RamDam 64-40 est décidément tout terrain

La réunion publique de l’association citoyenne a été l’occasion d’échanges passionnants et d’une parole très apaisée entre élus et citoyens.

Et dire que ce nouveau-né prometteur a tout juste vingt-deux mois ! À RamDam, ce n’est pas parce qu’on marche à peine qu’on a peur de la difficulté : faire une réunion publique un jour de pluie basque, dans un lieu bayonnais peu connu du grand public (beaucoup se sont perdus du côté de l’université !) et pendant les vacances scolaires, c’est faire le pari d’une salle vide. Merveilleuse surprise, plus de soixante-dix personnes avaient pris place jeudi soir dans l’amphithéâtre du conseil permanent de la Communauté d’Agglo pour mettre, comme convenu, leur grain de sel dans les futures élections municipales. RamDam 64-40 militant pour que les élus s’engagent et non pour qu’ils dégagent, de nombreux candidats ont honoré ce rendez-vous citoyen, comme Jean-Claude Iriart et Sophie Bussière, Colette Capdevielle, François-Xavier Menou, Nathalie Motsch, Jacques-André Schneck ou Corine Martineau ainsi que de nombreux candidats des Landes.

Est-ce la proximité de l’échéance électorale qui rend tout le monde soudain attentif et à l’écoute des autres ? Tous les élus jouent le jeu en évitant de dérouler leur programme et en faisant des propositions particulièrement intéressantes, destinées à alimenter la future « lettre d’engagement » et la proposition de MDI (Minimum Démocratique Indispensable) que RamDam 64-40 souhaite faire parvenir mi-décembre aux têtes de liste des agglomérations des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Et les « simples citoyens » ne se gênent pas pour faire eux aussi des propositions ébouriffantes.

Première énorme surprise, alors que l’idée d’un contrôle citoyen faisait encore hurler les politiques il y a dix ans, les élus sont désormais unanimes pour estimer que l’action des politiques doit être supervisée par les citoyens. C’est le choix de la méthode qui suscite le débat. Jacques-André Schneck, candidat à Biarritz souhaite nommer un déontologue, tandis que Nathalie Motsch, elle aussi candidate à Biarritz, s’engage à organiser au bout de deux ans de mandat une enquête de satisfaction et promet une « gouvernance partagée » avec un organisme indépendant disposant d’un droit de veto sur les futurs projets municipaux. D’autres parlent de « conseil des sages » ou de citoyens tirés au sort pour superviser l’action municipale.

Le président Michel Gellato, par ailleurs rédacteur du journal satirique « Le panier à salades », n’a pas manqué de mettre son grain de sel dans le débat.

Le respect de l’opposition fait aussi l’unanimité, alors que les exemples palois ou biarrots choisis par RamDam 64-40 montrent qu’on en est fort loin. Jean-Claude Iriart affirme qu’un membre de l’opposition sera systématiquement présent dans toutes les commissions importantes de la Ville, tandis qu’un autre participant suggère que le principal opposant de la majorité municipale soit automatiquement nommé à la tête de la commission des Finances pour qu’un contrôle effectif des dépenses soit effectué.

Les idées fusent de tous côtés et le président Gellato, en s’efforçant de tout noter, est à la peine tant les propositions abondent,. Le cumul des mandats, le manque de transparence, le favoritisme sont évoqués. Colette Capdevielle approuve sans réserve, « même si cela coûte cher », la publicité systématique des débats pour les grandes métropoles et la possibilité que tous puissent les suivre sur Internet. François Amigorena fait rire tout le monde en racontant comment il a dû batailler en 2014 pour convaincre Michel Veunac de laisser filmer les conseils municipaux. Qui aurait mesuré l’étendue du désastre sans cet indispensable outil de la démocratie ?

Les lenteurs de la Justice, la possibilité d’accéder aux documents administratifs grâce à la CADA, mais aussi les prises illégales d’intérêt sont passées en revue.

Un des participants, saisi d’enthousiasme, propose même que RamDam 64-40  dépose des projets de lois au Parlement pour aider à la représentation des citoyens face aux élus. RamDam va en parler à Richard Ferrand mais a conscience d’avoir encore un peu de travail devant lui.

Seul regret de cette soirée véritablement enthousiasmante, alors que Mediabask et La Semaine du Pays basque étaient présents, Sud Ouest a boudé RamDam 64-40 et n’a même pas daigné répondre ni à mes mails ni à mes coups de téléphone.

Mais dans ce dur métier de journaliste, on ne peut pas tout faire : compter les palombes et s’intéresser aux actions citoyennes.

Le débat a été animé par Dominique Lapierre, farouche surveillant des dérives landaises.

L’ex-députée Colette Capdevielle considère que toutes les villes d’importance doivent permettre l’accès aux conseils municipaux par la vidéo.

 

Un très vague « Biarritz nouvelle vague »

Le presque quasi-certain candidat Guillaume Barucq a présenté son mouvement citoyen « Biarritz nouvelle vague ». Mais a parfois eu du mal à surfer sur ses contradictions.

