Barucq si seul en ce conseil

Les lendemains qui déchantent, en politique, succèdent presque toujours aux alliances improbables. Pour avoir voulu faire du Borotra, « Docteur surf » en fait l’amère expérience.

Au soir du deuxième tour le 28 juin dernier, Guillaume Barucq, avec un réalisme certain quoique partiel, reconnaissait devant ses troupes avoir pris « une belle taule », mais donnait rendez-vous en 2026 à sa « formidable équipe » qui sera « prête et déterminée » pour la prochaine échéance électorale. On a connu plus visionnaire…

(Photo Fabienne DUHART)

Sans surprise en effet, Corine Martineau et Jean-Baptiste Dussausois, après les défections en septembre de Lysiann Brao et Brice Morin, viennent de décider à leur tour de reprendre leur liberté et de former leur propre groupe au sein du conseil municipal.

Voilà donc l’homme qui aurait pu, avec un peu plus de jugeotte et un peu moins d’alliances improbables, sérieusement talonner Maïder Arostéguy, désormais aussi seul que Patrick Destizon.

Le communiqué de presse publié hier par Corine Martineau et Jean-Baptiste Dussaussois Larralde.

« Guillaume Barucq est quelqu’un de gentil, affirme au téléphone Corine Martineau, mais il n’écoute personne et est têtu comme une mule. ». Effectivement pour ne pas avoir voulu incarner l’alliance souhaitée par les électeurs avec Nathalie Motsch en deuxième position et Brice Morin en trois, alliance que lui conseillait vivement l’expérimenté Jakes Abeberry, pour avoir cru que l’on pouvait faire son marché parmi les listes électorales comme on achète ses salades en allant d’un maraîcher à l’autre aux halles de Biarritz, une dose d’abertzale par ci, un peu de jeunes et vieux fossiles veunaciens par-là, une grosse pincée de droite traditionnelle saupoudrée d’écologie, Guillaume Barucq a créé une liste improbable qui ne pouvait que se disloquer au premier virage. N’est pas Borotra qui veut, et le temps des alliances insolites et qui fonctionnent semble heureusement révolu à Biarritz.

Seule consolation pour Guillaume Barucq : il a maîtrisé son attelage improbable beaucoup moins longtemps que Ben-Hur mais tout de même un peu plus que Jean-Benoît Saint Cricq en 2008. L’avocat biarrot perdait Patrick Destizon, Maïder Arostéguy et trois autres de ses colistiers dès le premier conseil, le médecin surfeur se retrouve à poil au troisième conseil. Il y a d’ailleurs un parallélisme étonnant entre ces deux personnages : même intelligence vive, même envie de servir leur ville et même absence totale de sens politique qui les conduit au désastre, alors qu’ils méritaient beaucoup mieux au vu de leurs capacités personnelles.

Lors d’un entretien en février 2019, Guillaume Barucq avait balayé l’idée de ne pas être tête de liste, déclarant qu’il voulait voir « combien il pèse ». Désormais, la réponse est connue de tous : pas grand-chose.

De la pêche aux voix à… Mamie Betty

Le Facebook de Guillaume Barucq, qui ne fait jamais mystère de ses convictions, est une mine d’or pour un observateur.

Il y a un an, il était parti avec son épuisette nettoyer l’océan ou au moins pêcher les voix. Hier, au Port-vieux, il se baignait avec « l’ourse blanche » Mamie Betty, 91 ans, pour démontrer les vertus des bains de mer. Faute de Lysiann ou de Corine, Guillaume nous montre qu’il sait s’adapter…

2 réflexions sur “Barucq si seul en ce conseil

  1. Je ne suis pas vraiment choqué que 2 listes fusionnées à l’entre-2-tours puissent faire scission en cours de mandat… Elles avaient chacune un programme, qui se rejoignaient sur certains points, etc. Ceux qui ont voté pour l’une ou l’autre, puis les 2 ensembles, peuvent continuer à s’y retrouver.

    Je le suis beaucoup plus par cette dissidence. Les 2 ont fait toute la campagne avec Barucq, ont fait tout le programme avec lui, l’ont défendu, ont été élus grâce à lui et une fois en place, à la 1ère occasion, ils « reprennent » leur liberté ? La liberté qu’ils devraient prendre, c’est de démissionner du Conseil Municipal et de laisser la place aux suivants de la liste de Barucq !

    Je suis scandalisé, et ces 2-là n’auront jamais mon écoute !

    • Ce serait une réponse logique et républicaine mais l’on sait qu’à Biarritz c’est souvent la logique « trumpiste » qui s’impose …. quand on a une place dans le conseil municipal , fut-ce un strapontin , on s’y accroche comme une moule à son bouchot …!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s