Journal d’un buté de campagne (4)

Un hold-up signé Veunac

Une délibération scandaleuse à cinq semaines de la fin du mandat, une pétition à signer d’urgence, des bagarres de cour d’école, ainsi va la vie électorale à Biarritz.

Trouvez-moi en France un maire, un seul, qui comme Michel Veunac soit en train d’engager sa ville à hauteur de 12 millions d’euros à cinq semaines de la fin de son mandat et je vous promets que Bisque, Bisque, Basque ! cessera de dire du mal du premier magistrat de Biarritz pour se consacrer à la rédaction d’un ouvrage en vingt-cinq tomes intitulé « Les très riches heures du duc Michel de Biarritz comblant de bienfaits sa population en pâmoison devant lui ».

Mercredi 12 février prochain, trois délibérations seront consacrées à l’aménagement d’Aguilera. Officiellement, elles seront consultatives, mais en réalité elles engagent l’avenir de la Ville. Il est totalement scandaleux de faire prendre à un conseil municipal de telles décisions au bout de cinq ans et onze mois de mandat, alors qu’à l’évidence cette décision doit appartenir à l’équipe qui sera élue le 22 mars prochain.

Et qu’on ne vienne pas nous dire que le sauvetage du BO ne peut être opéré que le 12 février, ce qui expliquerait cette précipitation ! Que la construction du centre de formation, pour un budget de 12 millions d’euros, soit plus d’un an de la capacité d’investissement de la Ville, ne peut attendre six semaines de plus, le temps que la nouvelle équipe élue se mette en place et prenne une décision sereine. Qu’on ne vienne pas m’affirmer qu’il y a des élus qui souhaitent la fin du BO, même si, ce qui est logique, les avis des élus divergent sur les solutions à apporter pour réduire le déficit chronique du club.

Maïder Arostéguy, Jean-Benoît Saint-Cricq et quelques autres semblent penser que la solution proposée est la bonne, ce qui est parfaitement leur droit. En revanche, au vu du nouvel attentat démocratique que vient d’organiser Michel Veunac, tous les élus dignes de ce nom doivent se révolter en refusant d’avaliser mercredi à la va-vite une décision qui doit être discutée dans un climat autrement apaisé. Voter mercredi les trois délibérations, c’est cautionner les pratiques anti-démocratiques de Veunac.

En organisant son assemblée générale le 3 mars prochain et en menaçant de mettre en liquidation judiciaire le BO, Jean-Baptiste Aldigé, soutenu par la famille Gave, sait parfaitement ce qu’il fait : il met la pression sur Michel Veunac qu’il accuse de l’avoir promené ces derniers mois. Et comme Veunac caresse encore l’espoir insensé d’être réélu et a bien conscience d’avoir un pistolet braqué sur la tempe, il essaie à coup de décisions de dernière minute de calmer la colère des dirigeants du BO et des manifestants qui ne manqueront pas de s’agglutiner mercredi devant la mairie.

Même si on adore le rugby et le BO, l’attitude de chaque élu.e, sa complaisance ou sa fermeté seront examinées de près par tous les Biarrots. La future élection municipale pourrait très bien se jouer le 12 février.

Car clairement, on ne répond pas quand on est élu à un chantage par un autre chantage.

LA PÉTITION QUI S’IMPOSE. – François Amigorena a été le premier à se révolter contre le nouveau coup de force de Michel Veunac. Samedi après-midi, il a lancé une pétition pour que Michel Veunac retire les trois délibérations concernant le BO : « Quand les Biarrots peinent à se loger, quand notre voirie et nos trottoirs sont tristement dégradés, quand les écoles de nos enfants nécessitent des rénovations urgentes, quand nos transports collectifs sont largement défaillants, quand la qualité de nos eaux de baignade est constamment menacée », le centre de formation à 12 millions d’euros est-il «  un investissement prioritaire ? De plus, les élus de Biarritz n’ont eu droit qu’à une Commission Générale d’une durée de 2h30 pour prendre connaissance de l’ensemble de ces éléments. À un mois à peine des prochaines élections municipales, il s’agit d’un véritable hold-up démocratique. »

Une pétition qui devrait être signée par tous les Biarrots respectueux de la démocratie, histoire d’envoyer un signal fort à la mairie.

https://www.change.org/p/michel-veunac-m-veunac-retirez-les-3-d%C3%A9lib%C3%A9rations-bopb-conseil-municipal-de-biarritz-du-12-02-2020?recruiter=477519246&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition

TOUJOURS AUSSI BUTÉ ! – Plusieurs lecteurs se sont étonnés de l’appellation de cette rubrique : « Journal d’un buté de campagne ». Outre la ressemblance avec le « Journal d’un curé de campagne » de Georges Bernanos, publié en 1936 et dont pas grand monde visiblement ne se souvient, ce titre a été choisi parce que depuis six ans, Bisque, Bisque, Basque ! s’efforce de vous démontrer à quel point Michel Veunac est une catastrophe pour la Ville. N’attendez pas de ce blog des consignes de vote en faveur de tel ou tel, juste un combat d’un journaliste d’opinion, du genre buté de chez buté, pour que l’actuel maire de Biarritz se consacre à sa famille dès le 23 mars 2020.