Allez, avouez-le, vous avez tous eu droit le jour de la fête des mères ou des pères à un collier de nouilles de votre chérubin préféré et vous vous êtes extasiés sur ce cadeau amoureusement confectionné, comme le veut la bienséance familiale. Sauf qu’à la quatorzième injonction de la chair de votre chair vous demandant si ce collier vous plaît et quand vous allez le porter, vous avez ressenti comme un léger découragement.

Pour le lancement de son mouvement citoyen, « Biarritz Nouvelle vague », (Truffaut et Godard étaient excusés), Guillaume Barucq avait fait dans la symbolique lourde avec une conférence de presse à Olatua, la vague en langue basque, et dans le viseur des photographes le rocher de la vierge (Pour le cas où un miracle se produirait en 2020).

Qu’on ne s’y trompe pas : Bisque, Bisque, Basque ! regarde avec beaucoup de sympathie la candidature de Guillaume Barucq. Quant à la garde rapprochée qui a été présentée à la presse, composée de Jean-Baptiste Dussaussois, Corine Martineau, Aude Chabrier, Julien Roulland et Frédéric de Bailliencourt, elle est tout à fait intéressante et susceptible d’apporter des idées nouvelles à Biarritz.

Mais de la même façon qu’il est préférable de prendre quelques cours de surf à la Côte des Basques avant de se coltiner la vague de Parlementia, on ne peut pas en politique balayer d’un revers de main ce qui s’est passé avant, comme a cherché à le faire la journaliste et néo-biarrote depuis 2018 Aube Chatrier affirmant que « la politique, ça n’intéresse pas les gens ». Bien sûr que si !

C’est donc à une déclaration de candidature beaucoup plus normande que biarrote, tant elle était sinueuse et chantournée, qu’a pu assister la presse.

Dans le bateau naufragé de la majorité ou dans le canot des secours ?

Avec le rocher de la Vierge en arrière-plan.

On le sait Guillaume Barucq a de nombreuses idées intéressantes pour la Ville, mais, en voulant être ami avec tout le monde et en s’efforçant de réconcilier les inconciliables au cours du mandant 2014-2020, il est souvent apparu comme un élu « bisounours » très loin des réalités politiques.

Sans surprise, les axes forts de sa campagne vont tourner autour du logement des jeunes à Biarritz (plus de la moitié du groupe impulsé par Guillaume Barucq en 2014 a été contraint de déménager), les mobilités douces et la pollution des eaux de baignade.

C’est ensuite que cela se complique. Guillaume Barucq peut-il faire abstraction du mandat qui vient de s’écouler, le plus calamiteux de l’histoire de Biarritz aux yeux de Bisque, Bisque, Basque ? Guillaume Barucq oscille entre des peut-être bien que oui, peut-être bien que non, très normands. « J’ai annoncé ma décision à Michel Veunac et à Guy Lafite. Ils l’ont très bien comprise ». Les acrobaties et l’absence de convictions, ils connaissent ! « Je ne suis pas encore candidat déclaré officiel, même si… » Qui aurait pu penser le contraire ? « Le docteur Barucq et le docteur Veunac ont peut-être des préconisations différentes pour l’avenir de la Ville » Nul n’en doute et c’est bien là le problème.

La garde rapprochée : de gauche à droite, Jean-Baptiste Dussaussois, Corine Martineau, Guillaume Barucq, Aude Chabrier, Julien Roulland et Frédéric de Bailliencourt,

Alors que Michel Veunac a annoncé qu’il se déclarera en septembre et que Guy Lafite est prêt à prendre son relais si les circonstances contraignaient Veunac à ne pas se présenter, comment peut-on être décidé à rester jusqu’au bout dans la majorité tout en conduisant une liste qui va s’opposer au maire sortant ?

Là encore, le représentant du bien-nommé « Biarritz nouvelle vague », demeure on ne peut plus… vague. « Je ne vais pas critiquer le passé » … « La carte du parti, on ne la sortira à aucun moment, le but est de favoriser la proximité avec les Biarrots » avant de conclure par une phrase mille fois entendue : « Je préfère rester à l’intérieur de la majorité car c’est là que je suis le plus utile ».  Une minute après, le futur candidat raconte comment il a été écarté d’un dossier environnemental ! Comme Motsch de l’Urbanisme, Amigorena du tourisme ou Chazouillères du commerce !

Hélas en politique, il faut choisir son camp à un moment donné. Porter son collier de nouilles pour faire plaisir à son enfant ou le contrarier. Guillaume Barucq est intelligent. Nul doute qu’il va comprendre qu’on ne peut être ici et ailleurs en même temps, dans le bateau naufragé de la majorité et dans le canot des sauveteurs en mer décidés à porter secours aux Biarrots en péril.

Pas de mouette rieuse à l’horizon

Heureusement, il est des signes qui ne trompent pas. Alors que la canicule était annoncée sur Biarritz, quelques gouttes de pluie se sont invitées au début de la conférence de presse, obligeant à sortir les parasols. Avec son humour habituel, Guillaume Barucq a parlé de la malédiction de François Hollande qui ne pouvait prononcer un discours sans se faire doucher. Mais contrairement au président malheureux et dépassé que la France a connu de 2012 à 2017, pas une mouette rieuse n’est venue viser le polo vert du candidat pendant son allocution. La preuve que le médecin biarrot peut échapper à la malédiction hollandaise et a un bel avenir devant lui s’il réussit à s’allier avec les autres opposants au duo infernal Veunac-Lafite et à comprendre que les Biarrots n’en peuvent plus des combines d’appareil, des alliances improbables, des négociations de soir de premier tour et qu’ils souhaitent des candidats qui soient déterminés à ne pas reconduire les errances des deux derniers mandats. Chiche, Guillaume !

