Confiné ou déconfiné, Veunac reste d’une prodigieuse inefficacité

Pendant les deux mois de confinement, l’encore maire de Biarritz ne s’est soucié que de ses petites affaires en ignorant complètement les besoins de la population.

Parfois un compte Twitter en dit très long sur la personnalité d’un homme public. Si jusqu’au 15 mars, malgré sa préférence très nette pour le Minitel, Notre-Michel-Rien-qu’à-nous-que-le-monde-entier-nous-envie s’était fendu de quelques Tweets, histoire de convaincre l’électeur biarrot que deux barils de Veunac valent mieux qu’un baril de candidat ordinaire, depuis le 17 mars et le début du confinement, il n’éprouve plus le besoin d’écrire. Dans une période exceptionnelle qui aurait dû mettre en surchauffe le ciboulot de n’importe quel élu digne de ce nom, notre maire qui joue les prolongations s’est contenté de cinq pauvres messages : deux pour annoncer le décès de figures de la Ville (Annie Curutchet et Pierre Cazenave), un pour remercier les services sociaux, un autre pour relayer la consigne du préfet interdisant les locations Airbnb et le dernier, avec une magnifique faute de français, (« Bravo de la confiance »…) pour espérer la réouverture des plages… un mois après Guillaume Barucq !

Question créativité et volonté de protéger sa ville, on a donc vu mieux et il suffisait de lire Sud Ouest tous les matins, de découvrir toutes les belles initiatives solidaires prises par les agglomérations voisines, pour mesurer à quel point ce maire est d’une prodigieuse inefficacité quand il s’agit de s’intéresser aux Biarrots et de les aider à repartir après le déconfinement. Ce qui n’empêche pas le site officiel de la Ville de continuer à faire le panégyrique d’un maire qui œuvre à « cultiver le magnifique héritage et à créer des conditions de vie favorables à tous ». Les salariés du Palais, les rédacteurs de lettres adressées au maire qui n’ont jamais reçu la moindre réponse ou tous ceux qui espèrent un logement social apprécieront…

Landrain pour les affaires courantes, Veunac pour Le Palais ou le BO

Tous les élus qui ont participé aux visioconférences conduites par le maire, pendant cette période du confinement, se disent consternés : Longues péroraisons dégoulinantes d’autosatisfaction, refus de donner la parole à tout élu susceptible de lui apporter une quelconque contradiction et consternante absence d’idées et de vision pour Biarritz, alors que les commerces risquent d’être particulièrement malmenés par cet épisode. « Au bout de deux séances, j’ai compris, raconte cette élue. Je gardais un magazine à portée de la main et n’écoutais que d’une oreille distraite. De toutes façons, Veunac refusait tout dialogue. »

Si Veunac a confié au secrétaire général des Services, Christophe Landrain, la charge des affaires courantes (« Nous n’avons jamais été aussi bien informés » reconnait un élu d’opposition), Veunac, comme à son habitude, s’est octroyé quelques chasses gardées. C’est au cours d’une de ses visioconférences que le duo Veunac-Lafite a annoncé une recapitalisation du Palais et donc une fragilisation encore plus grande de ce joyau des Biarrots.

https://jeanyvesviollier.com/2020/04/19/15-mars-2020-le-jour-de-la-liberation-de-biarritz/

C’est presque par hasard que les élus ont aussi découvert que Veunac avait lancé le concours d’architectes pour le centre de formation du BO, alors que, promis-juré, le vote du 12 février, lors du dernier conseil municipal n’était « qu’indicatif ». Et une fois que Veunac va être parti s’occuper de ses petits-enfants pour le plus grand soulagement des Biarrots, on va sans doute encore en découvrir de belles.

Certes, Veunac n’est pas le premier maire à qui l’inspiration manque. Mais, contrairement à des élus capables de s’appuyer sur leur entourage, Mimi-Imperator ne supporte pas que les autres aient des idées. Quand Guillaume Barucq, qui était parfaitement dans son rôle de candidat à la magistrature de la Ville, a évoqué une possible réouverture des plages et reprise du surf, Veunac s’est roulé par terre. Il se moque totalement du surf mais ne veut pas que les caméras soient braquées sur quelqu’un d’autre que lui. Quand des élus ont proposé de mobiliser les volontaires pour confectionner des masques (Françoise Mimiague avait recruté des volontaires et envisagé de trouver un local), le maire a coupé court et affirmé qu’il s’en occupait… Avec le succès que l’on sait.

Alors qu’à Nice, Christian Estrosi a organisé une distribution de masques il y a plus d’un mois, les Biarrots ont insisté ce week-end à un grandiose cafouillage, un de plus ! Distribution annoncée pour tous les Biarrots, dans les bureaux de vote sur présentation de la carte électorale, avant de préciser qu’il n’y aurait finalement que 11 000 masques distribués pour les cas les plus urgents. Les Biarrots découvrant au passage grâce à Sud Ouest que Veunac n’est pour rien dans cet arrivage puisqu’il s’est contenté de profiter du dispositif mis en place par l’Agglo au lieu de chercher à aider le pays à son niveau en mobilisant les ressources locales. Dimanche matin, le maire fanfaronne : il y aura finalement un masque pour chaque Biarrot. Résultat : personne ou presque dans les bureaux de vote en ce dimanche pluvieux. Car avec Veunac, il y a longtemps que les Biarrots ont compris qu’il valait mieux savoir se débrouiller seuls.  

