Le message perdu de mai 68

Les rebelles sont toujours bien plus créatifs que les flagorneurs. Macron rêve d’une jeunesse conformiste et « dans le moule ». Il tue la meilleure chance d’innovation des entreprises.

Une génération qui sait que les victoires ne s’obtiennent qu’en luttant.

Témoins directs d’événements actuellement revisités par la télévision, nous sommes sans doute un certain nombre à avoir le pavé qui nous démange et l’envie de le balancer à la tête de tous ces réalisateurs qui alignent les poncifs sur mai 68, sans en avoir le moins du monde compris l’esprit. En avant donc pour une série de clichés, toujours les mêmes, qui relèvent de la falsification de l’histoire : les CRS mal équipés, les barricades érigées par des manifestants chevelus, le théâtre de l’Odéon occupé, Cohn-Bendit narguant la police et les slogans de l’époque « Il est interdit d’interdire », « Sous les pavés, la plage ! » ou « On arrête tout et on réfléchit » …Et pour conclure ce bref intermède, avant la remise au pas de juin, la manifestation finale sur les Champs-Élysées, le 30 mai 1968, de tous les conformistes, enfants apeurés qui n’osaient imaginer la France sans pépé De Gaulle !

Comme si la crise d’adolescence de la jeunesse française n’avait duré qu’un mois et avait été limitée à Paris ! Comme si les accords de Grenelle, conclus dans la hâte entre le gouvernement et les syndicats, avaient suffi à remettre tout le monde sagement au boulot comme avant ! Comme si l’esprit de 68 s’était évaporé d’un seul coup !  En fait, le monde du travail va vivre pendant une quinzaine d’années, jusqu’à l’arrivée de François Mitterrand, premier président de gauche de la Ve République en 1981, une formidable effervescence dont feraient bien de s’inspirer tous les managers actuels persuadés qu’une bonne entreprise, c’est une entreprise où on ne voit qu’une tête.

Peur sur l’usine !

Le premier changement majeur va se produire dans les usines, où des contremaîtres, le plus souvent serviles et avinés, faisaient encore régner une discipline assez proche de celle des kapos dans les camps de concentration. Sauf qu’à cette époque, chiffre incroyable pour les générations actuelles, le nombre de chômeurs en France s’élevait à 130 000 et qu’il suffisait de traverser la rue pour changer de boulot tellement toutes les entreprises étaient à la recherche de petites mains. Pour sûr, le bras d’honneur au patron était autrement plus facile à faire que maintenant !

Tous les étudiants de 68 ne se sont pas rués à l’usine pour rencontrer la classe ouvrière et devenir « établi » suivant la terminologie en vigueur à l’époque, mais le petit pourcentage qui est allé au bout de ses convictions idéologiques a su susciter le débat, ouvrir les esprits et créer de nouvelles conditions de lutte en mêlant dérision chronique et détermination à l’affrontement si nécessaire. Avec des « autonomes » toujours prêts à venir donner un coup de main à telle ou telle cause, les contremaîtres désormais rasent les murs et se gardent bien des provocations dont ils étaient coutumiers, par crainte de sérieuses représailles.

Assassinat de Pierre Overney par Jean-Antoine Tramoni (Photo Christophe Schimmel)

L’historien Benjamin Stora, membre de l’Organisation Communiste Internationale (OCI) à l’époque, ne dit pas autre chose dans « Le Journal Du Dimanche » (29/4) : « On parle souvent de l’esprit ludique, festif de mai 68, presque hippie de cette époque, mais on oublie qu’il y avait des dizaines de milliers de jeunes qui sont entrés et sortis de 68 avec un esprit extrêmement dogmatique. On ne peut pas oublier que la tentation du terrorisme était également forte. Pourquoi le dissimuler ? Il y a eu entre 1968 et 1973 une montée de la radicalité en France qui était réelle ». » Cette tension extrême se soldera, le 25 février 1972, par l’assassinat d’un ex-ouvrier maoïste de l’usine Renault, Pierre Overney, par un vigile de l’entreprise, Jean-Antoine Tramoni, lui-même assassiné en 1977. Heureusement dans la plupart des usines, les choses se passent de façon plus paisible et l’habitude d’un dialogue se crée entre des salariés expérimentés qui vont suggérer des améliorations dont tout le monde va profiter et des cadres obligés de réviser leur (absence de) management.

