La France des partis vermoulus

Le mensonge et le non-respect de la parole donnée deviennent la règle dans tous les partis. Triste spectacle !

Le Comité politique des Républicains, pour des questions de gros sous, a décidé lundi soir de ne pas débrancher le candidat Fillon, ce qui n’est guère à son honneur. Mais, avant de le laisser repartir en campagne, il serait peut-être sage de l’envoyer consulter un neurologue, car qui peut raisonnablement envisager d’élire à la tête de l’État un président qui oublie tout ? Le donneur de leçons de morale de la primaire de droite ne se souvenait plus que son épouse avait collaboré avec lui avant 1997. Il pensait ses enfants avocats, alors qu’ils n’étaient qu’étudiants, quand il les a rémunérés comme assistants parlementaires. Il a passé sous silence la légion d’honneur attribuée à Marc Ladreit de Lacharrière, l’employeur de Pénélope à La Revue des Deux mondes. Il a aussi évité de parler de son rôle de conseil auprès d’Axa et de sa société 2F conseil, où il monnaie son carnet d’adresses d’ancien Premier ministre. Annoncé un seul compte en banque alors qu’il en possède quinze. Et, comme c’est bête, « oublié » de déclarer à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) un prêt à taux zéro de 50 000 euros de son ami Marc Ladreit de Lacharrière ( Le Prix de la légion d’honneur ? ). Vous imaginez un peu le résultat pour la France si nous sommes en train d’élire un candidat en pleine confusion mentale ? Et comme l’homme n’en est plus à une guignolade près, François Fillon en meeting à Orléans a osé déclarer, défiant la Justice : « Je repense à cette réplique de Jeanne d’Arc face à ses juges : « Passez outre, je vous prie. » Aurait-il, à l’occasion de la journée de la femme, l’intention de faire enfin bûcher Pénélope ?

Sarkozy torpille l’hypothèse Juppé

Sarko enthousiaste à l’idée de laisser la place à Juppé.

Un pendant ce temps qui ne perd pas la tête, même s’il fait passer son intérêt personnel avant l’intérêt du pays, c’est bien Nicolas Sarkozy. Il faut dire qu’il a tout pour s’entendre avec son ancien « collaborateur » Fillon, car au vu des casseroles que les deux se trimballent, ils vont bientôt pouvoir fonder un orchestre philarmonique. La solution Juppé était une solution honorable pour tout le monde, avec une forte probabilité de victoire pour la droite, mais elle avait l’inconvénient d’écarter encore un peu plus des manettes du pouvoir celui qui revient par la fenêtre quand on le chasse par la porte. Alors notre Nicolas à talonnettes s’est démené pour imposer Baroin. Un homme qui, aux dires du maire de Bordeaux, « n’a pas d’idées et ne fait rien », ce qui semble bien vu. Et Juppé, lassé, de jeter fort dignement l’éponge, au vu des pièges que lui préparent ses « amis ». Si Marine Le Pen est élue, grâce à ces détestables jeux politiciens, nous n’oublierons pas la responsabilité prise par Les Républicains et par son ancien chef qui continue à être nuisible pour le pays, même en ayant quitté le pouvoir.

Des centristes achetés à bas prix

Pour Jean-Christophe Lagarde, la morale en politique, c’est bien… Mais il préfère avoir des députés que des dépités.

Quatre jours de vertu avant de revenir manger dans la main de François Fillon ! Début mars, Jean-Christophe Lagarde décide de quitter le bateau qui semble prêt à sombrer et « suspend » la participation de l’UDI à la campagne, parlant même de « défaite assurée ». Il faut croire que la présence de quelques cars de cathos intégristes, dimanche place du Trocadéro, ainsi que l’éventualité de perdre les quarante sièges de députés réservés à l’UDI, ont balayé tout état d’âme et toute considération morale. Le bureau exécutif du parti centriste a finalement validé l’accord conclu avec Les Républicains sur les investitures pour les élections législatives. Mais il attend encore des « initiatives » de François Fillon sur le « rassemblement de la droite et du centre » pour rallier (de nouveau) le candidat. Pure posture, car certains dans le parti s’impatientent déjà. « Attendre encore » pour le soutenir « n’apportera rien » aux centristes, estime ainsi, mercredi 8 mars, le patron des députés UDI, Philippe Vigier, mettant en garde certains de ses camarades sur le risque de « nouvelles tergiversations ». Allons, ce n’est pas parce qu’un candidat ment comme un arracheur de dents qu’on va s’abstenir de le soutenir, si à l’arrivée la soupe est bonne !

