Les malices élyséennes de La Semaine

Ce n’est pas par hasard si un dithyrambe de deux pages vient de paraître dans La Semaine. Le soldat Veunac avait rendez-vous jeudi à Paris et il fallait faire croire qu’il comptait encore quelques soutiens.

Ce n’est pas à un vieux chef d’orchestre comme Michel Veunac qu’on va apprendre à jouer de la musique ! Si Mimi-la-Malice se représente aux prochaines élections municipales, vous êtes priés de croire que c’est uniquement parce qu’il n’a pas fini sa tâche et que ses amis le poussent à poursuivre. Ce n’est évidemment pas par goût du pouvoir, des honneurs et des subsides qui vont avec, qu’un homme comme lui enchaînerait un deuxième mandat à 74 ans bien sonnés. Juste l’occasion une fois de plus de se sacrifier et de montrer son sens public et son altruisme.

Il ne s’est pas tué tout seul, Veunac ?

On connaît tous la soudaine et inextinguible passion pour Michel Veunac qu’affiche La Semaine du Pays basque, depuis le premier jour de son élection.  Ce qui n’a pas empêché le lecteur passionné que je suis de sursauter en lisant l’enquête des pages 2 et 3 de l’hebdomadaire, intitulée «  Mais qui veut tuer Veunac ? » signée par Jean-Philippe Ségot. Naïvement, pour avoir bien suivi pendant six ans ce calamiteux mandat comme jamais Biarritz n’en avait connu, j’avais tendance à croire que Veunac s’était tué tout seul avec son goût du pouvoir solitaire, ses hésitations, son incapacité à fédérer son équipe, ses copinages permanents et ses cachotteries systématiques.

Heureusement, La Semaine  est là pour remettre les petits bolcheviks dans le droit chemin et leur apprendre que les démissions successives d’Amigorena, Chazouillères, Motsch, Lannevère et autres relèvent d’une « tempête dans un bidet », que Max Brisson affiche « l’élégance de l’hippopotame », que le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume serait en fait un « ministre sous-marinier »  et que le « débranché »  Veunac va se rebrancher avant de gagner les doigts dans la prise la prochaine élection.

Une vérification du calendrier s’impose. Le chef d’orchestre Veunac sait donner le la à ses musiciens, mais quel est l’intérêt de ce dithyrambe sans recul à plus de trois mois des élections, alors qu’il aurait eu une toute autre efficacité vers mi-février ?

Un article qui arrive à point…

C’est du côté de Veunac et non de La Semaine qu’il faut chercher. Bisque, Bisque, Basque ! persiste et signe : la garde rapprochée de Macron cherche bien à « débrancher » Veunac et à mettre fin à ses souffrances, ce qui dans le cas présent relève de la plus totale humanité. Mais Mimi-la-Malice, soit pour continuer à faire monter les enchères, soit parce qu’il ne peut désormais plus envisager son existence sans une écharpe tricolore autour de la poitrine, est bien décidé à aller jusqu’au bout et à mener campagne, même s’il ne sait pas trop avec qui faire route.

Jeudi dernier, notre sémillant-maire-que-le-monde-entier-nous-envie était à nouveau reçu à Paris pour un entretien qui s’annonçait compliqué pour lui. Et miracle, quelques heures avant la rencontre prévue, un PDF de cet article pouvant faire croire aux instances parisiennes que Veunac avait encore des soutiens à Biarritz atterrissait sur le bureau. Entre amis, c’est bien la moindre des choses de se rendre des petits services de ce genre.

Un bidet ou une piscine olympique ?

Reste que la ficelle est un peu grosse et que la « tempête dans un bidet » a fait un peu tousser en haut lieu. En effet, la situation autour de Veunac relève du jamais vu pour un maire normal d’une ville normale. Outre les démissions des trois adjoints déjà cités Amigorena, Chazouillères, Motsch, il faut maintenant rajouter le premier adjoint Guy Lafite qui annonce sur France Bleu Pays basque qu’il ne repartira pas aux côtés de Veunac et qu’il soutiendra Didier Guillaume et les abertzale Poueyts et Daguerre qui viennent à leur tour de lâcher Veunac.

https://www.francebleu.fr/infos/politique/biarritz-guy-lafite-lache-veunac-et-rejoint-guillaume-1575037703

Pour caser tout ce beau monde dans un bidet, ça va être un peu compliqué. Désormais compte tenu de la débandade générale, on est beaucoup plus près de… la piscine olympique que du bidet, cette fameuse piscine olympique que Veunac avait promise aux Biarrots et qu’ils n’ont jamais vue. Manquerait plus que « l’hippopotame » Brisson décide à son tour de se jeter dans le grand bain !

Un appel du pied?

La nouvelle permanence électorale choisie par Guillaume Barucq interpelle. L’homme qui revendique la « place aux jeunes » a choisi un ancien magasin d’antiquités pour faire campagne. Ses détracteurs vont encore dire que c’est pour pouvoir s’allier le cas échéant à Michel Veunac au soir du premier tour. 

RamDam 64-40 est décidément tout terrain

La réunion publique de l’association citoyenne a été l’occasion d’échanges passionnants et d’une parole très apaisée entre élus et citoyens.