Coup de foudre entre deux générations

Même effervescence dans le secteur tertiaire où mai 68 va amener de très importants changements. Ce que ne racontent jamais nos réalisateurs de pacotille qui traitent de façon identique mai 68 ou le futur mariage du prince Harry, c’est que ce mouvement a aussi été la rencontre entre deux générations qui n’ont pas lancé de pavés ensemble mais se sont retrouvées dans les entreprises. Certes, aux yeux de ceux qui avaient participé à la résistance et affronté les balles allemandes (la plupart frôlaient la soixantaine et terminaient leurs carrières professionnelles), nous n’étions que de sales gamins turbulents qui avions voulu enquiquiner le pouvoir avec nos frondes. Mais la détestation de la génération intermédiaire, celle des quadras de l’après-guerre, égoïste et consumériste aux yeux des anciens, était telle que le coup de foudre avec les nouveaux-venus issus de 68 fut immédiat. Imaginez un peu ce que pouvait être le Centre de Formation des Journalistes en 1973, avec toutes les nuances de gauches et d’extrême-gauche et quelques rares étudiants de droite ! Le premier journal école confectionné, quelques mois après notre admission, se termina en… bagarre générale, une minorité estimant que la teneur du journal devait être conforme au vote de la majorité des Français, tandis que les autres refusaient de devenir les valets du gouvernement. Le tout sous les yeux hilares de nos profs et du co-directeur de l’établissement, un certain Philippe Viannay, ancien chef du réseau « Défense de la France », qui jubilait de nous voir ainsi épris d’idéal journalistique, après plusieurs générations d’une grande mollesse idéologique.

Même accueil surréaliste à « L’Équipe », où je débute officiellement après deux ans de piges, le 2 janvier 1977. Ce jour-là Émilien Amaury, patron honni des syndicalistes et des ouvriers du Livre, se tue à cheval et le délégué syndical CGT débouche le champagne dans son bureau et invite toute la rédaction. En 1977, à « L’Équipe », demeuraient encore deux ouvriers du Livre et un journaliste, qui avaient obtenu le permis de publier en 1944 pour faits de résistance, tandis que Jacques Goddet, l’emblématique directeur, se le voyait refuser pour cause d’excessive sympathie aryenne. Ce sont eux qui nous ont poussés à aller toujours plus loin et à ne jamais rien céder en matière de contestation. Un an après mon arrivée, dans le journal des Antoine Blondin, Pierre Chany, Jean-Philippe Réthacker et autres grandes plumes, je suis élu délégué du personnel CGT, avec un score à faire rêver Michel Veunac et bien d’autres.

Il faut dire qu’en matière de contestation, nous ne craignions pas grand-chose et osions tout. Le directeur affirme un jour que nous ne nous intéressons pas assez au sport. Vexés, nous arrivons le lendemain en shorts et crampons maculés de boue à la conférence de rédaction et lui saccageons son bureau à la moquette crème. Il fera comme si de rien n’était et évitera les propos discourtois lors des conférences suivantes. Une autre fois, des travaux s’improvisent sans que personne n’ait l’idée de nous prévenir. Nous prenons nos tables, nos chaises et nos bureaux que nous déplaçons dans le hall du journal. Nous coupons aussi avec nos ciseaux les fils des téléphones fixes et décidons d’occuper les lieux jusqu’à plus ample explication… Qui arrive sans tarder ! C’est ainsi que le secrétariat de rédaction aura le plus beau bureau du 10 faubourg Montmartre.

Lâchez la bride…

Mais tout cela ne serait qu’anecdotes d’anciens lanceurs de pavés, si notre passion ne s’était aussi exercée en matière de journalisme. Tandis que les cadres intermédiaires nous regardaient souvent avec défiance, ayant le sentiment de n’avoir rien compris à mai 68, nos lectures, nos centres d’intérêts, nos passions, nous incitaient à écrire différemment, à essayer autre chose que le reportage d’après-guerre symbolisé par Lucien Bodard et France Soir. Lecteurs pris à parti, expression très claire du ressenti de l’auteur de l’article refusant de se planquer derrière une objectivité qui n’existe pas, utilisation du « je » et du parler populaire dans les articles. Et quelle jubilation de voir les suiveurs, ceux qui n’avaient jamais pensé autrement que leurs chefs, s’agacer de nos audaces, tandis que les grandes plumes empreintes de classicisme, nous poussaient à oser, oser, encore oser…

Bien sûr, nous avions du déchet, mais nous avons décorseté une façon de faire du journalisme. Mai 68 n’a pas été seulement une époque de narcissisme et de repli sur son nombril, mais aussi une décennie de folle créativité et d’inventions, où la générosité et l’altruisme étaient le moteur de la plupart d’entre nous. Relisez les Actuel, Charlie Hebdo, Hara Kiri de l’époque, écoutez Coluche, Desproges et même le très droitier Thierry Le Luron et vous comprendrez mieux tout ce que la mouvance soixante-huitarde, avec son impertinence innée, a pu apporter au pays et aux entreprises.

