Bayrou engage Sophie à l’insu de son plein gré

Pour Jean-Paul Brin, adjoint du maire de Pau, ce sont les services qui voulaient l’engagement de Sophie Borotra. François Bayrou n’aurait appris ce recrutement qu’après coup.

La Marquise de Vérité, avec la complicité du dessinateur Olivier Ruiz raconte « Les malheurs de Sophie » dans La Semaine du Pays basque datée du 20 avril.

 C’est une étrange maladie qui frappe nos élus des Pyrénées-Atlantiques et le ministère de la Santé ferait bien de se pencher sur la question avant que l’épidémie ne gagne tout le pays. Ils dirigent, ils prennent des décisions, mais il ne se savent pas, ne se souviennent pas ou découvrent à retardement ce que les citoyens ordinaires ont compris depuis longtemps. Président de la DSPL Halles & République, et donc supérieur hiérarchique de la directrice générale Sophie Borotra, Jean-Paul Brin a accordé à Bisque, Bisque, Basque ! un entretien téléphonique qui s’est terminé de façon un peu musclée.

Monsieur Brin, n’auriez-vous pas, lorsque vous étiez avocat, défendu Didier Borotra et les intérêts de la ville de Biarritz ?

J’ai peut-être défendu la Ville de Biarritz, il y a vingt ans. Mais je ne suis pas sûr de mon fait, il faudrait que je cherche dans mes archives…

(Cherchez, maître, vous y trouverez certainement la confirmation des faits). Jean-Paul Brin enchaîne : « Je vois que cette question n’est pas neutre. Pour votre gouverne, sachez qu’il y a douze à quinze ans que je n’ai pas croisé Didier Borotra » (Et probablement que les liaisons téléphoniques entre Pau et Biarritz ne fonctionnent pas !)

Venons en au recrutement de Sophie Borotra comme directrice générale des halles de Pau…

C’est une affaire d’une banalité absolue. Les commerçants locaux avaient besoin d’une assistance de maîtrise d’ouvrage. Sophie Borotra les a tous conquis, alors que nous avions beaucoup de soucis avec la société AO conseil de Monsieur Casamayou.

Ce n’est vraiment pas ce que disent les commerçants locaux.

C’est faux. Nous avons lancé un premier appel à candidature et avons reçu 40 candidatures. Personne ne faisait vraiment l’affaire. Nous avons donc procédé à un deuxième appel et cette fois Sophie Borotra a postulé.

Alternatives Pyrénées semble penser que ce poste, avec la présence de Philippe Sinapian à la mairie, n’a pas de raison d’être.

– (Jean-Paul Brin monte dans les tours) Bien sûr, si vous lisez n’importe quoi ! (Merci pour les confrères !) C’est un équipement totalement nouveau où nous avons besoin des compétences de Sophie Borotra. L’appel à candidature s’est fait en dehors de nous. Ce sont les services qui ont voulu Sophie Borotra. François Bayrou n’a appris son recrutement qu’une fois qu’il a été effectué.

Au tour de Bisque, Bisque, Basque ! de se montrer sarcastique :

Sophie Borotra est décidément poursuivie par la malchance. Elle est engagée à la Cité de l’Océan, mais son père ne l’a su qu’après et, selon ses dires au tribunal « en a été très contrarié », et maintenant vous engagez à Pau la fille de Didier Borotra et vous voulez me faire croire que personne n’en a touché un mot à François Bayrou ? Qui peut gober cela en 2018 ?

– (Se rendant compte, qu’il est allé trop loin, Jean-Paul Brin appuie sur le frein) Quand nous avons signé un appel d’offres avec AO conseil, nous ne savions pas que Sophie Borotra faisait partie de cette société.

Mais bien sûr, puisque la première année Pascal Casamayou a exercé seul pour la plus grande satisfaction de tous.

– (Jean-Paul Brin explose de colère) Mais qu’est-ce que vous voulez ? Que Sophie Borotra ne puisse plus travailler nulle part dans l’hexagone ? (Et il raccroche le téléphone furieux)

Bisque, Bisque, Basque ! va donc se faire un plaisir de répondre au colérique adjoint qui devrait apprendre à maîtriser un brin ses nerfs. On peut être « fils ou fille de » et être parfaitement légitime à un poste à responsabilité. Mais par respect pour les six millions de Français au chômage qui galèrent pour retrouver un travail, on se doit de disputer la compétition à la loyale. Lorsque Sophie Borotra a déroulé son parcours universitaire et professionnel devant le tribunal correctionnel de Bayonne, les juges et le procureur se sont étonnés de la minceur du bagage. Savoir qu’elle a devancé quarante candidats possibles laisse rêveur. D’autant plus que son curriculum vitae semble à géométrie variable selon qu’elle le présente au tribunal ou à la mairie de Pau. Mais après tout, on n’est qu’à quarante-cinq kilomètres de Lourdes, la ville des miracles permanents.

Dartigolles demande un conseil municipal extraordinaire

Opposant communiste à François Bayrou, Olivier Dartigolles est un client assidu des halles de Pau. Et, hasard absolu, ses informations sur la grogne des commerçants face à l’arrogance de Sophie Borotra recoupent exactement celles de Bisque, Bisque, Basque ! Il demande donc, par l’intermédiaire de sa page Facebook, la tenue d’un conseil municipal extraordinaire entièrement consacré au recrutement de Sophie Borotra. Nul doute que le chevalier blanc de la moralisation de la vie publique qu’a été François Bayrou pendant les présidentielles de 2017, va se faire un plaisir d’accepter.

La véritable histoire de Sophie B.

Pour nommer Sophie Borotra directrice des halles de Pau, François Bayrou s’est livré à quelques acrobaties assez éloignées de la moralisation de la vie publique qu’il défend.

L’article de Sud Ouest a fait sourire jaune les commerçants de Pau.