Et dire que ce nouveau-né prometteur a tout juste vingt-deux mois ! À RamDam, ce n’est pas parce qu’on marche à peine qu’on a peur de la difficulté : faire une réunion publique un jour de pluie basque, dans un lieu bayonnais peu connu du grand public (beaucoup se sont perdus du côté de l’université !) et pendant les vacances scolaires, c’est faire le pari d’une salle vide. Merveilleuse surprise, plus de soixante-dix personnes avaient pris place jeudi soir dans l’amphithéâtre du conseil permanent de la Communauté d’Agglo pour mettre, comme convenu, leur grain de sel dans les futures élections municipales. RamDam 64-40 militant pour que les élus s’engagent et non pour qu’ils dégagent, de nombreux candidats ont honoré ce rendez-vous citoyen, comme Jean-Claude Iriart et Sophie Bussière, Colette Capdevielle, François-Xavier Menou, Nathalie Motsch, Jacques-André Schneck ou Corine Martineau ainsi que de nombreux candidats des Landes.

Est-ce la proximité de l’échéance électorale qui rend tout le monde soudain attentif et à l’écoute des autres ? Tous les élus jouent le jeu en évitant de dérouler leur programme et en faisant des propositions particulièrement intéressantes, destinées à alimenter la future « lettre d’engagement » et la proposition de MDI (Minimum Démocratique Indispensable) que RamDam 64-40 souhaite faire parvenir mi-décembre aux têtes de liste des agglomérations des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Et les « simples citoyens » ne se gênent pas pour faire eux aussi des propositions ébouriffantes.

Première énorme surprise, alors que l’idée d’un contrôle citoyen faisait encore hurler les politiques il y a dix ans, les élus sont désormais unanimes pour estimer que l’action des politiques doit être supervisée par les citoyens. C’est le choix de la méthode qui suscite le débat. Jacques-André Schneck, candidat à Biarritz souhaite nommer un déontologue, tandis que Nathalie Motsch, elle aussi candidate à Biarritz, s’engage à organiser au bout de deux ans de mandat une enquête de satisfaction et promet une « gouvernance partagée » avec un organisme indépendant disposant d’un droit de veto sur les futurs projets municipaux. D’autres parlent de « conseil des sages » ou de citoyens tirés au sort pour superviser l’action municipale.

Le président Michel Gellato, par ailleurs rédacteur du journal satirique « Le panier à salades », n’a pas manqué de mettre son grain de sel dans le débat.

Le respect de l’opposition fait aussi l’unanimité, alors que les exemples palois ou biarrots choisis par RamDam 64-40 montrent qu’on en est fort loin. Jean-Claude Iriart affirme qu’un membre de l’opposition sera systématiquement présent dans toutes les commissions importantes de la Ville, tandis qu’un autre participant suggère que le principal opposant de la majorité municipale soit automatiquement nommé à la tête de la commission des Finances pour qu’un contrôle effectif des dépenses soit effectué.

Les idées fusent de tous côtés et le président Gellato, en s’efforçant de tout noter, est à la peine tant les propositions abondent,. Le cumul des mandats, le manque de transparence, le favoritisme sont évoqués. Colette Capdevielle approuve sans réserve, « même si cela coûte cher », la publicité systématique des débats pour les grandes métropoles et la possibilité que tous puissent les suivre sur Internet. François Amigorena fait rire tout le monde en racontant comment il a dû batailler en 2014 pour convaincre Michel Veunac de laisser filmer les conseils municipaux. Qui aurait mesuré l’étendue du désastre sans cet indispensable outil de la démocratie ?

Les lenteurs de la Justice, la possibilité d’accéder aux documents administratifs grâce à la CADA, mais aussi les prises illégales d’intérêt sont passées en revue.

Un des participants, saisi d’enthousiasme, propose même que RamDam 64-40  dépose des projets de lois au Parlement pour aider à la représentation des citoyens face aux élus. RamDam va en parler à Richard Ferrand mais a conscience d’avoir encore un peu de travail devant lui.

Seul regret de cette soirée véritablement enthousiasmante, alors que Mediabask et La Semaine du Pays basque étaient présents, Sud Ouest a boudé RamDam 64-40 et n’a même pas daigné répondre ni à mes mails ni à mes coups de téléphone.

Mais dans ce dur métier de journaliste, on ne peut pas tout faire : compter les palombes et s’intéresser aux actions citoyennes.

Le débat a été animé par Dominique Lapierre, farouche surveillant des dérives landaises.

L’ex-députée Colette Capdevielle considère que toutes les villes d’importance doivent permettre l’accès aux conseils municipaux par la vidéo.

 

Les sous-doués sont de sortie

Incompétences multiples, dissimulations avérées, attentats démocratiques à répétition, la garde rapprochée de Veunac, avec ses nouveaux ralliés, est affligeante.

