime pas être contredit.
        Il n’y a qu’à voir comment Jadot se comporte avec les partis de gauche pour comprendre comment vous fonctionnez à EELV (sans parler que nombre d’encartés chez vous et de cadres du parti n’entravent strictement que dalle aux enjeux complexes que vous prétendez dénoncer et vouloir résoudre mieux que quiconque, y compris au mépris de la science ce qui est pathétique, mais de façon péremptoire bien trop souvent).
        L’écologie ne vous appartient pas. La voir portée aux municipales par une convertie de fraîche date (qui n’a aucune compétence si ce n’est vouloir surfer la vague ce qui est de bon ton à Biarritz), une blogueuse fan de pétitions bidons et de vidéos d’elle-même, c’est vraiment rafraichissant, en effet quel changement radical vous nous offrez là.
        12 membres sur 25.000 habitants, c’est un mouvement de masse, Biarritz est sauvée.
        Continuez je sens que vous allez nous divertir.

      • Patoche vient de marquer contre son camp. Plusieurs fois.
        3 à 0 pour l’écologie à Biarritz
        Merci, l’écologie a besoin de critiques comme la vôtre pour progresser :)

      • C’est vrai que c’est difficile à avaler. Pour bien faire glisser le morceau, il est prescrit pour Biarritz une cuillère à café de potion écologique à prendre au printemps prochain.

      • Quelle bonne blague : une écologie pour bobos désorientés par des gens qui ne disposent d’aucune compétence dans un domaine complexe qui les dépasse. Imaginez 2 minutes confier les clefs de la Mairie à la blogueuse en amour avec elle même ? Ce n’est pas sérieux, c’est juste effrayant. Mieux vaut garder Veunac dans ces conditions.

      • Avez-vous un exemple de domaine complexe sur lequel vous pourriez nous éclairer Monsieur Platini ?

      • Cher Monsieur  » Aux arbres citoyens »,

        C’est très citoyen de participer aux blogs locaux, mais je vais vous offrir sous peu le képi et le bâton de l’agent de ville, car vous êtes vraiment en train de faire la circulation.
        Un bon conseil : ouvrez votre propre blog et essayez de trouver des lecteurs.

      • Comment vous dire : la physique nucléaire par exemple c’est pour vous un sujet trivial (avant de parler du nucléaire mieux vaudrait peut-être maitriser le sujet) ? Je m’incline devant votre omniscience.

  3. Pour vote information Mr Viollier, ce type qui démissionne avec l’arrivée de M. Batiste à longtemps joué le repoussoir à militants écologistes à Biarritz. Ils sont nombreux à ne pas avoir adhéré, et pour la plupart, en raison de sa présence. Ainsi, il est fort à parier que les adhésions vont pouvoir enfin se débloquer à Biarritz suite à son départ. Son départ était même une condition première demandée par les écologistes de la première comme de la dernière heure. Il a beau jeu maintenant de jouer au militant de terrain roulé dans la farine, abusé par des considérations qui lui échappent. Mais pas tant que cela, car son discours est bien écrit pour un grand naïf, et il se révèle autant manoeuvrier que ses nouveaux maîtres, mais sans la liberté cette fois,… Et après 50 ans de militantisme écologique, prôner l’alliance avec les libéraux ? Et avec Motsch ? Dont on découvre au passage qu’elle serait libérale. Cela s’appelle une dérive, jusqu’au naufrage… Biarritz n’a pas besoin de ça !

    • Pour l’instant non, personne. La grâce n’a rien à voir ici, en tout cas je ne fais pas partie de ceux qui l’attendent du milieu politique local. Je suis convaincu que les objectifs de mes convictions seront atteints, car il s’agit pour moi d’objectifs vitaux. Et je suis convaincu que nombreux sont ceux qui ne sont plus dupes de ces bouffonneries. La situation est trop grave pour que les citoyens remettent en jeu leur avenir sur un coup de dé. Nous ne sommes ni au casino, ni au cirque, et seuls nos candidats ne l’ont pas encore compris. Les citoyens, ceux exigeant tout du moins, attendent du sérieux, pas des guignolades.

    • Qu’ont fait les verts Autrichiens ??? Une alliance avec l’extrême droite. EELV est un parti qui ne cherche , comme les autres, qu’à prendre le pouvoir Ils agissent tels des ayatollahs nantis. Tous les candidats à l’élection municipale dans notre belle ville devraient, en fait, ne faire qu’une seule et unique liste car ils ont à peu près tous le même programme. Ils sont bonnets verts et verts bonnets
      Et Mme Batiste ayant caché au début de sa candidature son attachement à EELV montre sa fiabilité. Pour elle Biarritz serait en danger. C’est elle qui va sauver la ville. On peut en rire de tout cela, le spectacle est bien triste….

