La gauche si gauche de Haye. La droite si maladroite de Brisson

C’est bien connu, en période électorale, les bonnes paroles n’engagent que les imbéciles qui y croient.

Sud Ouest du 18 novembre.

L’époque étant à la grandiloquence et aux contre-vérités absolues prononcées avec le culot qui convient aux périodes préélectorales, nous ne saurions trop conseiller à tous les passionnés de la vie publique biarrote d’équiper jusqu’en mars leurs sièges de ceintures de sécurité afn d’éviter de choir par surprise en lisant leurs journaux favoris.

Prenez par exemple Jean-Baptiste Lemoyne, ce secrétaire d’État au Tourisme qui n’est connu que de sa concierge et de la sénatrice Frédérique Espagnac mais qui se découvre une passion soudaine pour Biarritz. Est-on vraiment crédible en sortant des bêtises comme « Michel Veunac n’est pas un diseur, c’est un faiseur. Il a réalisé de grandes choses pour Biarritz : l’aéroport, l’hôtel du Palais… Il laisse le « tout à l’égo » aux autres car il a plus d’ambition pour sa ville que pour lui  » ? Tous ceux qui ont pu suivre de près les dossiers évoqués auront du mal à ne pas sourire de cette couronne de lauriers adressée à un homme qui n’aurait aucune ambition personnelle. Si Macron crée un ministère de la Flagornerie lors du prochain remaniement, il va avoir un prétendant de classe mondiale avec Jean-Baptiste Lemoyne.

Que pense le PS de « la gauche loyale » de Ghis Haye ?

Et il ne se passe désormais pas une journée à Biarritz sans son lot de candidats plus ou moins déclarés qui sont visiblement persuadés que c’est en racontant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui. Ghislaine Haye, cette élue qui met en avant ses valeurs de gauche les rares fois où elle prend la parole au conseil municipal, en est un magnifique exemple. Dégoûtée par l’ambiance qui règne au sein de la majorité, elle avait annoncé qu’elle se retirait de la vie politique.

Grand revirement dans Sud Ouest du 18 novembre. Notre brave Ghis’ va finalement donner son corps à la science électorale : « Il est inacceptable pour moi que cette gauche loyale, qui travaille efficacement ne soit pas présente ». On reste confondu devant tant d’abnégation et de dévouement et on savoure particulièrement l’évocation de « la gauche loyale » faite par celle qui, avec Alain Robert et Jeanine Blanco, n’a absolument pas respecté le vote interne des militants socialistes au moment du débat sur L’Hôtel du Palais et s’est ralliée au maire pour sauver son indemnité d’adjointe. On sortirait presque les mouchoirs quand la même geint sur l’attitude du ministre de l’Agriculture Didier Guillaume qui « ne l’a jamais contactée » bien qu’elle soit « la seule élue socialiste de l’exécutif… Et pourtant, il sollicite tout le monde à Biarritz ! ». Seule explication pour la pathétique adjointe socialiste : « Son mépris pour les petits élus et les femmes ». Et si, tout simplement, Didier Guillaume manifestait du bon sens en fuyant ce genre d’élue et en ne l’estimant pas digne de représenter la Ville ?

Brisson ne se souvient plus qu’il est élu des Républicains

Mediabask du 18 novembre.

À droite, cela ne va pas mieux si l’on se fie à l’interview un peu surréaliste donné par Max Brisson à Mediabask (18/11). Le sénateur biarrot fait une fois de plus de la politique à sa façon, c’est-à-dire détestable, en affirmant que « Les Biarrots attendent une impulsion nouvelle », ce qui ne mange pas de pain, avant d’affirmer que « L’offre actuelle me déçoit, elle ne me convient pas, donc je ne procède pour l’instant à aucune élimination. ». Rappelons tout de même que Max Brisson a été élu sénateur sous l’étiquette Les Républicains, qu’une des candidates, Maïder Arostéguy, a obtenu l’investiture LR et que la moindre des choses dans ce cas-là, quand on respecte le maillot que l’on porte, est de s’abstenir de tout commentaire contre la candidate de son camp, même si l’on n’est pas capable d’imaginer quelqu’un d’autre que soi à la mairie.