Michel Veunac a du mal à suivre…

Une fois de plus, le dernier conseil municipal (4h30, tout de même !) aura été accablant, avec son collier de perles, de dissimulations délibérées et de tricheries démocratiques. S’il existe encore un Biarrot qui envisage de reconduire la majorité en place en 2020, nous ne saurions trop lui conseiller d’écouter attentivement l’ensemble du conseil pour se convaincre qu’il fait fausse route. Pour les autres, Bisque, Bisque, Basque ! s’est contenté de vous signaler les grands moments de cette désolante soirée.

https://www.youtube.com/watch?v=aTa2W8db1MI

AGUILERA : PAS DE DOCUMENTS JURIDIQUES POUR LES ÉLUS

The Blond biarrote va encore accuser Bisque, Bisque, Basque ! d’en pincer pour Nathalie Motsch, mais quel punch, quel talent oratoire ! Lorsque « Calamity Nathalie » intervient (59e) après la patouilleuse explication de Veunac affirmant que le projet d’aménagement d’Aguilera est désormais porté par la Ville et non par un opérateur privé et doit donc être soumis à l’Agglo au terme d’une procédure appelée « MECDU 2 », le silence se fait : « Vos explications ne correspondent pas à la réalité juridique. Vous la travestissez. Quand cette farce juridique va-t-elle prendre fin ? (…) Ce n’est plus le projet Pichet ou BO, c’est devenu le projet municipal augmenté. On l’a customisé, histoire que ça fasse propre et crédible. (…) Il faut arrêter de jouer au Monopoly. (…) Ôtez-nous de ce doute insupportable d’engagements que vous avez dû prendre auprès de certains pour manifester un tel entêtement juridique. »

Avec son air de ne pas y toucher et son physique de gendre idéal, il faut se méfier du Chazouillères qui dort. L’ancien adjoint sort du silence (1h13’) et son intervention fait très mal à la majorité : « Les éléments juridiques, on ne les a pas eus. Je m’étonne que ces textes n’aient pas été communiqués au conseil municipal. Les documents liés à une délibération doivent être produits. Surtout quand les conseillers le demandent. « 

Et Veunac, avec un aplomb insurmontable, d’essayer de calmer l’incendie : « on vous les fournira », ce qui est un peu scandaleux une fois que le vote de la délibération a eu lieu. Mais il avait déjà procédé à un tel attentat démocratique au moment des délibérations sur Le Palais.

AMIGORENA FAIT DU DEVOS

Grâce à François Amigorena, les Biarrots ont compris que le dossier est plus plurifonctionnel quand c’est la Ville qui le présente plutôt que l’Agglo.

« L’humour est la politesse du désespoir » dit l’adage. Face à tant d’incompétence, tant de mauvaise foi, François Amigorena vote pour le parti d’en rire afin que tout le monde comprenne à quel point les dés sont pipés dans cette délibération (1h18’). « C’est le caractère plurifonctionnel, joli mot, qui justifie que les services juridiques de l’Agglo refusent de traiter cette MECDU et la transfèrent aux services juridiques de la Ville ? Veunac opine mollement du bonnet tandis qu’Amigorena enchaîne : « Donc le projet présenté à l’Agglo par la Ville est PLUS plurifonctionnel que l’ancien ? » Cette fois Veunac est largué. Amigorena reprend : « Non, c’est le même ! Si le caractère de plurifonctionnalité est identique, quelle est la différence juridique ? Je voudrais avoir une explication claire et convaincante » On l’attend toujours, même si Lafite est obligé de s’y coller tant Veunac reste sans voix.

BARUCQ RELOOKÉ EN PRÉSIDENTIABLE

Tata Corine est passée par là.

On était habitué à ses tenues de surfeur, mais visiblement tata Corine Martineau est passée par là. La veste grise et la chemise blanche font désormais partie de la panoplie du presque candidat docteur, même si la volonté de ne fâcher personne reste la même. : « On a perdu beaucoup trop de temps. Ces grands projets là, il faut les calibrer dès le début du mandat. On a tergiversé infiniment sur la piscine. (…) Il faut préserver le bois de Montorian (…)  On diabolise beaucoup trop le BO à l’heure actuelle. Il est dommage de se déchirer sur un aussi beau projet. » Après avoir distribué une pincée de consensualité à tout le monde, Barucq votera pour cette délibération.

MIMIAGUE FAIT ROUGIR VEUNAC

Françoise Mimiague va ramener un peu de bon sens dans ce monde de brutes en rappelant que son service totalise actuellement « 1400 demandes de logements sociaux rien que pour les Biarrots. » La discrète adjointe précise sa pensée en rappelant que « la commune est propriétaire du terrain et c’est à la commune de décider qui sera le bailleur social » avant de porter le coup décisif « Pourquoi a-t-on fait appel au constructeur Pichet ? » Une excellente question qui fait rougir Veunac. Heureusement pour lui, Ghis Haye s’empresse de prendre la parole pour une intervention décisive « Je ne rentrerai pas dans ce débat qui me dépasse totalement ». Si c’était le seul !

TOUT DÉSORMAIS RAVIT SAINT-CRICQ

C’est quand même formidable la politique ! Pendant quatorze ans, l’avocat biarrot a trouvé que rien n’allait dans Biarritz. Et puis soudain visité par la grâce, il trouve depuis le vote de l’Hôtel du Palais, tout magnifique. Tandis que Maïder Arostéguy, à propos de l’aménagement de la zone d’Iraty s’étonne : « Pourquoi devons-nous dans ce dossier baiser la babouche de l’Agglo ? », celui qui n’a plus d’opposant que le nom prend la parole pour se déclarer « tout à fait favorable à l’aménagement d’Iraty » Qui aurait pu en douter ? Jean-Benoît Saint-Cricq se sent obligé d’être aussi enthousiaste sur la Cité de l’Océan qui totalise tout de même 69 000 entrées en 2019, quand Borotra en 2008 évoquait une perspective de 350 000 visiteurs annuels : « Nous sortons de l’ornière » Et pour prolonger son quart d’heure de gloire d’opposant féroce : « Je ne suis pas mécontent. J’ai l’impression d’avoir participé » Comme disait le baron Pierre de Coubertin, « l’essentiel, c’est de participer ».

