Journal d’un buté de campagne (2)

Des permanences illuminées, des insultes gratinées, le bonjour d’Antoine, le trou récurrent du BO et encore et toujours les manœuvres de Mimi-La-Malice.

APPRENDS TA VILLE ! – Avec un directeur de publication comme celui-là, Bisque, Bisque Basque ! ne serait pas très bien barré. Sur l’affiche annonçant fièrement sa première réunion publique au Colisée, Michel Veunac se proclame « Directeur de publication ». Las, le candidat montre qu’il ne relit rien puisqu’il ne connaît visiblement pas sa Ville et situe le Colisée avenue Saraste et non Sarasate. Il n’y avait sur cette affiche que cinquante mots à vérifier et même cela l’apprenti Veunac n’a pas su le faire correctement. Voilà qui rassure pour l’avenir.

AVENUE DES PRÉTENDANTS. – En 2014, tout se jouait rue du Helder où Max Brisson et Michel Veunac avaient leurs permanences à un magasin d’intervalle. Cette année, c’est l’avenue du Maréchal Foch qui semble remporter tous les suffrages avec à l’intérieur de l’espace Foch la permanence de Maider Arostéguy, peu après Le Royal, celle de Michel Veunac, à côté du Sissinou celle de Jean-Benoît Saint-Cricq et au 25 de l’Avenue, celle de Nathalie Motsch. Au point que les Biarrots ne parlent plus que de « l’avenue des prétendants ». Seul Guillaume Barucq fait bande à part en ayant établi ses quartiers électoraux rue Gambetta. Une certitude : pour les alliances au soir du premier tour, le chemin ne sera pas long à faire.

LA PLUS BELLE POUR ALLER VOTER. – Si certaines permanences sont chichement décorées avec l’affiche du candidat pour seul ornement, celle de Maïder Arostéguy, riche en couleurs avec une planche de surf orange vif, une coiffe d’indien un ballon aux couleurs du BO et une chistera, attire l’œil. Les machos de service vont encore dire que Maïder soigne la forme plus que le fond. Mais nul doute possible : sa permanence est la plus belle.

LE BORDEL HOLLANDAIS DE SAINT-CRICQ. – Incontestable affluence, jeudi soir, pour l’inauguration de la permanence électorale de Jean-Benoît Saint-Cricq. Dans un premier temps, le candidat avait placardé une affiche à son effigie avant de la retirer et de se contenter d’un modeste et collectif « Biarritz ensemble ».  Mais la surprise nocturne des passants est venue des lumières rouges et de la grande vitrine de l’établissement choisi qui ne sont pas sans rappeler certaines maisons spécialisées d’Amsterdam. Après le Saint-Cricq chahuté de 2018, allons-nous avoir un Saint-Cricq dévergondé en 2020 ?

CETTE MAUVAISE LANGUE DE GUY. – Le premier adjoint « La Faillite-Nous-Voilà » ne rate pas une occasion de se moquer des maigres soutiens de la liste emmenée par Michel Veunac. « Il a tellement peu de monde autour de lui que le voilà obligé de repartir avec les Castaignède, Blanco, Destizon, Vial, alors qu’il affirmait ne vouloir d’eux à aucun prix ». Il est vrai que les nouveautés sur sa liste promises par Veunac semblent quelque peu se faire attendre.

MOTS FLÉCHÉS BIENVENUS. – Bisque Bisque, Basque ! a passé de longs moments à faire le trottoir pour observer la permanence de Michel Veunac et confirme totalement les propos de Guy Lafite. Il ne s’y passe rien et tous les « invendus » de la politique biarrote qui n’ont eu d’autre choix que de poursuivre avec le maire sortant s’y ennuient de longues heures sans recevoir la moindre visite. Si vous avez quelques mots fléchés ou sudokus en trop pour les occuper, soyez charitables…

APPELEZ-LE GUYGUILLAUME. – Lundi matin sur France Bleu Pays basque, le ministre de l’Agriculture a surpris tout son monde en adoptant une position totalement alignée sur celle des dirigeants du BO. Un coup de brosse à reluire sur Jean-Baptiste Aldigé, « un gestionnaire avisé » et une position pour le moins favorable au BO sur la dernière réserve foncière appartenant à la Ville. Quand on sait que Jean-Baptiste Aldigé ne tarit pas d’éloges sur le Premier adjoint, « le seul à avoir compris mon projet », on constate que Guy Lafite, même s’il ne sera pas l’adjoint de Didier Guillaume, va à l’évidence rester son inspirateur, ce qui n’est pas la meilleure nouvelle du monde.