Ce commerçant palois, croisé samedi matin aux halles de Pau, était mort de rire à la lecture de Sud Ouest (14/4) : « Il n’y a que deux commerçants sur cinquante-trois aux Halles qui sont à peu près favorables à Sophie Borotra et, par un hasard incroyable, ce sont ces deux-là que le quotidien a interrogées ». En effet, si la fille de l’ex-maire de Biarritz, 38 ans à ce jour, semble avoir pour seul diplôme un DUT de commercialisation, selon Mediabask, il est clair dans cette affaire qu’elle n’est ni titulaire d’une licence de stratégie, ni même d’un BTS de diplomatie, son intervention sur le Facebook de Colette Capdevielle à un moment où elle aurait dû se faire oublier s’avérant particulièrement malencontreuse.

https://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20180412/sophie-borotra-recompensee-par-francois-bayrou-a-pau

et https://jeanyvesviollier.com/2018/04/11/limpudence-de-sophie-borotra/

Pas de chance pour la nouvelle promue, Bisque, Bisque, Basque ! compte pas mal de copains à Pau et va donc se faire un plaisir de raconter une saga commencée il y a presque trois ans et qui tourne autour d’un personnage central, bien connu à Biarritz, même si son nom n’a pas encore été cité dans la presse, Pascal Casamayou.

Le bon samaritain et la pimbêche

« Un bon mec qui connaît vraiment bien son boulot, lui, et avec qui c’était un plaisir de discuter » affirme le même commerçant. Effectivement, en matière de commercialisation et de réaménagement, Pascal Casamayou en connaît un rayon, comme en témoigne sa société, créée il y a six ans, LLD conseil, qui a réalisé 209 300 euros de chiffre d’affaires en 2017. Ce Biarrot d’adoption, venu se réfugier au Pays Basque après une séparation, va spontanément offrir ses services à la Maïder Arosteguy Cup et aux commerçants de Biarritz pour les aider à négocier avec la mairie. Détail croustillant, les commerçants présents racontent même que la première fois qu’il s’est présenté à la mairie, Didier Borotra le prenant pour un juriste, l’avait viré de son bureau. Avant de comprendre qu’il avait un excellent médiateur face à lui. La qualité de son travail bénévole et de ses idées feront l’unanimité à Biarritz. 

Malgré de nombreuses sollicitations, Pascal Casamayou n’a jamais voulu répondre à nos sollicitations. Le récit qui suit a donc été obtenu par recoupements auprès d’amis scandalisés par ce qui vient de lui arriver. C’est en 2013, peu après le réaménagement des halles de Biarritz, qu’il fait la connaissance de Sophie Borotra, fraîchement rentrée d’Amérique du Sud. Les deux sympathisent. La rumeur veut même qu’il aurait aidé Sophie Borotra à créer sa société, AGC, lui permettant de postuler à la Cité de l’Océan.

En 2014, Pascal Casamayou répond à un appel d’offres de la mairie de Pau qui souhaite rénover ses halles. Précédé d’une flatteuse réputation, les commerçants biarrots ayant discuté avec les commerçants palois, il remporte le marché et crée à cette occasion une société spécifique AO conseil.  À cette époque, il a souvent au téléphone Sophie Borotra, qui, avec son maigre bagage professionnel (en dehors de son activité d’assistante parlementaire de papa, elle n’a quasiment jamais exercé après ses études) peine à trouver du travail. Le jeune chef d’entreprise, qui est un peu débordé avec ses multiples activités, décide de lui tendre la main. Il lui propose de devenir associée d’AO conseil et la nomme directrice.

Un commerçant, qui refuse que son nom soit cité par crainte de représailles de la part du « roi du Béarn » François Bayrou, raconte : « On a vite compris de quoi il retournait. Sophie Borotra ne connaissait rien à la problématique des halles. Dès qu’elle faisait une suggestion, c’était pour dire une bêtise énorme. On voyait bien que Pascal, qui savait de quoi il parlait, tentait de recoller les morceaux sans pouvoir empêcher le désastre. » Selon son voisin de travée, les incidents se seraient multipliés avec les maîtres d’œuvre, les responsables de la mairie et les commerçants. « Quand on discutait individuellement avec Sophie Borotra, c’était quelqu’un de timide et gentil, mais dès qu’on se retrouvait en public et qu’on avait le malheur de ne pas être d’accord avec elle, elle montait sur ses grands chevaux et ne voulait rien entendre ». La génétique Borotra, que voulez-vous !

On la vire, elle rit sous cape !

Au bout de trois ans, la tension est telle avec la Ville et les maîtres d’œuvre, qu’ils décident de convoquer AO conseil pour résilier leur contrat. Des fonctionnaires de la ville de Pau racontent, sous couvert d’anonymat, cette réunion surréaliste où, pas plus au courant que les maîtres d’œuvre de ce que tramait François Bayrou et son adjoint Jean-Paul Brin, deux copains de papa Didier, ils admonestaient Sophie Borotra pendant que celle-ci souriait aux anges. Elle et elle seule savait qu’elle allait devenir la supérieure hiérarchique de ceux qui l’engueulaient.

La République des Pyrénées évoque la brillante collaboration de Sophie Borotra à la Cité de l’Océan, mais omet de raconter la fin de l’histoire et le double passage au tribunal.

D’où la création, le 6 avril dernier, d’une délégation de Service Public attribuée à la Société Publique Locale Halles & République, au capital entièrement détenu par la ville et l’Agglo, avec comme président Jean-Paul Brin, l’adjoint de Bayrou, et comme directrice générale Sophie Borotra. Les commerçants locaux sont outrés. Pascal Casamayou, qu’ils apprécient, n’est plus leur interlocuteur et sa société perd le marché, tandis que Sophie Borotra, qu’ils exècrent, est promue. Cherchez l’erreur !

Quels mauvais esprits ces socialistes! Ils imaginent que François Bayrou aurait pu donner un coup de pouce à la fille de Didier Borotra….