(Photo Sud Ouest)

Une photo qui fait causer

Confinement oblige, vendredi 8 mai, seuls Michel Veunac et Maïder Arostéguy étaient présents pour commémorer la fin de la deuxième guerre mondiale. Nombre d’internautes se sont interrogés sur ce choix et se sont demandés ce que faisait là Maïder Arostéguy, alors que sa présence en tant que conseillère départementale était tout à fait légitime.  « J’avais prévu d’y aller seule à 9 h 30 le maire ayant annoncé qu’aucune manifestation n’était organisée, raconte la candidate arrivée en tête le 15 mars. La veille au soir, il m’a appelée pour me proposer de l’accompagner ».

Ce que raconte Maïder Arostéguy correspond totalement à la vérité, mais tous ceux qui pratiquent Mimi-La-Malice se doutent bien que ce revirement n’a rien d’innocent. Veunac sait bien au fond de lui-même qu’il a perdu l’élection même s’il continue à faire croire à ses troupes qu’une victoire est toujours possible. En revanche, il espère encore tirer quelques bénéfices de son poste en cajolant la candidate des Républicains. Le sort de Sylvie Claracq, très proche de son fils, semble beaucoup le préoccuper et notre Encore-maire-mais-la-délivrance-approche s’agite beaucoup pour qu’elle intègre une liste gagnante. Par ailleurs, notre Michel Veunac qui ne doute de rien, se verrait bien à la fin de son mandat prendre la tête d’une SEM (Société d’économie mixte) histoire d’arrondir sa retraite d’environ 10 000 euros.

Pour le moment, Maïder a dit non à tout. Sage résolution !

5 réflexions sur “Confiné ou déconfiné, Veunac reste d’une prodigieuse inefficacité

  1. Encore un article bien croustillant comme d’hab.
    Concernant cette dame Sylvie Claracq cela voudrait dire qu’elle va se retrouver au chômage la pauvre… Vu que sur son compte Linkedin elle n’a pas d’emploi. Si ce n’est : Présidente de l’EPIC Atabal (combien ça paye d’ailleurs ?) et adjointe au maire déléguée à la jeunesse et à la vie scolaire à « Nom de l’entreprise : « Mairie de Biarritz » de 2014 à Aujourd’hui.
    Il est évident que si elle se retrouvait en poste ailleurs sous la mandature du prochain édile, étonnant ce serait aloua !!!

  2. Ce sale type détruit depuis le début de son mandat toute initiative des biarrots qui pourrait lui nuire et à ses petits copains pilleurs de ces idées, mais incapables d’en comprendre les tenants et aboutissants. Son projet, car il faut bien donner un nom à cette enfilage d’idées creuses et sans aucun intérêt, s’appelle Vivre à Biarritz, mais pour qui donc ? Car pour les autres, Survivre à Biarritz serait plus approprié. Et désormais, il a montré qu’il se foutait même de son électorat, et ça se voit et se comprend mieux quand ce sont les vies de tous les habitants qui sont en jeu, et non plus seulement celles de ceux qui, s’il en reste, auraient pu sur un malentendu (proche de la surdité) lui apporter des voix. Remercions le virus pour cela, de nous montrer la réalité crue, le caractère crasseux d’un homme indigne de toute responsabilité publique. Les autres prétendants n’ont pas été non plus à la hauteur de cet évènement dont les conséquences lourdes se feront sentir longtemps. À de très rares exceptions, dont notre bon adjoint à l’environnement, qui en se souvenant qu’il était médecin, a évité le déshonneur et la débandade à ce conseil municipal. Il a proposé, au risque de se tromper et des sarcasmes antisurfer, et c’est ce que les citoyens attendent de leurs élus, qu’ils se préoccupent des habitants et de leur ville. Proposer, écouter, prendre des initiatives même par le mauvais bout, remuer cette inertie incroyable, terreau des incapables, c’est le minimum syndical exigé par les biarrot.e.s.
    Veunac aura été à cette ville ce que le napalm est à un champ de pâquerettes, un pur produit mortifère et d’une toxicité inégalée jusqu’à présent. Régénérer cette ville prendra du temps, mais les graines sont vivaces et ne demandent qu’à germer. Ne reste plus, pour Veunac, qu’à réouvrir la déchetterie.

    • Vous soulevez un point très intéressant : comme vous, j’ai été plutôt déçu par l’absence de propositions des candidats dans une période où plus que jamais il était facile de montrer ses idées et sa personnalité. La proposition de Guillaume Barucq, limitée aux plages et au surf, était certes incomplète mais elle avait le mérite d’exister. Le silence assourdissant de certains candidats pendant près de deux mois m’inquiète beaucoup plus : n’ont-ils pas osé se manifester en cette période de repli sur soi ou n’avaient-ils pas la queue de l’ombre d’une idée? Chacun jugera.

      • La meilleure façon de le savoir serait de leur poser la question,car nous sommes assez grands pour tout entendre, mais pas leur silence. Quand nos vies sont en jeu, le déni et la lâcheté n’ont pas leur place dans un conseil municipal, surtout après une telle com’ de campagne sur le vivre ensemble, la solidarité, l’éthique, le courage, la responsabilité, etc. etc. Est-ce trop demander à ceux qui réclament notre confiance ?

  3. Des idées il en faudra après le passage du covid 19…… vue l’état des finances de la ville, la vente des immeubles et terrains appartenant a la ville (SEM Palais, Golf) s’impose……sans oublier les impôts et taxes. Bon courage aux successeurs

Répondre à Aux arbres citoyens Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s