On dit merci qui ? Merci Michel !

Le calamiteux mandat de Veunac a au moins un mérite : faire émerger des élus à fort tempérament qui démontrent leurs qualités.

Bel exploit ! L’artiste Veunac réussit à faire salle comble le 15 octobre.

Est-ce parce qu’elle ambitionne de devenir un jour reine de la Ville que l’adjointe à l’Urbanisme Nathalie Motsch a choisi Le Regina comme cadre de sa conférence de presse, trois jours après celle de Michel Veunac ? En ce lundi matin orageux, les journalistes ne seront pas déçus du voyage, car Calamity Nathalie, comme la surnomment les (rares) fidèles de Veunac est décidée à défourailler à tout va : « Je ne serai pas complice de ce qui est le plus grand scandale jamais connu par Biarritz ». L’anodine mère de famille qui plaçait soigneusement ses pas dans ceux de Didier Borotra lors de la dernière mandature, se révèle soudain bretteuse féroce et politique redoutable. Lors du dernier conseil municipal, son éloquence avait scotché tout le monde. Face aux journalistes, Nathalie Motsch poursuit dans la même veine : « Ce dossier du Palais devrait être à livre ouvert. Le secret des affaires ne marche pas sur un bien public. Ce n’est pas parce que ce montage a été voté en conseil municipal qu’il est vertueux », avant de défendre ardemment un autre opposant au projet : « J’ai été très choquée des attaques contre François Amigorena. Il n’y a qu’un responsable Guy Lafite (…) porteur du projet avec la simplicité et l’humilité qui le caractérisent. »  Et Calamity Nathalie, après ce commentaire au second degré sur l’énarque qu’elle ne porte guère dans son cœur, d’expédier au Premier adjoint une ultime balle entre les deux yeux. « Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes ».

Pour son premier examen devant les journalistes, Nathalie Motsch n’a pas hésité à dresser un tableau inquiétant du montage financier choisi pour Le Palais.

Cohérente avec elle-même, l’adjointe annonce qu’elle saisit à son tour le tribunal administratif de Pau, qui va ouvrir sous peu une annexe spéciale pour Biarritz, pour excès de pouvoir et défaut d’information des élus. Aidée de son conseil, Jean-Charles Vignot, Nathalie Motsch s’attaque à la délibération du 15 octobre en premier lieu et y rattache celle du 30 juillet. « Car les deux votes ont un lien évident. C’est une opération globale dans laquelle la transparence et la communication des pièces ont été tronquées.« 

https://www.sudouest.fr/2018/10/29/video-biarritz-un-nouveau-recours-dans-le-dossier-de-l-hotel-du-palais-5522161-4037.php

https://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20181030/ladjointe-a-lurbanisme-attaque-en-justice-le-montage-de-lhotel-du-palais

Amigorena ne lâche rien

On le disait talentueux mais dilettante. Il vient de subir une incroyable condamnation à trois ans d’inéligibilité pour un carnet à souches non restitué, quand Juppé pour des emplois fictifs ne prenait qu’un an. Beaucoup à sa place se seraient désintéressés de la politique. Mais François Amigorena se révèle tous les jours à l’épreuve du feu. Quand il s’élève contre le dossier du Palais, on ne peut l’accuser d’arrières pensées politiques, contrairement à Lafite ou Veunac, puisqu’il ne participera pas à la compétition de 2020. Comme libéré de cette suspicion qui pesait sur ses actions, l’homme se montre aussi combatif que réfléchi et prend tous les jours plus d’épaisseur. Quand il annonce que les banques ne veulent plus financer la réhabilitation du Palais, les invectives à son encontre pleuvent presque autant que les démentis paniqués de Veunac. Au final, un prêt qui aura bien été modifié et des menaces de procès en diffamation de Veunac, qui le font immédiatement réagir sur Twitter et Facebook. « M. le maire, JE VOUS DEMANDE de m’assigner en diffamation au plus vite. Cela me permettra de produire devant un juge les preuves irréfutables en ma possession ». Beau tempérament de la part de l’élu. Si seulement Veunac et Lafite étaient capables de manifester la même conviction et le même sens des responsabilités

Barucq ne croit plus aux Bisounours

Le « Nous nous sommes tant aimés » de 2014 n’a guère duré longtemps. (Photo Sud Ouest)

Avec un Veunac réussissant à faire fonctionner sa majorité, le docteur Barucq aurait pu être un de ces « alibis écolos » comme on en voit dans tous les conseils municipaux. Un petit tour de vélo électrique et puis s’en va! Mais il est loin le temps où le docteur-surfeur croyait sincèrement qu’avec le dialogue on peut arriver à tout. Cherchant à réconcilier les irréconciliables, Guillaume Barucq a pu prêter à sourire parfois. Mais l’homme est intelligent et apprend vite. « Je croyais tout savoir de l’humain par mon activité de médecin, mais je me rends compte que la politique est un monde vraiment à part », sourit-il. Clair dans ses positions, ne cédant pas aux multiples pressions que lui a fait Veunac, n’hésitant pas à prendre l’initiative, Barucq ne peut que se féliciter de l’indigence du tandem Veunac-Lafite qui va lui permettre de devenir un candidat tout à fait plausible et intéressant dans la perspective de 2020.

Arosteguy a honoré son mandat

Le dessinateur de La Semaine du Pays Basque, Olivier Ruiz semble croire à un duel de dames pour 2020.

Le grand mérite du hold-up démocratique voulu par Veunac et Lafite à propos du Palais est d’avoir passé au révélateur tous les tempéraments. On épargnera aux lecteurs de Bisque, Bisque, Basque ! la liste des rois de la brosse à reluire qui se reconnaîtront sans peine (N’est-ce pas P.C. ou P.D. ?) D’habitude, en fin de mandat, la presse analyse le comportement de l’opposition et passe très vite sur la majorité, habituée qu’elle est à voter systématiquement comme son maire. Il n’y a qu’à Biarritz qu’on voit cinq élus de l’opposition, au mépris du mandat qui leur a été confié par les électeurs, venir au secours d’un maire au moment où sa propre majorité ne lui fait plus confiance. À l’inverse d’un Max Brisson aux déclarations sinusoïdales et souvent calquées sur la stratégie politique du moment, Maïder Arosteguy a exercé un mandat d’opposante très clair et respectueux de ses électeurs, malgré son arrivée au conseil départemental. Vigilante, elle a toujours été sans ambiguïté dans ses déclarations et ne s’en est jamais laissé conter quand les machos de service, Veunac, Lafite ou Claverie tentaient de la déstabiliser à coup de réflexions misogynes. On dit que Maïder Arosteguy et Nathalie Motsch ne s’apprécient guère, ce qui n’a rien de surprenant à l’idée d’un possible « duel de dames » en 2020. Un duel qui aurait tout de même une autre allure que l’éternel retour de ceux qui ruinent la Ville depuis tant d’années.

Tant de talents qui s’affirment !