VEUNAC ET LES MATHS, ÇA FAIT DEUX

Pour expliquer pourquoi il va falloir voter une nouvelle subvention de 150 000 à la section rugby du BO omnisports, Michel Veunac se lance dans une démonstration mathématique limpide : « Là où il y avait une subvention globale, il a fallu partager, donc ajouter »

Autrement dit, quand Veunac partage une baguette de pain de 200 grammes entre le BO omnisport et la section rugby amateur qui a repris son indépendance, Veunac fait deux morceaux de 150 grammes chacun ?

Heureusement pour le maire, Veunac a des adjoints qui savent le sortir de l’ornière. L’adjointe aux Sports, Stéphanie Ricord monte au créneau : « Le BO n’est pas en dépôt de bilan. C’est très compliqué, mais pas à ce point. Nous faisons un travail d’apurement des comptes. L’Urssaf a aussi mis un coup d’arrêt à certaines pratiques qui étaient dans l’ILLÉGALITÉ… », Le conseil municipal sursaute en entendant parler d’illégalité, tandis que Stéphanie Ricord tente de se reprendre. « Illégalité, ce n’est pas vraiment le terme. Les associations qui n’avaient pas les moyens de salarier quelqu’un, octroyaient des frais de déplacements ; ça se pratique, on le sait. Mais ce n’est pas dans les clous. »

Encore un dossier défendu de façon convaincante !

BOISSIER A MANGÉ DU LION

Pour la cinquième fois de la soirée, Hervé Boissier, le conseiller qui pratique le franc-parler, intervient : « Vous êtes en train de nous dire que tout le monde savait et qu’on n’a rien fait ! Par ailleurs, j’ai cru comprendre que les difficultés venaient essentiellement du rugby. » Stéphanie Ricord tempère : « Le rugby a plus de dettes que les autres, mais toutes les sections n’étaient pas vertueuses pour autant. » De l’art de se faire des amis… Veunac s’efforce de calmer le feu : « Il ne faut pas confondre des maladresses de gestion et de l’affairisme », mais Hervé Boissier n’en peut plus de ces petites manœuvres permanentes : « Depuis que je suis conseiller municipal, chaque année on a une subvention supplémentaire à voter et chaque année, ça tombe sur le rugby ». Monsieur est observateur.

L’ATTENTAT DÉMOCRATIQUE STREETEO

Veunac en panique :  » Aidez-moi, Landrin, aidez-moi! »

Et l’on est reparti pour le petit roupillon final du conseil municipal, bercé par la douce voix de Jeannine Blanco, lorsque ce vilain garnement de Chazouillères dégaine le pétard qui va mettre le feu à la salle : « Concernant le renouvellement du contrat de Streeteo prévu au 1er janvier 2020 et sa résiliation possible jusqu’au 30 septembre 2019, je voudrais savoir si vous êtes satisfait du bilan économique et social de Streeteo ? » Ne ratez pas ce grand moment (4h03’) ! Peio Claverie, responsable du stationnement : « Je n’ai pas d’idée ! »  Soupir de Veunac : « Il n’a pas d’idée l’adjoint ! Alors, bon ! »  (Il aura fallu six ans à Veunac pour s’en apercevoir !). Panique totale dans l’état-major. Si vous tendez bien l’oreille au moment où Michel Veunac se tourne vers le directeur des services Christophe Landrin, vous allez l’entendre gémir : « Aidez-moi, Landrin, Aidez-moi ! »

Et c’est ainsi que l’on apprend que le contrat de Streeteo a été renouvelé sans que personne ne juge bon de demander son avis au conseil municipal. Un scandale démocratique, un de plus, de cette mandature quand on sait les conséquences économiques désastreuses de la nouvelle politique de stationnement de la Ville.

Vous conviendrez donc avec nous, après écoute de ce conseil, qu’il faut aider Veunac et sa garde rapprochée et mettre fin à leurs souffrances. Cette bande de sous-doués ne doit pas être admise en classe supérieure en 2020 et repartir pour un mandat de six ans.

Libérez-les de leurs fonctions et renvoyez-les chez eux. Ils ont démontré qu’ils n’avaient rien à faire dans une salle de conseil municipal.

Élus ordinaires d’une ville ordinaire…

Le G7 nous prouve une fois de plus que la majorité ne marche vraiment pas au super (Chronique publiée dans Mediabask, le 8 août).

Les penseurs de la majorité sont déjà concentrés sur le mandat suivant. Ils sont tellement préoccupés des Biarrots qu’il serait vraiment dommage de se passer d’eux dans le futur.

Quand vous les croisez, ils vous expliquent qu’ils ont accepté un mandat par passion de la vie publique et sens exacerbé de l’intérêt général. Et si d’aventure, ils se représentent en 2020, c’est bien entendu parce qu’ils ont cédé à la pression affectueuse de leurs amis et non parce qu’ils y trouvent leur compte.

Imaginons maintenant une ville de la côte basque sur le point d’accueillir un grand sommet international. Le débat n’est pas de savoir si l’initiative est judicieuse ou non, même s’il y aurait beaucoup à dire sur le sujet. Mais dans une ville ordinaire, avec des élus ordinaires, chacun en fonction de sa délégation se préoccuperait de savoir comment les personnes âgées résidant en centre-ville vont pouvoir traverser cet événement sans trop de dommage. Quelques emplois jeunes, dûment badgés, sembleraient particulièrement indiqués, dans cette cité balnéaire où la moyenne d’âge flirte avec les soixante ans, pour recenser les esseulés et voir les menus services à leur rendre pendant le G7.

