Que la volonté des Biarrots soit faite…

Maïder Arostéguy doit sa belle victoire au fait de plaire beaucoup à ses concitoyens mais aussi et surtout à une stratégie très efficace.

Maïder Arostéguy peut avoir le sourire. Elle a joué la partie à la perfection.

Tous les « voileux » ayant disputé une régate savent bien que le choix du plus court chemin d’une bouée à une autre est la meilleure solution pour être distancé. En voile, comme en politique, il faut savoir jouer avec les courants, le gros temps et les dépressions, cacher à ses adversaires le plus longtemps possible la route choisie et à un moment ne plus barguigner, border les voiles et foncer. Même si aux yeux de pratiquement tous les électeurs interrogés, Maïder Arostéguy faisait figure d’évidente favorite, les étranges incertitudes de cet entre-deux tours de quinze semaines, conjuguées à la combativité retrouvée de l’amiral Motsch, aux errances du matelot Barucq et aux jurons du capitaine Saint-Cricq, repêchant Castaignède, Destizon et Vial pour former un improbable équipage, ne pouvaient pas laisser imaginer que la navigatrice en eaux claires Arostéguy allait remporter aussi haut la main l’épreuve.

À l’image de Florence Arthaud, surnommée « La petite fiancée de l’Atlantique » après sa victoire en solitaire sur la Route du Rhum 1990, Biarritz va connaître sa première femme maire de son histoire. Et si, incontestablement, « La petite fiancée de la Côte des Basques » jouissait auprès des Biarrots d’une cote d’amour bien supérieure à ses adversaires, c’est surtout grâce à deux manœuvres tactiques d’une grande audace qu’elle a emporté aussi nettement cette traversée électorale au long cours.

Il fallait partir avant le G7 !

Alors que tous les candidats réels ou supposés (on en a compté jusqu’à dix quelques mois avant le premier tour) disposaient des mêmes cartes de météo marine, Arostéguy est la seule à avoir perçu l’avis de gros temps qu’allait entraîner le G7, en août 2019. Fort sagement, Maïder flanquée de son imposante flottille de soutiens, a pris le large dès juin 2019, multipliant dès cette époque les réunions publiques et les rassemblements. Tous les autres équipages ont préféré attendre sagement au Port-vieux la fin du grand raout mondial avant de se lancer à leur tour dans la course. C’était compter sans les remarquables « empêcheurs de régater en rond » qu’ont pu être Veunac courant après l’investiture du sponsor LaRem, mais aussi Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne, grands champions du hissage de grande voile ministérielle et du captage de la lumière des projecteurs. De septembre à décembre 2019, ils ont rendu invisibles toutes les petites armadas qui s’élançaient à leur tour, donnant le sentiment aux Biarrots, même si ce n’était pas tout à fait la réalité que seule Arostéguy avait consciencieusement ratissé le plan d’eau où s’ébattent les Biarrots.

Il fallait écouter les Biarrots !

Et puis il y a eu ce fameux soir du premier tour dans le climat anxiogène que l’on connait, le Premier ministre annonçant que tous les marins allaient devoir rentrer au port et vivre calfeutrés pendant plusieurs semaines. Heureusement, avant de fermer les écoutilles pour un bon bout de temps, une divine nouvelle a permis aux Biarrots de dissiper l’anxiété. L’indéboulonnable Mimi-la-Malice, le redoutable flibustier que tout le monde redoutait de voir repartir pour six ans de navigation en eaux troubles, arrivait en cinquième position avec seulement 12,22% des suffrages. Aucun capitaine de bateau porteur d’une écharpe tricolore n’avait subi en France un désaveu semblable à celui-là !

Mais si les deux candidates Arostéguy et Motsch ont bien lu le vote des Biarrots et leur refus des pratiques d’antan, les deux candidats qui se sont maintenus, à force de louvoyer et de multiplier les manœuvres hasardeuses, ont fini par se prendre la bôme de leur voilier en pleine poire et démontré qu’il était grand temps qu’une femme prenne la barre.