 

Arostéguy fait de l’accrobranche

Ils sont nombreux à avoir beaucoup à perdre en cas de défection de Fillon.

(Photo La Semaine du Pays basque)

Mercredi, François Fillon est décidé à renoncer avant sa conférence de presse où il annonce… qu’il continue ! C’est la conjuration de médiocres qui l’entoure, déterminée à se partager le futur gâteau même s’il est un peu faisandé, qui le pousse à se ridiculiser encore un peu plus et à discréditer notre vie politique. Baroin se verrait bien Premier ministre, et les Morano ou Pecresse ne dédaigneraient pas un petit maroquin. Et pendant ce temps, Juppé, qui serait sans doute plébiscité par la majorité des Français, attend qu’on lui fasse signe.

Même problématique au niveau local, où ce sont souvent ceux qui ont beaucoup à perdre qui crient à l’assassinat politique, en espérant que quelques gogos vont les suivre, tout en sachant parfaitement au fond d’eux-mêmes que Fillon est absolument indéfendable. En quittant L’UDI, il y a quelques mois, pour les Républicains, Maïder Arostéguy, a montré une capacité certaine à la voltige. En écoutant sa copine Corine Martineau, et en pariant, quasiment seule avec Claude Olive, sur François Fillon, notre sémillante conseillère départementale a gagné le gros lot de la loterie électorale : une investiture pour les législatives. On comprend qu’il soit difficile de renoncer à ses rêves, mais doit-on tout accepter sous prétexte d’ambition personnelle ?

Le communiqué de presse de Maïder Arostéguy diffusé hier est soit d’une mauvaise foi abyssale, soit d’une naïveté confondante. Au point que Bisque, Bisque, Basque !  s’est amusé à l’annoter. L’accrobranche c’est très bien, à condition toutefois de ne pas se prendre une grosse gamelle électorale à force de défendre l’indéfendable.

communique-arosteguy-anote

Les sourires en coin d’une Filloniste historique

fillon-martineauSon téléphone n’arrête pas de sonner, les messages de félicitations de pleuvoir, et, depuis une dizaine de jours, ses amis ne se comptent plus. Corine Martineau n’est pas dupe de cette soudaine agitation de tous ceux qui jouent placés. Alors que nous sommes politiquement aux antipodes, ce qui n’empêche pas le respect et la sympathie, il était intéressant d’entendre pourquoi, en 2015, cette militante fervente des Républicains, a choisi le camp de celui qu’on qualifiait alors de « Mister Nobody », avant de devenir le vainqueur-surprise de la primaire de la droite.

– Qu’est-ce qui t’amène à choisir Fillon ?

– « En politique, il n’y a qu’une vérité : le terrain ! J’ai été très intéressée par le tour de France qu’a entrepris François Fillon pendant trois ans. Et encore plus quand j’ai découvert qu’à chaque visite, il se tournait vers des gens de la société civile pour obtenir des remontées d’informations et effectuer un vrai travail de fond.

– Quelles sont les personnalités connues qui partagent ton engouement d’alors ?

– Je suis seule sur Biarritz et à part le maire d’Anglet, Claude Olive, les soutiens à Fillon sont plutôt discrets. Tous les Républicains sont Sarkozystes avant de devenir Juppéistes et j’ai droit à des plaisanteries répétitives comme « Fillon ne passera jamais. Il a raté le coche. »

– Tu as cru en lui dès le début ?

Au sommet de la Rhune.

– Je ne vais pas refaire l’histoire maintenant que c’est facile. Je ne pensais pas qu’il réussirait un score aussi élevé, mais j’ai toujours pensé qu’il allait s’imposer. Lors de la montée de la Rhune en compagnie de ses soutiens (juillet 2016), il nous a fait passer un moment très agréable, manifestant beaucoup d’écoute à chacun et réussissant pendant deux heures à parler tout en grimpant, ce qui démontre une belle condition physique. Son programme, comme son côté humain, m’ont séduit. J’ai pensé qu’il allait gagner car sur le terrain les gens affirmaient en avoir marre des politiques avec des casseroles, refusaient quelqu’un de trop âgé, et souhaitaient malgré tout un candidat expérimenté. Il me semblait qu’il incarnait la synthèse parfaite des attentes des électeurs. Et puis, c’est un chat, il avance sans faire de bruit contrairement à d’autres que l’on peut côtoyer dans la région (Grand éclat de rire).

– Qui vient assez vite te rejoindre dans le soutien à Fillon ?

En janvier 2016, Maïder Arostéguy choisit à son tour Fillon. Tour à tour, nous nous rendons à Paris le rencontrer ainsi que son équipe de campagne. En avril, lors d’un rassemblement des relais territoriaux, je pose une question en annonçant que je suis de Biarritz. Après la réunion, des gens du département des Pyrénées Atlantiques se font connaître. De là est parti le comité de soutien à François Fillon avant que Paris ne me désigne comme présidente du comité de soutien à Biarritz.

