Le rescapé de la menthe à l’eau

Un imprévu peut être l’occasion d’un reportage en première ligne à l’hôpital de Bayonne et d’une bien belle leçon d’humanité.

Le pépin de santé, c’est comme l’amour ou la religion, c’est intime et ça ne se raconte pas. Mais puisqu’un Assez Vilain Canardeur, surnommé AVC, a tenté de m’éteindre la lumière, autant profiter de ce reportage en première ligne pour rendre hommage aux héros et héroïnes du quotidien croisés à l’hôpital de Bayonne.

Pendant seize ans, au Canard enchaîné, mon métier a consisté à débusquer les trains qui n’arrivent pas à l’heure. Cette fois, après être devenu quelques jours spectateur de mon existence plutôt qu’acteur, j’ai pu voir en action un train qui marche. Et qui marche bien. Organisation au millimètre aux urgences comme en neurologie, informations précises données au patient et à ses proches, vraie volonté de dialogue, empathie et humanité absolue du personnel soignant. Et on dira après que notre service public ne fonctionne pas !

En immersion au cœur du réacteur

Ayant déjà eu l’occasion de faire un « reportage » du même acabit, il y a une trentaine d’années, à l’hôpital Saint-Louis à Paris, je mesure la chance que j’ai eu d’atterrir à l’hôpital de Bayonne. À Paris, j’avais été traité comme un bout de viande à l’étal d’un boucher, avec un médecin-chef qui passait dans votre chambre avec sa cour d’internes pour disserter de votre cas sans même vous saluer ou vous adresser la parole. À l’hôpital Saint-Léon de Bayonne, alors que mon cas nécessitait jour et nuit des contrôles toutes les deux heures, j’ai croisé un personnel assumant une charge de travail écrasante, mais toujours plein d’empathie et capable, même à minuit, d’avoir le mot pour rire, la blague qui donne envie de répliquer et par là même de vivre.

Mélange d’ancien et de moderne, l’hôpital Saint-Léon de Bayonne est très fonctionnel.

Des humains après avoir connu des robots en blouse blanche, voilà qui change tout et qui nécessite d’exprimer son immense gratitude ! Le reporter qui sommeillait bien malgré moi au fond du lit a guetté pendant une semaine le mouvement d’humeur de l’infirmière ou le geste d’agacement de l’interne qui allaient nuancer mon propos. J’ai cherché, cherché… et pas trouvé ! Vite, Madame la ministre de la Santé, envoyez-moi tout ce personnel médical parisien et désabusé en stage à l’hôpital de Bayonne pour qu’il retrouve les fondamentaux de son métier !

Désormais installé au centre de rééducation Les Embruns de Bidart, où là aussi je croise un personnel médical d’une rare écoute, je fais totalement mienne à propos de ma santé la devise de Churchill « Never explain, never complain ! » (Ne jamais expliquer, ne jamais se plaindre !). Mais je suis totalement conscient de la chance que j’ai de vivre dans cette région où le rire est la meilleure des réponses à tous les problèmes qui se posent. Merci à tous ceux qui m’ont adressé des messages pétillants comme l’existence, à l’image de cet ami-pêcheur : « ça t’apprendra à boire de la menthe à l’eau ! Si tu avais consommé du vin rouge comme tout le monde… » Allez, on trinque ?

Un blog au ralenti

Si je ne rêve que d’écrits encore plus incisifs et mordants que jamais, je dois faire face, dans ma chambre actuelle, à quelques contraintes techniques comme un Internet à pédales modèle fin du XXe siècle. Télécharger Sud Ouest le matin demande plus de trente minutes et l’opération n’est pas toujours couronnée de succès. Heureusement, les brèves escapades me sont autorisées et j’en profiterai pour publier quelques papiers dont vous vous moquerez éperdument mais qui sont indispensables à ma rééducation. Avant de recommencer à m’intéresser sous peu à ces si admirables hommes politiques qui nous entourent…

Les bienfaiteurs de l’actualité à Bayonne

???????????????????????????????

Manuel Valls, vu par Man. « Le seul Premier ministre aux yeux bleus et au regard noir », selon la journaliste Catherine Nay.

???????????????????????????????

Mutio adore chambrer Sarkozy. Et pas uniquement le 1er avril.