Plus discret mais tout aussi respectable dans l’exercice de son mandat, on aimerait entendre davantage Richard Tardits qui, on le perçoit nettement, n’apprécie guère ce rôle d’opposant qui lui a échu même s’il fait le job avec application. Constructif et très clair dans ses positions, il mérite le respect des électeurs. En privé, Richard est toujours passionnant à écouter. Lui aussi, s’il se retrouvait dans la majorité en 2020 amènerait sans doute beaucoup de créativité à la Ville. Et même s’il a exclu d’être tête de liste en 2020, il en va bien évidemment de même d’Édouard Chazouillères.

Et que dire de ces fantassins qui ont montré un courage sans faille sous la mitraille ? Françoise Mimiague, Brigitte Pradier, Anne Pinatel, mais aussi Virginie Lannevère et Hervé Boissier ont prouvé qu’ils étaient de véritables élus, soucieux des Biarrots et pas décidés à accepter n’importe quelle sornette, même si elle est présentée par le premier magistrat de la Ville ou son adjoint.

Tandis que Veunac s’indigne devant les journalistes quand on affirme qu’il n’est pas compétent, il ne reste plus aux électeurs qu’à essayer de se consoler en imaginant un avenir meilleur, même si la situation financière de la Ville ne va guère être facile en 2020. Ce mandat est un désastre absolu, beaucoup de Biarrots l’ont compris, mais au moins il aura eu le mérite de nous faire découvrir de nouveaux talents, sans doute à même de gérer la Ville avec plus d’écoute et de respect de la démocratie dans un avenir proche. Alors pour conclure sur les tristes pantalonnades que nous vivons à Biarritz, comment ne pas être tenté en pensant à Veunac, à la façon obscène avec laquelle il a conduit le dossier du Palais, de reprendre le gimmick d’un site coquin et très fréquenté. « On dit merci qui ? »

Dans un tout autre style, ne ratez pas l’explication très technique mais passionnante de Jacques-André Schneck sur la juridiction des sociétés d’économie mixte. Comme l’écrit l’ancien spécialiste des travaux publics, « À tous les administrateurs de la Socomix : Désolé, mais on en a envoyé en prison pour bien moins que cela !« 

https://www.facebook.com/jacquesandre.schneck

 

Chazouillères convaincu qu’un autre projet est possible

L’ancien adjoint au commerce dénonce à son tour la manipulation qui est en train de s’opérer autour de l’Hôtel du Palais.

« L’urgence est de lever le mensonge sur « la trésorerie qui serait à sec », argument massue pour influencer les votes, faire peur et retourner certains votants qui, je le comprends, se sont légitimement inquiétés pour l’hôtel et le personnel. Or la trésorerie est à son niveau habituel après la saison estivale, soit au plus haut de l’année ! De quoi, « passer l’hiver » comme tous les ans.

De plus, l’hôtel du Palais se porte économiquement bien, du moins mieux que par le passé (le chiffre d’affaires et le résultat d’exploitation sont en hausse). Ce n’est pas le maire qui va dire le contraire ; il le répète depuis quatre ans.

Tout ces éléments démontrent qu’on a du temps, contrairement à ce qu’on nous serine depuis peu. Rien ne presse. Il est urgent de ne pas se précipiter.

Il est urgent de ne pas se précipiter

Car le projet actuel n’est pas un bon projet. Il présente trop de risques pour l’hôtel et indirectement trop de risques pour la Ville. Le Maire serait bien avisé de stopper ce « projet risqué » au « calendrier fou » ! Et s’il ne le fait pas, j’appelle mes collègues conseillers municipaux à rejeter ce plan, car il n’est pas raisonnable, pas pertinent et dangereux !

J’appelle à prendre le temps. J’appelle à patienter un an et ainsi à se donner le temps de revoir ce projet pour ne pas risquer de perdre trente ans avec un contrat de gestion qui nous lie avec un opérateur (Hyatt) inadéquat, 75 ans avec un bail emphytéotique qui dépossède la Ville et peut-être le Palais lui-même…à jamais.

Il serait urgent, aussi, que chacun se calme et que ce débat s’apaise. Il serait appréciable, enfin, que cesse de la part de Messieurs Veunac et Lafite le « bourrage de crânes » avec leurs faux arguments, leur rétention de documents et leurs fausses informations pour influencer le vote !

Car oui, bien sûr, un autre projet est possible !

Réexaminer sans exclusive toutes les options

Ce que je pense qu’il faudrait faire dans l’année qui vient :

– Comme prévu, fermer l’hôtel le 18 octobre.

– Recruter au plus vite un Directeur général de qualité (poste vacant depuis le départ de Monsieur Cousty il y a près d’un an)

– Relancer immédiatement la commercialisation pour préparer une réouverture au printemps, pour Pâques.

– Réviser le plan de travaux de cet hiver en ne retenant que les quelques travaux nécessaires de sécurisation des clients et du personnel et de très légers embellissements pour accueillir le G7. Cela n’ira pas loin en terme d’enveloppe budgétaire : entre 3 et 6 M€ au maximum, .- Interroger les Biarrots sur les grandes orientations du projet

– Réexaminer, sans exclusive, toutes les options (vente totale ou partielle / projet actuel sous contrat de gestion plus modeste et beaucoup mieux ficelé / continuation du principe de l’indépendance actuelle mais avec d’autres conditions d’exploitation pour assurer la rentabilité comme la fermeture l’hiver), toutes les possibilités de couplage travaux/mode de gestion/financement pour négocier aux mieux les intérêts de l’hôtel et réduire drastiquement les risques que présente le projet actuel.

Être responsable serait de se donner ce temps pour décider en connaissance de toutes les options possibles. »

Édouard Chazouillères

NDLR : le titre et les intertitres sont de la rédaction

 

Rupture de jeunes

Grâce à d’étranges retournements de veste dans l’opposition, l’avenir de Biarritz vient d’être assombri pour… 75 ans ! Heureusement la jeune garde politique a montré plus de dignité que les anciens.

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Après tout, on ne voit pas pourquoi le Jean-Benoît Saint-Cricq barbu qui s’est présenté au conseil municipal le 30 juillet 2018, une date parfaite pour planquer une forfaiture absolue sous le tapis, aurait quoi que ce soit à voir avec le Saint-Cricq Jean-Benoît, glabre et combatif qui le 14 juillet 2017 estimait dans ce blog que « la vente des murs et du fonds de L’Hôtel du Palais semble la plus raisonnable » plutôt que « d’emprunter de 50 à 70 millions (Via la Socomix) faire les travaux et risquer de tout perdre dans un dépôt de bilan ». Et pour que le changement de look et de rôle soit bien clair, le brillant avocat est devenu une sorte de maître de cérémonie lors de cet étrange conseil, encensant l’idée de donner l’Hôtel du Palais à la Socomix via un bail emphytéotique de 75 ans, défendant bec et ongles Michel Veunac et tartinant du vernis juridique à chaque fois que celui-ci s’est retrouvé en difficulté, c’est-à-dire à peu près tout le temps.

https://jeanyvesviollier.com/2017/07/14/hotel-du-palais-saint-cricq-a-les-idees-claires/

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Et pour une fois, l’adepte du « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », Guillaume Barucq sort la panoplie de guerrier pour dénoncer cette décision scandaleuse qui plombe durablement l’avenir des Biarrots pour « une durée astronomique qui engagera les douze maires à venir dont certains ne sont pas encore nés ». Et l’élu, très brillant lundi soir, de rappeler que L’Hôtel du Palais acheté pour 120 millions de Francs en 1955 vaut, si l’on actualise la somme, 261 millions d’euros et qu’on ne peut continuer de mener « une vie à crédit » pour L’Hôtel du Palais alors que le réseau d’assainissement, vétuste et dépassé et source de pollution régulière de l’océan aura « un siècle en 2022 ».