Peu reluisant spectacle à gauche

Le « gendre idéal » François de Rugy a menti devant tous les Français. Même pas honte !

Le spectacle n’est guère plus reluisant à gauche où les mensonges, les coups fourrés et le non-respect de la parole donnée deviennent la règle. Oubliez Cahuzac et prenez le premier communiant François de Rugy. Rêve de belle-mère, avec son côté bien propre sur lui et sa façon de vous regarder droit dans les yeux quand les caméras sont braquées sur lui, il s’engage à soutenir le vainqueur de la primaire de gauche, quel qu’il soit… avant d’annoncer le 22 février qu’il saute au cou d’Emmanuel Macron. Dans un pays où le mensonge n’est pas la règle absolue, pour un tel manquement public à sa parole, plus un électeur ne voterait pour lui. En France, on sourit de cette virevolte. Prenez un Bertrand Delanoë qui s’était comporté avec beaucoup de dignité depuis son départ volontaire de la mairie de Paris. Et que fait-il pour la première fois où il sort de son silence ? Il appelle à voter Macron qui a refusé de participer à la primaire de gauche ! Tout en clamant son « amitié » pour Benoît Hamon !

Et une preuve de plus de la stupidité incommensurable des primaires, qu’elles soient de droite et de gauche !

Le mensonge élevé au rang d’œuvre d’art 

Et, que dire pour l’image de notre pays, de la candidate Marine Le Pen refusant de se rendre aux convocations du Parlement européen ou de l’opération de ratissage tous azimuts d’Emmanuel Macron passant des coups de téléphone à Nathalie Kosciusko-Morizet ou à Christian Estrosi pour les inciter à se ranger aux côtés de Gérard Collomb. ou François Bayrou. Mais quelle tambouille ! Le tout sous les yeux atterrés de tous les autres nations européennes qui constatent que le pays des droits de l’homme est devenu celui du mensonge élevé au rang d’œuvre d’art et des attaques en règle contre la Justice et la Presse, ces deux piliers de la démocratie.

« Qui imagine le général de Gaulle mis en examen ? », fanfaronnait il y a quelques semaines un des candidats. Quel est le Français qui n’imagine pas actuellement le général de Gaulle en train de se retourner dans sa tombe avec une élection d’une telle médiocrité?

 

Collomb fait l’œuf

Et le pire, c’est qu’ils n’ont même pas conscience des énormités qu’ils profèrent, tous ces élus qui se plaignent avec la cuillère d’argent dans la bouche ! Depuis que les ensoutanés ont quitté le navire, La Semaine du Pays basque est redevenu un hebdomadaire tout à fait lisible où chaque semaine un ou plusieurs articles nous font rire ou réfléchir ce qui est l’essence même du journalisme. Et comme, je faisais semblant de m’indigner contre la chronique de Jean-Philippe Ségot où il fustige le maire de Lyon qui affirme ne plus pouvoir s’en sortir avec 4 000 € par mois, en lui disant qu’il m’avait devancé de quelques heures, notre preux chevalier de la plume a décidé d’offrir son texte aux lecteurs de Bisque, Bisque, Basque ! Un grand merci à notre académique palmipède de la Côte basque.

 A en tomber sur le cumul !

gerard_collomb

Non seulement, Gérard Collomb pleure misère, mais en plus, il ment sur ses revenus réels.

L’histoire est intéressante, et doit faire réfléchir les élus qui sont allés voir François Fillon, il y a quelques jours, pour lui demander de revenir sur la loi anti-cumul… quand ils rencontreront un électeur au coin de la rue qui leur demandera le sens de leur démarche.

En effet, le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, est venu pleurnicher parce que le Sénat lui retenait de l’argent chaque mois sur ses émoluments en tant que sénateur, parce qu’il séchait purement et simplement certaines séances et réunions.

