Un Le Gall magistral

Jean Le Gall est du style à arriver sur le Titanic en passager cravaté comme un milord, et, au moment où le bateau sombre, à prendre place au milieu de l’orchestre pour être certain de jouer la dernière note émise par le paquebot. Si « L’île introuvable » est en apparence le roman du triangle amoureux, avec un écrivain raté Olivier Ravanec, une forte femme éditrice Dominique Bremmer, et un truand somptueux Vincent Zaid qui va être visité en prison par la grâce et la littérature, c’est aussi le récit haletant de l’agonie de l’écrit, celui des marchands triomphant des créateurs, et aussi celui des « Quarante merdeuses », série en cours, qui ont succédé aux « Trente glorieuses » pour le plus grand regret de l’auteur.

Jean Le Gall, c’est une construction diabolique du récit, mais aussi et surtout le droit au chemin inattendu, à l’effet de surprise, à la phrase qui fait mouche. Comme l’affirme Ravanec à la fin du livre : « Je veux faire un roman romanesque où le sujet serait celui de la littérature. Où tout ce qui est proscrit dans les recettes habituelles serait autorisé : l’humour, la digression, le commentaire de commentaire, le mélange des genres, les longs dialogues, une pointe d’aventure, et même la politique. Une sorte de roman total, totalement emmêlé. »

Mais Jean Le Gall, c’est aussi une écriture nerveuse et incisive avec des bonheurs de lecture à chaque page ou presque : « Maxwell, les cheveux affolés par le vent, la chemise de lin claquant sur ses hanches, semblait descendre de la branche imbécile des hommes ». Et que dire de ce merveilleux : « La vie des hommes, quel mensonge : à la fin, on les met dans des boîtes placées sous la terre et on leur dit qu’ils vont au ciel. Tenez-vous bien : ils y croient ». À moins que vous ne préfériez : « L’imagination, tu le découvriras bientôt, ce n’est pas la faculté de former des images, mais celle de les DÉFORMER ».

Jean Le Gall, c’est enfin une œuvre qui se construit sous nos yeux, avec un auteur au centre d’un univers très personnel et qui progresse de roman en roman. J’avais bien aimé « New York sous l’occupation », puis adoré « Les lois de l’apogée ». « L’île introuvable », malgré sa couverture plutôt dissuasive à mes yeux, est un roman tout simplement magistral.

Il existe un moyen imparable pour reconnaître un excellent livre. La façon entêtante avec laquelle il vous poursuit, une fois que vous l’avez refermé. Dix jours plus tard, alors que je ne lis pratiquement plus de fiction et découvre avec ce livre à quel point j’ai tort, je suis toujours sous le charme de « L’île introuvable ».

« L’île introuvable« , par Jean Le Gall, éditions Robert Laffont, 420 pages, 21 €.

Tout sauf un « spécial copinage »

Jean Le Gall a été mon éditeur chez Atlantica à l’occasion de six livres. Un éditeur agréable et humain qui dialogue avec ses auteurs, suggère au lieu d’imposer et n’est jamais à court d’idées. Je regrette son départ. Mais, malgré les apparences, nous nous connaissons très peu tant nos univers et centres d’intérêt sont différents. Fidèle à l’esprit de ce blog où je ne parle que des livres que j’adore, je n’aurais donc rien écrit sur « L’île introuvable » si je n’avais pas eu le sentiment que ce livre mérite vraiment d’être découvert. Et, pour m’être abstenu auparavant, j’ai quelques copains ou confrères qui me gardent un soupçon de rancœur d’avoir « oublié » leurs livres. Mais la littérature, contrairement à la vie municipale, est quelque chose de trop sérieux…

Libérez le rugby !

Affrontements de mastodontes, accidents multiples, présidents qui se prennent pour des stars, chaînes payantes qui piétinent le monde amateur, le rugby français va dans le mur et semble incapable de changer de trajectoire.