 

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. L’adjointe à l’urbanisme Nathalie Motsch enfonce le clou au terme d’une charge dévastatrice et édifiante. La Ville s’apprête à louer « une pépite de 16776 mètres carrés, vue mer imprenable et on lâche le tout pour la somme ridicule de 920 000 euros annuels ». Tandis que la Socomix, qui ne possède rien, se lance dans un emprunt de 64 millions d’euros (qui finiront à cent millions, on prend les paris !) pour mettre aux normes le palace. Poursuivant sa démonstration, l’adjointe calcule qu’on loue ce bien exceptionnel « au prix de 4,57 le mètre carré mensuel » alors que le moindre logement, forcément plus ordinaire, dans ce quartier se loue 80 euros le mètre carré. Avant de s’interroger : « Où est l’intérêt de la Ville financièrement ? Je cherche mais ne trouve pas » Et de conclure, tandis que Veunac se tortille sur sa chaise : « Je ne verserai pas dans un Bigueyrie 2 ».

 

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Après l’acte d’allégeance de Saint-Cricq, Frédéric Domège et Alain Puyau se sentent obligés à leur tour d’encenser ce projet de fou furieux, justifiant toutes les rumeurs qui annoncent qu’un accord électoral a déjà été trouvé pour 2020 et que Veunac, Saint-Cricq et Brisson feraient aventure commune.

Heureusement pour les Biarrots, certains opposants comme François Amigorena, Maïder Arosteguy et Richard Tardits démontrent l’inanité de cette décision. Des élus de la majorité, refusant de se comporter en godillots, se joignent à eux et redonnent eux aussi leurs lettres de noblesse à la politique. Virginie Lannevère, Anne Pinatel, Hervé Boissier font preuve de beaucoup de courage en expliquant qu’il n’est pas possible de voter une décision aussi lourde sans disposer du moindre chiffre précis et soulignent que la décision de démarrer les travaux le 18 octobre, G7 oblige, va faire de nous les proies idéales des entrepreneurs qui vont nous faire payer au prix fort notre précipitation.

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et c’est pour cette raison que Bisque, Bisque, Basque ! qui avait prévu de garder les doigts de pied en éventail quelques mois, s’offre cette rupture de jeûne médiatique. Michel Veunac étant à l’évidence le plus grand accident industriel jamais vécu par Biarritz, le passionné de vie publique doit à un moment ne plus se soucier de sa santé personnelle et se décider au combat. D’autant plus que ce n’est pas dans Sud Ouest que vous trouverez le récit des coulisses de ce conseil municipal surréaliste qui a vu finalement la victoire par 18 voix contre 17 du projet Veunac. À 20h15, ce lundi, peu avant le vote à bulletins secrets, un des conseillers politiques de Veunac, qui adore se parer des atours de La Marquise, avait fait le compte des voix et l’annonçait perdant. Mais quand il y va de sa survie politique, Veunac fait le job. Coups de fils d’intimidation tout l’après-midi, poursuite jusque dans les toilettes des récalcitrants, admonestation de tous. C’est ainsi que Sylvie Claracq, totalement rétive à cet engagement pour 75 ans, aurait été malmenée par Veunac au point de modifier son vote au dernier moment, selon des sources de la majorité qui affirme qu’elle en aurait pleuré.

Autre anecdote édifiante au sujet de Frédéric Domège, qui appelle, peu avant le conseil pour dire qu’il sera en retard car il n’a pas fini avec ses patients. « Hors de question, lui rétorque Veunac. Tes patients on s’en fout ! » Deux heures plus tard, Domège lève la main en plein conseil pour demander à intervenir « car des patients l’attendent » Et notre bon Mimi, tout miel, de décréter : « Ah oui, les malades, c’est important »

Voilà à quel degré zéro de la vie municipale on en est et pourquoi Bisque Bisque Basque ! va modérément reprendre un peu de service.

Enfin, il y a les imbéciles qui ne changeront jamais d’avis, et l’on passera sous silence les pitoyables et courtisanesques interventions des Destizon, Poueyts ou Louis Vial qui depuis qu’il a obtenu son titre d’adjoint ne mord plus la main qui l’a nourri. A la sortie du conseil, alors qu’une spectatrice prenait à parti un Jean-Benoît Saint-Cricq un peu gêné aux entournures, Jacques Pons de Radio France photographiait ce moment de complicité entre les deux conspirateurs de la soirée. Michel Veunac, qui rêve pour 2020 d’avoir l’investiture La République en Marche est bien décidé à cajoler Macron dans le sens du poil lors du G7 et se moque éperdument de savoir s’il va ruiner les Biarrots avec cette décision. Mais cette victoire du maire pourrait bien être une victoire à la Pyrrhus.

D’abord le courage et la fermeté de tous ceux qui au sein de la majorité se sont opposés à sa décision ont obligé tous les protagonistes du pacte électoral qui se dessine à sortir du bois beaucoup plus tôt que prévu. Ensuite, on a assisté à une rupture entre les pratiques de la vieille politique politicienne où l’on habille de grands mots les petits intérêts personnels et les stratégies pour se maintenir à son poste, et une relève responsable qui croit aux idées, a envie de faire de la politique autrement et se soucie des intérêts des Biarrots.

Auréolé par le prestige du G7, un ticket Veunac, Saint-Cricq, Brisson sera difficile à battre en 2020, si les copains du jour sont encore les coquins de demain, mais la rupture de jeunes, cette ligne de fracture très nette entre les sexagénaires et les quadragénaires, laisse quelques espoirs.

Si les jeunes talents de demain, dont Biarritz a bien besoin, les Amigorena, Chazouillères, Barucq, Motsch, Pinatel, Lannevère, mais aussi Darrigade, Tardits ou Arosteguy, sont capables de laisser leurs egos de côté, d’oublier leurs désirs d’être têtes de liste pour s’unir dans un projet commun de salut public face au pire maire jamais connu à Biarritz, alors oui un espoir est possible.

Lundi soir, tous les protagonistes étaient d’accord pour estimer que ce conseil municipal était le plus important de la mandature.

