Une prime à la créativité

Sauf retour de la pandémie, on en aura fini le 28 juin prochain avec les municipales. Aux candidats maintenant de montrer qu’ils ont imagination et talent.

Parfois les politiques sont tellement « hors sol » qu’ils en deviennent burlesques. Pendant les deux mois de confinement obligatoire, l’ensemble du pays, du petit producteur au chef d’entreprise en passant par le télétravailleur, a été contraint à se réinventer, à innover, à se projeter, mais il ne faudrait surtout pas modifier en quoi que ce soit les petites habitudes de nos chers élus. Si tout va bien, le 28 juin prochain, les enfants seront majoritairement à l’école, les restaurants auront réouvert, les entreprises se seront réorganisées, mais il ne serait pas possible d’aller voter. C’est ce qu’essaient de nous faire croire le député de la France Insoumise Éric Cocquerel : « On contamine aussi la démocratie: organiser une élection sans le droit de faire une vraie campagne est une dangereuse première », l’eurodéputé Rassemblement national Gilbert Collard : « Le gouvernement organise le second tour le 28 juin : il se débarrasse des municipales ! » ou le maire sortant de Tours Christophe Bouchet, nettement devancé au premier tour et qui, hasard absolu, milite pour une élection à deux tours en janvier 2021.

Le gouvernement a pris la décision qui s’impose

Rappelons d’abord que le second tour « classique » d’une élection municipale dure une semaine avec des négociations jusqu’au mardi en cas de fusion des listes, et grosso modo la possibilité de tenir un meeting public et d’effectuer une ou deux séances de distribution de tracts. Cette fois les candidats à l’écharpe tricolore vont avoir cinq semaines pour préparer la future échéance. Et c’est le moment ou jamais de se poser la question de savoir ce que nous attendons de nos futurs élus. Le deuxième mois de confinement a déjà été un bon test sur les capacités de projection de nos candidats. Certains se sont peureusement terrés chez eux quand d’autres se projetaient et remuaient ciel et terre pour tenter d’aider leurs concitoyens. De la même façon entendre dire que la campagne est faussée parce que les réunions publiques ne pourront avoir lieu relève de la blague totale.

Aux candidats d’aller à la rencontre de leurs concitoyens en veillant à ne pas créer d’attroupements, de faire connaître leurs programmes en utilisant les prodigieuses facilités que nous offrent maintenant les outils numériques et la possibilité de dialoguer en direct. Les Français auraient été capables d’organiser des apéros à distance avec leurs amis tous les soirs et les candidats ne seraient pas capables de trouver les moyens, en 2020, de s’adresser à leurs concitoyens avant le scrutin du 28 juin ? Voilà qui en dit long sur la ringardise de certains. Pour ma part, je me réjouis de cette « prime à la créativité » qui vient d’être donnée à tous ceux qui ambitionnent de devenir maires.

Alors qu’Emmanuel Macron était réticent, le Premier ministre Édouard Philippe a pesé de tout son poids pour qu’on en termine au plus vite avec l’élection municipale. Il a bien fait.

Je ne suis toujours pas un grand fervent d’Emmanuel Macron, mais le gouvernement a pris la décision qui s’impose en décidant de « sacraliser » le premier tour et d’organiser le second tour le 28 juin prochain, sauf recrudescence de la pandémie. Il suffit de prendre l’exemple de Biarritz, avec les appétits qui se réveillaient et de nouvelles listes qui se préparaient, pour comprendre à quel point une élection à deux tours en septembre 2020 ou en janvier 2021 aurait été désastreuse dans l’opinion publique pour l’image de marque des candidats. Sans compter la nouvelle enveloppe budgétaire à prévoir pour le financement de cette campagne à un moment où chaque euro compte pour relancer le pays.