INCESSANTES CHAMAILLERIES. – Lorsqu’ils se sont déclarés candidats, tous les prétendants ont affirmé qu’ils ne se présentaient pas par ambition personnelle mais pour mettre fin au mandat calamiteux de Michel Veunac. Et tous ont affirmé qu’ils ne taperaient pas sur leurs rivaux électoraux.  Mais comme il se passe toujours quelque chose à Biarritz, Maïder Arostéguy a réussi au même moment à être annoncée en tête du sondage organisé par Sud Ouest et France Bleu et à se saborder avec une phrase pour le moins malencontreuse à un journaliste de Mediapart sur la famille Gave qui n’aurait pas construit « Auschwitz ni Buchenwald ».  Un propos que la candidate des Républicains a immédiatement regretté. Ce qui n’a pas empêché tous ses rivaux électoraux de se déchaîner contre elle, malgré les promesses faites de non-agression. Et qui s’est frotté les mains en se disant qu’on l’oubliait pendant une semaine ? Mimi-La-Malice ! S’il est réélu, quelques examens de conscience vont être nécessaires.

LE SIGNE QUI NE TROMPE PAS – En 2014, La Semaine du Pays basque qui avait pris fait et cause pour Max Brisson pendant la campagne avait surpris tout son monde : une semaine après son élection, l’hebdomadaire local qualifiait Michel Veunac d’homme « humaniste et moderne », deux qualités qui laissaient un peu perplexes les lecteurs de l’époque. Dans le numéro daté du 7 février 2020, où un récit nuancé et intelligent est effectué du dérapage verbal de Maïder Arostéguy, la candidate soutenue par Max Brisson est qualifiée de femme « humaniste et tolérante ». Si La Semaine du Pays basque rajoute « moderne » dans son prochain numéro, aucun doute possible, Maïder va être élue.

BARUCQ DÉMISSIONNAIRE ? – L’entourage proche affirmait sous le sceau du secret, la semaine dernière que Guillaume Barucq, avait enfin pris sa décision et qu’il allait annoncer lors du conseil municipal du 12 février sa démission de son poste d’adjoint. Compte tenu des prévisibles turbulences du prochain conseil, rien n’est encore fait. Les mauvais esprits diront que l’adjoint vert n’aura pas perdu trop d’argent en abandonnant ses fonctions quatre semaines avant la fin du mandat, quand les optimistes estimeront que mieux vaut tard que jamais.

CANTINE ÉLECTORALE. – Benoît Hamon, avec sa proposition de revenu universel lors de la campagne présidentielle de 2017, avait dérouté tous ses plus fidèles soutiens, car il avait été bien incapable de chiffrer sa proposition et d’expliquer comment il pensait la financer. Toutes proportions gardées, Guillaume Barucq vient de faire de même la semaine dernière avec sa proposition de cantine gratuite pour tous les petits Biarrots. L’idée est loin d’être idiote, mais pourquoi l’annoncer en février 2020 quand on s’est déclaré en septembre 2019 et pourquoi ne pas étayer cette proposition par des chiffres sur les revenus moyens des parents d’enfants d’écoles primaires ?

SAINT-CRICQ ASSAISONNE VEUNAC. – Lors de la réunion publique tenue au Maitena café, le jeudi 6 février, Jean-Benoît Saint-Cricq a réuni une belle chambrée d’une soixantaine de personnes. Derrière les figures imposées comme la sécurité, les navettes ou la saleté des rues, le candidat a surpris beaucoup de monde en tapant très fort contre le maire sortant. « Ce qui caractérise l’équipe sortante, c’est sa grande indécision. Michel Veunac ne sait pas trancher (…) Quand je pense que cette personne a la prétention de vouloir être maire ». Les années passent et les discours changent…

BIEN MALIN QUI SAURA. – Mais quand on demande à Jean-Benoît Saint-Cricq qui il choisira au soir du premier tour si par malheur il n’arrivait pas en tête, entre « la personne qui ne sait pas trancher » ou « l’ancienne colistière qui a fait du chemin depuis », ou même un autre candidat car une surprise est toujours possible, Jean-Benoît botte en touche avec une habileté que ne renierait pas l’ouvreur du XV de France Romain Ntamack : « Je ne peux pas m’imaginer autrement qu’en tête le 15 mars au soir »… Nous voilà bien avancés.

DAGUERRE LASSE. – Élue discrète mais saluée unanimement pour ses compétences, Régine Daguerre, adjointe à la prévention sociale, avait décidé de rejoindre la liste de Didier Guillaume, qui lui paraissait la mieux à même de défendre Biarritz. La volte-face du ministre ne lui cause pas d’états d’âme. Médecin de sensibilité abertzale, l’élue met fin, provisoirement peut-être, à sa vie politique : « J’arrête là. Je n’irai pas me vendre, ça ne fait pas partie de mes valeurs.  D’autres l’ont fait ou le feront. Je leur laisse. » Des noms ! Des noms !

UN MAIRE LUCIDE. – À 74 ans, ce maire estime qu’il est plus que temps de passer la main. Rassurez-vous, il ne s’agit pas de notre Michel-Veunac-rien-qu’à-nous-que-la-terre-entière-nous-envie, mais de Jacques Cassiau-Haurie, le maire de Biron qui estime que l’heure de la retraite a largement sonné pour lui. Dire qu’il existe des maires parfaitement lucides ailleurs qu’à Biarritz !

LE CHAMPION DES RÉSEAUX SOCIAUX. – Ne cherchez pas trop les traces de Michel Veunac sur les réseaux sociaux. Avec son équipe de « geeks » rassemblés autour d’un minitel, le maire actuel a visiblement décidé d’abandonner à d’autres la bataille des réseaux sociaux. Quatre tweets en deux mois, c’est un peu à l’image de ce maire qui a différé tout le mandat les décisions à prendre et qui souhaite qu’elles soient votées le 12 février à quatre semaines du premier tour des élections municipales.