Avec sa décision qui obère l’avenir de Biarritz, Veunac a commis un authentique crime contre la communauté. Passez-vous en boucle ce conseil, écoutez, notez et décidez-vous à effectuer un grand coup de balai de tous ces politiciens opportunistes qui n’ont plus leur place qu’à la maison de retraite.

Ciao ! Et à bientôt peut-être…

Lassé de publier des informations qui ne sont pas reprises, agacé de la pusillanimité permanente des élus et des médias locaux, Bisque, Bisque, Basque ! s’offre une pause.

Le bonjour du kospei« Il n’est de si bonne compagnie qui ne finisse par se quitter » affirme le proverbe. En mettant en ligne, le 13 août 2013, « Le bonjour du Kospei », Bisque, Bisque, Basque ! n’imaginait pas se lancer dans une aventure de cinq ans, avec 539 articles publiés, 3414 abonnés et plus de 10 000 lecteurs uniques à chaque article publié.

Aucune gloriole à retirer de ce parcours qui m’a beaucoup amusé, même s’il m’a pris une bonne vingtaine d’heures chaque semaine, car une grande part du succès de ce blog est due à l’absence totale -et délibérée ! – de modèle économique.

UNE INFORMATION LIBRE ET CITOYENNE

Les faux nez de la liste FNEn quittant Le Canard enchaîné en 2012, je m’étais juré de ne plus être acteur de l’information et de me contenter de lire les confrères. Ce que j’ai fait consciencieusement avant de découvrir qu’au Pays basque certaines histoires, connues des milieux politiques et journalistiques, n’étaient jamais traitées par les médias locaux ou de façon si diaphane et édulcorée qu’elles en devenaient indéchiffrables pour le lecteur moyen.

D’où la naissance de Bisque Bisque Basque ! qui s’est très vite intéressé à la vie locale avec la volonté de raconter des histoires vraies et de faire rire. Les articles s’accumulant, la très prévisible question de savoir pour qui je roulais et quel but je poursuivais est devenue récurrente.

Brisson concède avoir merdéCinq ans plus tard, vous avez enfin compris que je suis libre et ingérable et que je n’écris pas dans l’optique d’une négociation quelconque ou d’un avantage à retirer. Retraité, je n’ai besoin de rien et si la vie publique me passionne, la politique à titre personnel ne m’intéresse pas.

Mais, face à l’écroulement économique des médias locaux, qui ne survivent que grâce aux aides publiques et aux encarts publicitaires, et se retrouvent dans l’impossibilité de lutter face aux petits potentats locaux, il m’a semblé intéressant de délivrer gratuitement une information citoyenne qui permette à chacun de sortir du prêt-à-penser.

 LA SOLITUDE DU BLOGUEUR DE FOND

Les borotra ces grands pudiquesDes acrobaties de Didier Borotra, lors de son mandat de trop au sournois coup de main donné à la liste du Front national par Michel Veunac en 2014, de l’éviction de Géronimo du BO à l’affaire des terrains prétendument non-constructibles des écuries de Bigueyrie, des mensonges de Max Brisson bloqué par la neige à Bayonne au moment des régionales à ceux de Claverie inventant des directives de l’Éducation nationale, Bisque Bisque Basque !  s’est efforcé de vous faire rire des charmants travers de nos politiques et de dénoncer tous les manquements aux règles de la vie publique. Certains papiers d’humeur n’ont exigé que quelques heures, mais d’autres ont nécessité de longues enquêtes et de minutieuses vérifications. Dans ces moments-là, j’ai pu vérifier, contrairement à l’idée couramment admise, à quel point le journalisme est un sport collectif et non individuel.

Tout au long de ma carrière, mes rapports avec ma hiérarchie n’ont jamais été simples, mais quel confort de pouvoir discuter avec d’autres, qu’ils soient rédacteurs en chef ou avocats, des papiers qu’on s’apprête à publier et que c’est lassant d’être toujours d’accord avec soi-même quand on évolue dans une rédaction… d’une seule personne !

 HÉROS ANONYMES ET MERVEILLEUX

GéronimoBisque, Bisque, Basque ! m’a permis de faire des rencontres exceptionnelles, comme celle de Robert Rabagny, qui restera un ami à vie. J’ai pu aussi découvrir la solidité d’un Jean-Benoît Saint-Cricq, tellement loin de l’idée que s’en fait le grand public, ou l’épaisseur personnelle de candidats potentiels comme Édouard Chazouillères, François Amigorena ou Jacques-André Schneck. Je n’ai aucune animosité personnelle contre Michel Veunac mais demeure convaincu qu’il est une catastrophe à son poste.

Pendant ces cinq années passées à fouiller un peu partout pour comprendre ce qui se passe, il y a eu aussi 2310 commentaires, chaleureux pour la plupart. Ti-Grolasson, Rico, Paul Bismuth, ou Rienquelavérité sont devenus des compagnons de pensée, même si je ne les ai pas tous rencontrés. Et puis il y a aussi tous ces héros anonymes, scandalisés par ce qu’ils voient passer dans le cadre de leurs fonctions, et qui décident un jour, en me confiant des documents, de faire émerger des ténèbres une vérité qui dérange les copains et coquins qui nous dirigent. Je ne peux pas en raconter plus, mais qu’ils sachent l’estime en laquelle je les tiens, car c’est un devoir républicain, de ne pas couvrir les turpitudes de nos élus.

VIEILLES FAMILLES BIARROTES ET GRANDS LÂCHES

Le gros bobard de ClaverieChaque médaille ayant son revers, il y aussi ceux qui se sont déchaînés à mon encontre sur les réseaux sociaux, oubliant que je ne jouais jamais aussi bien au rugby que lorsque le public me sifflait. Par exemple ce journaliste trentenaire, se présentant sur Facebook tantôt comme journaliste, tantôt comme intermittent du spectacle, ce qui est à peu près aussi cohérent qu’un boucher-cordonnier, écrit « qu’il n’ose pas dire qu’il est journaliste à cause de gens comme moi ». Je lui ai proposé en message privé de partager une bière pour s’expliquer, mais j’attends toujours. Ou cette enseignante, à l’esprit prétendument ouvert puisqu’enseignante, qui estime que « ça ne devait pas être triste dans l’école de journalisme où j’enseignais ». Madame, vous devriez essayer d’apprendre à vos chères têtes blondes l’impertinence plutôt que le conformisme, c’est tellement plus intéressant.

Et puis enfin l’argument qui est censé mettre fin au débat dans l’esprit de mes détracteurs, tous « issus d’une vielle famille biarrote » Comme si le fait d’être Charentais d’origine et d’avoir un peu bourlingué avant de me poser depuis quinze ans à Biarritz me rendait illégitime pour parler de la vie locale. Curieuse conception de la démocratie !