Ensuite, pour calmer la grogne de l’opposition, la mairie a dû envoyer quelques gros bobards à la presse locale comme la justification de cette nomination par le poste important occupé à … La Cité de l’Océan ! Un poste mémorable, effectivement : pas de bureau, pas d’écrit et… tout dans la tête, voilà un poste qui peut impressionner. Reste ce délicat problème du passage, le 5 décembre prochain, de Sophie en Cour d’appel pour « complicité de prise illégale d’intérêt ». Là aussi l’ancien bâtonnier Jean-Paul Brin a réponse à tout et ne voit pas le problème puisqu’elle est présumée innocente.

Seul écueil de taille que semble avoir oublié celui qui en 2017, aux côtés de Macron, s’était comporté en chantre de la moralisation de la vie publique. François Bayrou ne peut, tout étincelant maire de Pau qu’il soit, piquer une directrice à une société pour la reconduire au même poste dans une autre société. Bisque, Bisque, Basque ! n’a pas en sa possession le contrat de travail unissant Sophie Borotra à Pascal Casamayou, mais il est probable qu’une clause de non-concurrence a été signée. Du sport en perspective si Pascal Casamayou, le grand cocu de cette affaire où l’avenir d’une fille de famille est passé avant la demande des citoyens palois, décidait d’une action en justice contre son ancienne associée.

À moins que les juges n’estiment que quand on s’appelle Borotra, et qu’on fait don de sa personne à la ville de Pau, on n’a pas à se soucier de quelque chose d’aussi trivial que le droit du travail.

L’impudence de Sophie Borotra

La fille de Didier Borotra, attendue devant la cour d’appel de Pau pour complicité de prise illégale d’intérêt, se permet de faire la morale à Colette Capdevielle.

Colette Capdevielle s’est autorisée à ironiser sur les Biarrots. Heureusement Sophie veillait au grain.

C’est un peu comme si François Fillon s’élevait publiquement contre les emplois fictifs ou Jérôme Cahuzac contre les paradis fiscaux ! C’est bien de défendre son père… à condition de garder raison. Alors que l’ex-députée socialiste Colette Capdevielle s’étonnait sur son Facebook que les frais de défense de Didier Borotra dans l’affaire des PV annulés (20 000 euros tout de même) aient été pris en charge par la mairie et donc par les contribuables biarrots, Sophie, fille de Didier a vu rouge et s’est fendue d’un post vengeur en réponse au moqueur « Pauvres Biarrots ! Mais qu’ont-ils fait pour mériter cela ? »  de l’avocate bayonnaise qui précise sa pensée : « L’élu condamné devrait payer ses frais de défense ».

Sophie Borotra monte au filet et volleye fort : « Madame, je vous suis avec intérêt. Normalement, la médiocrité ne fait pas partie de vos commentaires… Continuez dans l’intérêt de nos pauvres amis bayonnais ! »

Tout cela ferait partie de la vie courante des réseaux sociaux et serait très amusant si le parcours professionnel de la demoiselle ne prêtait autant à contestation.

Assistante parlementaire de papa

De retour d’Amérique Latine, Sophie Borotra avait créé en 2013 une société de services AGC et, hasard, son premier contrat avait été obtenu à la Cité de l’Océan, alors que son père était président de la société d’économie mixte. Mais comme elle l’a affirmé à la barre du tribunal correctionnel de Bayonne, le 31 janvier 2017, elle a traité directement avec la directrice de l’époque, Françoise Pautrizel, « sans en parler à son père qui était très contrarié quand il l’a appris ». Le tribunal de Bayonne a finalement choisi de relaxer le trio de prévenus, mais le procureur Vuelta-Simon a fait appel et l’affaire sera jugée à Pau le 5 décembre prochain.

Mais là où l’admonestation de Sophie Borotra à l’égard de Colette Capdevielle, irréprochable pendant son mandat, prend tout son sel, c’est lorsqu’on repense à son interrogatoire à la barre du tribunal. Malmenée par le président Denart, qui s’étonne de la minceur de son expérience professionnelle, Sophie Borotra, pour donner un peu de contenance à son parcours, lâche alors : « Mais j’ai été assistante parlementaire de mon père quand je vivais en Amérique Latine ». Un peu gêné aux entournures, Didier Borotra profitera d’une pause pour expliquer à la presse que sa fille jouait un rôle très important dans le Foro, en convaincant les maires des grandes villes sud-américaines de se rendre à Biarritz. L’explication vaut ce qu’elle vaut, sauf que le Foro relevait uniquement de la ville de Biarritz et non des fonctions de sénateur de Didier Borotra.

Et maintenant, un poste en or à Pau

Quand on a aussi indûment profité de l’argent public, le bon sens voudrait que Sophie rase un peu les murs et évite de se répandre sur Facebook, mais sa nouvelle carrière étincelante en Béarn, qu’elle ne doit sans le moindre doute qu’à elle-même, lui donne toutes les audaces. Comme nous l’apprend « La République des Pyrénées » du 11 avril, Sophie Borotra devient responsable des nouvelles halles de Pau, chargée de la commercialisation des surfaces restantes.

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2018/04/11/la-fille-de-l-ancien-maire-centriste-de-biarritz-va-diriger-les-halles-de-pau,2320701.php

Et l’on entend d’avance le grand copain politique de Borotra, François Bayrou, qui a créé cette SPL (société publique locale) nous expliquer avoir beaucoup cherché en vain dans tout le Béarn et avoir enfin déniché la perle rare de directrice dont il avait besoin en la personne de Sophie, qui, bien entendu, n’a pas parlé de son engagement à son père, qui, bien entendu, a été très contrarié quand il l’a appris.

Ceux qui gagnent péniblement le salaire minimal, ne se rendent pas compte. Sophie vous le confirmera : être fille de maire ou d’ancien maire, ce n’est vraiment pas un métier facile !

Borotra et Veunac fessés par la Chambre Régionale des Comptes

Irrégularités, malfaçons, dissimulation de pièces, les magistrats viennent de rédiger un rapport de 114 pages accablant pour « l’inventeur » de la Cité de l’Océan comme pour son successeur.