« Mes revenus sont plafonnés, je ne touche donc rien en tant que maire de Lyon et président de la Métropole. Je suis donc tombé à 4 000 euros par mois », pleurniche-t-il auprès de notre confrère Le Point ! C’est vrai que 4 000 €, ce n’est rien de nos jours ! Même pas de l’argent de poche ! Pourtant, j’en connais des centaines qui aimerait bien toucher 4 000 € et qui travaillent aussi “dur” que Monsieur Collomb, et probablement dans des tâches et des conditions de confort bien moins heureuses…

Déjà, cette histoire de 4 000 € est choquante. Mais de plus, Monsieur Collomb est un big menteur, comme l’a découvert notre autre confrère Lyon Métropole : « Reste à savoir si l’élu a été ponctionné par la Chambre Haute, au point de n’avoir perçu “que” 4 000 euros par mois. En réalité, la sanction financière s’est élevée à seulement 710,02 € par mois durant un trimestre. Une somme qui correspond à 50 % de l’indemnité de fonction de 1420,03 €. Gérard Collomb a donc conservé durant la période considérée, la quasi-totalité de ses revenus, soit 8 982,04 € mensuels (indemnités plafonnées + 710,02 €), sans parler de l’enveloppe pour les frais de mandat et sa retraite d’agrégé de l’Éducation nationale ».

Mais il est vrai que rien n’oblige le sénateur-maire à cumuler, et qu’il pourrait devenir l’un des porte-parole anti-cumul. Mais là, ce serait trop simple et causerait probablement quelques misères à son petit budget annuel. Notre confrère poursuit : « Comme une ode à la fin du cumul des mandats ? Le maire de Lyon n’y est pourtant pas favorable. La disparition programmée sur les bancs du Sénat des grands élus locaux, conduira, selon lui, à faire siéger une cohorte “de mauvais, d’apparatchiks de partis et de retraités”. En attendant cette joyeuseté, Gérard Collomb a bel et bien été rattrapé par la patrouille, ou plutôt par le règlement du Sénat. Il s’est donc vu amputer, par Gérard Larcher, d’une partie de ses revenus durant le premier trimestre 2016 ».

Et ledit Gérard Larcher de ne pas louper le sénateur-maire de Lyon, comme le raconte notre consœur Sophie Majou : « Le président du Sénat Gérard Larcher (LR) a en tout cas réglé mercredi ses comptes avec le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb (PS). “Est-ce qu’on peut être maire de Lyon à temps plein et sénateur à temps plein ?” a demandé M. Larcher en présentant ses vœux aux membres de l’Association des journalistes parlementaires. «II semble que non, puisque c’est lui-même, M. Collomb, qui le dit », a-t-il poursuivi.

« Et si quelqu’un ne peut pas exercer les deux mandats, il a la liberté de ne pas les exercer, c’est un choix », a asséné l’élu des Yvelines.

« Ce que M. Collomb nous dit constitue une sorte d’hommage à la réforme que nous avons définie ensemble au Sénat », a poursuivi M. Larcher. Celle-ci, appliquée depuis plus d’un an, frappe directement les absents récidivistes au portefeuille.

Il a précisé que les questions d’actualité sont maintenant suivies par plus de 75 % des sénateurs, et que le taux de présence en commission est de plus de 80 %. Larcher a par ailleurs réfuté l’excuse avancée par M. Collomb, un agenda « impossible à organiser ». « Les questions au gouvernement sont fixées deux mois avant le début de la session, les commissions siègent tous les mercredis matins, et pour les votes solennels, c’est la conférence des présidents qui les fixe, trois semaines ou un mois à l’avance», a déclaré M. Larcher.

Monsieur Collomb devra donc se faire à l’idée de choisir, en septembre prochain, lequel de ses mandats il choisira. Pauvre chou ! Pour conclure, je voudrais évoquer Jean-François Kahn qui se demandait samedi sur France Culture où sont les grands esprits qui composait au XIXe siècle le parlement ? Victor Hugo fut parlementaire. Eh oui !

Ne devrait-on pas, au-lieu d’avoir ces cumulards pleurnichards à la Collomb, penser à faire élire des écrivains, des académiciens, des philosophes, des scientifiques, des prix Nobel, histoire de relever un peu le niveau, et de donner un peu plus de dignité et de hauteur à la fonction de parlementaire ? Il serait temps…

Jean-Philippe Ségot