À Biarritz, il nous reste donc cinq semaines pour finir ce qui a été commencé, choisir le ou la candidate qui paraît le plus à même de diriger la ville et prendre ensuite des vacances paisibles en se disant que Veunac, magnifiquement fessé lors du premier tour, a enfin quitté la vie publique et ne risque plus de faire des dégâts majeurs.  Et vous auriez-voulu que Bisque, Bisque, Basque ! patiente jusqu’en 2021 à l’idée d’une si radieuse perspective ?

10 réflexions sur “Une prime à la créativité

  1. Je pense que tu te trompes Jean-Yves et ce pour les raisons suivantes:

    d’abord les préoccupations des français.e.s ne sont pas les élections mais l’activité économique, et le chômage (ceux qui ont perdu leur emploi, et ceux ont peur de le perdre, les commerçants au bord du gouffre).

    Ensuite il reste impensable qu’une campagne digne de ce nom ait lieu du fait des risques encourus par les réunions publiques (non le virus n’a pas disparu). Ce sera de facto une inégalité d’accès à l’info (par exemple quid des 3000 familles sous le seuil de pauvreté à Biarritz dont je doute fort qu’elles possèdent un bel macbook pro et un accès fibre?).

    Ensuite pour les populations à risques et en particulier les personnes âgées, je ne suis pas sur que ce soit les plus agiles sur zoom ou skype donc la aussi inégalité face à l’accès à l’info. Pas sur non plus que les 2 mois de confinement leur donne envie de se consacrer à la vie publique quand ils redoutent la fin de la leur terrestre.

    Enfin quid du risque que fin juin (du fait du décalage temporel depuis la réouverture le 12 mai) le nombre de contaminés soit reparti à la hausse et qu’il faille annuler ?

    J’estime qu’il fallait tout remettre à plat et voir ce qui se passait tranquillement durant les mois qui viennent, laisser souffler les gens, qu’ils reprennent un semblant de vie « normale ». Au final ce ne sera qu’une autre mauvaise décision d’un gouvernement qui a fait la démonstration depuis le début de son mandat de sa faillite tant sur le plan du fond que de la forme.

    Bon dimanche à tous

  2. Pas d accord avec votre analyse il aurait fallu tout recommencer! Votre désir de voir Veunac partir (je suis d accord avec vous) trouble votre raisonnement!

      • Il n a jamais été réellement prouvé que c’est parce qu elles ont tenu un bureau de vote que ces personnes ont contracté le covid …

    • Je respecte votre point de vue, mais que faites-vous des dix personnes qui sont mortes du Covid après avoir tenu un bureau de vote le 15 mars? On recommence à zéro et l’État dit aux familles éplorées, le 15 mars c’était pour rire? PAr ailleurs l’aspect financier est loin d’être négligeable. Redonner un financement public à des candidats à un moment où on va demander beaucoup d’efforts aux Français ne me paraît pas l’idée du siècle.

  3. Avis conforme à celui de Paul Bismuth. Abstention record en vue;
    Mais les jeux sont faits, sauf deuxième vague;

    Et comme à quelque chose malheur est toujours bon, au moins on sera débarrassé de Veunac et de Lafite avant l’été!

  4. Tout à fait d’accord avec P.B. la période est on ne peut plus mal choisie qui ne correspond à aucune des préoccupations présentes de nos concitoyens moins favorisés et qui ne saurait être une consolation ou une atténuation de la peine pour les familles qui ont perdu un des leurs à cause d’un vote précipité …. Cela dit et le couteau sous la gorge il faut y aller … Pour Biarritz avec le score de Maïder Arosteguy au premier tour l’alternative est claire : ou l’on présente une seule liste d’union démocratique pour éviter l’arrivée de l’extrême droite à Biarritz et la liquidation de ce qu’il reste du patrimoine foncier et humain de cette ville , ou l’on part en ordre dispersé , chacun avec sa liste et son programme « pur et dur »… mais vain , et l’on est complice du désastre prévisible et annoncé ….! Courage et surtout ne fuyons pas …..!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s