– Tout s’est bien passé ?

– Nous avons très bien fonctionné avec Pau et le Béarn. Je suis allée tracter à Orthez et à chaque fois, l’accueil a été très chaleureux. Le terrain m’a confirmé ce que je ressentais. Nous avons tout de même distribué 30 000 journaux. Les politiques n’ont pas encore compris l’importance des réseaux sociaux, où chacun lit de son côté et découvre que des gens pensent comme eux.

– À quel moment, as-tu cru à la victoire possible ?

– Lors du meeting organisé à Biarritz, on a senti que ça basculait. Le journaliste de BFM TV, venu pour la circonstance, m’a même confié : « On ne pensait pas voir ça à Biarritz » Pour lui, c’était une terre définitivement acquise à Juppé.

– Et le soir du premier tour ?

– (Corine lève les yeux au ciel !) Nous étions tous rassemblés à Saint-Jean-de-Luz et quand les résultats ont commencé à être connus, j’ai soudain vu Nathalie Motsch et Patrick Destizon venir me faire un vibrant éloge de François Fillon. Je ne suis pas dupe. Même chose avec les félicitations d’Édouard Chazouillères reçues ce soir-là.

– Et maintenant, quel est le programme ?

– On continue à se mobiliser plus que jamais en vue des présidentielles de 2017. En janvier, on va connaître les investitures pour les élections législatives. Je souhaite que Maïder Arostéguy soit désignée, plutôt qu’un ou une Filloniste de dernière heure. Et si on rétorque que Maïder est depuis trop peu de temps dans notre parti pour obtenir l’investiture, alors, en tant qu’ancienne militante du parti, je poserai ma candidature pour ces législatives.

– Que penses-tu de Bayrou et Macron ?

– Macron, plus jeune plus neuf, va bouffer les voix de Bayrou. Les gens ont besoin de rigueur et d’assurance. Les deux en sont totalement dépourvus.

– Comment vois-tu la primaire de gauche ?

– Je pense que Hollande pourrait sortir vainqueur de cette primaire, s’il se présente. L’autre hypothèse est Arnaud Montebourg car il fait figure d’homme neuf. Je ne crois pas à Valls, votre Sarkozy de gauche, car il est trop clivant.

– Je réalise soudain que tu ne m’as pas parlé de Max Brissson. C’est un hasard ?

– (Grand sourire) Sans doute ! Max va évidemment se rallier au vainqueur de la primaire. Je prendrai Max dans mon équipe pour travailler, s’il est d’accord. »

C’est comme si c’était fait !

Vous pouvez retrouver les points de vue décapants de Corine Martineau sur son Facebook :

(https://www.facebook.com/corine.martineau1)

Avis de coup de vent sur les idées reçues

Avis de coup de vent

Guy Aubertin et Jean-Baptiste Dussaussois, brillants et pédagogues, ont donné des regrets aux littéraires de l’assistance d’avoir négligé les matières scientifiques pendant leurs études. (Photo extraite du facebook de Corine Martineau)

Avec les bourrasques de vent et de pluie qui soufflaient, mercredi soir sur Aguilera, les quarante participants à la conférence organisée par Les Ateliers de la République de Corine Martineau, sur les dérèglements climatiques, se sont tout de suite retrouvés dans l’ambiance. Convaincus et pédagogues, les deux intervenants Guy Aubertin, ingénieur en géologie appliquée, et Jean-Baptiste Dussaussois, ingénieur en écosystèmes aquatiques, nous ont offert une conférence de qualité et adressé à l’auditoire un grand souffle d’intelligence.

Car, il faut bien reconnaître qu’en matière de climat et de réchauffement planétaire, le profane a parfois du mal à s’y retrouver. En s’appuyant uniquement sur des données scientifiques et en présentant des diagrammes très explicites, les deux orateurs, qui ont eu le bon goût de laisser le débat se créer avec la salle, ont permis à tous les participants de mieux comprendre les enjeux de la future COP 21 qui va se tenir à Paris.

Depuis 1900, notre planète s’est réchauffée de 1,7°. Un chiffre qui semble anodin mais qui ne l’est pas, car la fonte des glaciers et la réduction de la forêt équatoriale, grande captatrice de gaz carbonique, sont lourds de conséquences pour notre écosystème. Sans qu’on puisse tout à fait expliquer pourquoi, Biarritz est la ville de France la plus impactée par le réchauffement climatique.

Alors que le monde compte 38 millions de réfugiés climatiques, obligés de fuir leurs terres à cause de la montée des eaux, on pense que l’élévation du niveau de la mer à l’horizon 2100, c’est à dire demain, se situera entre 0,5 mètre et 1,20 mètre. Poursuivant la chasse aux idées reçues, les deux complices qui intervenaient pour la première fois ensemble, tout en donnant l’impression d’avoir toujours fait conférence commune, ont permis à tous de comprendre pourquoi les nations ont du mal à faire cause commune.