LA DÉFAILLANCE DES ÉLUS ET DES MÉDIAS LOCAUX

Veunac tente de noyer le canassonToutes ces controverses me font plutôt sourire, comme ces marrons échangés autrefois entre joueurs de rugby qui n’empêchaient pas l’amitié. Mais imaginez une seconde avec moi un chercheur d’or penché avec son tamis sur une rivière contenant de précieuses pépites mais ignorant que l’or n’intéresse plus personne dans le monde et ne vaut plus rien. Je considère que Bisque, Bisque, Basque ! effectue localement un travail de lanceur d’alerte, un terme souvent galvaudé mais qui me paraît correspondre à ce qui a été publié. Mais quel est l’intérêt de chercher la pépite informative, de courir des risques réels entre le cassage de gueule qu’on m’a promis à plusieurs reprises et les menaces de procès, si tout le monde détourne pudiquement la tête, une fois l’information sortie de sa gangue, parce que « tu comprends, la nièce du cousin de ma belle-sœur travaille à la mairie et je ne peux rien faire » ?

Lorsque j’ai porté plainte contre Didier Borotra et sa fille pour prise illégale d’intérêt, je savais parfaitement que je ne pouvais pas être partie civile. Mon avocat a proposé de défendre gratuitement l’élu, le citoyen ou l’association qui prendrait mon relais. J’ai frappé à toutes les portes, mais curieusement, tout le monde avait piscine ou pottok ce jour-là. Même chose pour les écuries de Bigueyrie où il y avait matière à ouvrir une enquête policière. Et que dire de Sud Ouest qui, ces dernières semaines, en savait bien plus que moi sur le BO, qui avait toutes les pièces, mais s’est bien gardé de publier quoique ce soit sur le sujet… ni même de reprendre ce que j’avais écrit. Dans ces conditions, c’est vrai, Bisque, Bisque, Basque ! ne m’amuse plus beaucoup. En bon talonneur, j’ai horreur d’aller au combat tout seul.

LIBRE DE FAIRE OU NE PAS FAIRE…

J’ai donc décidé d’arrêter ce blog pour l’instant en attendant que le désir revienne. J’ai quelques livres personnels à finir, le besoin de consacrer plus de temps à ma famille, l’envie de remettre au goût du jour le vieil adage soixante-huitard : « On arrête tout et on réfléchit ». Il y a aussi, cette prometteuse association crée en décembre dernier et intitulée « RamDam 64-40 » où l’on travaille en groupe et qui mérite un peu de disponibilité. En partageant nos savoirs, en nous donnant mutuellement des cours de finance publique, d’urbanisme ou d’observation des réseaux sociaux, nous voulons devenir une efficace école de lanceurs d’alerte.

Mais surtout que la bande à Veunac, apprenant l’arrêt provisoire de Bisque, Bisque, Basque! ne sorte pas le champagne prématurément, que ceux qui m’ont menacé d’un procès ne croient pas qu’ils m’ont fait caler. Libre je suis, libre je resterai. Et s’il faut présenter à la barre les documents qui authentifient mes dires, j’irai avec plaisir. S’il faut reprendre la plume pour ferrailler ou dénoncer de nouvelles turpitudes, je le ferai avec tout autant de plaisir.

J’espère juste vous avoir donné envie de lire autrement l’actualité, donné envie de vous lancer à votre tour. Publier des informations vraies n’est pas si compliqué que cela : il suffit d’observer et d’écouter et surtout de n’être lié ni économiquement ni affectivement à aucun groupe de pression. Et ensuite d’avoir le souci jusqu’à l’obsession de raconter une histoire vraie et non une histoire qui serve vos intérêts du moment.

Tout cela va être passionnant à observer et je me réjouis de retrouver l’anonymat, de redevenir spectateur et non acteur… Merci à tous ceux qui m’ont lu et à bientôt peut-être.

Des élus menteurs comme des arracheurs de parcmètres

Contrairement à ce qui avait été affirmé en plein conseil municipal, les agents de Streeteo Biarritz touchent bien une prime d’objectif.

Le 8 mai était ensoleillé : Streeteo s’est offert une razzia avec les malheureux touristes qui ont cru, en toute bonne foi, que le stationnement était gratuit un jour férié.

Encore un gros mensonge de la Ville, un de plus diront les Biarrots qui suivent l’actualité municipale. Michel Veunac et ses deux complices Guy Lafite et Peio Claverie nous avaient juré que le contrat passé en douce avec Streeteo n’avait pour but que d’augmenter « le taux de respect » des citoyens pour le stationnement payant. La belle blague ! En effet, un document qui a circulé sur les réseaux sociaux (consultable sur www.indeed.fr) et en particulier sur l’excellente page Facebook « Biarritz notre ville » démontre que nos élus sont prêts à mentir sans vergogne pour faire passer en force ce nouveau plan de stationnement.

Compte-tenu des turbulences autour de Streeteo, les candidats verbalisateurs ne se bousculent pas pour venir se frictionner avec les locaux et les touristes tout l’été. Streeteo doit donc déployer tous ses atours pour convaincre les naïfs qu’ils se préparent à exercer le plus beau métier du monde. Vous admirerez la description du poste, nécessitant « le sens du service et de la relation client ». Qu’en pensent les verbalisés du 8 mai, qui, ignorant de bonne foi que les jours fériés sont désormais payants à Biarritz, se sont vus décerner de jolis FPS à 30 euros ? Si l’objectif de la mairie est de dégoûter les touristes de venir s’agglutiner à Biarritz les jours où il fait beau, alors félicitons-la, car elle est en train de réussir au-delà de toute espérance.

D’autant plus que c’est à la fin de cette annonce que réside l’information qui nous prouve que nous sommes dirigés par de fieffés menteurs.  Dans les conditions financières annoncées, Streeteo se sent obligé de préciser qu’outre la rémunération de 1610 euros mensuels, le justicier verbalisateur, pour peu qu’il fasse cracher la mitraillette à procès-verbaux, se verra doté d’une « prime mensuelle sur objectifs de 250 euros »

Interrogé sur ce sujet, un cadre de Streeteo Paris tente de botter en touche : « Non, ce n’est pas une prime de rendement, car pour l’octroyer nous prenons en compte différents paramètres comme la ponctualité ou la bonne présentation. Mais bien entendu, le nombre de FPS délivrés par l’agent entre aussi en jeu » Nous y voilà ! Michel Veunac, aveuglé par une société qui lui a fait miroiter une cagnotte considérable à encaisser, a signé un contrat qui coûte quatre fois plus cher que le recrutement de policiers municipaux dédiés au stationnement, et, non content de mettre à mal le commerce de sa ville, accepte froidement que les citoyens de Biarritz soient désormais rançonnés par des agents qui dans quelques mois, quand la controverse sur Streeteo se sera éloignée, ne toucheront leurs primes d’objectifs que s’ils se montrent de zélés verbalisateurs. Mais quelle honte !