      • Vite relisez la bonne Presse au sujet de l’Autriche, ou allez en Autriche, les verts ne sont pas alliés avec l’extrême droite, mais avec la droite, faute de majorité.
        Je ne suis pas convaincu, mais les autrichiens veulent être gouvernés et leurs formations politiques font vraiment de la politique, et non de l’agit-prop.

  4. Toutes ces péripéties en disent long sur la légitimité des futurs conseils municipaux qui quelque soit l’élu il le sera à 15 ou 20%. Et ça repartira dans la polémique et la contestation avec un climat détestable qui ne sera pas lié aux projets et réalisations mais simplement à l’utilisation de boucs émissaires ,symbole de la détestation du pouvoir détenu par une autorité faible dans sa légitimité. Et je suis inquiet des futurs levées de bouclier si le futur maire est vécu comme le représentant du pouvoir national actuel. Le climat social et la violence n’ont jamais été aussi dangereux que maintenant. L’absence d’espérance et d’une alternative politique crédible peut nous faire craindre le pire dans la restriction et l’autoritarisme du pouvoir actuel. Qu’on se souvienne que l’élection de Giscard a été suivie par une libéralisation et une avancée sociale incontestable pour se terminer après 1978 sur la loi sécurité et liberté de Peyreffite. Heureusement que la gauche était suffisamment forte pour prendre le pouvoir en1981 avec Mitterrand pour mettre en place une véritable politique sociale, culturelle garante des libertés individuelles et collectives.

  5. Pour résumer, toute cette discussion porte sur une mouvance, un parti, appelez ça comme vous voulez, qui jusque-là comptait deux membres, mari et femme, qui viennent d’en démissionner et, aujourd’hui, comporte une seule personne. Etes-vous sûrs que tout cela est bien utile et sérieux face à l’enjeu essentiel : empêcher la reconduction de l’équipe actuelle, empêcher le parachutages de ministres arrivistes et redonner ses chances à notre ville.
    Quant à vous, cher arbre citoyen, y-a-t-il quelqu’un qui trouve grâce à vos yeux pour atteindre ces objectifs, correspondant à vos convictions tout en ayant quelque chance de l’emporter ?

    • Je suis d’accord avec vous sur le côté dérisoire de tout cela. Mais c’est en même temps tellement révélateur de la folie qui s’empare des partis au moment des municipales.
      L’essentiel, c’est surtout que Veunac s’occupe de ses petits-enfants à partir de mars 2020.

      • Je suis prêt à signer une pétition pour l’érection d’une statue à Tonton Veunac pour service rendu à l’humanité s’il abandonne sa candidature.
        -Biodégradable la statue, faut pas déconner non plus-
        Et idem pour Riton Lafitte s’il le faut.
        Mais par pitié qu’ils partent ! Qu’ils partent avant de prendre la déroute électorale de leur vie. Qu’on tourne définitivement la page de cette très mauvaise histoire qui n’en finit plus . Et que les citoyens reprennent la parole et leur ville. À l’assaut ! Aupa la mairie !

    • Aujourd’hui, et depuis la dernière entrée en campagne, oui j’ai enfin trouvé pour qui voter.
      Et en plus ils sont ouverts aux grandes idées et veulent gagner. J’en suis ravi comme d’une baignade de printemps dans un océan propre, ravigorante pendant et apaisante après…
      Cette liste a une tête bien faite, elle est généreuse, a les idées claires, et elle est le fruit d’un projet politique porté par un groupe ancré dans la vie quotidienne de la ville.

  6. ? pratiques d’arrière-boutiques électorales??
    Que vous vous faites plaisir de publier?
    Il est habituel que des personnes adhèrent à un parti politique après un succès électoral et avant des municipales.
    Europe Écologie Les Verts a au moins douze adhérents à jour de cotisation à Biarritz.
    Ces adhérents ont chacun leur histoire et il n’est pas facile d’appliquer une recette chimérique afin d’unir ces « trajectoires ». Le travail du groupe local (pays basque) est immense pour rester cohérent alors même que toutes et tous les actifs* préparent les élections dans leurs communes. (*Il y a aussi des adhérents de soutien).
    Cette lettre comporte tant d’incohérences qu’il est difficile de la commenter.
    Elle parle d’hypothèse de travail, de possibilités non actées. Bref, de choses qui se discutent en interne.
    Le fait accompli d’associer le logo d’Eelv à la candidature de N. Motsch est une faute politique grave. Ce genre de décision ne peut être prise par une personne seule. Ce n’est pas de la tambouille politicienne c’est juste le respect des statuts. Le conseil fédéral d’EELV qui représente toutes les régions de France et tous les courants de l’écologie politique présents au sein d’EELV a voté sur les alliances possibles pour les élections municipales.
    Tous les adhérents en sont informés et tout est accessible sur internet.
    Après, chacun fait ce qu’il veut mais en dehors d’EELV.
    C’est grâce au respect des règles que chacun est libre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s