Lorsque petit à petit nous avons dû abandonner à notre plus grand regret le rectangle de pelouse qui avait ensoleillé notre jeunesse pour nous contenter de la main courante, nous nous sommes souvent dit entre anciens joueurs, au vu des gabarits des nouveaux pratiquants, de l’évolution du jeu et des impacts « qu’un jour il y aurait des morts » dans notre sport favori, sans trop croire toutefois à ce que nous affirmions. Nous y voilà avec quatre pratiquants décédés cette saison en France sur des faits de jeu anodins en apparence. Tandis que la fédération française « patauge » allègrement, incapable de mettre en place des règles protégeant les joueurs et d’harmoniser ses décisions avec les acteurs mondiaux du rugby, les parents n’incitent plus du tout les enfants à se lancer dans ce sport, effrayés par les images qu’ils peuvent voir à la télé.

Des télés qui font d’ailleurs la pluie et le beau temps dans le rugby, imposant aux malheureux passionnés des horaires aussi contre-nature que le dimanche à 12h30, ou un derby Bayonne-Biarritz un jeudi soir à 20h45, alors que les deux clubs, les commerçants et les supporters souhaitaient voir cette affiche se disputer le dimanche.

Lorsque Jean Le Gall, le patron des éditions Atlantica, m’a annoncé qu’il lançait une nouvelle collection, joliment appelée ContreDit, destinée à tous ceux qui souhaitaient pousser un coup de gueule dans leur domaine de prédilection, je n’ai évidemment pas résisté, car je suis persuadé que le rugby à XV est en grand péril et pourrait un jour disparaître de la planète sport au profit du VII.

C’est cet ouvrage de quinze chapitres, écrit avec toute la mauvaise foi, l’humour et l’alacrité caractéristiques de Bisque, Bisque, Basque ! que vous pourrez retrouver dès ce week-end en librairie.

Le rugby est en péril… La preuve ? Même les ex-tocards qui n’ont jamais dépassé le niveau fédéral se mettent à écrire sur le sujet.

« Rugby en péril », Jean-Yves Viollier, éditions Atlantica, 100 pages, 12,90 €.

Extraits :

« C’est un grand bonheur de vivre au Pays basque, dans une terre de passion ovale et mon épouse m’a promis, si j’avais l’idée incongrue de mourir, de me faire enterrer avec un ballon de rugby dans les bras, cette « gonfle » que je touchais si peu en tant que talonneur à l’ancienne.

C’est risible, mais j’assume. Comme un amoureux qui ne peut s’empêcher de relire d’ardentes vieilles lettres en sa possession, je suis toujours nerveux les jours de Tournoi des VI Nations et compte les heures qui me séparent du coup d’envoi. Une défaite de l’équipe de France, surtout quand elle se fait fesser par l’adversaire, va me plonger dans une mauvaise humeur durable. C’est dire si, en une période où nous tremblons lorsque nous rencontrons l’Italie ou l’Écosse et alignons les déroutes comme les frères Boniface les essais en terre adverse, j’ai souvent l’occasion d’être de mauvais poil.

« Rugby en péril » est un coup de gueule contre l’évolution assez détestable du rugby que nous vivons, contre la cécité de dirigeants trop occupés à faire des affaires pour se soucier des amateurs, contre un top 14 qui est le championnat le plus bête du monde, contre ce sport aux 40 000 règlements où même les anciens piliers ne comprennent pas les décisions de l’arbitre concernant la mêlée, contre ces présidents qui n’ont jamais joué au rugby mais veulent devenir les stars (incongrues) de ce jeu collectif, contre Canal Moins la chaîne qui n’aime plus le rugby, contre les boîtiers GPS et les ordinateurs mouchards qui dans un sport collectif ne s’intéressent plus qu’aux statistiques individuelles des joueurs, une aberration de plus dans un rugby français au plus bas. »

Le rugby féminin

« Ah, le rugby féminin, qui est un peu pour les anciens joueurs ce que fut le porno du samedi soir sur Canal + pour les actuels quinquagénaires ! Au début, chacun a regardé cette incongruité rugbystique en cachette, en justifiant son petit plaisir solitaire par toutes les mauvaises excuses du monde : besoin de se marrer, de se détendre, de voir quelque chose d’insolite, à mi-chemin entre la course avec sac à main et le lancer de bottes de paille à l’aide d’une brosse à dents. Et puis après le match, les plus téméraires, ceux qui déjà autrefois ne s’échappaient pas sur le pré, ont pris leurs téléphones pour appeler les copains, redoutant tout de même leurs moqueries. Et là, surprise, de l’arrière au première ligne, tout le monde est fan absolu du rugby féminin, admire la technique individuelle des Marjorie Mayans, Romane Ménager ou Pauline Bourdon, la discipline collective de l’équipe où les meilleures savent ralentir pour transmettre le ballon à leurs partenaires, la recherche du trou de souris où se faufiler, quand les hommes en sont encore à culbuter l’adversaire, en méprisant les portes ouvertes. »