La Cité de l’Océan, l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire, selon les magistrats chargés de surveiller les Finances publiques.

Une volée de bois vert comme il est rare d’en lire ! Les magistrats de la Chambre régionale des Comptes, plutôt adeptes de la périphrase ou de la tournure ampoulée, n’ont pas vraiment fait dans la nuance au moment de remettre leurs conclusions. Dans les 114 pages de ce rapport consacré à la Cité de l’Océan, tout y passe, de l’inanité du projet, aux malfaçons et aux mensonges répétés sur la billetterie. Sud Ouest (14/3) a fort bien raconté l’affaire, mais le détail de ce qui a été écrit par les magistrats mérite d’être révélé.

Dès la page 3, le ton est donné et les chimères de papy Borotra sont épinglées, puisque la Chambre Régionale des Comptes (CRC) évoque « un modèle économique ambitieux mais irréaliste »

En termes feutrés, la CRC dénonce le fonctionnement cautionné par Borotra et ses adjoints de l’époque, Brisson, Veunac et Lafite d’une société à la gestion « marquée par de nombreuses irrégularités ».

Et ce n’est pas le plan de relance de Michel Veunac et son fameux : « Je vais vous faire aimer la Cité de l’Océan ! » qui changera grand-chose à la situation catastrophique de la Cité naufragée.

Au contraire, la mairie a visiblement joué l’obstruction et a traîné des palmes pour transmettre les procès-verbaux du conseil d’administration de la Cité de l’Océan.

Borotra avait eu au moment du vote de la Cité de l’Océan, des propos très méprisants pour ceux qui s’opposaient à l’édification de son joujou. Dix ans plus tard la CRC donne raison à ces derniers.

Et depuis 2014, comme le souligne l’opposition actuelle, le nombre réel de visiteurs est très en dessous de ce qui est annoncé. 57 000 entrées pour la Cité de l’Océan, ce n’est vraiment pas glorieux.

Alors, pour compenser, on a distribué à tour de bras des entrées gratuites, comme l’a souligné à de nombreuses reprises Jean-Benoît Saint-Cricq.

« Irréalisme » semble décidément être le mot préféré des magistrats de la CRC dans ce rapport.

Rien n’a été fait dans les règles de l’art et la scénographie n’a pas plus été au niveau que le reste.

Et pour couronner le tout, de nombreuses irrégularités ont été commises dans ce dossier où aucune des règles concernant les marchés publics n’ont été respectées. Quant à la gouvernance « de type moniste » (autrement dit, le maire décide et le conseil d’administration approuve), elle est en droite ligne avec tout ce qui se pratique à Biarritz.

Quand on est responsable de l’argent public, on défend les contribuables en s’élevant contre les malfaçons. La scénographie n’a absolument pas tenu ses promesses. Mais, comme la société était dépourvue d’assurance professionnelle (sic !), aucun recours contentieux n’a été effectué. On croit rêver.

Didier Borotra a été le « père » du projet, mais les trois adjoints Brisson, Veunac et Lafite n’ont rien fait pour l’empêcher. Pour ce désastre que les contribuables biarrots n’ont pas fini de payer, ils doivent être sanctionnés en 2020 s’ils ont l’impudence de vouloir prétendre se présenter à nouveau devant les électeurs. La conclusion du rapport de la Chambre Régionale des Comptes est limpide : le premier imbécile venu n’aurait pas fait pire qu’eux dans ce dossier.

Après le fiasco des écuries de la Bigueyrie, Michel Veunac avait annoncé, lors du conseil municipal du 20 décembre, qu’il allait demander aux magistrats de la Chambre Régionale des Comptes d’enquêter. Nul doute que ces derniers vont s’empresser de revenir pour saluer les performances du gestionnaire hors pair Veunac.

Une imbécile politique de stationnement

Encore une trouvaille de nos élus : à Biarritz, le stationnement résidentiel est plus cher qu’à Bordeaux ou à Paris !

La mairie devrait faire repeindre ses parcmètres couleur or massif. Comme cela ce serait plus clair.

Allez faire une petite visite dans les prochaines semaines à Cassis, Fréjus et Antibes et dites-nous si vous voulez que Biarritz ressemble à ça : des agglomérations qui n’ont plus que des grandes surfaces en périphérie et des retraités qui traînent leur ennui dans des centre-ville-musée, en attendant la distraction annuelle provoquée par le flux massif des touristes. La baisse de la démographie à Biarritz devrait être un sujet majeur de préoccupation de nos élus. Il n’a pas été évoqué une seule fois depuis l’élection de Michel Veunac. Il y a pourtant de quoi s’alarmer, comme vient de le rappeler Sud Ouest fort judicieusement (6/1). En quinze ans, Biarritz est passé de 30 000 habitants à 25 000 et compte désormais 49% de plus de soixante ans. Pour lutter contre ce phénomène, les leviers ne sont pas nombreux : le logement social pour permettre aux jeunes couples de s’installer et les commodités de la vie courante comme les écoles, les crèches ou le stationnement.

Veunac ne se souvient plus avoir été l’adjoint de Borotra

Sud Ouest, 6 janvier.

En ce qui concerne les logements sociaux, Biarritz est un très mauvais élève avec un peu moins de 10% de logements éligibles, alors que la loi en impose plus du double, ce qui l’amène à verser à l’état plus de 600 000 euros d’amende chaque année. Mais écoutez ce que notre bon maire, qui a décidément un toupet d’airain, a à dire sur le sujet : « On paie l’absence de construction sociale pendant des années. C’est pourtant la seule réponse pour faire venir des jeunes ménages et maintenir la courbe démographique » Bonne réponse, Monsieur l’ex-sociologue, mais qui donc était deuxième adjoint à l’époque et s’est pâmé sur le futur joujou d’un monarque dépassé et a laissé Borotra engloutir dans la Cité de l’Océan, l’argent qui aurait permis de maintenir la démographie à flot ?

165 € par an à Bordeaux, 360 à Biarritz !

