Grande braderie d’été sur la canonisation…

Jean-Paul IIOn ne prête décidément qu’aux riches! En bon agnostique, je me figurais que le miracle c’était du lourd, du genre Lazare, sors de ton tombeau! Et non un paralytique qui, après un passage par Lourdes, se contente de deux pneus neufs pour son fauteuil roulant. On se souvient de la foule, le 8 avril 2005, le jour des obsèques de Jean-Paul II, criant « Santo subito », « Saint, tout de suite! ».

Malheureusement, les règles de l’église catholique romaine sont drastiques et si, avec un miracle accompli, c’est la béatification assurée, la canonisation en nécessite deux. Pour tresser une auréole à Jean-Paul, on avait bien trouvé une religieuse française, sœur Marie Simon-Pierre…