Un Chinois ne pollue pas plus qu’un Français

Les anciens grands de ce monde comme les USA ou l’Europe ont consciencieusement cochonné la planète sans se soucier des conséquences futures et demandent maintenant aux pays émergents, avides de consommer, de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Et les chiffres peuvent être parfois très trompeurs. La France est responsable de 1% des émissions de gaz à effet de serre, alors que 22% incombent à la Chine. Mais, si l’on ramène ses émissions à chaque habitant, les Français émettent en moyenne 6,6 tonnes de CO2 par habitant, quand un Chinois est à peine au-dessus avec 7,9 tonnes. La France n’étant pratiquement plus industrialisée, tandis que la Chine produit nombre d’objets industriels, ensuite exportés en Europe, il n’est donc pas pertinent de montrer du doigt les Chinois plus que les Français.

En fait, la pollution doit être l’affaire de tous et les deux intervenants ne cachent pas qu’une course contre la montre est engagée entre les scientifiques qui recherchent de nouvelles solutions et le thermomètre qui ne cesse de grimper « A deux degrés de réchauffement climatique, on peut trouver des solutions techniques. À six degrés, c’est quasiment impossible ». Peu convaincus par les militants de la décroissance, ils croient surtout à une prise de conscience et à une recherche de solutions scientifiques.

La conférence aurait donc été parfaite, si le Cibourien Guy Aubertin ne s’était laissé emporter par sa volonté d’illustrer son propos au moment d’évoquer la montée des eaux : «  Si le niveau de la mer augmente comme prévu fin 2100, on peut imaginer que les habitants du Petit-Bayonne seront obligés de venir se réfugier sur les hauts de Biarritz « .

De quoi donner envie de polluer à quelques Biarrots,  quand on connaît la rivalité légendaire entre les deux villes!

C’est vraiment farce book !

Entre les gros malins de la communication, ceux qui ne maîtrisent rien et les inconscients, revue de détail du phénomène farce book à Biarritz.

Farcebook 004 Frank PerrinAvez-vous reconnu ce belliqueux chevalier, prêt à pourfendre le sarrasin ennemi, à verser de l’huile bouillante, du haut de son château-fort, sur le connétable Max Brisson ou à instruire un procès en sorcellerie pour conduire au bûcher Sainte Bénédicte Darrigade ? C’est notre candidat du Front national à Biarritz, Frank Perrin, loin, très loin sur sa page personnelle Facebook, de l’image de l’homme paisible qu’il s’efforce de donner pendant les campagnes électorales. Bien évidemment, il vous expliquera que c’est du second degré.

Farcebook 007 LafiteGuy Lafite, pour sa part, ne se remet visiblement pas du détournement de son compte Twitter par son ancien directeur de campagne. Sur sa page personnelle, il colle à l’actualité de façon presque compulsive. Sa dernière intervention remonte au… 17 octobre 2014, avec la publication d’une affiche sur les États Généraux du Surf à Biarritz. Aucun risque, comme cela, d’écrire quoi que ce soit qui déplaise à propos des futures élections départementales. Heureusement pour notre Mozart de la Finance, l’autre moitié de son binôme, la très socialiste Ghislaine Haye, est particulièrement présente sur les réseaux sociaux, puisqu’elle a à son actif deux comptes Facebook. Certes, le premier n’est pas de la plus extrême fraîcheur, puisqu’il vous explique comment voter… à la primaire socialiste.

Farcebook 009 Ghis Haye

farcebook 005 Ghis haye la dervicheAprès tout, cette élection ne date que de 2011 et il n’est jamais trop tard pour apprendre. D’autant plus que Ghislaine a plus d’un tour dans son sac à malices et qu’elle a compris, dans sa deuxième page Facebook, comment faire tourner la tête des électeurs. Pas question de saouler le malheureux décidé à voter à gauche avec un quelconque programme. Il lui suffira d’étudier de près l’art des danses sacrées des Derviches pour connaitre la griserie de voter socialiste.

 Farcebook 010 AmigorenaFrançois Amigorena, qui n’est pas dépourvu d’humour et maîtrise parfaitement les réseaux sociaux, n’a pas manqué de reprendre à son compte le message de Twitter sur les pirates du web. Aura-t-il le cran de se présenter aux électeurs avec  un anneau à l’oreille et un bandeau sur l’œil, lui qui estime dans Sud Ouest que les roueries qu’il vient de commettre à l’égard de son ancien mentor le qualifient tout à fait pour devenir le futur maire de Biarritz ?

 Max Brisson, prouve pour sa part qu’en matière d’habileté politique, il n’a décidément de leçons à recevoir de personne. Il ne manque pas de se targuer du soutien de Nathalie Kosciusco-Morizet, tout en affirmant officiellement, histoire de ne pas avoir à ajouter ce meeting à ses frais de campagne, que NKM n’est venue à Biarritz que pour parler de la refonte de l’UMP.

farcebook 001 Brisson incompris

Son remplaçant masculin, Philippe Nalpas, ne semble pas très concerné par cette future élection départementale qui, comme dirait Chirac, « lui en touche une sans faire bouger l’autre ». Visiblement Philippe mise sur sa belle gueule pour faire se pâmer ses électrices, comme le prouvent les changements à répétition de sa photo de profil. Dernièrement, il la jouait solide comme un roc, après s’être affiché avec la cravate dénouée et le regard extatique d’un joueur de poker au bout du bout de la nuit.