Mais il y a plus fort encore. Si l’on en croit La Semaine du Pays basque (22/11) Max Brisson, en compagnie de Michel Poueyts, aurait signé une lettre destinée à Macron pour que Didier Guillaume reçoive l’investiture LARem. Et plus fort encore, des signataires se sont retrouvés à l’insu de leur plein gré mentionnés dans la lettre, comme Laurent Borotra qui avait refusé catégoriquement l’idée. Un sénateur républicain qui vole au secours d’un socialiste repeint aux couleurs En Marche, ça doit être ça l’ouverture façon Biarritz.

Heureusement que Christian Jacob ne doit plus avoir grand monde sur qui compter car on a connu des élus exclus de leur parti pour beaucoup moins que ça.

Papy manœuvre comme un chef

Bisque, Bisque, Basque ! l’a souvent écrit : prenez tout ce petit monde qui s’agite actuellement pour décrocher l’écharpe tricolore et expédiez-le dans un des îlots où s’est tourné Koh Lanta. À la dizaine de candidats affamés qui vont concourir en mars prochain, ne laissez à manger qu’une seule noix de coco. Vous pouvez être certains que c’est Veunac qui s’en emparera.

Difficile de décrire avec précision, une situation particulièrement mouvante même si beaucoup d’informations filtrent de Paris. G7 oblige, Macron souhaite « débrancher » Veunac en douceur, ce qu’a bien compris notre Mimi-La-Malice local. Le week-end dernier il était encore à Paris pour négocier son cas et tenter d’obtenir l’investiture LaREM. Et il clame partout qu’il se présentera quoi qu’il arrive. Info ou intox ? Les deux probablement et une très belle manière de faire monter les enchères.

Comme en témoigne sa déclaration de patrimoine déposée en 2014 au moment de son élection, Veunac était loin de rouler sur l’or en 2014. Quand on a pris l’habitude d’être invité partout et de gagner 8 000 euros par mois, il doit être assez difficile de renoncer à ce genre de facilité. Il suffit alors de dire qu’on est uniquement préoccupé par « l’intérêt supérieur des Biarrots »  pour se représenter en se drapant dans la vertu. La République regorge de fromages qui offrent beaucoup d’argent pour peu de travail et Macron a probablement réfléchi à cette hypothèse, seule capable de faire renoncer ce maire décrié de 74 ans qui semble incapable de mener à bien un second mandat.

Mais le pouvoir est une drogue dure et Michel Veunac savoure certainement la revanche qu’il prend sur tous ceux qui l’ont méprisé de Borotra à Brisson. Et il est fort possible que rien ne puisse le convaincre de renoncer à l’élection. D’autant plus qu’il va intégrer Jean-Baptiste Lemoyne, et probablement l’ex-patron de la SNCF et néoretraité biarrot, Guillaume Pepy dans sa liste. Et force est de constater que ce maire au bilan catastrophique aura une fois de plus manœuvré comme un chef.

Didier Guillaume de son côté est totalement coincé. Il est prêt, sa candidature intéresse les Biarrots même si certains crient au parachutage, et l’actuel ministre de l’Agriculture se déclare persuadé de gagner la Ville. On espère seulement s’il l’emporte qu’il n’invitera pas dans sa liste des candidats de l’ancien monde comme Guy Lafite ou Michel Poueyts, tant ces deux-là incarnent tout ce que détestent les Biarrots.

Mais Didier Guillaume, qui va jouer un rôle majeur dans la future campagne présidentielle de Macron (ses soutiens à gauche sont plutôt rares) ne peut pas se permettre le luxe d’un affrontement avec Veunac et Lemoyne. Il se présentera, comme le souhaite Macron, uniquement si Veunac accepte un poste honorifique et se laisse débrancher en douceur.

Ce qui est loin d’être fait.