D’où la consternation de notre génération pour cette jeunesse actuelle que nous n’avons pas su protéger et qui se retrouve précarisée. Une jeunesse salariée où seuls survivent les médiocres, les conformistes, les fils ou filles à papa. Tandis que les créatifs, les atypiques, les originaux sont obligés de se réfugier dans l’autoentreprise ou dans des start-up, sortes de miroir aux alouettes numériques où le désenchantement est souvent de mise et le patronat tout aussi exploiteur que dans les entreprises traditionnelles. Il ne suffit pas d’installer un babyfoot dans le hall de l’entreprise pour changer foncièrement les mentalités.

Aujourd’hui, la faillite du modèle républicain est totale et absolue. Sous Giscard d’Estaing, l’accès à une grande école de journalisme, quand on avait obtenu le concours, coûtait 300 francs de l’époque, la même chose qu’une inscription en faculté et le tiers du salaire minimum.  Aujourd’hui, il faut compter entre 6 000 et 9 000 euros, de cinq à sept fois le salaire minimum. Une somme qui interdit à un étudiant de famille modeste de devenir journaliste.

Le sentiment des lecteurs d’être confrontés à des médias qui sont tous d’accord entre eux, à des articles sur des sujets qui n’intéressent que la grande bourgeoisie, à une consanguinité journalistique absolue et dommageable, est totalement justifié. Comment pourrait-il en être autrement alors que 95% des admissibles aux écoles de journalisme sont désormais issus de la même classe sociale, la grande bourgeoisie ?

Et ce ne sont pas les lois sur la dérégulation du travail voulues par Macron qui peuvent arranger les choses. Quand l’emploi se fait rare, quand il faut baisser la tête et s’écraser pendant des années et des années de misérable CDD avant d’espérer un CDI, la créativité, et ce qu’elle implique de déstabilisation des habitudes de l’entreprise, ne peut pas être au rendez-vous. Seuls vont surnager les rois des courbettes, les médiocres, les flagorneurs qui vont s’empresser de devenir des copies conformes de leurs glorieux aînés.

Vite, un peu de créativité, un peu d’insolence, un peu de contestation dans toutes les entreprises de France pour que tout le monde se porte mieux ! Les gens intéressants sont ceux qui disent « Non ! » dès l’enfance, qui cassent les pieds à leurs parents et se révoltent contre leurs profs, ceux qui sont bien obligés d’emprunter des chemins de traverse pour mettre leurs actes en conformité avec leurs idées. Le bon élève, le toujours propre sur lui, le invariablement d’accord avec le système, a le droit de vivre comme les autres, mais qu’apporte-t-il véritablement à la collectivité par rapport à un rebelle ? Quel est l’intérêt pour une entreprise de recruter des trentenaires qui mettent soigneusement leurs pas dans ceux des quinquagénaires qui les ont précédés ? Macron, en réformant le pays à marche forcée, veut le façonner à son image :  celle d’un jeune déjà vieux.

… Quelle erreur !

Les rois de la phrase qui tue

Les flingueursOn a l’habitude de dire d’eux qu’ils tueraient leur mère pour un bon mot… Normal, car, dans ce métier, votre destin peut basculer sur une seule phrase et faire de vous aussi bien un  président de la République qu’un recalé de l’Histoire. Le livre de Patrice Duhamel et Jacques Santamaria,  » Les flingueurs « , nous prouve que ce n’est pas la peine d’envisager de se lancer en politique, si l’on s’avère incapable de distiller des vacheries.

Les sommets de l’invective politique datent de la IIIe République, avec le champion toutes catégories Georges Clémenceau. Le Lyonnais Édouard Herriot, qui s’accommodait de tous les changements, se verra ainsi affublé par le Père-la-Victoire du surnom de  » Discrédit lyonnais « . Le général Boulanger?  » Il mourut comme il avait vécu : en sous-lieutenant « .  Enfin, quand il ne trouvait plus d’adversaire à la mesure de son éloquence, Clémenceau savait aussi se moquer de lui-même :  » Pour mes obsèques, je veux le strict nécessaire, c’est-à-dire moi « .