En effet, au vu des contraintes multipliées à plaisir par l’État pour la venue des grands de ce monde, il n’est pas du tout sûr que le ravitaillement et les tâches quotidiennes puissent se dérouler normalement. Un exemple parmi d’autres ? L’Agglomération annonce que pendant quinze jours, du 19 août au 2 septembre, toutes les poubelles situées dans la zone rouge de la Ville seront neutralisées et inutilisables et que les ordures ménagères devront être portées en zone bleue. À pied, puisque les voitures seront interdites. Sachant que les côtes sont raides à Biarritz, ils vont devenir musclés nos papis et mamies si pendant quinze jours ils doivent faire une grimpette quotidienne pour se délester de leurs déchets ! Et émaciés, puisqu’ils ne sont pas sûrs de pouvoir trouver à se ravitailler.

Évidemment, aucun de ces élus beaux parleurs n’a consacré une seconde de son temps si précieux pour imaginer un dispositif facilitant la vie des plus nécessiteux. On offre aux séquestrés le spectacle de Macron, Trump et Veunac paradant dans une ville déserte et ils oseraient se plaindre ! Un spectacle que les manants ne pourront d’ailleurs voir qu’à la télé puisqu’il sera interdit de se mettre aux fenêtres. Nos élus de la majorité à Biarritz, vous l’avez compris, ne sont pas ordinaires et ils n’ont pas de temps à consacrer à des tâches aussi triviales. Ils sont déjà tellement ivres d’eux-mêmes, tellement occupés à se demander s’ils réussiront à obtenir un selfie avec Macron ou une risette de Brigitte, qu’ils ne vont pas s’encombrer l’esprit avec des gens qui n’avaient qu’à se mettre au vert comme la majorité. Heureusement qu’un élu de l’opposition, même pas candidat en 2020, François Amigorena, a eu la bonne idée de créer une page Facebook « Entraide G7 » pour tenter de limiter les dégâts. Même s’il n’a pas les moyens de la majorité à sa disposition.

Car ainsi va désormais notre démocratie : pendant que certains festoieront au Palais, d’autres se contenteront de la série « Poubelle la vie ! »

G7 : le grand bazar a déjà commencé

30 minutes d’attente au minimum pour les nigauds qui ont répondu dès aujourd’hui à la convocation de la sous-préfecture. Pour s’entendre dire que les badges des habitants de l’hyper centre ne sont pas prêts.

Il est bien évident qu’un 1er août, il est beaucoup plus agréable de faire la queue dans un centre style assurances maladie, hôpital ou agence pour l’emploi, avec retrait d’un ticket et maigre espoir d’entendre enfin son numéro d’appel que de déambuler au bord de l’océan. Bons citoyens, décidés à faire preuve de civisme malgré les folies de leur maire cautionnant un G7 en plein mois d’août, les Biarrots ont donc répondu en nombre à la convocation qu’ils avaient reçue par mail de la sous-préfecture de Bayonne. Sauf que cette convocation était une vaste blague qui n’augure pas bien de ce que nous allons endurer dans les semaines à venir.

Quand votre tour de s’avancer vers le guichet disponible arrive enfin, la préposée s’étonne de ne pas trouver votre nom, appelle sa collègue puis sa supérieure hiérarchique. Et d’un seul coup tout s’éclaire. « Vous habitez l’hyper centre ? » Oui, sinon je ne serais pas là à perdre mon temps à cause des caprices des grands de ce monde. « Les badges ne sont pas encore prêts. Il y a encore des vérifications à faire. Ils ne le seront que dans quinze jours » Même les assurances maladie n’osent pas vous faire un coup comme cela ! Et quand vous vitupérez en vous demandant pourquoi dans ce cas-là la sous-préfecture vous a convoqué, tout le monde prend l’air gêné, regarde les mouches au plafond, avant de vous rétorquer cette remarquable réflexion : « C’est comme ça ! »

La sous-préfecture de Bayonne se moque du monde : rien n’indiquait dans le mail que certains Biarrots du centre-ville allaient se déplacer inutilement.

 

« Allô, Allô, Mouriscot ne répond plus »

À gauche, la tour métallique érigée derrière le collège Fal. À droite le camion avec parabole télescopique.

Un « C’est comme ça ! » que nous n’avons probablement pas fini d’entendre tout le mois d’août, tant il est évident que le grand bazar qui va nous pourrir l’existence pendant un mois est destiné à la satisfaction des plus grands au détriment des citoyens ordinaires. Le collège Fal va être le PC sécurité de l’événement pendant la durée du G7. Un peu surpris les riverains ont vu une tour métallique bardée d’antennes être érigée, sans que personne ne juge bon de leur donner la moindre explication. Depuis peu un camion doté d’une sorte de grande parabole téléscopique a pris place non loin de la tour métallique. Là non plus pas la moindre explication. Mais un constat que font les habitatns de ce quartier : les conversations téléphoniques par téléphone portable sont devenues depuis peu très aléatoires et il n’est pas rare de devoir s’y reprendre à quatre ou cinq reprises pour terminer un échange avec ses proches. Vrai ? Faux ? Bisque, Bisque, Basque ! n’ayant aucune compétence en matière de téléphonie se gardera bien de trancher mais déplore le mépris et l’indifférence dans lequel on tient la population.