Farcebook 012 NalpasFarcebook 014 Nalpas 2

« Beau gosse » s’exclame Lydie, tandis que Caroline note « Quelle mine ! » Si avec ça, Max n’est pas élu, c’est à ne plus rien y comprendre !

Farcebook Domege 01Il aura fallu un écho de Sud Ouest sur son frère pour que Frédéric Domège sorte de sa réserve et évoque sur sa page Facebook la future élection. Jusque-là, l’électeur curieux, désireux de voir ce que nous mijotait l’ami Frédéric, en tandem avec Marie-Pierre Mayer, apparemment peu présente sur Facebook, devait se contenter de posts répétitifs sur le sport. C’est sympa le sport, mais est-ce que ça suffit à constituer un programme électoral ?

Même si elle n’est pas directement candidate, il faut absolument lire le Facebook de Corine Martineau. C’est toujours drôle, enlevé et original. En plus, en plongeant un peu dans les archives, on y retrouve de magnifiques couplets anti-Brisson, avant de passer au panégyrique, depuis que le président départemental de l’UMP se pâme pour la dame. Parfois Corine accueille aussi l’émission « Bonnes adresses du passé », en donnant de la visibilité à un post vengeur de Vincent Dubecq contre les candidatures dissidentes.

Farcebook 003 Martineau Dubecq

Farcebook 015 DarrigadeBénédicte Darrigade, pour sa part, est visiblement inquiète. Elle n’avait pas réalisé que les Biarrots pratiquent assez peu le front de mer lorsqu’il pleut à répétition. Heureuse d’avoir établi sa permanence, avenue du général de Gaulle, elle vient de publier en catastrophe un plan pour le cas où les vieux Biarrots se perdraient. Force est de constater que pour l’instant, il n’a nullement été besoin de faire appel à la police municipale pour canaliser la foule des visiteurs. Le remplaçant masculin de Louis Vial, Édouard Chazouillères avait démontré son humour, en publiant les Lettres de la Marquise de Vérité sur sa page personnelle. Malheureusement pour lui, un de ses suiveurs, qui essaie désespérément de retrouver à Biarritz un peu de la gloire qu’il avait connue en se faisant souffleter par William Leymergie, va une fois de plus lui compliquer la vie avec les journalistes. L’homme à la tête de Viaud, à qui le persil dans les oreilles irait si bien, est décidément à la subtilité ce que DSK est à la chasteté. Notre giflé a trouvé un endroit auquel nous n’aurions pas pensé, ni Jean-Philippe Ségot ni moi, pour ranger nos plumes.… Il ne doit pas connaître l’adage qui veut que c’est avec les vieilles plumes qu’on fait les meilleurs articles.

Farcebook 001 Viaud

Michel Blanc à l’assaut de Biarritz

Comme l’acteur français, nos hommes politiques biarrots, guettent l’ouverture et sont persuadés pouvoir triompher sur un malentendu lors des prochaines départementales…

Michel BlancIls sont admirables de rectitude, portés par leurs convictions, pas intéressés pour deux sous, respectueux de leurs mandats et ne récoltent que des moqueries ! On se demande bien pourquoi. Petit tour d’horizon grinçant sur Biarritz, où neuf binômes sont désormais en lice pour les prochaines élections départementales. Nul ne sait encore quel sera le rôle exact de ces conseillers, mais, éperdus de confiance en eux, ils sont persuadés être les plus aptes pour exercer ce mandat… plutôt rémunérateur. Ce qui explique peut-être bien des frénésies.

Le boulimique candidat-à-tout mange son chapeau

BrissonL’inspecteur général de l’Éducation nationale Max Brisson, allié pour cette élection à Maïder Arosteguy, a oublié un principe essentiel du management. Lorsqu’un pot de merde surgit, il faut se précipiter pour le régler, car sinon il vous revient en pleine poire. Accablé par sa défaite imprévue aux municipales, Max n’a pas prêté attention à la contestation qui émanait de ses rangs, pensant qu’elle s’estomperait avec le temps. Résultat : il a failli se retrouver avec trois listes dissidentes de l’UMP face à lui et a dû sérieusement s’agiter pour éteindre partiellement l’incendie. Intitulé « Le pompier pyromane », voici l’article qu’écrivait Corine Martineau sur sa page Facebook, le 5 février dernier : « Nous lui devons tous quelque chose. Mais quoi, n’aurait-il pas dû s’effacer cette fois afin de mieux rebondir quand la plaie se serait refermée ? L’ami a un appétit d’ogre et ne s’embarrasse pas de scrupules quand ses intérêts sont en jeu. Il avait le devoir de réunir nos 350 militants biarrots et leur donner la parole… Or là, que fait-il ? Il décide, et sans scrupule aucun, il vous demande de parapher. »

Quelques tractations plus tard, Max, soudain sous le charme de Corine à l’approche de la Saint-Valentin, écrit sur sa propre page, le 13 février : « Je salue le nécessaire effort d’unité et de rassemblement que fait Corine Martineau en retirant sa candidature aux élections départementales. (…) Pour toutes ces raisons, je suis convaincu de la nécessité qu’elle prenne des responsabilités éminentes au sein d’une UMP qui doit renouveler ses idées, son discours et ses actions. Son énergie, son imagination et le renouveau qu’elle porte en elle sont en effet autant de qualités dont l’UMP biarrote aura besoin pour se reconstruire et aller de l’avant. »

Voilà un troc de bon aloi, ou on ne s’y connait pas ! Tout le monde mesure le dynamisme et le militantisme de Corine Martineau et c’est sans doute une bonne nouvelle pour l’UMP où elle va amener beaucoup d’enthousiasme, mais le chapeau a été bien difficile à avaler pour le candidat-à-tout.

