Quadras en quête d’ère pure

Dans le prolongement de « Biarritz 2.0 », la liste « Changer d’ère », emmenée par Menou et Nalpas, veut construire le Biarritz de 2040.

Emmanuelle Barrère, Philippe Nalpas, Laurence Mir-Graciet, François-Xavier Menou et Daniela Ricalde.

C’est jeune et ça ose tout : « Quand on veut incarner la rupture, il faut une méthode différente » affirme à la presse le « simple porte-parole » François-Xavier Menou. Autour de lui, cinq trentenaires et quadragénaires qui composent la liste « Changer d’ère », presque tous anciens membres de « Biarritz 2.0 », association qui a été présente pendant toute la mandature sur le terrain et qui est donc largement aussi légitime que certaines officines montées quelques mois avant les élections pour partir en campagne électorale.

Quant à la rupture promise, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne saute pas aux yeux des représentants de la presse conviés à échanger au « Café de la baleine » avec cette équipe sympathique : « Des soutiens de poids vont apparaître dans les prochaines semaines » (…) « Nous parlons avec tout le monde et n’excluons aucun rapprochement » (…) « On n’est pas contre une investiture, mais on n’est pas obnubilé par, car la légitimité d’un candidat ne vient pas d’une étiquette ».

Comme toutes les autres équipes qui se lancent en campagne, « Changer d’ère », ne veut visiblement pas dévoiler toutes ses cartes et reste un peu dans le vague, même si quelques slogans mûrement réfléchis dessinent un peu ce que va être cette liste : « Nous voulons que les Biarrots retrouvent la fierté d’être Biarrots ». « Nous sommes la génération la mieux à même de construire le Biarritz de 2040 ». « Les attelages recomposés qui se mettent en place nous semblent obsolètes ». « Notre candidature n’est pas contre quiconque. Nous prônons des valeurs d’humilité, d’écoute, de respect et surtout d’intégrité ». Michel, pourquoi tu tousses ?

Heureusement, un échange confiant avec la presse succède au formalisme un peu désuet de la déclaration de candidature. Les deux éléments de la liste à être membres d’un parti politique (Menou est le suppléant de Vincent Bru à l’Assemblée nationale, Nalpas l’assistant parlementaire du sénateur Max Brisson) affirment avoir évoqué leur candidature avec leur mentor. Pour le « simple porte-parole » François-Xavier Menou, qui, parions-le, devrait finir tête de liste, Vincent Bru, contrairement à une rumeur tenace n’a jamais été intéressé par Biarritz et voit sa candidature avec bienveillance. Quant à Philippe Nalpas qui faisait partie avec Daniela Ricarde de l’équipe municipale lors du dernier mandat de Didier Borotra, il affirme qu’il en est de même avec Max Brisson.

Reste un point d’importance à préciser quand on affirme que cette candidature n’est pas contre quiconque. Est-ce qu’une alliance avec Michel Veunac serait possible au soir du premier tour ou même avant ?  Les possibles enfants et petits-enfants du maire actuel, compte-tenu de l’écart d’âge qui les sépare, se montrent clairs sur le sujet : « Nous ne pensons pas que Michel Veunac soit le candidat qui puisse faire changer d’ère Biarritz ». Ouf, on respire.