Dimanche piéton ou dimanche pitié?

Dimanche piéton 006Réjouissons-nous, Biarrots! Treize mois après son avènement, le grand communicant qui nous dirige a enfin eu une idée. Pas une idée personnelle -n’allons pas trop vite en besogne!-, mais une idée empruntée à de grandes métropoles comme Paris ou Bordeaux. Le premier dimanche de chaque mois, la Ville sera réservée aux piétons et aux vélos, de 9 heures à 14 heures, et les policiers municipaux, au lieu d’aller à la messe, seront priés de faire la circulation. Sur le papier, une idée magnifique et presque du même niveau que celle qui a consistée à peindre des pictogrammes de cyclistes sur la chaussée pour faire croire que Biarritz est devenu une ville du vélo.

Mais copier est un art et notre grand-maire-visionnaire-qui-pense-à-tout a juste oublié un détail. Quand des vacanciers viennent à Biarritz, ils ont envie de marcher le long du front de mer et non pas dans les rues du centre-ville, qui sont de surcroit équipées de trottoirs fort larges. Michel Veunac, dans ses rêves les plus fous, devait imaginer que les foules en délire allaient se masser devant la marie pour acclamer son initiative, surtout que la météo était fort clémente en ce dimanche 3 mai et incitait à la promenade. Au lieu de cela, les restaurateurs du centre-ville se sont retrouvés sans pain, les livreurs n’ayant pas été autorisés à franchir l’enceinte déserte et sévèrement gardée et les clients des hôtels se sont trimballés leurs valises jusqu’aux octrois municipaux, puisque les taxis étaient eux aussi tenus à distance.

Reportage en images de ce nouveau fiasco municipal.

Dimanche piéton 001

Dimanche 9h30 : Les foules en délire sont déjà agglutinées devant la mairie tandis que les cyclistes et les enfants à trottinettes zigzaguent joyeusement sur l’avenue Édouard VII.

Dimanche piéton 005

Dimanche 11h30 : La pression populaire s’est encore accrue. Tout le monde attend la bénédiction urbi et orbi du maître des lieux. Scoop : On a même vu Guillaume Barucq passer en vélo.

Dimanche piéton 009

Dimanche 12h20 : Les forces de l’ordre sont débordées par la liesse populaire et on se demande vraiment comment il peut encore y avoir autant de monde sur le promenoir de la grande plage. Encore un triomphe populaire pour le très créatif Michel Veunac et une opération à renouveler d’urgence!