Débrouille-toi avec tes ordures ménagères !

Et il y a plus fort encore ! Fort benoîtement, l’Agglo distribue à tout-va un tract dans lequel elle annonce que du 19 août au 2 septembre  (soit deux semaines tout de même) toutes les poubelles et containers à ordures seront neutralisés dans la zone rouge. Sachant que les personnes âgées sont majoritaires dans cette zone, et que si l’on part de la place Clemenceau il y a des côtes à avaler de tous côtés, on se demande comment vont faire nos seniors qui, si l’on en croit l’Agglo, n’auront qu’à les déposer en zone bleue. Ils vont devenir musclés nos pépés et mémés en portant leurs sacs poubelle !

Heureusement qu’un des opposants de cette ville, François Amigorena, a eu l’idée de créer une page Facebook « SOS G7 Biarritz », où les plus costauds se proposent d’aider les plus faibles à survivre en milieu hostile le temps du G7, car du côté de la majorité municipale il n’y a vraiment rien à espérer.

https://www.facebook.com/SOS.G7.Biarritz/

Vous imaginez ce que va donner un appartement surchauffé en cette période de fin du mois d’août, avec l’interdiction d’ouvrir ses volets le temps du G7 et quatorze jours de déchets ménagers empilés dans la cuisine en attendant la libération de la ville ?

Mais visiblement, le maire et ses adjoints ne considèrent pas qu’il entre dans leurs attributions de se soucier des Biarrots les plus démunis. La perspective de serrer la louche à Macron, de compter les rides de la première dame et de pouvoir détailler la mystérieuse coiffure de Trump, va amplement suffire à leur bonheur et ils ne vont pas en plus s’encombrer l’esprit avec des détails aussi triviaux que le bien-être des Biarrots nécessiteux.

En espérant que ce sera la dernière valse de tous ces petits roitelets locaux qui déshonorent la politique et qu’un grand coup de balai les attend en mars 2020.

 

C’est le festival Onda Cariocaisse !

Incapable de présenter à temps un budget prévisionnel pour l’édition 2019, le producteur de Vincent Cassel demande 200 000 euros à la Ville pour 2020 en évoquant «des frais d’annulation». Par ici, la monnaie !

La page de garde du document remis aux élus par Vincent Cassel et son producteur. On s’y croirait, même si ça fait cher le palmier.

Avec l’abnégation d’un voyageur de commerce cherchant à fourguer une encyclopédie en cinquante volumes à un illettré, notre pauvre maire débordé, quand il se fait mettre dehors par la porte, revient par la fenêtre et si elle est close, n’hésite pas à forcer un vélux ou à passer par le soupirail de la cave. En l’absence du moindre document écrit, les élus avaient réussi à faire annuler une subvention de 100 000 euros attribuées au festival « Onda Carioca » souhaité par Vincent Cassel, mais il en faudrait beaucoup plus que cela pour freiner les ardeurs people de notre Mimi-la-Malice. Mardi 15 juillet, il a donc remis le couvert en commission générale (une réunion à huis clos des élus) en présence de Vincent Cassel et de son producteur, un homme dont personne n’a retenu le nom mais qui, a laissé pour le moins perplexe ceux qui assistaient à cette commission générale.

Mise doublée pour 2020

Si Vincent Cassel éprouve une authentique passion pour le Brésil, il a sans doute dû roupiller sévère pendant les cours d’instruction civique pour s’être imaginé qu’un simple accord oral avec Michel Veunac lui permettait de lancer son festival sans que les élus ne valident sa demande de subvention. Retoqué faute d’avoir monté un dossier digne de ce nom, Cassel et son producteur sont donc revenus à la charge et, comme des joueurs malheureux au casino, ont doublé la mise en toute simplicité.

Avec Photoshop, rien de plus facile que de remplir de foule enthousiaste le Port vieux. Et pour la marée, on fait comment?

Pour réussir cet exploit peu commun, ils ont fait vibrer les petits cœurs de midinettes des élus en les abreuvant de noms ronflants, en les faisant rêver d’un Port-vieux noir de monde et en leur promettant d’innombrables émissions de télévisées sur le festival. Qui peut un an à l’avance être certain de sa couverture télé, même quand on s’appelle Cassel ? Mais l’esprit critique était assez peu de mise mardi soir, Cassel et son producteur remettant aux élus présents (plusieurs comme Nathalie Motsch ou Hervé Boissier étaient retenus par leurs obligations personnelles ou professionnelles) un dossier propre à séduire tout le monde. Ou presque !

Et puis, comme Cassel et son producteur sont de grands pudiques, c’est en regardant la pointe de leurs chaussures qu’ils ont demandé 200 000 euros de subvention, alors que la Ville ne leur en avait accordé que 100 000 il y a quelques mois avant de se rétracter.

Pas de chance pour eux, parmi les présents, se trouvait un chef d’entreprise François Amigorena, qui sait lire les budgets prévisionnels et qui s’est intéressé à une petite ligne fort discrète, rédigée en noir sur fond bleu pour qu’elle soit encore moins lisible :

Intitulée « Report à nouveau, suite à l’annulation de l’édition 2019 », cette ligne affiche tout de même un montant de 125 152 euros. Autrement dit, le producteur de Vincent Cassel, qui a été infoutu de présenter un dossier digne de ce nom pour obtenir une subvention, demande à la Ville de lui rembourser les frais qu’il a engagés pour 2019, alors qu’il n’avait pas le moindre lien contractuel avec Biarritz !