Et comme Max Brisson, qui rêve d’un poste de conseiller communautaire pour s’emparer à terme de l’Agglo, a bien compris que Veunac, avec Lemoyne et Pepy, n’a pas vraiment besoin de lui, il pose des jalons dans toutes les listes pour tenter de faire partie de l’équipée gagnante.

Vous l’avez compris, en politique, la seule chose qui compte ce sont les convictions.

La ringardise de Peio Claverie

Les réseaux sociaux, cette démocratie du XXIe siècle, agacent profondément le 5e adjoint. Ce dictateur au petit pied tordrait bien volontiers le cou à cette information libre et citoyenne.

Le grand comique de la majorité a encore frappé.

L’abus de compliments, pouvant nuire gravement à la santé, Bisque, Bisque, Basque !, de constitution encore fragile, se gardera bien de se gargariser de tous les éloges entendus à son sujet, qu’ils viennent de l’opposition ou même de la majorité, lors du conseil municipal du 20 décembre. C’est un fait, l’auteur de ce blog, qualifié il y a eu encore de « journaliste de merde faisant les poubelles », est devenu « l’exemple même de la démocratie participative ».

Or donc, si vous êtes lassés des niaiseries télévisuelles et autres bêtisiers de Noël proposés par une petite lucarne sans imagination, offrez-vous un moment d’intense rigolade familiale en écoutant ce dernier conseil municipal de l’année où l’esprit de Noël et la fraternité s’en sont donnés à cœur joie.

http://ville.biarritz.fr/mairie-pratique/le-conseil-municipal/videos-deliberations/

L’évocation du fiasco de la vente ratée des écuries de la Bigueyrie va durer 57 minutes (58e à 115e) et nous offrir un festival de bons mots digne des meilleurs vaudevilles, qui nous ferait rire à gorge déployée, s’il ne s’agissait de notre ville et de notre argent.

Domège, Saint-Cricq, mais aussi Pouyau, Darrigade et Arosteguy se montrent étincelants et la majorité n’hésite pas à reconnaître ses bévues, Veunac la jouant profil bas : « Des erreurs ont été commises. Je m’en suis expliqué en assumant la responsabilité de ces erreurs. »

Difficile pour Veunac de faire autrement, tant il a été mis sous haute surveillance, par les services de la mairie et par sa majorité, après ses mensonges en série. L’affaire est donc entendue. « La délibération est entachée d’illégalité ». Et pour analyser ce qui s’est passé, nous aurons même une enquête d’un auditeur indépendant ou de la chambre régionale des Comptes pour comprendre ces dysfonctionnements.

Bisque, Bisque, Basque !  tient juste à dire que ce n’est pas l’examen des courriers échangés ou autres papiers officiels qui conduira à la vérité et que, pour connaître le fin mot de l’histoire, la seule solution consistera à interroger longuement les deux « maillons faibles » de cette embrouille, Bertrand Testard et Jimmy Malige.

S’ensuit alors un grand numéro sur « la majorité resserrée qui s’engueule mais s’entend bien et ira jusqu’en 2020 », à peu près aussi convaincant que la conception de l’enfant Jésus par la vierge Marie, tandis que Guillaume Barucq, déguisé en roi mage, demande à ce que se répande sur tous « l’esprit de bienveillance ». Défense de rire !

Le réveil du dinosaure biarrot

Heureusement pour les journalistes et satiristes que nous sommes, désespérés par ce faux unanimisme de circonstance, qu’il existe des villages d’irréductibles gaulois dans la Gaule occupée, et d’authentiques dinosaures au sein du conseil municipal ! À deux reprises, (45e et 105e), le brillant penseur des Abertzale biarrots, Peio Claverie, va se distinguer par des propos sidérants qui montrent bien le grand démocrate qu’il est. À propos des conseils de quartier tout d’abord, alors qu’Hervé Boissier a fait un travail qui semble remarquable sur lequel Bisque, Bisque, Basque ! reviendra en 2018,  Peio Claverie se sent obligé de déverser ses excès de bile, déplorant « notre incapacité à gérer les outils high tech dont vous parlez avec véhémence », avant de conclure, dépité : « Les réseaux sociaux, on n’arrive pas à les maîtriser » Pas calmé pour autant, le même recommence une heure plus tard : « Ce qui perturbe les débats, ce sont les réseaux sociaux. La politique ne doit pas se faire dans les réseaux sociaux et les journalistes ne pas suivre les réseaux sociaux ».