 Veunac s’exonère délibérément de toute responsabilité dans cette baisse catastrophique de la population jeune à Biarritz, alors que la politique de stationnement qu’il vient de mettre en place est absurde et a tout pour dissuader définitivement des jeunes couples qui seraient malgré tout tentés de s’installer. « 30 euros par mois pour stationner, ce n’est pas cher » ont affirmé la bouche en chœur la plupart des conseillers municipaux, qui, rappelons-le, bénéficient tous d’une carte de stationnement gratuit le temps de leur mandat, ce qui leur ôte peut-être quelque peu le sens des réalités. Alors que les parkings de Bayonne pratiquent des prix très bas, que le stationnement est libre à Anglet, à l’exception du quartier des Cinq-cantons où un disque de stationnement gratuit est nécessaire pour accélérer la rotation des véhicules, Biarritz une fois de plus va devenir la ville réservée aux plus riches.

À Bordeaux, il suffit de s’inscrire sur le site de la Ville, de donner son nom, son adresse et le numéro de plaque minéralogique de son véhicule, pour recevoir un SMS de confirmation et être tranquille pendant un an. Le tout pour 165 euros.

À Paris, où le stationnement n’est pas une mince affaire, il faut obtenir une carte de résident, valable trois ans pour la somme de 90 euros. Et ensuite, un ticket hebdomadaire au tarif de 9 euros fait l’affaire. Ce qui permet de ne pas payer quand on est en vacances. Ainsi un Parisien qui part six semaines en vacances paiera au total 354 euros par an, compte-tenu de l’amortissement de sa carte.

Et pendant ce temps, à Biarritz, nos élus, confondant sans doute parcmètres et machines à sous en or massif, sont persuadés qu’ils font une fleur extraordinaire au bon peuple en leur infligeant 360 euros par an de frais de stationnement résidentiel. Et le jour où cette mesure terrible pour l’avenir démographique a été prise, personne ou presque dans la majorité ne s’est indigné que quelques minutes plus tard 9 millions de travaux pour les extérieurs de L’Hôtel du Palais soient alloués à Vinci, SANS APPEL D’OFFRES et SANS PASSER PAR LA COMMISSION DES TRAVAUX ! Mais évidemment, un truc où nos petits élus locaux peuvent se goberger à l’œil et se prendre pour des grands en côtoyant des politiques d’envergure nationale, c’est autrement plus important qu’une vraie politique de la Ville, respectueuse de tous les âges et de toutes les classes sociales.

L’angélisme de Biarritz-Magazine

C’est une page intitulée « Le stationnement dépénalisé », avec de belles images, qui va vous expliquer comment vous allez vous faire arnaquer en beauté. Mais, comme c’est bizarre, certains détails ne sont pas racontés dans ce magazine pourtant fort au fait de l’actualité municipale. Certes, un sous-titre vous annonce : « La surveillance des places de stationnement sera confiée à un prestataire privé », mais avez-vous une idée concrète de ce qui vous attend et que le maire s’est bien gardé de vous raconter en détail ? Ce que Bisque, Bisque, Basque ! va se faire un plaisir de vous révéler, grâce à quelques sources bien informées.

Avant c’était la police municipale qui érigeait les procès-verbaux de stationnement non payés ou gênants. Désormais, le contrôle du stationnement payant va être sous-traité à notre cher ami Indigo (Ex-Vinci). Indigo va donc faire sillonner la ville avec une petite troupe de mobylettes équipées de super caméras capables de lire les plaques d’immatriculation. Et grâce au contrôle à distance des futures bornes sur lesquelles il faudra au préalable enregistrer son numéro de plaque au moment du paiement, l’analyse se fera à la vitesse de la lumière. Cela permettra ainsi de multiplier par 100 voire plus le traitement à l’heure des données et l’envoi automatisé à domicile des fameux forfaits post stationnement majorés à 30 euros.

Et les salariés d’Indigo, comme ceux des fourrières de Paris une fois qu’elles ont été privatisées, auront à cœur de faire du chiffre et ne se montreront guère compréhensifs. Et pendant ce temps-là, double peine pour les automobilistes, puisque les agents municipaux vont donc se recentrer sur le stationnement gênant et le stationnement à durée limitée. Si tout ça ne fait pas un magnifique jackpot, c’est à désespérer…

Citoyens, vous pouvez astiquer votre porte-monnaie et n’oubliez pas de remercier cette équipe municipale tellement préoccupée de votre bien-être !

En finir avec l’Hôtel du Palais

Il n’y a pas cinquante solutions quand on n’a pas les moyens. La Ville doit vendre le fonds et les murs du palace biarrot. Récit d’une gabegie qui dure depuis des décennies.

« Les Biarrots ne semblent pas se rendre compte qu’avec l’Hôtel du Palais, la mairie est en train de nous préparer une catastrophe industrielle qui va être bien pire que celle de la Cité de l’Océan », rapporte ce fin connaisseur de la vie municipale. Si Sud Ouest a informé avec beaucoup de précision ses lecteurs sur ce dossier brûlant (plusieurs très bons articles en ce mois de juin), nul doute qu’un petit décodage façon Bisque, Bisque, Basque !  vous aidera à y voir plus clair.

S’il n’y avait en jeu une bonne soixantaine de millions d’euros et si nous n’étions pas des contribuables biarrots, on pourrait presque rire des reculades, postures et éternelles hésitations du grand timonier chargé de piloter ce dossier, le très indécis Michel Veunac.

Le premier coup de tonnerre attendu survient en 2015. Le seul palace au monde appartenant à une ville a cinq ans pour se mettre aux normes et la rénovation est estimée autour de 50 millions d’euros. Après une hésitation entre Four Seasons et Starwood, les deux acteurs majeurs de l’hôtellerie de luxe, Michel Veunac annonce le 8 avril 2016, les fiançailles de la Ville avec le géant canadien, qui a le bon goût de mettre dans le panier commun 7 millions d’euros. Mais la lune de miel ne va pas se passer aussi bien que prévu et notre inénarrable Veunac provoque la rupture en juin 2017 et lance un nouvel appel d’offres qui devrait se conclure le 31 octobre. De l’art de perdre dix-huit mois, alors que le temps presse !