La télé

« Les semaines de doublon top 14 et Tournoi des VI Nations, quand France 2 joue aussi la carte rugby, l’offre télévisuelle peut aller jusqu’à onze matches dans la semaine. Le mariage d’amour est devenu un mariage de dupes qui n’a plus de raison d’être. Et Canal plus, une maison d’abattage. Car il faut savoir que les petits clubs ne touchent pas un centime de cette manne, alors que cette profusion de rugby télévisé les impacte durablement, leurs recettes dépendant le plus souvent de la buvette tenue par des bénévoles. Buvettes qui ne rapportent quasiment plus rien faute de spectateurs. Bernard Laporte a fort habilement sorti les violons pour encenser le rugby amateur afin d’être élu président de la fédération. Maintenant qu’il a réussi à retarder d’une heure le match diffusé le dimanche après-midi, Laporte ne semble plus décidé à bouger et continue à cautionner un système où la Ligue et Canal plus s’essuient les pieds sans vergogne sur le rugby des villages. Alors que tout le monde sait que la bonne santé du rugby français passe par le dimanche réservé aux amateurs, sous peine de voir tout l’édifice s’écrouler.

On peut vivre une très belle histoire d’amour pendant des années, avant de succomber un jour sous les coups de son conjoint, dans l’indifférence de ses voisins. En vingt ans, Canal plus a magnifié le rugby pour mieux l’assassiner au final. Mais visiblement ce fait-divers sordide laisse tout le monde indifférent. »

Le Rugby Club de Drancy 

« Lorsqu’il jouait troisième ligne avec les espoirs du CASG, Benjamin Périé n’était pas du genre à s’échapper. Devenu président du club de Drancy, un petit poucet de la fédérale 2 avec 400 000 euros de budget annuel quand certains de ses rivaux dépassent allègrement le million d’euros, l’ancien joueur, contrairement à plusieurs de ses homologues, fonce dans le tas sans hésitation : « La Fédération ? Elle ne t’apporte aucune aide et ne fait que te pomper du fric, que ce soit pour les licences ou pour les cartons subis par les joueurs » Et au cas où l’on n’aurait pas bien compris, Benjamin Périé rajoute un solide raffut : « La Fédé sanctionne et ponctionne. C’est son seul rôle dans la vie d’un club ». Et de multiplier les exemples : « Nous n’avons aucune aide… Rien de rien… À nous de nous débrouiller seuls. L’arbitre qui vient diriger le match te coûte 90 euros et si tu veux deux arbitres de touche neutres, ce qui n’est pas un luxe en Fédérale 2, c’est toi qui les paie. »

Un rugby plein de surprises…

Cette fois, plus de doute possible. Grâce aux archives qu’il a retrouvées, Frank Perrin nous apporte la preuve que le gouvernement Pétain a tout fait pour faire disparaître le XIII.

Quand la passion vous transforme en rat de bibliothèque ! Belle performance que vient de réussir le tenace Frank Perrin, en élucidant une de ces énigmes du sport français qui a hanté pendant des années des dizaines de journalistes spécialisés. En réussissant à localiser dans un fort de Fontainebleau, les archives du XIII français, saisies par le gouvernement Pétain pendant la guerre et en s’attaquant aux dix-sept kilomètres de vieux papiers, l’auteur nous fait revivre la décision politique prise à l’encontre de ce sport et le rôle non négligeable qu’a joué dans cette décision le ministre des Sports d’alors Jean Borotra.

Avec « Rugby à XIII, le rugby du futur », les historiens vont se régaler, mais aussi tous ceux qui se sont intéressés à ce sport à un moment de leur vie. Grâce à Perrin, nous partageons le carnet de tournée de Raymond Contrastin, acteur en 1951 d’une tournée aux antipodes qui durera plus de trois mois. C’est l’époque où le XIII de France brille de mille feux et où la rivalité avec le XV est la plus exacerbée. L’époque, où le XIII avec ses tenus est considéré comme un jeu stéréotypé, tandis que les envolées semblent l’apanage du XV. L’époque aussi où la pratique de l’une des deux disciplines interdit de facto la possibilité de jouer à l’autre. Quand par hasard, l’amateur de ballon ovale peut tomber de nos jours sur une retransmission télévisée, il est surpris de voir à quel point ce jeu est devenu débridé et inventif, tandis que le XV devient de plus en plus un affrontement de tanks bodybuildés.

