Une sinécure sur mesure pour Sophie ?

Sophie Borotra n’avait ni bac +5 ni « expérience professionnelle équivalente » comme demandé dans l’appel à candidature. Elle est pourtant devenue directrice des halles de Pau.

Un appel à candidatures avait été lancé pour le poste de directeur des halles de Pau. Sophie Borotra est bac +2 et n’a guère d’expérience. Il était donc logique qu’elle devance les 40 autres candidats.

Jusqu’à preuve du contraire l’océan ne vient pas lécher la ville de Pau, ce qui n’empêche pas l’équipe municipale en place de maîtriser toutes les techniques de la plongée et des paliers de décompression. Quand on n’a pas exercé pendant une décennie, il pourrait être délicat pour un salarié de se remettre brutalement à un travail à plein temps. Mais que ceux qui craignent pour la santé de la nouvelle directrice des halles Sophie Borotra se rassurent. Selon les commerçants des halles, « si ce poste l’occupe une demie heure par jour, ce sera le bout du monde ». Un peu comme celui de la Cité de l’Océan ?

C’est d’ailleurs exactement ce qu’affirme l’excellent blog Alternatives Pyrénées dans son article : « Directeur des halles : un poste injustifié »

https://alternatives-pyrenees.com/2018/04/18/directeur-des-halles-de-pau-un-poste-injustifie/

Réécrivant « Les malheurs de Sophie », version 2018, les impertinents déchaînés palois se sont procurés l’appel à candidature qui avait été émis à l’époque. Sophie Borotra ne correspondait guère au profil souhaité. C’est pourtant elle qui a décroché la timbale avec ce job à 45 à 50 000 euros annuels.

L’explication réside peut-être dans l’évocation d’un nouveau protagoniste de cet interminable feuilleton, Philippe Sinapian. Une pointure avec un CV long comme le bras, école polytechnique et parcours d’ingénieur de haut niveau. Avant d’intégrer la fonction territoriale, au poste de directeur de l’attractivité et du développement économique, Philippe Sinapian avait supervisé l’aménagement de la grande surface Carrefour à Lescars. Pour un polytechnicien comme lui, ce qui reste à faire aux halles de Pau est donc l’équivalent de la résolution d’un sudoku de niveau 1

Selon Alternatives Pyrénées, le partage des tâches va être très simple : les honneurs, la représentation et la présence symbolique pour Sophie, les vrais problèmes à régler pour Philippe.

De quoi vous réconcilier avec le monde du travail que Sophie n’avait jusqu’alors qu’entraperçu ! Sauf que les blogueurs palois ont raison de se demander si la création de cette paisible sinécure à 4 000 euros par mois est vraiment justifiée. Sauf que les contribuables palois risquent de l’avoir un peu mauvaise, à deux ans des élections municipales, en découvrant comment on utilise leur argent… Le Tour de France va bientôt traverser les Pyrénées-Atlantiques. À quand le rétropédalage de Bayrou et son équipe ?