Veunac : « Qu’est-ce qu’ils disent ? »

« Que les partenaires passent des mois à s’escrimer, c’est assez normal en affaires, mais dans ce cas, les équipes chargées de négocier venaient de milieux trop différents. Cela a produit un clash culturel », analyse Virginie Lannevère, administratrice de la Socomix et conseillère municipale dans Sud Ouest (28/6). Le « clash culturel » suavement évoqué par la conseillère municipale qui, a travaillé une bonne décennie dans le secteur de l’hôtellerie de luxe mérite d’être détaillé.

Ne faisant confiance à personne et surtout pas à ses adjoints, Michel Veunac, dont le niveau d’anglais est proche d’un élève de sixième, a voulu piloter toutes les réunions mais a refusé d’engager un traducteur. D’où d’interminables quiproquos se terminant par les « Qu’est-ce qu’ils disent ? » du maire et l’agacement du géant canadien face à un interlocuteur qui n’a pas la moindre idée de ce qu’est une conversation d’affaires en anglais.

Quand Michel Veunac affirme que la raison de la séparation avec Four Seasons est le coût des travaux de 64,5 millions, alors qu’il ne veut pas dépasser une enveloppe de 50 millions d’euros, il nous mène en bateau. Quand il dit qu’Accor qui a racheté Fairmont pourrait devenir un partenaire intéressant, il est beaucoup moins loin de la vérité. En effet, il aurait cette fois face à lui des interlocuteurs français et pourrait délivrer nombre de ces phrases ronflantes dont il a le secret. Mais les cinq administrateurs de la Socomix qui se révoltent à juste titre contre cette décision en criant au fou (Amigorena, Pinatel, Chazouillères, Barucq et Lannevère) ont parfaitement conscience du désastre qui s’annonce. Le luxe est un segment très spécialisé et, sans offenser le groupe Accor jusque-là spécialisé dans le secteur des cadres supérieurs, on ne remplace pas une boutique Dior par un marchand de kebab quand on veut rester dans le haut de gamme. Malheureusement ces cinq membres de la majorité municipale liés par l’étrange assemblage majoritaire concocté par Veunac en 2014 n’en disent pas plus et c’est bien dommage.

Le patrimoine des Biarrots ? quelle vaste blague !

Les Biarrots sont très attachés à « leur » Hôtel du Palais et on les comprend. Mais ils se fourvoient totalement quand ils estiment que ce beau bâtiment fait partie de leur patrimoine. Quand on hérite d’un bien immobilier ou d’une entreprise familiale, on peut en profiter. Y a-t-il un Biarrot qui a obtenu la moindre réduction dans ce palace en arguant de sa qualité d’habitant de la ville ? Au contraire, depuis des décennies – et c’est particulièrement choquant ! -, les Biarrots financent avec leurs impôts locaux les vacances des Fillon, Le Maire ou autres Macron, des pauvres malheureux qui n’osent pas s’adresser au Secours populaire pour s’offrir un séjour à la mer.

Vous n’y croyez pas ? C’est la Chambre régionale des Comptes qui a relevé que sous Borotra, la Ville touchait annuellement 170 000 euros de redevance mais dépensait plus de 200 000 euros par an… sans le moindre justificatif. Borotra invitait à hue et à dia et les contribuables biarrots payaient.

Sans compter les risques encourus face à cette situation économique aberrante ! Jean-Benoît Saint-Cricq s’est escrimé, tout au long du dernier mandat de Borotra, à dénoncer cette situation en soulignant que la Ville risquait une amende fort salée du Conseil de la Concurrence et des Prix, si un hôtelier s’avisait de se plaindre d’une concurrence déloyale. En effet, pour une entreprise de ce type, le montant de la redevance s’élève généralement à … deux millions de francs annuels.

Quand on s’extasie sur la très bonne année 2016 effectuée par le palace biarrot, avec une redevance versée à la Ville de 355 000 euros, on constate qu’on est encore fort loin du compte.

Une magnifique machine à corrompre

Mais tout cela, les élus se gardent bien de le dire, car ils y tiennent à leur Hôtel du Palais qui leur permet de fréquenter des politiques de niveau national ou de se faire des obligés. Sous Borotra, le directeur de Sud Ouest, Pierre Jeantet, grand passionné de corridas, était régulièrement invité au Palais avec son épouse. Bon courage ensuite aux journalistes locaux pour se permettre la moindre critique sur la politique municipale dans les pages du journal ! Et tous les employés du palace biarrot de décrire avec consternation les agapes récurrentes et répétitives de nos élus dans l’établissement. Grand connaisseur de l’âme humaine, Didier Borotra savait jouer des deux machines à corrompre à sa disposition, le Foro et le conseil d’administration de L’Hôtel du Palais, pour calmer toute velléité d’opposition. On se souvient tous avec amusement, en 2008, de « l’opposante » Maïder Arosteguy, déjà naturellement pas très gaillarde dans sa contestation, et devenue d’accord sur tout avec le maire du jour où elle a intégré le conseil d’administration du prestigieux établissement.

Si les excès sont devenus un peu moins voyants avec Michel Veunac – on se doit de lui rendre justice ! -, personne n’a oublié son air ravi quand il s’est trouvé en présence d’Emmanuel et Brigitte Macron, l’été dernier.

Nul doute donc que le palace biarrot est un joujou fort commode pour saupoudrer d’étoiles les yeux de nos politiques locaux, mais est-ce la vocation d’une Ville d’être propriétaire d’un palace ? Bien sûr que non !