Seuls trois élus s’opposent

Une décontraction qui n’a semble-t-il pas ému plus que cela l’assistance puisqu’en dehors de François Amigorena, seuls trois élus se sont étonnés : Françoise Mimiague, Brigitte Pradier et Ghis Haye.

Le budget prévisionnel de l’événement : une petite plaisanterie à plus d’un million d’euros.

Et pour que le vaudeville soit complet, Veunac a profité d’une pause-pipi de son ennemi préféré, François Amigorena, pour faire voter vite fait les élus afin de savoir si on devait ou non continuer à travailler avec Cassel. En dehors des trois noms précédemment cités, personne n’a rien trouvé à y redire, Guillaume Barucq se fendant même d’un discours enthousiaste en faveur de ce projet.

Seul petit détail qui n’a visiblement ému personne, les commissions générales sont faites pour informer à huis clos les élus de dossiers où des informations commerciales ne peuvent être rendues publiques (il en avait été de même pour Aguilera et Pichet) mais les décisions et a fortiori les votes doivent être effectués en conseil municipal.

Deux conclusions s’imposent donc sur ce dossier « Onda Carioca » qui va encore faire couler beaucoup d’encre à l’avenir. Soit Veunac et Lafite, au bout de cinq ans de mandat, ne maîtrisent toujours pas les règles de la vie publique et dans ce cas-là il est urgent de ne pas les réélire, soit ils sont capables de toutes les fourberies et dans ce cas-là aussi il est indispensable de ne pas les réélire.

Ce qui leur laissera un peu de temps pour méditer le vieil adage : « Tout ce qui brille n’est pas d’or ! »

C’est celui qui le dit qui l’est

Veunac adore l’ambiance cour d’école pendant les conseils municipaux. Jeudi soir, l’homme qui a la réputation d’avoir toujours un temps de retard lorsqu’on lui explique quelque chose, s’est permis une réflexion totalement saugrenue à l’égard d’Édouard Chazouillères, cherchant à comprendre l’imbroglio autour de la villa Sion. Sans rire le moins du monde, celui qui déshonore le rôle de maire par des propos d’un tel niveau, a répondu aux questions totalement pertinentes de Chazouillères par un méprisant : « On ne peut pas faire coïncider nos projets avec le temps que vous mettez à les comprendre ».  Ce à quoi, Édouard Chazouillères, toujours aussi pince sans rire, a répondu : « C’est depuis que je vous ai quitté, Monsieur le maire ! ».

Quelques minutes plus tard, vexé d’avoir un temps de retard sur son seigneur et maître, le premier adjoint « La Faillite nous voilà ! », s’est donc senti obligé de surenchérir après une question de François Amigorena sur le commanditaire du sondage que subissent les Biarrots actuellement. Croyant les micros coupés et alors que tout le monde se levait, on a pu entendre alors un distinct : « Quel connard celui-là ! »

Comme disent les enfants de l’école primaire, « C’est celui qui le dit qui l’est ! »

Sur le sujet, voir les deux excellents articles de Mediabask :

https://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20190718/insultes-au-conseil-municipal-de-biarritz

https://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20190719/les-elus-de-biarritz-reagissent-aux-propos-insultants-de-guy-lafite

Et aussi un très bon décortiquage du budget prévisionnel par Jacques Saury dans « Biarritzmania » :

Onda Carioca

 

Les salades d’été de Mimi-la-malice

L’été, avec l’arrivée des touristes, est l’époque idéale pour des plats du jour un peu approximatifs. Visite dans les arrière-cuisines municipales. 

La spécialité culinaire favorite de Veunac : le fondant vanille-fraise.

Tous les maîtres-queux (regardez dans le dictionnaire avant de faire des interprétations hâtives !) vous le diront : quand un plat a du succès auprès du public, il ne faut surtout pas le supprimer de la carte. Il y a deux ans, Veunac avait tarabusté sa majorité pour la convaincre de s’offrir un petit sondage, histoire de mesurer la popularité de tel ou tel. Bien entendu, ce sondage « AB-SO-LU-MENT IN-DIS-PEN-SA-BLE ! » offert par les contribuables biarrots, n’était pas réalisé dans la perspective des élections municipales (Quelle vulgarité de croire cela !) mais pour mesurer l’efficacité des services. Les écuries de Bigueyrie, la villa Sion, l’hôtel du Palais et autres spécialités du chef Mimi ayant provisoirement relégué ce sondage au fond du congélateur, notre Veunac-rien-qu’à-nous-et-qu’on-mesure-la-chance-que-l’on-a, vient de le ressortir à l’improviste à quelques mois des élections municipales, si l’on en croit le journal Sud Ouest du 29 juin et les témoignages de nombreux Biarrots, surpris qu’on leur demande par téléphone ce qu’ils pensaient de tel ou tel élu.

Sud Ouest du 29 juin.