Ils sont le sel de l’information et sans leur présence la presse parait au régime. Douze dessinateurs de presse font escale au théâtre municipal de Bayonne aujourd’hui et demain pour une exposition libre et gratuite. Des seigneurs du dessin de presse qui ont sévi dans les plus grands titres, à l’image de l’enfant d’Arcangues, Dominique Mutio. Douze magiciens du crayon qui n’hésitent pas à échanger avec le public et à partager leurs petits secrets de réalisation. Douze impertinents plus que jamais salutaires, à l’heure où les kalachnikov cherchent à faire taire ceux qui ne dessinent pas droit et ne pensent pas conformes. L’agence Polychrome events, organisatrice de ces journées du dessin de presse et de la caricature, a eu la bonne idée de rythmer ces deux jours d’exposition avec des batailles de crayons entre dessinateurs et, pour les débutants, des concours de dessin de presse à réaliser en une heure. Thème du concours du samedi 18 avril : la loi sur le renseignement. De quoi exciter l’impertinence! Alors que les malfaiteurs de l’actualité sont désormais légion – journalistes aux ordres,  plumitifs flagorneurs, et rédacteurs adeptes de l’école hôtelière! -, c’est un devoir de votre part de venir passer quelques heures, ce dimanche, en compagnie de cette joyeuse bande d’impertinents.

???????????????????????????????

Pour Lasserre, le FN est dans le pré.

La bande des douze

???????????????????????????????

Le concours de dessin de presse de samedi.

Duverdier, Galan, ÎoO, JM:o, Man, Lasserpe, Moine, Mutio, Olive, Placide, Patrice Rouleau, Tastet, Simon, Ysope exposent chacun une dizaine de dessins ou de caricatures.

Concours de dessin d’actualité pour les amateurs à 15 heures

Théâtre municipal de Bayonne. Entrée libre.

Et les préférés du public sont…

Moine pour sa caricature de Jack Nicholson et JM:o pour son Zlatan arrivent en tête des suffrages dans cette compétition souriante.

Dessin de presse 05

À Biarritz, on n’a pas d’argent, pas d’idées… mais on a de la peinture

Piste cyclable Biarritz

Avenue de l’impératrice, comme partout à Biarritz, le cycliste téméraire doit se contenter d’un simple pictogramme au sol, en guise de piste cyclable. Pas de doute, avec ça, il se sent totalement en sécurité! À se demander si la mairie peut voir les cyclistes en peinture…

Michel Veunac nous avait promis une rupture totale avec l’ère Didier Borotra, et, une fois de plus, il tient parole. On se souvient qu’en décembre 2011, l’association Bizi Kleta avait offert un vélo au sémillant maire de l’époque « pour lui rappeler que le vélo, ça existe« . Michel Veunac, élu depuis quatre mois dont on attend toujours le programme, promis pour octobre, mais sans que l’année soit précisée, a donc pris à bras le corps, les aménagements cyclistes de la Ville. Il est vrai qu’à côté de ses voisines, Bayonne et Anglet, où les sites propres sont légion, avec des pistes cyclables physiquement séparées  de la circulation automobile, Biarritz faisait bien pâle figure.

Heureusement, avec l’enthousiasme qu’on lui connait, notre nouvel édile a résolu le problème d’un coup de pinceau magique. Un peu partout, il a apposé des pictogrammes de cycliste, sur les principaux axes de circulation. Que les automobilistes se fichent comme de leur premier cric de ces pictogrammes, qu’ils continuent à raser les deux roues en ne respectant pas la distance réglementaire d’un mètre cinquante, prévue par le code de la route, qu’il soit impossible à une famille de vacanciers de circuler à vélo, peu importe. Notre Mimi-qui-a-enfin trouvé-une-idée peut le proclamer fièrement : contrairement à son prédécesseur, il a multiplié les pistes cyclables à Biarritz.

Comme si un simple coup de maquillage pouvait transformer une septuagénaire liftée en appétente jeune fille, comme si une soirée gratuite le jeudi à proximité de la Cité naufragée de l’Océan allait précipiter les foules dans le bâtiment, et comme si, pour un nouvel élu, la communication pouvait remplacer les idées, les projets et la vision d’avenir.

Pauvres de nous!

Piste cyclableBayonne

Piétons, cyclistes, voitures, une place pour chacun à Bayonne.

Piste cyclable Anglet

Malgré quelques sorties de riverains dangereuses, la piste cyclable d’Anglet permet aux familles de rouler en toute sécurité.