Sur le même sujet, vous pouvez aussi écouter l’intervention de François Amigorena sur Sud Radio :

https://soundcloud.com/user-693170616/interview-francois-amigorena-sud-radio-stationnement-biarritz-12-mai-2018

 

Constitution d’un comité de salut public : la très bonne idée

Certains lecteurs de Bisque, Bisque, Basque ! s’étonnent que des candidats comme Jacques-André Schneck se déclarent dès 2018 pour les municipales de 2020, ou que des adjoints comme François Amigorena ou Édouard Chazouillères affichent publiquement leurs désaccords avec la politique municipale. Ces citoyens très intéressés par la vie publique ne semblent pas prendre conscience de la gravité de la situation et des dégâts qu’est en train de faire un Michel Veunac à la tête de la Ville. Ce dernier s’apprête en effet à endetter Biarritz, via la Socomix, à hauteur de 70 millions (chiffre officiel annoncé qui finira évidemment autour des 100 millions d’euros) pour rénover l’Hôtel du Palais. Or la Socomix est une coquille vide et c’est bien entendu la Ville qui devra honorer les engagements pris, en cas de désastre comme des attentats qui chasseraient quelques temps les touristes de France. Qu’ils soient de l’opposition ou de la majorité, ou même extérieurs à l’équipe municipale, tous se rejoignent pour dire qu’il faut absolument empêcher cela.

D’où l’idée de plusieurs grandes figures de la vie politique locale comme Saint-Cricq, Tardits, Amigorena, Chazouillères ou Schneck, de se rassembler en une sorte de « comité de salut public », toutes tendances politiques confondues, pour dénoncer en commun les errances de l’équipe dirigeante actuelle.

Rien n’est encore fait, mais voilà un projet respectueux des intérêts des Biarrots et qui honore la politique. Un projet d’une autre dignité que celui des élus de la majorité qui critiquent Veunac en douce mais le laissent faire en espérant qu’il va se planter et qu’ils pourront se présenter contre lui en 2020.

II.- Veunac stationne et papillonne

Un plan « aberrant » pour calmer la fronde contre le stationnement, va encore coûter 45 000 euros supplémentaires aux Biarrots. Merci qui ? Merci Mimi !

45 000 € d’argent public dépensés pour la tranquillité de Veunac, c’est vraiment cadeau…

À les voir épaule contre épaule, dans ce bout de salle malcommode au possible, comment ne pas penser à la montée du Puy-de-Dôme, le 12 juillet 1964, quand Anquetil, victime d’une défaillance et Poulidor qui ne s’en aperçoit pas, se disputent avec acharnement le maillot jaune. Le grand public, qui s’est toujours cru obligé de choisir, ignore que les deux cyclistes étaient très copains et s’amusaient de cette rivalité, montée de toutes pièces par les médias. Entre Chazouillères et Amigorena, il est bien trop tôt pour savoir qui sera l’éternel second, ou si l’un deux récoltera les honneurs, mais comment ne pas saluer l’intelligence politique manifestée jeudi soir par les deux chefs d’entreprise qui ont bien compris que l’urgence était de sauver Biarritz du désastre et qu’il sera toujours temps ensuite d’en découdre dans une joute électorale.

Enfin une bonne nouvelle pour les Biarrots.

Alors que l’on sait depuis longtemps qui dans les rangs de l’opposition a l’étoffe pour devenir maire et mettre fin au pire mandat de l’histoire de Biarritz, quelle bonne nouvelle que de constater que l’offre politique s’élargit, même si un humain peut totalement se transformer en bien ou en mal en occupant un nouveau poste. Une fois de plus sur la nouvelle politique de stationnement mise en place, les Biarrots ont pu mesurer le contraste entre des opposants qui réfléchissent avec perspicacité au devenir de Biarritz et des godillots majoritaires, soucieux de conserver leurs petits avantages et prêts pour cela à marcher dans le mur en suivant leur maire.

Saint-Cricq : « Vous pourrissez la vie des Biarrots !»

Trop content de faire taire les rumeurs de future alliance en 2020, colportées par Veunac et par le petit marquis de contre-vérité qui dirige La Semaine du Pays Basque, le fougueux avocat Saint-Cricq est le premier à dégainer sur le stationnement : « Vous êtes en train de pourrir la vie des Biarrots. Vous saisissez une aubaine pour améliorer les finances locales ». Tandis que Veunac s’embrouille dans des explications alambiquées, se perd dans sa politique tarifaire, tandis que Claverie montre une fois de plus qu’il ne connaît pas très bien ses dossiers, au point d’appeler Landrin au secours, Arosteguy attaque à son tour : « La concertation, je ne l’ai pas vue. Vous faites du saupoudrage. Où sont les mesures ambitieuses ? Autant essayer de travailler sur l’attractivité quand le centre-ville est désert », allusion à ce stationnement gratuit les fins de semaine d’avril… à un moment où la ville est pleine comme un œuf. Tandis que Boissier, pour qui la concertation n’est pas une simple posture politique, demande que des commissions thématiques se mettent en place avec des citoyens qui « apportent leur vision de l’usager », Domège s’étonne de la modification des zones de stationnement payant : « Où vont se mettre les gens qui habitent le quartier du parc Mazon ? Ils n’ont pas de solution alternative »

Étrange décision, en effet que de rendre payant ce quartier où il n’y a pas le moindre commerce, tandis que d’autres beaucoup plus vivants passent sous les radars. « Le quartier d’Espagne, est-ce une zone protégée par Monsieur Claverie ? » ose Saint-Cricq. Un ange, avec des drapeaux abertzale sur les ailes, passe.

Le Titanic d’Amigorena

François Amigorena, dans une intervention particulièrement ciselée, va alors poser la vraie question. Pourquoi ce ruineux contrat avec Streeteo ? Bisque, Bisque, Basque ! ne résiste pas à vous livrer la retranscription complète de son intervention : « Les anglophones ont une jolie expression pour désigner ce que vous faites avec le catalogue de demi-mesures contenues dans cette délibération. Ils appellent ça « ranger les chaises-longues sur le pont du Titanic ». En effet, si certaines des adaptations qui nous proposées ici vont plutôt et enfin dans le bon sens, la gravité de la situation appelle, non pas un rafistolage, mais une remise à plat complète de votre plan de stationnement. Ce dispositif que vous avez mis en place sans la moindre concertation, ni avec les élus de ce Conseil, ni avec les Biarrots, est en effet punitif, discriminatoire, illisible, et plombe la vie économique de Biarritz. Entendez Monsieur le Maire la voix des Biarrots, des habitants des villes voisines, de nos visiteurs habituels qui ont désormais décidé de déserter Biarritz et d’aller à la plage à Bidart ou à Guéthary, de faire leurs achats à Anglet ou d’aller au restaurant à Bayonne. »

Avec la gratuité partout à Anglet et une zone bleue près des Halles, Claude Olive se frotte effectivement les mains depuis les décisions de Veunac. Amigorena poursuit : « Dès le 12 mars dernier, je vous demandais la résiliation du contrat conclu avec Streeteo pour le contrôle du stationnement à Biarritz. Je vous réitère solennellement cette demande. Le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour faux et escroquerie contre la société Streeteo, la Ville de Paris va déposer plainte contre Streeteo pour faux, usage de faux et escroquerie, les dysfonctionnements du système mis en place à Biarritz se multiplient et provoquent l’exaspération légitime d’une immense majorité de ses usagers. Je pense pour ma part qu’une Ville doit être au service de ses habitants. Toutes nos décisions doivent viser à rendre la vie des Biarrots plus simple, plus pratique, plus agréable. Pas à les contraindre, à les harceler et à les punir. Résiliez ce contrat ruineux pour les finances de la Ville et nuisible à l’activité économique de Biarritz. Instaurez un moratoire sur ce dispositif. Lancez une large concertation avec tous les usagers concernés, les habitants, les acteurs économiques, nos visiteurs, les actifs travaillant à Biarritz. Vous serez surpris du caractère raisonnable de leurs attentes et du bon sens de leurs suggestions. En l’absence d’une telle démarche de votre part, je ne voterai pas cette délibération ».