Dans ce livre réalisé avec la bénédiction de la fédération de rugby à XIII, Perrin n’élude rien, ne cache pas la faiblesse actuelle du XIII français, évoque les rapports de ce sport avec la franc-maçonnerie, consacre même un chapitre aux artistes qui se sont intéressés au XIII, avant d’évoquer les Coupes du Monde passées ou le XIII à l’armée.

Un livre surprenant, déroutant, un peu foutraque parfois, mais sympathique et toujours virevoltant à l’image de ce sport plein de surprises où les parties sont souvent bien plus intéressantes que les affrontements du Top 14.

« Rugby à XIII, le rugby du futur », Frank Perrin, 194 pages, 20 €.

 

 

 

Un subtil parfum d’encre violette

Avec « Le journal d’un instit de campagne », Michel Darriet nous fait revivre l’époque où l’instituteur était le « curé laïc » de son village.

Allons, un homme capable d’installer sa propre photo et celles de ses collègues instituteurs sur un tir aux pigeons pour que les enfants se défoulent le temps de la fête scolaire, se saurait être tout à fait mauvais ! Si vous éprouvez une aversion définitive pour les produits industriels et préférez l’artisanat, si vos parents se remémorent encore avec nostalgie leurs enseignants d’école primaire, voilà le livre à offrir !

Admis à l’école normale de Dax en 1961, Michel Darriet évoque le temps où l’instituteur était un personnage incontournable de son village, sorte de curé laïc chargé de véhiculer les valeurs de la République et de donner l’exemple à tous et toutes par son implication.

Son premier poste aurait pu le vacciner définitivement de l’enseignement avec des débuts en très catholique terre vendéenne, là où l’animateur de l’école publique n’est pas toujours bien vu. Mais Darriet, avec sa joie de vivre et son sens de la fête a l’art de se faire des amis partout où il passe. Sa première inspection est un désastre puisqu’il récolte un 2 qui lui fait encore monter la colère aux oreilles. Heureusement pour lui l’inspecteur constatera que le jeune normalien est complètement livré à lui-même et ne s’opposera pas à ce qu’il revienne sur ses terres. À Ondres, Saint-Vincent-de-Tyrosse puis Tarnos, cet animateur inépuisable qui se donne pour mission de faire comprendre aux enfants le monde qui l’entoure, donnera la pleine mesure de ses capacités. Fanatique de football et de rugby, il animera des sections sportives multiples, présidera le comité des fêtes d’Ondres et multipliera les échanges avec d’autres établissements scolaires pour élargir l’horizon de « ses » gamins.

Avec toujours cette touche personnelle qui suscite, aujourd’hui encore, l’attendrissement de ses anciens élèves. À cette époque, l’instituteur chaque matin remplit les encriers des pupitres, et les enfants de primaire ont cours le samedi après-midi, à l’heure même où Pierre Albaladejo ou Claude Dourthe multiplient les exploits avec le maillot tricolore lors du Tournoi des Cinq Nations. L’ingénieux Michel Darriet va trouver la solution, en posant un pot de fleurs sur le téléviseur au moment où Roger Couderc s’empare du micro et en demandant aux enfants : « Dessinez ce que vous voyez ! »

Et même si on regrette que quelque cancre du dernier rang ne soit venu parfois bousculer un peu son écriture d’enseignant plus que parfait et y causer du désordre, on referme ce merveilleux « Journal d’un instit de campagne » avec une certitude : qu’est-ce qu’on aurait adoré avoir le père Darriet comme instituteur !

« Journal d’un instit de campagne », Michel Darriet, éditions Bookédition, 200 pages, 15 €.

 

 

 

Journalisme de combat plutôt que de constat

En voulant mettre à mal Edwy Plenel, le journaliste Laurent Huberson rate son coup et réussit à nous faire apprécier encore plus le patron de Mediapart.