Deux siècles minimum pour retomber sur ses pieds

Et c’est là où le débat posé par nos élus – Four Seasons ou Accor, 64 ou 50 millions d’euros de travaux – relève de la mystification totale. Quand un automobiliste passe son véhicule au contrôle technique, il n’a pas le choix. Soit il effectue les réparations demandées, soit il cesse de rouler. Comme le précise François Amigorena dans sa page Facebook, (https://www.amigorena.fr/actualites/hotel-palais-four-seasons-accor-etc-quelques-necessaires-eclaircissements/) « l’architecte qui a audité le bâtiment parle de multiples pathologies (béton, plancher, toiture, édicules, mascarons, corniches, etc). La rentabilité actuelle de l’hôtel ne permet en aucun cas de faire face au niveau d’investissement nécessaire. Pour exemple, les seules reprises structurelles concernant les planchers, le clos couvert, les toitures et le désamiantage/déplombage s’élèvent à elles seules à plus de 9 millions d’euros. »

Pour que l’établissement garde sa classification palace, il va donc falloir au bas mot trouver 70 millions d’euros car il est sûr que comme toujours le coût sera plus élevé que prévu.

Si l’on se fie à l’année 2016 jugée exceptionnelle en termes de fréquentation qui a rapporté 355 000 euros à la Ville, il faudra donc plus de deux cent ans (intérêts non-compris) pour que Biarritz retombe sur ses pieds. Sans compter les aléas du tourisme et des menaces terroristes qui peuvent donner envie aux touristes d’aller voir ailleurs.

Et qu’on ne nous parle pas de vendre le fonds tout en gardant les murs ! Sachant qu’au maximum le fonds vaut 10 millions d’euros et que les travaux restent à charge du propriétaire, on voit bien que cette hypothèse est une impasse totale.

Puisque la municipalité peut très bien modifier son Plan Local d’Urbanisme (PLU) pour conserver la vocation hôtelière du périmètre et éviter qu’un promoteur avisé ne transforme le bâtiment en appartements de luxe, on ne voit pas pourquoi la Ville s’apprête à se lancer dans un emprunt totalement déraisonnable au vu de l’état des finances municipales. D’autant plus que question patrimoine, les Biarrots ne seront propriétaires que d’une dette et que ce sont les banques, via la Socomix qui deviendront les vrais propriétaires du prestigieux bâtiment.

Une offre qatarie écartée en 2014

Selon nos informations, notre petit cachottier de Veunac s’est bien gardé, au moment où il prenait le pouvoir en 2014, de rendre publique une offre qatarie à hauteur de 185 millions. Vu la dégradation constante du bâtiment, il est probable qu’il se vendrait désormais un peu en dessous. Mais quand on sait que la dette actuelle de la Ville tourne autour de 90 millions d’euros (soit 3600 euros par habitant !), comment imaginer autre chose qu’une vente de l’établissement, alors que tous les jours nous pâtissons du système Borotra. Beaucoup de poudre aux yeux, de clinquant à l’image de la Cité de l’Océan et aucun travail de fond, une voierie hors d’âge, des bâtiments délabrés et le sentiment que la Ville est sale.

Vendre L’Hôtel du Palais permettrait d’apurer la dette, de remettre la ville à niveau et les seuls qui en pâtiraient vraiment seraient les élus, ce qui ne paraît pas dramatique en ces temps de moralisation de la vie publique.

Si votre voisin possède une rutilante Ferrari et que pour mettre de l’essence dans sa voiture, il ne donne plus à manger à ses enfants, penserez-vous que c’est un bon père ?

Le temps des joujoux mis au service des politiques est révolu. Il faut vendre !

 

Lire aussi sur le sujet : https://www.jacques-andre-schneck.fr/territoire/ville-de-biarritz/hotel-palais-biarritz-on-sortait-cadre/

Faut reconnaître, c’est du Bru…tal

Vincent Bru pique l’investiture En Marche à François Amigorena. Un mauvais polar dans lequel Michel Veunac a trempé. Récit des coulisses.

En politique, les bons sentiments ne durent qu’un temps et les tontons flingueurs ont souvent le dernier mot.

Les deux seuls points communs entre Michel Veunac, le maire de Biarritz et son premier adjoint Guy Lafite ? Le mépris mutuel qu’ils éprouvent l’un pour l’autre et leur détestation cordiale et partagée du septième adjoint François Amigorena. Il faut dire aussi que ce petit garnement, accessoirement membre de la brinquebalante majorité municipale, s’est permis de contredire les creuses incantations du premier en plein conseil municipal et de ridiculiser l’autre en démontrant qu’il ne comprend rien de rien aux réseaux sociaux, ce qui la fiche un peu mal pour un énarque.

Lundi 8 mai, Michel Veunac qui a regardé la veille à la télévision les premiers pas d’Emmanuel Macron,  décide qu’il ne se contentera pas comme d’habitude des trois mouvements de menton qui lui tiennent lieu de jogging quotidien. Il est plus que temps d’agir et dès son arrivée à la mairie, SuperMimi s’empare de son téléphone pour dire à son ami François Bayrou tout le mal qu’il pense de l’investiture possible de François Amigorena. Le président du MoDem, dont les troupes tiendraient au large dans une cabine téléphonique, ne peut rien refuser à « son ami Michel » et, roulant des mécaniques comme à l’accoutumée,  lui affirme qu’il fait son affaire du trublion biarrot. Guy Lafite de son côté passe la deuxième couche en revisitant son carnet d’adresses d’anciens de l’ENA et en délivrant le même message sur l’impossible Amigrosdégâts.

D’où cette surprise et ce sentiment de flottement, en milieu de semaine dernière lorsque la liste des candidats En Marche est publiée. La décision d’investiture dans la VIe circonscription est suspendue. Ce qui signifie que le candidat Amigorena, souhaité par les militants car présent depuis le lancement du mouvement est mis en balance avec Vincent Bru, le maire de Cambo, un inconnu au bataillon de La République En Marche.

