Comment Veunac et Lafite viennent de perdre leur petit boulot à la Socomix

Encore un drame du chômage ! L’ancien duo, pas gêné par les dégâts commis pendant six ans, pensait pouvoir prendre l’air et éventuellement un peu de monnaie à L’Hôtel du Palais. Ils viennent de se faire retoquer.

Guy Lafite et Michel Veunac regardant de concert la porte de sortie.

Une chose est sûre : quand Veunac pouvait mettre un mois pour décider s’il est préférable de ranger les feuilles mortes côté face ou côté pile, Maïder Arostéguy se montre sacrément réactive et n’hésite pas à trancher dans le vif en quarante-huit heures. Reprenons donc la chronologie précise de cette nomination et dénomination comme censeurs de Michel Veunac et Guy Lafite à la Socomix, tandis que les imbéciles des réseaux sociaux se sont déchaînés en accusant « Bisque, Bisque, Basque ! » de colporter des fake news.

Mardi 17 novembre, à 14 h 49 : mail du service communication de la mairie à BBB : « Pour répondre à votre question, Michel Veunac est censeur auprès de la SOCOMIX, au titre d’ancien président de cette dernière et ancien Maire de la Ville. En tant que censeur, il peut apporter un éclairage au sein des débats mais ne participe pas au vote. Son rôle n’est que consultatif. »

Mercredi 18 novembre à 9 h 54 : BBB publie « Arostéguy ressort Veunac du formol » et les réactions sont immédiates. À son entourage proche, Maïder Arostéguy explique que Veunac lui a demandé et qu’elle n’a pas osé lui refuser, mais elle mesure vite la bronca que suscite sa décision et l’impopularité durable du maire sortant.

Jeudi 19 novembre 20 h 13 : Après s’être excusée pour sa journée chargée du mercredi, terminée par plusieurs heures de conseil municipal, Maïder Arostéguy répond à BBB et confirme ses informations avant d’annoncer une grande nouvelle : « L’habitude biarrotte voulait que le Président sortant de la Socomix devienne censeur, comme le Général Zeisser l’est aujourd’hui. À ce jour, Michel Veunac N’EST PAS censeur, contrairement à l’information communiquée. En effet c’est lors de la prochaine AG en fin d’année que pourrait s’offrir l’opportunité d’en nommer un. En concertation avec les administrateurs de ma majorité, nous ne donnerons pas suite à la nomination de Michel Veunac au rôle de censeur lors de cette prochaine Assemblée Générale. »

Vendredi 20 novembre, 7 h 40 :  Au lieu de s’apitoyer sur le sort d’un pauvre homme qui se retrouve soudain au chômage alors qu’il pouvait imaginer avoir réussi le « casse du siècle » en se retrouvant au conseil d’administration de la Socomix (Un peu comme si Albert Spaggiari avait intégré après son hold-up le conseil d’administration de la Société Générale), Bisque Bisque Basque ! pose une nouvelle question au maire : « Guy Lafite et Jean-Bernard Pinatel devaient aussi être nommés censeurs. Pouvez-vous me le confirmer ? » et raconte au passage l’étonnant conseil d’administration du 10 mai 2020 où l’ancien maire et son adjoint ont cru assurer leur avenir avec l’adoption d’une clause particulièrement astucieuse… pour eux !

Vendredi 20 novembre, 8 h 00 :  Décidément ultra-réactive, la première magistrate de Biarritz répond vingt minutes plus tard : « Je me suis engagée pendant la campagne auprès de Jean-Bernard Pinatel dont je soutiendrai la nomination en tant que censeur. Plusieurs autres noms avaient été envisagés dont celui de Guy Lafite. Ce dernier nous a mis en relation avec la région et le Président Rousset dont nous attendons une aide substantielle. Son nom n’a pas été retenu. Je n’étais pas au courant pour la clause que vous mentionnez. En aucune façon il ne sera question de rémunération car c’est une tradition de permettre à d’anciens membres de rester dans la place ».