Effectivement, sans une information libre et citoyenne, le petit coup-fourré des écuries de Bigueyrie serait passé comme une lettre à la poste et les élus de la majorité pourraient tranquillement faire leurs petites manipulations en douce sans que personne ne s’en émeuve, aménager comme ils le souhaitent la côte sans que les citoyens n’aient voix au chapitre et festoyer au Palais sans que personne n’y trouve à redire. Est-ce que les Biarrots ont le sentiment d’être informés en lisant Biarritz-Magazine ? On peut en douter.

Et l’on savourera au passage le « On n’arrive pas à les MAÎTRISER », tellement révélateur. Mais heureusement que quelques voix libres et indépendantes peuvent encore se faire entendre et mobiliser les citoyens !

Pas très aimé chez les Abertzale

Un débat qui a visiblement passionné Patrick Destizon.

Et puisque Peio Claverie aime tant les réseaux sociaux, Bisque, Bisque, Basque ! va se faire un plaisir de raconter quelques anecdotes et de poser quelques questions. Est-ce en raison d’une lointaine ascendance italienne, que les copains Abertzale du roi de Bibi Beaurivage le surnomment « L’Abertzalo » (orthographe non garantie) ou est-ce pour sa propension à ne voir que son intérêt du moment sous couvert d’idéologie ? Et c’est sans doute pour sa gentillesse, son écoute, son sens du dialogue et sa disponibilité que les services le surnomment « Beria », le ministre de Staline, responsable des basses œuvres.

Dans l’opposition, Claverie n’avait pas de mots assez durs pour la clique Brisson-Veunac. Ce qui ne l’a pas empêché, malgré toutes les preuves de désinvolture en matière de morale publique publiées par Bisque, Bisque, Basque ! pendant la campagne municipale de 2014, de sauter au cou de Michel Veunac entre les deux tours. Et de devenir, aux dires de tous les observateurs présents à la mairie, celui qui terrorise les services et le maire. Pourquoi est-ce un cinquième adjoint qui fait la pluie et le beau temps à la mairie ? Aurait-il quelques moyens de pression sur l’actuel maire ? Voilà des réponses que l’on aimerait entendre de la bouche de Peio Claverie au lieu de ses récriminations d’un autre âge contre les citoyens qui s’intéressent à la vie publique.

Une chose est sûre : Si par un hasard peu probable, Peio Claverie devenait maire de Biarritz, ce qui ne paraît guère plausible, les Biarrots manifestant de plus en plus de lucidité sur l’actuelle majorité municipale, Bisque, Bisque, Basque ! n’hésitera pas.

Il demandera l’asile politique à Bayonne.

Perles de conseil

Dans le feu du débat verbal, nos chers élus lâchent parfois des propos remarquables :

Pour Michel Veunac, au sujet des écuries de la Bigueyrie, « Il n’y a pas anguille sous roche ». Juste un promoteur sous prête-nom ?

Le même : « Je ne suis pas un maire caporaliste » Non, juste un maire qui traite des dossiers tout seul sans en parler à ses adjoints ou son administration.

Guy Lafite « Voilà huit ans qu’on essaie de vendre ». ֤Évidemment, si on refuse les offres à 650 000 euros, ça devient compliqué.

Frédéric Domège : « Monsieur le maire, vous n’allez pas nous faire croire que vous allez bien » C’est l’infirmier qui parle ?

Michel Veunac : « L’Hôtel du Palais apporte tellement à cette ville » Et surtout à ses élus qui se font rincer gratis et peuvent côtoyer les grands noms de la politique.

Peio Claverie : « Dans l’opposition, j’avais une déontologie » C’était vivement que je sois calife à la place du calife ?