LE ROI DE L’ENFUMAGE. – Quand vous avez un pistolet braqué sur la tempe, vous êtes généralement du même avis que celui qui tient le pistolet. La commission générale consacrée au BO mercredi 22 janvier a été perçue par la majorité des élus comme un vaste enfumage ou plutôt, comme l’a dit Nathalie Motsch, une « mascarade ». Veunac, à quelques semaines des élections a fait plancher les élus sur quatre projets possibles, alors qu’il sait parfaitement qu’il n’a pas la main et doit attendre le feu vert de l’Agglo. Mais Aldigé a la langue bien pendue et Veunac redoute de se faire flinguer par lui en pleine campagne électorale. D’où ces signaux d’apaisement et de bonne volonté pour faire croire que Mimi se décarcasse pour le BO.

UN MINI TRUMP ? – Tous ou presque le pensent, mais très peu le disent par crainte de représailles sur un sujet aussi sensible que le BO. Les élus sont sortis furieux de cette réunion en ayant le sentiment de s’être fait manipuler une fois de plus par Mimi-la-Malice. Est-il raisonnable de prendre une décision qui engage l’avenir de Biarritz à quatre semaines d’une élection ? Si les points de vue sont partagés sur ce qu’il faut faire pour le BO, tous les élus ayant le désir sincère d’aider le club phare de la Ville, l’unanimité se fait contre la personnalité pour le moins rugueuse du président Aldigé qui a réussi à se fâcher avec tout le monde ou presque. Dans un tweet, François Amigorena a magnifiquement résumé le problème : « En adoptant le comportement d’un mini-Trump de sous-préfecture, indigne d’un président de club de rugby de Pro D2, M. Aldigé est devenu le principal obstacle à l’élaboration d’un projet juste et pérenne pour le BOPB et la plaine d’Aguilera », ce qui lui a valu (en douce) des félicitations de ses collègues de tous bords politiques.

CLASSE PRÉSIDENTIELLE – S’il est quelqu’un doté d’une exquise urbanité, c’est bien Guillaume Barucq. Au sortir de la commission générale, le docteur Barucq, pourtant fervent défenseur du BO, a exprimé des doutes sur la méthode choisie, ce qui lui a valu de recevoir un tweet plein de poésie du président du BO sur… ses « bijoux de famille ». C’était notre rubrique, « Amis de la poésie, bonsoir ! »

KAMPF TOUJOURS LE SAUVEUR – Pour éviter tout dépôt de bilan du BO juste avant les scrutins du 15 et 22 mars, Michel Veunac croit avoir trouvé une ruse et s’agite énormément au téléphone pour être sûr d’avoir la majorité lors du prochain conseil municipal du 12 février. La Ville rembourse 300 000 euros par an au BO pour la tribune Kampf qui avait été financée par le club au temps de sa splendeur. Comme il reste une dizaine d’annuités à payer, la Ville anticiperait et donnerait les 3 millions de reliquat dès cette année, ce qui correspondrait au « trou » actuel du BO. Il est très fort ce Veunac pour engager l’argent de celui qui lui succèdera !

B 52136

C’EST ANTOINE QU’ELLE PRÉFÈRE – Nathalie Motsch avait annoncé dans un communiqué de presse qu’elle n’assisterait pas à la commission générale. Il faut dire aussi qu’à la même heure arrivait sur Biarritz Antoine Waechter, venu accorder à la candidate « la caution morale » de son microscopique Mouvement Écologiste Indépendant (MEI). Le lendemain, lors de la conférence de presse commune, Antoine Waechter qui souhaitait apparaître plus vert que vert a même précisé que, pour limiter son empreinte carbone, il était venu en train. Pour épater les foules, il aurait dû venir à pied de son Alsace natale.

16 réflexions sur “Journal d’un buté de campagne (2)

  1. Cette histoire de BO est délirante dans une ville endettée et mal entretenue comme l’est Biarritz.

    Il faut arrêter la gabegie au plus vite car c’est très malsain de continuer sur cette pente. Il faut accepter que les temps glorieux soient passés. De surcroit c’est au club et à ses supporteurs de gérer leur temple sacré, pas aux Biarrots qui dans leur vaste majorité ne s’intéressent pas à la destinée d’un club de gaillards courant après une balle en cuir ovale et ont bien d’autres soucis au quotidien (comme de trouver un logement abordable ce qui est un vrai problème politique: si on continue sur la lancée ce sera l’activité économique de la ville qui sera (encore plus) impactée faute de travailleurs disponibles.

    Il faut de l’argent pour les vraies priorités: des logements abordables (et aussi sociaux. 13% des citoyens sont au niveau du seuil de pauvreté soit 2600 personnes), des écoles, des maisons de retraites, des infrastructures voiries en bon état, investir pour développer d’autres axes économiques que le seul tourisme (qui avec les tendances actuelles et restrictions à venir (en particulier sur l’énergie va immanquablement se contracter à moyen terme), sécuriser une transition énergétique du gaz vers d’autres solutions (la France ne produit pas de gaz sauf dans les hautes sphères de l’état et de l’administration et personne n’explique aux citoyens que le gaz n’est pas le futur de l’énergie domestique), assurer des approvisionnements pérennes en eau potable, électricité, production de nourriture locale et sans pesticides, développer l’offre culturelle (etc. liste non exhaustive).