Évidemment, seuls les esprits chagrins, les rétifs à toute poésie culinaire qui préfèrent voir écrit sur la carte « Salade verte du jour » à « Délice de la limace » vont s’imaginer que ce sondage a une quelconque visée électorale alors qu’il est évident qu’il n’a été commandé que pour parachever la pluie de bienfaits qui s’abat sur les Biarrots depuis 2014. Et pour le prouver, notre marmiton à écharpe tricolore va s’empresser, lors du prochain conseil municipal prévu le 18 juillet prochain, de rendre public le coût de cette opération si ce sondage n’a pas été payé sur ses propres deniers (François Amigorena lui a déjà demandé par mail). Et en prime, puisque les contribuables biarrots ont probablement financé ce sondage, il pourra nous communiquer les cotes de popularité de chacun, histoire de nous faire passer un bon moment.  

Allo, L’Agglo, il y a quelqu’un ?

On le sait, le cuisinier municipal en chef adore le mois de juillet pour mitonner une de ces spécialités dont il a le secret. En 2018, il avait attendu le 30 juillet pour sortir du four, avec l’appui de cinq élus de l’opposition, le calamiteux projet de l’Hôtel du Palais et l’emporter par 18 voix contre 17. Cette année, les Biarrots trouveront à la carte du menu du 18 juillet « Désaffection et déclassement du domaine public de la villa Sion » et une « décision modificative de crédits n 2 : budget annexe Zone Aguilera ». Il aurait été plus simple de mettre à la carte « L’entrée du jour » et « La spécialité du chef » car nous en saurions tout autant ! Méfiance donc pour les quelques élus encore d’opposition qui devront arriver au conseil municipal en ayant en tête ce vieux proverbe « En juillet, toujours tu te feras rouler dans la farine par le chef cuisinier ».  Ce qui s’est déjà produit le 5 juin dernier.

Veunac a en effet servi aux élus une magnifique préparation de son cru à propos de l’aménagement d’Aguilera. C’est l’Agglo qui lui aurait conseillé de faire une procédure Mecdu unique pour la construction des logements et l’aménagement de l’enceinte sportive. Seul bémol à cette belle histoire, selon des sources bien informées, Michel Veunac dont les rapports avec l’Agglo sont exécrables (il était encore absent lors du dernier conseil communautaire du 6 juillet) n’aurait jamais pris conseil auprès de personne. Quoi de plus simple dans ces cas-là pour un journaliste que de poser la question à cette communauté publique ? Ce qu’a fait Bisque, Bisque Basque ! dès le 7 juin, avec des demandes à ne pas effaroucher un enfant de 7 ans.

Mais il faut croire décidément que rien n’est simple dans cette Agglo qui se refuse à toute publicité des débats et qui maîtrise à l’évidence l’art de botter en touche. Après de multiples relances, j’ai fini par obtenir le 28 juin un mail laconique de l’attachée de presse m’indiquant « Sur le dossier d’Aguilera, il appartient au Maire de Biarritz de s’exprimer et non aux services de l’Agglomération ».

Une réponse inadmissible qui montre bien que l’Agglo est pour le moment l’Agglo des élites et non l’Agglo de tous et que les élus, même s’ils se détestent entre eux, se tiennent encore et toujours par la barbichette. Mais nul doute que Veunac, s’il a véritablement demandé conseil à l’Agglo, se fera un plaisir de fournir les preuves écrites de ses démarches.

Brisson ferait bien de se méfier

(Photo Sud Ouest

Et l’on en arrive au sujet qui passionne actuellement tous les Biarrots : Veunac va-t-il annoncer qu’il se représente en septembre après son calamiteux premier mandat qui a vu presque tous ses adjoints partir dans l’opposition ? Max Brisson, qui suit de très près les affaires biarrotes, affirme à tout va que Veunac est « épuisé » et ne se représentera pas en septembre. Les photos d’un Veunac, 73 ans tout de même, livide aux côtés de Christophe Castaner pourraient donner quelque consistance à cette thèse. D’autant plus qu’un autre Biarrot célèbre, exilé à Arbonne, s’agite beaucoup pour compliquer la vie de son successeur. Didier Borotra appelle régulièrement son grand ami François Bayrou, celui même qui a engagé à l’insu de son plein gré Sophie Borotra comme directrice des halles de Pau, pour le convaincre que le MoDem ne doit pas donner l’investiture à ce maire catastrophique. Mais malgré ce défavorable alignement de planètes, Max Brisson, qui s’est déjà fait avoir en 2014 en n’imaginant pas que Veunac puisse le battre, ferait bien de se méfier.

Veunac, un chef qui goûte sa propre cuisine.

Quelqu’un pouvait-il imaginer Paul Bocuse renoncer à cuisiner avant que la mort ne l’emporte ? Le pouvoir est une drogue dure et, même si Veunac se laisse parfois aller à dire qu’il ne va pas se représenter histoire que ses proches courtisans lui affirment qu’il est indispensable, il est bien évident que l’animal politique qui dirige la Ville, pour peu que le G7 se déroule sans trop de casse, va se requinquer et annoncer qu’il repart de plus belle. En effet, Veunac affirme à ses proches n’avoir aucun doute sur sa réélection face à une opposition totalement morcelée.

Tous les propriétaires de gargotes à touristes le savent : la rédaction de la carte est bien plus importante pour décider le visiteur à franchir la porte de l’établissement que ce qui est servi dans l’assiette. Avec le marmiton Veunac et ses pas très appétissants brouets présentés à chaque conseil on peut donc craindre le pire. Franchement, vous avez envie d’en reprendre pour six ans ?