Rien ne me met de meilleure humeur que le sournois qui laisse délibérément traîner un râteau dans son jardin, en espérant qu’un distrait marchera dessus, et qui, l’oubliant, finit par se le prendre dans les dents. Sous couvert d’objectivité, celle qui permet au journaliste conformiste de cautionner toutes les décisions gouvernementales ou municipales et de s’assurer une existence tranquille, cette deuxième enquête consacrée à Edwy Plenel, par le journaliste de Public Sénat Laurent Huberson, est d’une grande fourberie.

Passé l’inévitable paragraphe sur le père anticolonialiste et les débuts d’Edwy Plenel à Rouge sous la signature de Joseph Krasny, ce qui permet à l’auteur de s’interroger sur ce qui reste de trotskiste chez le Edwy Plenel d’aujourd’hui, Laurent Huberson, ignorant qu’un miroir a toujours deux faces, s’acharne à ne scruter que le côté qui l’arrange. Si Plenel est passé par Le Matin de Paris avant d’entrer au Monde en 1980, c’est parce qu’un arrivisme forcené l’anime. C’est pour cette raison qu’il se précipite sur la rubrique « police », alors disponible, afin de publier ses premières enquêtes. Bien entendu, l’idée que la passion du journalisme ait aussi pu animer Plenel, ne semble même pas lui traverser l’esprit. Ce n’est qu’à regret que l’auteur consent à reconnaître que c’est sous le duumvirat Colombani, Plenel que Le Monde a réussi ses meilleures ventes.

Un scoop, comme un diamant, a besoin d’être poli

Laurent Huberson détaille ensuite les scoops de Plenel, en pointant du doigt avec une maniaquerie d’instituteur les imperfections, révisions et approximations. Des centaines de confrères se satisferaient d’avoir réussi le dixième de ce qu’a publié Plenel, mais le journaliste de « Public Sénat » détaille toutes les « erreurs » du patron de Mediapart et les moments où il n’avait pas toutes les cartes en main en publiant. Comme si un diamant sortait parfaitement poli d’une mine d’Afrique du Sud ! Comme si le scoop devait être parfait et irréprochable dès sa première parution et non peaufiné et amélioré par les apports successifs des enquêteurs. Mais il est vrai qu’à Public Sénat, le dernier qui a vu un scoop de près ne doit pas être très jeune.

Vous l’avez compris, ce « Edwy Plenel. Coups, intrigues, réseaux : enquête sur un journaliste controversé » est un livre plus que contestable. Mais paradoxalement, comme le fourbe qui va faire rire tout le monde en se prenant son râteau en pleine poire, chacun peut y trouver son bonheur. Ceux qui détestent Plenel y dénicheront de nouveaux arguments. Quant à ceux qui estiment que Mediapart est actuellement le meilleur support d’information en France, ils en sortiront vivifiés.

Je suis loin, très loin, d’être d’accord avec tout ce qu’écrit Plenel, mais comment ne pas partager sa vision du journalisme, si loin des ennuyeux robinets d’eau tiède qui nous sont servis chaque jour : « Il pratique un journalisme de soupçon. Celui de considérer que la vérité n’est pas dans ce qui est montré, dans l’observation des faits. Mais qu’elle est cachée, le plus souvent volontairement, et se niche derrière les apparences. »

Et Laurent Huberson, inconscient de l’involontaire couronne de lauriers qu’il tresse au patron de Mediapart, de poursuivre : « Il est dans le rapport de force, dans l’idée que l’information ne sort pas d’elle -même. Il faut aller la débusquer, quitte à bousculer ce qui est établi, installé. Il faut déranger, « porter la plume dans la plaie ». C’est un journalisme de divulgation, voire de dénonciation qui privilégie l’information trouvée à l’information donnée. »

C’est la définition même du journalisme quand il ne se contente pas de relayer les communiqués officiels.  Voilà pourquoi Plenel et Mediapart méritent un grand coup de chapeau.

« Edwy Plenel. Coups, intrigues, réseaux : enquête sur un journaliste controversé », Laurent Huberson, éditions Plon, 432 pages, 19,90 €.

 

 

 

 

Dubo, Dubon, Du Boni !

Olivier de Baillenx a eu l’excellente idée de raconter le retour au rugby d’André Boniface, après la mort de son frère Guy. Passionnant.

