Rabibocher n’a rien d’allemand

Quand le rabbin se réconcilie après-guerre avec le « Boche », les deux se rabibochent. Logique, non ?

Au milieu des années soixante, la guerre était encore très présente dans les discussions familiales et au moment des élections municipales. Dans notre village charentais de Chasseneuil-sur-Bonnieure, l’attitude de chacun pendant ces années sombres était minutieusement soupesée et il n’était pas rare d’entendre des accusations publiques lors des réunions électorales comme « Ta quincaillerie, on sait comment tu l’as montée ! », méchante allusion aux nombreux parachutages anglais qui eurent lieu dans la région. Mes parents n’ayant guère de plaisir à vivre ensemble, notre vie sociale était plutôt réduite, ce qui nous enchantait avec mon frère, car rien n’était pire pour des enfants de moins de dix ans que ces repas du dimanche, les jours d’invitations, avec double entrée, plat de poisson puis plat de viande, avant la salade, le fromage, la farandole de desserts, le café et pousse-café. Et l’on exigeait de nous d’être sages et de faire bonne figure toute la durée du repas, alors que nous n’avions qu’une envie : faire prendre l’air à notre ballon de rugby dans le champ du voisin.  Presque à chaque fois, à l’heure du café, mon père qui se piquait de quelques connaissances historiques proposait à ses invités, quand ils n’étaient pas de la région, d’aller visiter Oradour-sur-Glane, village martyr situé à une cinquantaine de kilomètres de notre domicile charentais, non loin de Saint-Junien.

Même si nous étions habitués à suivre sans moufter, je ne sais pas si mes parents se rendaient bien compte de l’épreuve que pouvait représenter pour nous cette visite à répétition du village martyr, de l’église où les femmes et les enfants avaient brûlés vifs, à l’exception de Marguerite Rouffanche laissée pour morte et miraculeusement sauvée, de l’école où seul un petit Alsacien venu se réfugier dans ce village de Haute-Vienne avait eu la présence d’esprit de fuir à l’arrivée des Allemands, des différents lieux où les hommes par groupe de trente avaient été abattus au fusil-mitrailleur. Ma mère ayant vécu les bombardements d’Angoulême et perdu des camarades de classe, mon père ayant assisté en Charente-Maritime à des exécutions sommaires de miliciens à la Libération, comme tous les gens autour de nous, ne disaient jamais « Les Allemands » mais « Les Boches ».

Mon père estimant qu’il ne fallait surtout pas cacher la vérité aux enfants, nous racontait souvent les camps de concentration, les chambres à gaz et les persécutions endurées par les porteurs d’étoile jaune. Et si je ne savais absolument pas ce qu’était un imam, les musulmans étant fort rares en Charente à cette époque, le terme de rabbin m’était familier, car notre libre penseur de père se plaisait à répéter, de préférence en public : « Les prêtres et les rabbins peuvent bien faire ce qu’ils veulent, ça ne me dérange pas du moment qu’ils me foutent la paix ».

J’adorais faire semblant de dormir à l’arrière de notre Renault Dauphine pour mieux capter ce que racontaient les adultes. Était-ce au retour d’une de ces visites à Oradour-sur-Glane que j’ai entendu mes parents parler d’un couple qui s’était « rabiboché » ? Pour moi, nul besoin de se précipiter sur un dictionnaire, le sens de ce mot « rabibocher » était limpide. Si les rabbins juifs et les Allemands avaient été capables de se réconcilier, je n’avais plus aucune excuse, après une fâcherie avec un de mes petits camarades de classe pour ne pas me rabibocher avec lui.

Et j’ai beau, depuis, avoir des dizaines de fois regardé dans le dictionnaire la définition de ce mot, je continue à lui trouver un parfum de Deuxième Guerre mondiale.

Dans la même série :

https://jeanyvesviollier.com/2020/04/24/9116/ (« Hâte de lutiner « )

https://jeanyvesviollier.com/2020/04/08/grand-homme-incontinent/

https://jeanyvesviollier.com/2020/04/16/caparaconne-et-pret-pour-lecole/

5 réflexions sur “Rabibocher n’a rien d’allemand

  1. Difficile de se rabibocher avec ceux qui furent, pendant quelques mois, mes « voisins de jeux » Les voisins (envahisseurs)   sont partis quand je n’avais que deux ans…et ils faisaient leurs manœuvres militaires au Camp Saint Léon sous mes yeux ..J’ai bien aimé tes souvenirs, qui me rappellent surtout quand on m’obligeait à aller au lit quand les amis de mon oncle, mort à Oranienbourg, venaient raconter leur vie  à mes parents …Difficile d’oublier

    Michel DARRIET

  2. Merci pour ce partage qui témoigne de votre générosité de cœur et de votre finesse intellectuelle. Nous sommes vous et moi de la même cuvée,en voulant dire beaucoup de choses en même temps, on finit par s’embrouiller et se prendre les pieds sous le tapis. Mais l’essentiel est toujours là enfouit derrière notre ego qui nous protège. Merci encore.

  3. Quel plaisir de vous lire, je vous imagine en culotte courte sur le tracteur , ou au fond de la dauphine….et puis un fil conducteur dans vos textes, lutiner pour mieux se rabibocher ( ou l inverse ) !!!!!

  4. Le boche et le rabbin se sont-ils rabibochés en se disant « habibi », en courant, jusqu’à plus soif de cognac, à travers les champs un soir de bal ?
    Plus sérieusement, puisque vous évoquez aussi des événements tragiques, ceux-ci me rappellent un texte lointain mais lumineux de H. Arendt (de parents juifs et allemande) sur le pardon et la promesse, qui marchent ensemble (en politique mais aussi ailleurs).

Répondre à Aux arbres citoyens Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s