Les manigances sont de sortie

Et l’on découvre qu’entre l’intention et l’action politique existe comme un fossé dans lequel ont fini bien des audacieux. Claquer deux bises chaleureuses à Tata Merkel, lors de son premier voyage officiel à Berlin, ne suffit pas pour faire de la politique autrement. Emmanuel Macron nous promet une moralisation de la vie publique, mais les ratés lors de la constitution du gouvernement comme les frondes qui éclatent dans de nombreuses circonscriptions, démontrent que les professionnels de la politique ne baisseront pas pavillon face au jeunot sans ourdir quelques manigances.

Prenez le caprice de François Bayrou, une fois la liste des investitures connues. Cet homme ne pèse strictement rien, il est un casus belli vivant avec son appel à voter en 2012 pour François Hollande que la droite ne lui pardonne pas. Macron pouvait traduire de façon spectaculaire et quasiment sans risque sa volonté de rénover la vie politique en laissant Bayrou bouder dans son coin. Et Amigorena aurait eu une investiture légitime au vu de son parcours. Et de réelles chances de l’emporter.

Au lieu de cela, le joueur de poker Bayrou réussit à intoxiquer l’équipe adverse avec sa misérable paire de deux et fait monter les enchères. Le coup de bluff réussit au-delà de toute espérance. Mais comme Bayrou n’a pas suffisamment de militants, il se retrouve obligé de ratisser large et de se tourner vers de possibles affidés.

Contre le mariage pour tous, Vincent Bru n’hésite pas à rallier… Macron.

Le diaphane Vincent Bru est le portrait en creux du candidat dont Macron ne veut plus entendre parler : multirécidiviste ayant bouffé à tous les râteliers politiques, avec pour seul étendard l’absence totale de convictions et une ductilité idéologique à toute épreuve si une copieuse gamelle se profile à l’horizon. Candidat sans étiquette, il forme un ticket avec Michèle Alliot-Marie en 2012 aux législatives. Après l’échec dont tout le monde se souvient, il appareille pour l’UDI où il se distingue par son absentéisme. Il affirmerait, selon ses dires,  des sympathies depuis le début de l’année pour le mouvement En Marche, mais l’homme est tellement discret que personne ne se souvient l’avoir vu participer à la moindre réunion militante ou au grand meeting de Pau.

En revanche, une rapide recherche sur Internet montre que Vincent Bru n’a pas été le dernier à combattre les lois défendues par Emmanuel Macron, comme le prouve cette pétition contre le mariage pour tous signée – à l’insu de son plein gré très certainement – par le maire de Cambo.

http://www.mairespourlenfance.fr/les-signataires?search_field=dept&value=64&operator=LIKE&sortBy=city&ascdesc=ASC&submit=Rechercher#participants-list

Un vieux routier de la politique, homophobe de surcroît, voilà vraiment une investiture qui s’imposait pour le grand mouvement moderne REM! Contacté mardi, pour s’expliquer sur son parcours, le courageux maire de Cambo s’est bien gardé de répondre à Bisque, Bisque, Basque! La timidité, sans doute.

Morel : « Bru part dans le sens du vent »

Reste encore un épisode dont l’authenticité fait débat dans cette interminable saga intitulée « Agitons-nous, folle ville de Biarritz ! ». Il se situerait ce week-end dernier, juste avant l’annonce de l’investiture de Vincent Bru, lundi 15 mai, et concernerait Didier Borotra. « Impossible que le vieux prenne son téléphone pour défendre quelqu’un d’autre que lui-même » affirme un fin connaisseur de la vie biarrote qui est intarissable sur le copieux nombril de l’ancien maire. « Borotra apprécie François Amigorena, rapporte un autre,  mais s’il a pris son téléphone pour appeler Bayrou, c’est uniquement pour emmerder Lafite, à qui il ne pardonne pas son lâchage dans l’affaire de la  Cité de l’Océan ».  Impossible de savoir le fin mot de l’histoire, mais force est de constater que Veunac a désormais plus de poids que Borotra auprès de Bayrou, ce qui en dit long sur l’état de déliquescence du MoDem.

Le très prudent Philippe Morel, qui pèse toujours ses mots avec une balance d’apothicaire quand il parle aux journalistes, masque mal sa perplexité : « Cette investiture étonne l’UDI. Le miltant Vincent Bru ne s’est jamais expliqué au bureau départemental sur sa candidature. En rejoignant Macron, il part dans le sens du vent ». On a connu encouragements plus chaleureux.

François Amigorena est le plus à gauche : sur la photo au moins.

Journaliste spécialisée en économie bleue mais aussi référente du mouvement En Marche pour les Pyrénées-Atlantiques, Nathalie Niel, affirme avoir reçu 350 mails indignés pour  protester contre l’investiture de Vincent Bru. « J’ai saisi la commission d’éthique par rapport aux militants, car cette décision est totalement contraire à tout ce que j’ai raconté en tant que référente. Par son parcours et ses prises de position contre le mariage pour tous, Vincent Bru ne fait absolument pas partie des valeurs de En Marche ».

De son côté, un militant de base du mouvement, Pierre Aldama, a lancé une pétition contre cette désignation et pour une investiture Amigorena.

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-contre-l-investiture-par-lrem-de-vincent-bru-dans-la-6%C3%A8me-circonscription-du-64

J’ignore pour ma part si François Amigorena ferait un bon député, même si je l’en crois capable. Mais, à l’évidence, avec son engagement des premiers instants, sa vie civile plus que respectable et sa personnalité, il incarne le renouvellement voulu par Emmanuel Macron quand Bru personnifie tout ce que les Français ont rejeté.

Ces petits mouvements d’humeur d’un lointain département pyrénéen auront-ils un effet quelconque sur un état-major parisien qui semble déjà soumis à bien des tensions et des contradictions ? La réponse dans quelques heures, en rappelant à la commission d’investiture qu’il n’est jamais trop tard pour être cohérent.

Lundi : Mille raisons de ne pas voter Arosteguy

PS : Merci à La Marquise de Vérité de « La Semaine du Pays Basque », pour m’avoir autorisé à emprunter ce titre, contre un baise-pied et trois menues flexions.