La « gratuité perlée » de Chazouillères

Tout aussi offensif que son voisin, Édouard Chazouillères lance le débat sur l’image écornée de Biarritz et sur le coût d’une campagne publicitaire qui n’a aucun sens.

« Tout ça pour ça ! Deux mois de crispations, de pétitions, de manifestations, d’affiches sur les devantures des commerces… Et une vidéo qui tourne en boucle sur les réseaux recommandant aux touristes de ne pas revenir à Biarritz. Bref, deux mois d’image de Biarritz abîmée, écornée. Je dis « Tout ça pour ça », car ça fait deux mois, Monsieur le Maire, que nous vous avons fait la majeure partie de ces propositions d’aménagements, notamment pour ma part par mail le vendredi 2 février. »

Au lieu de louvoyer, Veunac aurait mieux fait de réfléchir et différer, selon Chazouillères : « Je regrette que vous n’ayez pas procédé à une suspension de ce système parfois injuste et souvent non compris, à un moratoire ces deux derniers mois pendant lesquels les amendes, les fameux FPS, ont frappé copieusement les automobilistes. » Pourquoi ce fameux FPS n’a pas été diminué et ramené à par exemple à 17€ maximum comme avant, ou même à moins comme d’autres villes l’ont choisi. Tant il est vrai que le contrôle ayant été renforcé, le fait d’augmenter le montant de l’amende s’apparente à une double peine injuste. » 

Après une polémique avec Claverie et Lafite sur la police municipale, l’ex-adjoint au Commerce porte l’estocade : « Un mot, enfin sur votre proposition de gratuité du stationnement de surface du jeudi au dimanche sur les trois prochaines semaines des vacances de Pâques.  Un mot et un seul :  » Aberrant «  Le stationnement sera donc gratuit pendant quatre jours tous les quatre jours. La CGT a inventé la grève perlée. Biarritz invente la gratuité perlée ! Cela va totalement à l’encontre de tout le reste de la politique choisie. Sur une période avec une très forte fréquentation, cela va contre la rotation des voitures des clients et visiteurs. Comme le disait à l’instant Eric Bonnamy pour ce qui est du stationnement « quand il y a gratuité, il y a encombrement« , cela va créer des voitures ventouses pendant les trois jours de fin de semaine, alors même qu’on aurait besoin de rotation spécifiquement sur ces trois jours, cela va profiter notamment aux touristes qui vont venir passer les week-ends prochains et pendant ce temps les Biarrots eux vont payer les lundis, mardis et mercredis. Mais au-delà de l’aberration de la mesure, « on rase gratis« , ce serait rigolo si, au-delà d’être contre-productif pour l’activité commerciale, cela ne coûtait pas très cher au budget de la ville. »

Veunac se tortille sur sa chaise, redoutant ce que va dire son ancien directeur de campagne :

Pour Lafite, une idée qui n’est pas de lui ne peut être que « stupide ».

Impitoyable, Chazouillères poursuit : « Pouvez-vous nous indiquer le coût de cette mesure ? 20.000 euros ! »

Et ce n’est pas fini !

« Cette mesure-gadget coûteuse va être accompagnée d’une campagne de pub tout aussi précipitée et tout aussi coûteuse. (Silence dans la salle) Pouvez-vous nous indiquer le coût de cette mesure ? 25.000 euros ! Bref, 45.000 euros des impôts des Biarrots dépensés, jetés par les fenêtres inutilement, juste pour essayer de faire oublier la gestion catastrophique de ce dossier. »

Et que répond Veunac à cette charge argumentée et chiffrée. « Merci, mon cher collègue » avant de passer à autre chose. C’est donc l’insupportable Lafite qui va s’efforcer de moucher les deux félons : « Quand on n’a pas d’idées, il faut bien en inventer de préférence stupides »

À croire qu’il parle pour lui et pour Veunac !

 

Les infâmes de la majorité

Si Veunac était un enfant, il y a longtemps que ses parents lui auraient retiré la boîte d’allumettes avec laquelle il joue depuis quatre ans. S’il était un animal domestique, ses maîtres n’auraient sans doute pas hésité, dans un réflexe d’humanité, à le conduire chez le vétérinaire pour mettre fin à ses souffrances. Malheureusement, il reste notre maire pour deux ans, quasiment indéboulonnable. Le souci de Bisque, Bisque, Basque ! comme de nombre de Biarrots est de savoir comment limiter le désastre, alors qu’il s’apprête à prendre des décisions qui engagent la ville pour plusieurs décennies.

Veunac, pas taillé pour le rôle et dépassé par le poste qu’il occupe, est beaucoup moins coupable qu’une partie de sa majorité, totalement lucide sur la situation, mais préférant faire passer ses intérêts personnels avant ceux des Biarrots. La chasse à la gamelle que l’on vient de vivre après la démission des deux adjoints, en est une preuve absolue.

Quand on est dans un groupe, il n’est pas simple de s’en démarquer. Amigorena et Chazouillères le prouvent.  Ils ont vite pris conscience du désastre qui s’annonçait. Mais comme beaucoup ils ont cru, pendant de longs mois, qu’ils seraient plus utiles à l’intérieur. Avant d’estimer que c’est un devoir de se révolter contre un gouvernement indigne et de retrouver du même coup dignité et liberté de parole… Et sans doute, un bien meilleur sommeil.

Nathalie Motsch, qui aurait quelques raisons d’en vouloir à Veunac, a décidé de fermer les yeux sur tout jusqu’en 2020, tout en annonçant qu’elle sera candidate contre lui. aux prochaines municipales.

Le dernier conseil municipal nous éclaire singulièrement sur cette majorité qui se délite. D’un côté, il y a d’authentiques talents comme Lannevère, Pinatel, ou Boissier. Des godillots aussi, qui marchent au pas tout en récriminant intérieurement. Et puis des courtisans, des infâmes, qui n’ont aucune illusion sur Veunac, qui se répandent en privé sur sa nullité, mais évoquent « le réflexe majoritaire » pour parer de vertu leur lâcheté. Et comme par hasard, la plupart d’entre eux ont des avantages pécuniers non négligeables à défendre.