D’autant plus qu’il lui reste encore deux sacrés cailloux sur l’estomac, avec Frédéric Domège et Bénédicte Darrigade. Signataire au niveau départemental d’un accord avec l’UDI et le MoDem, Max Brisson s’efforce de faire croire qu’il demeure un opposant féroce au maire MoDem de Biarritz Michel Veunac. Pas de chance, lors du conseil municipal décisif sur les orientations budgétaires, Max retardé par la neige se retrouve dans l’impossibilité d’être présent à Biarritz… mais pas à Bayonne, lors d’une réunion  avec les têtes de liste du département ! Absent à un conseil sur deux, Max a vraiment de la peine à rester crédible quand il s’annonce « opposant féroce » à Michel Veunac, et il est tentant d’écouter les membres de l’opposition comme de la majorité qui affirment qu’un deal a été passé entre les deux anciens adjoints pour ne pas se nuire aux élections départementales comme aux prochaines régionales, Max s’engageant à quitter le conseil municipal dès mars, s’il est élu.

L’ex-rugbyman prend le trou

Brisson DomègeEn ancien trois-quarts centre qu’il est resté, Frédéric Domège a vu un espace se libérer sur le terrain politique et il s’y est engouffré. Il faut dire aussi qu’il rongeait son frein depuis un bon bout de temps, cantonné qu’il était au rôle de coupeur de citrons de l’ami Max Brisson. Le patron de l’UMP départementale, en novembre dernier, répétait encore qu’il n’irait pas aux élections départementales, « ce coupe-gorge » et avait annoncé à Frédéric que cette fois c’était lui… Avant de se raviser ! Frédéric a bien compris que nombre d’électeurs UMP n’ont pas digéré l’aveu de François Bayrou, annonçant qu’à titre personnel il voterait Hollande en 2012. Il a noté les absences de plus en plus voyantes de son chef de file au conseil municipal et s’est décidé à incarner sur Biarritz une opposition beaucoup plus ferme à Michel Veunac, persuadé que s’il réussit sa percée en devançant Max, il peut être élu. Furieux de se retrouver sous le coup d’une menace d’exclusion de l’UMP, ainsi que sa colistière Marie-Pierre Mayer (pourtant bien prévisible !), il est désormais décidé à distribuer des bourre-pif et affirme que Max ne part à ces élections que pour des raisons pécuniaires. Frédéric considère que « le premier tour constituera pour la droite et le centre une primaire grandeur nature ». Il est clair en tout cas que le 22 mars au soir, à la fin du premier tour, l’un des deux rivaux devra oublier la politique et se consacrer à la pêche à la ligne.

Plus rapide au sprint que son beau-père

Traitre Darrigade (1)Lors du premier conseil municipal, furieuse de voir son chef de file absent, Bénédicte Darrigade, en compagnie d’une de ses colistières, avait créé la surprise en votant pour … Michel Veunac au poste de maire. Encore une fois, Max Brisson avait fait semblant de ne rien voir et dès le conseil suivant, tout semblait revenu dans l’ordre. Mais c’était oublier les désirs d’émancipation de la dame, décidée à être candidate aux élections départementales, après avoir été la suppléante de Max. Après quelques appels du pied à des figures biarrotes de la société civile, puis un bref flirt avec François Amigorena (… qui ne sera pas sans conséquence, comme on le découvrira un peu plus tard), « l’opposante » Bénédicte Darrigade enfilait le maillot de championne du monde de la versatilité politique et réglait tout le monde au sprint en s’acoquinant avec le débonnaire Louis Vial, membre de la majorité municipale, et l’insignifiant Édouard Chazouillères, celui-là même qui affirmait vouloir pendre les journalistes à des crocs de boucher. Dame de petite conviction politique, ne manifestant pas le moindre respect pour le mandat que les électeurs lui avaient confié dix mois plus tôt, Bénédicte Darrigade est persuadée réussir ainsi à devancer Max Brisson. Ce qui peut être un bon calcul, car, en politique, la traîtrise paie souvent.