    Tous ceux qui pensent notre futur comme la simple continuité linéaire du passé se trompent. Ils vont conduire la ville à la faillite pour de bon. De vrais problèmes se poseront à nous dans la décennie qui vient et soit nous aurons les finances pour y faire face, soit ce sera désorganisation et probablement violence qui prévaudront.

    Continuer à parler du BO et des subventions obscènes qu’il reçoit de la ville est simplement fou.

    PS: je précise que je n’ai rien contre le BO mais qu’en tant que contribuable je ne veux pas que les impôts payés aillent à un club de sport professionnel. Bien sur les que actions du BO Omnisport sont importantes pour les jeunes en particulier et elles doivent être maintenues (si possible).

    • Également d’accord ; à un moment il faut bien cesser de boucher un trou sans fond !!!
      Il y a tellement de choses à faire dans notre ville. Et que diable ils sont professionnels !!!

    • Assez d’accord avec vous…sauf pour ce qui est du BO omnisport qui DOIT être aidé pas « si possible » mais coûte que coûte car une ville qui n’occupe pas ses jeunes ( et moins jeunes) est une ville finie….

  2. Alors que les candidats sont en train de passer les uns après les autres au crible des parents d’élèves délégués qui se battent pour défendre nos écoles primaires de Biarritz, lire ce genre d’article me rend tout simplement fou.
    Chers candidats, voici un indice car je vous donne une 1ère réponse à une des questions qui vous est posée :
    Oui le budget en investissement a bien été voté pour les écoles biarrotes en 2021 au montant de ZERO EURO. J’ai bien dit 0.
    Alors oui je suis révolté quand je lis ça !!!

  3. Waechter,Waechter….Ah mais oui,j’y suis ,ouh là là ,c’est loin! C’est mon adolescence,les annèes 70 ! je vèrifie son age ,70 ans le mois prochain! Ah ,c’est çà les poids lourds de soutien tant annoncès de cette candidate ! Eh bien disons « : Votez M. ,vous en verrez de toutes les couleurs,du bleu ,du vert ,du rose hortensia ! »
    Et puis l’histoire de descendre en train par souci de l’emprunte carbone,quelle dèmagogie.

  4. Lemoyne et Guillaume renoncent à leur candidature ! Voilà qui change pas mal la donne. Du coup les ‘petits ‘ candidats le sont un peu moins. Au passage ,pas mal de cocus sur le carreau, il y en a au moins un et qui a un très beau chapeau ! Que tout le monde a vu sur la photo!

  5. Exit les parachutés, donc. Mais le problème reste entier: quid de l’alliance capable de faire barrage à l’équipe actuelle ? Autrement dit, ego et ambition personnelle ou partisane ne sont plus de mise: l’alliance est la seule solution pour faire barrage à l’équipe actuelle et rétablir le respect de l’intérêt général. C’est juste une question d’efficacité, de lucidité et de courage. Trois fois rien, quoi…

  6. Hier soir,Lemoyne renonce à sa candidature,ce matin ,on apprend qu’un élu de Veunac est inculpé en lien avec l’administration de la sous préfecture. C’est tout de même une étrange coïncidence? Cette campagne s’annonce virulente ,l’ouverture du bal est lancé !

  7. Y aurait-il un lien entre le retrait des candidatures et la fuite sur cette histoire à la préfecture ? Vite se retirer du merdier avant d’éclabousser tout un gouvernement ? Alors que le PM se présente au Havre ?
    🤔🤔

      • Notre candidate Verte doit être assurément Verte ce soir à la lecture du sondage sud ouest.
        Une femme est largement en tête ,et c’est très bien, mais pas la candidate waetcher.
        Une vrai coulée verte pour Motsch !!

    • De toute manière , la situation était intenable pour Didier Guillaume. Comment faire campagne avec son meilleur copain sous contrôle judiciaire? Le dernier sondage qui le place loin en 3 eme position a fini de le convaincre

      • Le copinage ne fait pas bonne politique. Et ces ministres ont été les dindons de farceurs qui jouent avec nos vies tous les jours à Biarritz.
        Les couilles de D. Guillaume ont bien fait rire tout le monde, tout autant que la bluette à l’eau de rose de Lemoyne. Ces abertzale qui les avaient rejoint apparaissent dans toute leur nudité, comme de petits chefs magasiniers et arrangeurs locaux.
        Lafitte est out, il porte trop la poisse. Restent Veunac et quelques autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s