Tout le monde n’est pas parti en Angleterre, le jour où les Allemands ont mis en pied en France. Certains de bonne foi, ont cru en Pétain le sauveur. Mais c’est une chose de se réveiller en 40, une autre en 42 et une troisième en août 44. Comble de la duplicité, comble de l’ignominie en politique, certains adjoints qui semblent prêts en public à suivre le maréchal Veunac jusqu’à Sigmaringen, préparent tranquillement une liste qui s’opposera à lui en 2020.

Un lecteur fidèle de Bisque, Bisque, Basque !, Paul Bismuth, demande à ce qu’on publie la liste de ces infâmes flagorneurs qui contribuent à envoyer Biarritz dans le mur. Aucun problème : Lafite, Motsch, Claverie, Destizon, avec un gros point d’interrogation pour Barucq qui suit aveuglément le maire tout en la jouant bon copain avec tout le monde. Ne sait-il pas faire de politique, ou, au contraire, en fait-il trop bien ?

Foire d’empoigne au sein de la majorité

 

Les postes d’adjoints de Chazouillères et Amigorena – et les indemnités qui vont avec ! – ont été l’objet d’une guerre sans merci entre Veunac, Lafite et Barucq.

Entre Lafitourix et Barucoqhardix, le dialogue est suave et nuancé. (Dessin Uderzo)

Parce que vous vous imaginez, naïfs que vous êtes, qu’une réunion de majorité sert à évoquer des questions aussi triviales que le discutable plan de stationnement biarrot, la douloureuse rénovation de L’Hôtel du Palais ou la nécessaire transparence des dossiers municipaux ? Passez votre chemin, vous n’avez rien compris à la politique ! Seul sujet de la réunion de majorité du lundi 19 mars au soir, les postes d’adjoints laissés vacants par Chazouillères et Amigorena, les petits « plaçous » à occuper comme on dit en patois limousin, et bien entendu les « sous-sous » qui vont avec.

Lafite et Barucq sur leurs ergots

La bataille fait rage depuis un mois, particulièrement entre Barucq et Lafite, qui ont chacun un pion municipal à avancer en la personne de Sylvie Claracq et Éric Bonnamy. Onctueux à souhait, Veunac se sent donc obligé de calmer ses troupes, lundi soir. En effet, le cas François Amigorena soucie notre Super-Mimi, car il redoute que son turbulent adjoint ne démissionne pas. Il a bien envisagé un duo de tueurs yougoslaves pour le renverser quand il fait du vélo, une bombe à neutrons pour le disperser façon puzzle ou une capsule de cyanure à lui faire avaler la prochaine fois qu’il se trouvera à la mairie, mais il a peur que cette disparition fasse un peu voyante. Alors, Veunac se contente d’admonester ses troupes à propos du point 2.a du prochain conseil du 23 mars, concernant le maintien ou non d’Amigorena dans sa fonction d’adjoint au maire. « Nous devons être unanimes. Si quelqu’un ne veut pas voter cette décision, il doit nous le dire maintenant, les yeux dans les yeux. » Comme si la franchise était la caractéristique première du mandat inauguré en 2014 par Michel Veunac ! Bien évidemment, personne ne moufte, à l’exception de Brigitte Pradier qui, courageusement, annonce qu’elle s’abstiendra.

Vial et Claracq adoubés

Et l’on en arrive à ce qui intéresse tout le monde, à savoir les prébendes à distribuer. Comme dans tout remaniement ministériel, la prudence s’impose, car d’ici à vendredi, avec un indécis chronique comme Veunac, bien des tables peuvent être encore renversées. Si l’on se fie à ce qui a été annoncé lundi soir (« et qui ne doit en aucun cas fuiter à l’extérieur » dixit Veunac), Nathalie Motsch et Michel Poueyts se partageraient le Commerce, en remplacement d’Édouard Chazouillères. Motsch affirme être débordée entre l’urbanisme et l’AVAP et Poueyts, en tentant de caser son fils à « Plazza Berri », a montré son sens très personnel de l’équité, mais les commerçants devront faire avec. Une façon de dire qu’ils n’auront plus d’interlocuteurs jusqu’à 2020. En effet, les visées électorales du maire ont une toute autre importance que le commerce, et dans l’optique de l’élection municipale de 2020, il faut se faire des alliés. Comme adjoint, Veunac a donc décidé de nommer Louis Vial, le fidèle du premier jour du maire actuel, et Sylvie Claracq, protégée de Barucq. Ce sont donc eux qui empocheront chacun 1200 euros d’indemnités mensuelles.

Lot de consolation pour Bonnamy

Une décision qui a fait hurler Lafite. L’énarque estime que ses troupes sont mal traitées. Alors, magnanime, Veunac abandonne son poste de vice-président du STACBA, le syndicat des transports de l’Agglo, au profit d’Éric Bonnamy, qui, en plus de son mandat, cumule déjà les fonctions d’inspecteur aux Affaires maritimes et de moniteur de surf, mais ne se fera pas prier pour toucher un lot de consolation de 800 euros mensuels.

Et puis, comme les compétences manquent singulièrement dans cette majorité municipale, la benjamine Nathalie Sauzeau va se voir offrir une délégation au numérique non rémunérée. Même sanction pour Hervé Boissier à qui rien n’a été proposé, malgré le colossal travail accompli sur le sujet de la démocratie participative. Furieux, le conseiller municipal claquera d’ailleurs la porte de la réunion avant la fin. Dans la majorité de bric et de broc imaginée par Veunac, il y a effectivement ceux qui bossent et ceux qui touchent. Et ce ne sont pas les mêmes.

Le ridicule engagement de confidentialité de Veunac

Une bonne réunion de majorité ne saurait fonctionner sans une surprise finale et c’est Michel Veunac qui endosse le costume du clown blanc. Veunac se fait grave pour mieux capter l’attention de ses troupes : « Chaque fois que j’ouvre le journal, j’ai peur d’une catastrophe ! », oubliant que la catastrophe, c’est lui et que, s’il était limpide, transparent et respectueux des règles d’une démocratie municipale, il n’y aurait jamais d’article. Toute honte bue, il brandit alors une liasse de feuilles imprimées : « Je fais appel à votre honneur et je vous demande de signer cet engagement de confidentialité » Confondant majorité municipale et école maternelle, le-prince-qui-nous-gouverne poursuit : « Vous devez jurer sur l’honneur que vous n’établirez aucun contact personnel avec les médias locaux ni n’exprimerez de prise de position sur les réseaux sociaux »

Et les CONS-JURÉS d’obtempérer !

Michel Veunac sera ravi en lisant ce blog de voir à quel point il est craint et ce que la majorité pense du texte qui a été signé.

Quant aux Biarrots, de plus en plus convaincus qu’ils vivent en direct le pire mandat de toute l’histoire de la Ville, ils n’oublieront pas de sanctionner en 2020 tous ces coureurs de gamelle qui les ont précipités dans le mur. Quel gâchis, alors qu’il y a dans cette majorité d’authentiques talents qui ne peuvent s’exprimer !

Demain : Et si tout cela finissait au tribunal ?