L’énarque, par l’odeur alléché…

LafiteGuy Lafite avait juré qu’il ne ferait pas la campagne des élections départementales et avait demandé à François Amigorena de se préparer. Mais le « spécialiste » des Finances, qui était le seul à ne pas connaître en 2008 la toxicité des partenariats public-privé, a commencé à suivre avec beaucoup d’intérêt les échanges de coups entre membres de l’UMP. Scandalisé par la désinvolture avec laquelle Michel Veunac traite sa propre majorité, et ce ticket inédit Darrigade-Vial, conscient que si l’opposition est en lambeaux, la majorité ne vaut guère mieux, le bobo Lafite, avec ses pulls en cachemire si rassurants pour la bourgeoisie biarrote, s’est dit que le ticket rose très très pâle qu’il forme avec Ghis Haye, face à une droite éparpillée, pouvait lui permettre de se retrouver au second tour en opposition à un candidat du Front national et de l’emporter, même si le département, c’est le moins qu’on puisse dire, n’est pas à gauche. Le voilà donc dans la course, en se disant que, sur un malentendu, la victoire est possible!

La vengeance du cocu

AmigorenaIl se répand partout en ville en grommelant. « Arrêtez de me faire passer pour un mec de gauche ». Élu depuis 1995 dans des conseils municipaux comme Bidart, où il n’a jamais réussi à émerger, le très ambitieux François Amigorena pensait enfin, en jetant son dévolu sur Biarritz,  avoir trouvé une ville à la hauteur de l’immense estime qu’il se porte. Il n’a donc pas hésité une seconde à devenir le directeur de campagne de Guy Lafite, sans même s’apercevoir –quel étourdi !- qu’il concourait sous les couleurs de la gauche. Conscient que cette orientation politique n’est guère porteuse à Biarritz, il la joue désormais furieusement chef d’entreprise et membre apolitique de la société civile pour tenter de limiter la casse. Cocufié deux fois dans cette campagne électorale, par Bénédicte Darrigade tout d’abord, puis par son mentor en politique Guy Lafite, François Amigorena est conscient qu’il n’a aucune chance en liant son destin à celui de Martine Vals, mais espère entraîner dans sa chute les deux listes de ceux qui se sont moqués de lui… Pour, enfin, avoir le sentiment d’exister.

Ne pas sous-estimer Jean Zay

franck-perrin-chef-de-file-du-front-national_1671613_800x400Sympathique et discret, Franck Perrin, à l’image de Florian Philippot, incarne à merveille ce nouveau Front national, tellement plus redoutable que celui de Jean-Marie Le Pen qui se disqualifiait par ces excès verbaux. Lors du débat politique organisé par TVPI, pendant les élections municipales, l’ancien salarié de l’office du Tourisme avait sidéré tout le monde en évoquant son homme politique favori, Jean Zay, ce ministre radical-socialiste assassiné par les miliciens en 1944. En binôme avec Peggy Lepretre, peu connue sur Biarritz, Frank Perrin doit se frotter les mains en voyant le spectacle pitoyable offert par la majorité comme par l’opposition, à l’occasion de ces élections départementales. Et si, porté par la vague de mécontentement qui agite le pays, par ce ras-le-bol de l’UMPS, dénoncé par Marine Le Pen, il était la surprise du deuxième tour ?

Trois binômes cohérents

Ils ne représentent qu’un tiers des candidats mais, contrairement aux autres, leur candidature est cohérente au regard de leur parcours politique. On connait les convictions communistes de Bernard Ithurbide et de Sophie Raffy et il est donc logique de les voir défendre les couleurs de leur parti. Élue de la majorité après un mandat passé dans l’opposition, le médecin Régine Daguerre, qui continue à exercer à plein temps, effectue aussi un travail remarquable dans le domaine qu’elle affectionne, le social, sans trop se soucier des petits jeux politiques municipaux. Abertzale jusqu’au bout des ongles, il est logique qu’elle se présente avec Serge Istèque. Même chose pour Samantha Goicoetchea et Jordan Lavignasse qui défendront le minuscule parti de Dupont-Aignan « Debout la France ». Ces trois binômes ne s’offusqueront sans doute pas si on estime que leurs chances de figurer au second tour sont faibles.

Une fois de plus, c’est Biarritz qui perd !

les_bronzes_1978_portrait_w858Toutes ces manœuvres, ces passages dans le camp adverse et ces chamailleries de cour d’école, pourraient prêter à sourire si, une fois de plus, le perdant n’était le contribuable biarrot. Il devient de plus en plus visible que Michel Veunac ne dirige plus rien ni personne, comme en témoignent les coups de gueule récurrents entre alliés d’hier, qui réveillent régulièrement les employés municipaux. Il ne serait vraiment pas surprenant qu’à un moment ou l’autre Michel Veunac, à l’image d’un Bernard Marie en son temps, soit mis en minorité par son propre camp au moment du vote du budget. Car le temps presse et le maire démontre chaque jour son incapacité à agir et à décider, se contentant de solutions désastreuses comme de réinvestir dans la Cité de l’Océan. Si l’opposition n’était pas elle-même totalement divisée, elle pourrait se frotter les mains d’une telle situation. Mais, à l’exception de Richard Tardits et de Jean-Benoît Saint-Cricq, opposants fermes, intelligents et constructifs, qui ne sont pas du genre à pactiser en douce, entre ceux qui ont changé de camp en cours de mandat et ceux qui ont dealé discrètement, plus personne ne s’y retrouve. Frédéric Domège semble décidé à combattre les décisions du maire et à incarner une opposition digne de ce nom. Mais quel poids politique aura-t-il au soir du premier tour ?