« Personne ne vous oblige à jouer. Mais, si vous le faites, ce ne doit pas être à moitié. Car le rugby est un supplément à la vie. » Seul un seigneur du jeu de rugby, un monstre d’exigence comme André Boniface, pouvait se permettre un tel propos, confié sans la moindre forfanterie au journaliste de L’Équipe Denis Lalanne. Tous les passionnés de rugby connaissent la saga des frères Boniface, la volonté obtuse des sélectionneurs de les séparer en équipe de France, et le décès tragique de Guy, le 1er janvier 1968. Mais la plupart ont oublié, le retour au rugby, et donc à la vie, d’André Boniface après presque deux années de trou noir.

Dévasté par le chagrin, André Boniface ne veut plus voir personne, ne va plus au Stade et ne regarde plus les matches. C’est Michel Crauste, dit « Le Mongol » qui toque un jour de l’hiver 1969 à sa porte et s’invite à boire le café. Et puis, négligemment, le troisième ligne lourdais va allumer le téléviseur précisément à l’heure d’un match du Tournoi des V Nations de l’époque. André Boniface ne pipera mot, mais laissera faire.

En fait, le complot est en marche et peu après les jeunes joueurs du Stade Montois, supplient André Boniface de venir les entraîner. Tous savent ce qui les attend, car, au temps de sa splendeur rugbystique, il était un des seuls joueurs de l’élite à aller courir tous les jours. André renaude un peu mais a le sentiment que Guy aurait applaudi des deux mains cette décision. Boniface met en place trois entraînements par semaine, les lundis, mercredis et vendredis, une folie dans le monde du rugby amateur d’alors. Enthousiasmés par le jeu qu’il préconise, les jeunes en redemandent. « D’abord, il a fallu que je retrouve mes chaussures, que je retrouve un survêtement, que je retrouve l’envie, raconte André. Pour les premiers entraînements, je ne me déshabillais pas dans les vestiaires parce qu’il y avait une place à côté de la mienne que j’aurais voulu garder et voir occupée. Quand j’étais joueur, mon enthousiasme était parfois exagéré en raison des freins qui pouvaient nous être mis pour attaquer. L’envie était bridée par l’entraîneur qui donnait des ordres au demi de mêlée afin de ne pas me transmettre le ballon à partir de telle zone de jeu. Tout cela était d’une grande hypocrisie. Quand j’ai commencé à entraîner ces jeunes rugbymen, je leur ai donné la liberté du jeu. Une liberté totale de faire ce qu’ils voulaient. »

Les débuts sont difficiles pour des Montois habitués à un cadre strict. Mais André Boniface préconise d’attaquer, encore et toujours. En décembre 69, Pierre Castaignède, l’ouvreur habituel et le père de Thomas, se blesse. André Boniface, 35 ans, hésite et, à la demande de ses coéquipiers, accepte de conduite l’attaque. Il promet que c’est pour un match, alors qu’il va jouer pendant trois ans.

Au point qu’il va même bluffer ses adversaires comme le prestigieux arrière du XV de France et du Stade toulousain, Pierre Villepreux, un spécialiste de l’offensive qui préconisait d’attaquer dès le couloir des vestiaires : « Chapeau à Boniface. Ce qu’il leur fait faire, ce n’est pas croyable. Il ferait attaquer des morts ! »

C’est cet extraordinaire renouveau du Stade Montois, raconté par ceux qui ont eu la chance d’être entraînés et de jouer aux côtés d’André Boniface qui nous est détaillé dans « Boni’70 ». Ce rugby des années 70, où le Dubonnet, rouge ou blanc, était un apéritif apprécié et pas seulement pour son slogan « Dubo, Dubon, Dubonnet ! », où le poids moyen des avants était de 85 kilos et où les joueurs de rugby préféraient la politique des petits pas de côté à celle des petits tas, en vigueur désormais dans le Top 14. Quel plaisir de revivre avec « Boni’70 » ce rugby libre et insouciant, si loin du jeu cadenassé et stéréotypé que nous subissons actuellement !

« Boni’70. Un printemps de rugby », Olivier de Baillenx, éditions Atlantica, 310 pages, 22 €.

37°2 le matin et 1650 € le soir

Oubliés, les prolos, les déclassés qui peuplaient les romans de Philippe Djian ! Maintenant, comme ses confrères, c’est vive l’écriture de classe… sociale.