Autre sniper de premier ordre, ce qui n’est pas très étonnant pour un militaire de carrière, le général de Gaulle. Coup de téléphone du général au ministre de l’Intérieur, Roger Frey, en pleine guerre d’Algérie, après l’arrestation du général Jouhaud :  » Alors, Frey, il vous a fallu un an pour arrêter un chef de l’OAS ? Et, pour comble, vous m’arrêtez le plus con et le plus difficile à fusiller ! « . Au moment de la présidentielle de 1965, évoquant le centriste Jean Lecanuet, :  » C’est l’enfant de chœur qui a bu le vin des burettes et qui s’en est enivré « . Et quand il se retrouvait avec des intimes, le grand Charles se confiait :  » La pire calamité après un général bête, c’est un général intelligent ! « .

Dis-moi qui tu hais, je te dirai qui tu es

Son meilleur adversaire, lors des présidentielles, François Mitterrand, n’était pas non plus démuni d’esprit de répartie. Martine Aubry ?  » Trop méchante pour réussir. un jour, elle se noiera dans son fiel « . Jacques Chirac ?  » Quand Chirac vient me voir à l’Élysée, il monte avec ses idées et redescend avec les miennes. » Et puis, cette magnifique fulgurance sur DSK :  » Un jouisseur sans destin « .

Si Valéry Giscard d’Estaing s’est montré hermétique à l’humour, ne réussissant à faire rire qu’à ses dépens (« Aucun roi de France n’aurait été réélu au bout de sept ans » osera-t-il en 1981), son meilleur ennemi, Jacques Chirac a, lui, manifesté des dispositions certaines. Retrouvez à l’INA cette séquence de 1976, où Giscard pérore sur le pont du porte-avions Clémenceau. Chirac, alors Premier ministre, est tellement énervé par ce qu’il entend, qu’il prend des jumelles pour se donner une contenance devant les caméras… et les utilise à l’envers!

Autre séquence culte, dont les diplomates se régalent encore. Chirac a toujours été un peu sourd et a tendance à parler fort. Lors d’une dure séance de négociations européennes, où Margaret Thatcher s’est montrée intraitable, comme à son habitude, il lance, discrètement croit-il,  » Qu’est-ce qu’elle veut de plus, la ménagère ? Mes couilles sur un plateau ? « . C’est le même, au plus fort de sa détestation du  » traître  » Sarkozy, qui s’exclamera :  » Sarkozy, il faut lui marcher dessus pour deux raisons. D’une part, il ne comprend que cela, et en plus, il paraît que ça porte bonheur! ».

Nicolas Sarkozy, plus colérique que satirique, ne s’est guère illustré dans l’exercice de la phrase qui tue, même si on lui doit un assez visionnaire : « Prenez un sucre, mettez-le dans un verre d’eau, vous aurez Hollande! ».  Son successeur, qui était connu pour ses petites phrases quand il était le patron du PS, semble lui aussi faire profil bas.  Heureusement, le personnel politique, qui concourt chaque année pour le prix annuel de l’humour politique, s’est surpassé en 2014. Jean-Luc Romero, à propos du mariage pour tous :  » Un gay qui vote pour la droite, c’est comme une dinde qui vote pour Noël « .  Pas mal, non plus, cette monumentale vacherie d’Arnaud Montebourg :  » Un retour de Nicolas Sarkozy ? Peut-être, mais menotté ! « .  D’autres en revanche font rire bien involontairement. La gaffeuse Nadine Morano explique les chiffres en hausse de la délinquance : « On a une recrudescence de violence, par exemple le vol des portables à l’arraché. ça n’existait pas avant que les portables existent !  »  C’est cela, Nadine!

Vous l’avez compris, un bon politique doit être un vrai tonton flingueur, ce que Clémenceau résumait à sa façon : «  Ne craignez jamais de vous faire des ennemis. Si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait! ».

Regrettons seulement que les deux auteurs des  » Flingueurs «  l’aient joué un peu fainéant, avec la solution de facilité d’un abécédaire qui entraîne d’inévitables redites, alors que nous aurions volontiers accepté un livre plus construit.

  « Les flingueurs, anthologie des cruautés politiques », Patrice Duhamel et Jacques Santamaria, éditions Plon, – 286 pages, 19,90 €.