– C’est Jean-Benoît Saint-Cricq qui à 20 heures pétantes, le 15 mars au soir, annonce à grand fracas qu’il se rallie à Maïder Arostéguy. Avant de se dédire et de repêcher ces élus de la liste Veunac dont plus personne ne veut entendre parler comme Jocelyne Castaignède, Louis Vial, ou Patrick Destizon. Résultat, alors qu’il aurait dû bénéficier d’une partie de l’électorat Veunac, l’avocat biarrot réussit à perdre 1,85% de son propre électorat (8,74% contre 10,59% au premier tour). Il va désormais devoir écoper seul de son équipe au conseil municipal pour venir à bout des voies d’eau. À moins que lassé de ses échecs successifs – il entame son quatrième mandat d’opposant pas toujours très… opposant depuis 2018 ! – il ne laisse sa place à un de ses colistiers peu regardant comme le naufragé Patrick Destizon qui, après avoir trahi Saint-Cricq en 2008, est venu se réfugier dans ses bras en 2020.

Barucq ne pèse pas lourd vraiment pas lourd

– C’est Guillaume Barucq, le catogan le plus médiatique de la télévision française, qui oublieux du vote des Biarrots, refuse de composer un équipage hauturier de haute volée avec Nathalie Motsch et Brice Morin, pour tenter de faire une petite place à ses copains de la liste Veunac. Résultat, alors qu’une vague verte déferle sur la France, alors que son alliance improbable avec EHVS lui assurait un socle théorique de voix de 28,56% (16,22 % pour sa liste, 12,34% pour EHVS) sans compter tous ceux qui avaient décidé de voter « utile » au second tour, le rafiot du docteur surfeur a sérieusement pris l’eau et fini à 2,26% en dessous de son socle théorique avec 26,30% des suffrages. Pour quelqu’un qui voulait voir ce qu’il pesait, la réponse est claire : pas lourd, vraiment pas lourd. Et ce ne sont pas les vociférations et insultes de ses supporters sur la radio de bord ou plutôt sur les réseaux sociaux qui y changeront quelque chose !

– Reste le cas de Nathalie Motsch qui a multiplié les avaries pendant cette Transatlantique électorale. Se faire lâcher par Barucq à quelques jours du deuxième tour, alors que la composition de l’équipage était actée depuis le 15 mars, c’est comme déchirer sa grand-voile à quelques milles nautiques de la bouée d’arrivée. Rajoutez à cela une communication hasardeuse comme cette leçon de surf prise en vidéo et publiée sur sa page Facebook à trois jours de l’échéance finale et vous comprendrez pourquoi la candidate n’a progressé que de 0,5% par rapport à son socle initial. Mais Nathalie Motsch reste Nathalie Motsch : solide, courageuse, « Calamity Nathalie » a le potentiel pour devenir un grand maire de cette ville. À elle de nous le prouver désormais pendant les six ans à venir.

En sport, comme en politique, on ne retient de la compétition que le vainqueur. Surtout quand il s’est imposé aussi facilement. Maïder Arostéguy a promis une « gouvernance apaisée », sans les « tripatouillages » du passé et avec une véritable « écoute » des Biarrots. Et c’était ce que les Biarrots voulaient entendre. Ce matin, sur France Bleu Pays basque, elle a évoqué la possibilité d’organiser un referendum sur deux questions majeures qui préoccupent les Biarrots, l’avenir de L’Hôtel du Palais, et une réorientation possible de la Cité de l’Océan. Si ces promesses sont tenues, on ne peut que saluer une telle initiative qui permet ensuite au maire de gouverner sereinement en respectant la volonté de la majorité. C’est donc avec curiosité et bienveillance que Bisque, Bisque, Basque ! observera les premiers pas de cette nouvelle édile qui nous promet que la navigation va être paisible les six prochaines années, un souhait partagé par tous les Biarrots … Quitte à redevenir Bisque, Bisque, Basque ! plus ironique et incisif en cas de coup de tabac ou de manquement aux règles de la vie publique.

En attendant, bon vent, Maïder et que la croisière soit belle !

13 réflexions sur “Que la volonté des Biarrots soit faite…

  1. Tu oublies juste un détail Jean-Yves : l’abstention qui fait qu’à Biarritz – comme dans beaucoup d’autres villes – cette élection bien que légitime sur un plan légal n’en sera pour autant pas moins fragile sur le plan citoyen.

    Mme Arostéguy est très loin d’être élue par la majorité des Biarrots. Pourvu de la majorité absolue au Conseil Municipal je vois donc un sérieux risque de la voir dériver – pour reprendre ta métaphore marine – vers l’autocratisme auquel son parti LR accouplé aux identitaires qui la soutiennent – tendent en général.

    On sait au niveau national le nombre d’affaires de corruption, népotisme, emplois fictifs et j’en passe qui ont émaillé le RPR au point de devoir changer son appellation en Les Républicains pour enfin terminer par « divers droite ».