Philippe Djian pose devant la plage du Miramar (Photo La Dépêche)

Non seulement Philippe Djian est un immense écrivain que Bisque, Bisque, Basque ! révère particulièrement, mais il a en plus le bon goût d’adorer Biarritz, où il s’est installé en famille. Et question virtuosité de l’écriture, Djian ne craint pas grand monde comme il l’a démontré dans Doggy Bag saison 1 à 6, publié chez Julliard entre 2005 et 2008, où l’auteur parodie les mécanismes des séries télé américaines.

Je partage sa conviction que l’écriture s’apprend et se travaille comme toute discipline, j’ai du respect pour l’écrivain et tout autant pour la libraire Le Festin Nu qui s’efforce de faire vivre la littérature. Alors comment expliquer le malaise ressenti à la lecture de l’article de Sud Ouest daté du 8 février ?

L’article de Sud Ouest du 8 février . Information ou publi-reportage?

Caroline Dupèbe, la libraire à l’initiative de cet atelier, vole au secours de son poulain. « Parce qu’il s’agit de littérature, il faudrait que les auteurs ne soient pas payés ? » Bisque, Bisque, Basque ! n’a jamais dit cela, mais s’étonne simplement du prix demandé aux participants : 1200 € pour vingt-quatre heures d’enseignement.

« Philippe Djian veut transmettre, il retravaille les textes, poursuit Caroline Duprène. C’est une vraie formation. Plusieurs participants ont été édités à la suite de ses cours. » Avant d’asséner l’argument massue : « Vous êtes le premier à vous étonner du prix. ça ne coûte pas plus cher qu’une formation professionnelle. Nous avons d’ailleurs énormément de demandes d’inscription ».

Des arguments qui semblent un peu fallacieux. Transmettre, c’est donner et non vendre. Quand d’anciens rugbymen internationaux viennent gratuitement s’occuper d’une école de rugby, ils transmettent effectivement leur passion à des plus jeunes. Comme tous ces bénévoles, animateurs d’associations, qui chaque jour éduquent, apprennent, expliquent à d’autres la cause qui les passionne.

Dans cette opération commerciale, Djian se contente de vendre son renom et son savoir, ce qui est parfaitement respectable… à condition de le dire. De la même façon, évoquer le coût des formations professionnelles peut prêter à sourire. Les formations professionnelles sont financées dans presque tous les cas par l’entreprise qui emploie le salarié ou par Pôle-emploi pour aider un chômeur à s’en sortir. La comparaison semble donc non-fondée.

Certes Philippe Djian n’est pas Neymar ou Sarkozy. En ces temps de Macronie décomplexée, où les plus puissants ne cachent plus leur voracité, ce très grand auteur reste beaucoup moins cher qu’un footballeur en goguette du Paris-Saint-Germain, qu’un ex-président de la république devenu conférencier ou même qu’une Camille Laurens qui, sous la flamboyante bannière de Gallimard, n’hésite pas à demander 1500 euros les vingt-quatre heures de cours.

http://www.ateliersdelanrf.fr/camille-laurens/

Mais face à ce nouveau business littéraire (Si Djian réunit 11 participants, il touchera 1650 euros par séance de trois heures), je ressens comme les journalistes de France-Culture, un peu de gêne aux entournures du stylo. Pour avoir été le petit fils d’un métayer et rêvé de journalisme, sans même oser le dire à mon entourage familial, je sais ce qu’on peut ressentir en voyant passer des trains réservés aux privilégiés et inaccessibles aux autres. Il me semble que Djian et Le Festin Nu auraient pu avoir un geste, faire payer les plus riches, ce qui est normal, mais laisser aussi une petite place à l’adresse d’un ou deux démunis au stylo prometteur.

https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-culturelle-dantoine-guillot/honteux-ateliers-decriture

Philippe Djian s’est toujours vanté de se tenir loin du « système », affichant son mépris pour l’académie ou les prix. Ancien docker ou péagiste d’autoroute, ses premiers romans mettaient en lumière des prolos, des déclassés tandis que le principal souci du romancier restait la classe de son écriture. Même si je continuerai à acheter ses romans, quelle déception de voir un immense écrivain passer d’une écriture classe à une écriture de classe !