    Je te trouve bien confiant quand à moi je préfère rester prudent vu son équipe qui fait la démonstration de ce que Biarritz est au fond, une petite bourgade avec beaucoup rednecks provinciaux très conservateurs quand la leçon d’hier est le retour de la gauche et l’arrivée des écologistes (et cette foutue abstention aussi).

  2. Jean Yves vous ne parlez pas de programmes ou d’idées politiques mais de personnes, ce qui a la fin devient du ragot politique…

    Élevons le débat vers ce qui fait la politique : des actions pour le bonheur commun.

    • Je parle de stratégie politique, de décisions bonnes ou mauvaises prises à un instant T. Libre à vous de ne pas aimer cela, mais ce que j’écris n’a rien à voir avec des ragots mais avec des faits.

  3. SATISFAIT(E)S DU RESULTAT … OU PAS … NOUS N’AVONS PLUS LE CHOIX !
    La Nouvelle ELUE n’est pas de mon bord et TOUT ce que je souhaite, c’est qu’ELLE sache écouter TOUS LES AUTRES ELUS … qui auront forcément des Idées différentes des SIENNES !
    LES écouter et TENIR COMPTE de LEUR PROGRAMME surtout pour l’ECOLOGIE !
    Faire en sorte que le Docteur BARUCQ ait son MOT à DIRE sur les décisions que Madame Le Maire prendra !
    J’ATTENDS pour voir ce qu’IL EN SERA …
    Mais, en attendant, BIENVENUE à ELLE même si ELLE n’était pas MON CHOIX !!!!

  4. À lire le titre de votre article,je vois Monsieur Viollier qu’il vous reste quelques reliquats de votre catéchisme :)
    Merci à vous de nous avoir permis de nous exprimer sur votre blog durant toute la campagne. BBB à durant le mandat de Veunac, soulevé quelques belles affaires à l’odeur d’écurie, informations reprise par les journaux locaux. Merci pour votre travail d’information,je ne suis pas d’accord avec tout ce que je lis sur BBB,de vos textes ou des commentaires, mais chacun peut s’exprimer ,selon les règles évidemment de courtoisie,ce qui n’empêche pas parfois des échanges vifs.
    Je me réjouis du score de Maïder Arostéguy, prendre près de 20 points entre le premier et deuxième tour est excellent! Comme elle a pu le dire ,c’est une page de 30 ans qui se tourne.
    On l’a vu,ceux qui se sont revendiqués de l’héritage politique de Borotra n’ont pas fait recette,et c’est tant mieux! Un maire repris de justice est une honte pour sa ville.
    L’idée du référendum sur l’avenir du Palais et de la cité de l’océan me semble une très bonne idée,pour ma part je vote pour la vente du Palais et la reconversion de la cité en exposition de collections Nationale d’oeuvres d’Art.
    Ces dernières décennies, la vie des Biarrots (j’entends ceux qui vivent ,travaillent, élèvent leurs enfants à l’année) n’ont pas été beaucoup au centre de l’intérêt de la Mairie.De plus, les quartiers sont abandonnés. Madame le Maire et son équipe auront fort à faire dans ce sens.

  5. Une belle analyse de merde… Partisane, digne d’une grisette voulant obtenir quelques avantages. En espérant qu’elle applique ce qu’elle dit, il y a de belles choses dans son programme, mais ça ne colle pas du tout avec la droite, à suivre… Un vrai écolo ;)

    • Oh le vilain supporter qui ne s’est même pas aperçu que l’arbitre avait sifflé la fin du match dimanche 28 juin à 20 heures! Votre chauvinisme vous égare et en plus vous vous planquez derrière un pseudonyme, ce qui n’est pas très courageux. J’habite depuis 17 ans à Biarritz et je n’ai JAMAIS, ABSOLUMENT JAMAIS demandé un quelconque avantage à un élu. Il en ira bien évidemment de même pour les six ans à venir et les suivantes si je suis encore vivant. Si la lecture de ce blog gratuit et désintéressé vous fait si mal, vous avez une solution simple : passez votre chemin.

      • Avoue Jean-Yves que tu vas être bientôt bombardé à la tête de la Socomix avec chauffeur, appart de fonctions et billets gratuits dur Air France !!!! Les extrémistes de droite ne doivent plus se sentir et veulent faire de Biarritz leur fief via le cheval de Troie Arosteguy?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s