Et en plus, ils ont tenté d’être rémunérés !

Avec ce refus d’Arostéguy de les nommer censeurs, c’est tout un plan minutieusement préparé par les deux acolytes qui tombe à l’eau. Tout commence le 10 mai 2020, alors que Maïder Arostéguy est arrivée en tête au premier tour et que Mimi-la-Malice et Lafaillite-nous-voilà  se disent qu’il serait temps qu’ils pensent à leur avenir. Vu de loin, le point 15 de l’ordre du jour semble bien anodin : « Création du statut de censeur et insertion d’une clause en ce sens dans les statuts ».

Visiblement, les administrateurs n’y verront que du feu et vont s’empresser de voter les deux clauses par lesquelles Veunac et Lafite ont cru assurer leur avenir. Tout d’abord le conseil d’administration entérine l’idée que l’on peut désormais monter jusqu’à six censeurs. Comme il y en a déjà trois, voilà trois nouvelles places gardées bien au chaud pour la future assemblée générale prévue en décembre 2020. Mais il y a un avenant bien plus délicieux qui sera aussi voté dans la foulée. Alors que la tradition veut que le censeur soit un sage qui amène gratuitement ses lumières au conseil d’administration, les « pauvres » Veunac et Lafite ont tout prévu et le conseil d’administration, sans doute persuadé que la Socomix est riche à millions, entérine l’idée que « l’assemblée générale ordinaire peut décider d’attribuer une rémunération aux censeurs ».

Pas de chance pour nos deux gros malins, l’émoi suscité par l’article de BBB, les réactions outrées de l’entourage proche de Maïder, et la découverte tardive de la vilaine entourloupe qui se préparait ont amené la nouvelle maire à réviser fort sagement sa copie et à éconduire les deux candidats au travail.

On l’a échappé belle !

À vos claviers, les agités !

Que c’est bon de recevoir des leçons de journalisme de planqués du clavier, aussi ignorants que péremptoires !

Seul point positif, ces invectiveurs déchaînés ne risquent visiblement pas d’attraper la Covid 19 en sortant pour aller vérifier ce qu’ils écrivent (… Si on peut appeler cela écrire !)

La proposition citoyenne de Bisque, Bisque, Basque !

Réduits à la portion congrue dans « Biarritz Magazine », les élus d’opposition de Biarritz pourront s’exprimer chaque mois confortablement dans ce blog.

La situation actuelle telle que la voit le Docteur Oualam.

Bisque, Bisque, Basque ! adore les contre-pieds. Patrick Destizon a sans doute été surpris de recevoir un SMS lui proposant, comme à tous les membres de l’opposition d’être hébergé tous les premiers du mois dans « Bisque, Bisque, Basque ! ». Et la liberté d’expression ne saurant être restreinte, l’élu aura même le droit d’écrire que je suis un imbécile qui n’a écrit que des bêtises à son sujet, sans craindre la moindre censure. Et en plus il disposera chaque mois pour sa tribune de 4500 signes, (trois feuillets dans le jargon de la presse), soit quatre fois et demi la place qui lui est allouée dans « Biarritz magazine ».

« C’est royal ! », s’est exclamé par retour de SMS Guillaume Barucq.

Les autres opposants n’ont pas été encore contactés, mais la proposition de Bisque, Bisque, Basque ! est valable pour tous, sans faire de distinguo, contrairement au conseil municipal de mercredi soir, entre les membres et les non-membres d’un parti politique, les têtes de liste ou les dissidents, les possesseurs de page Facebook et les non-possesseurs. Et si un élu de la majorité, peu satisfait des 38 pages du magazine qui lui sont réservées, éprouve le besoin d’écrire, il sera lui aussi bien accueilli. La vie publique est passionnante et mérite d’être partagée avec le plus grand nombre, car elle est l’affaire de tous.

Arostéguy : « Bravo pour cette initiative »

En effet, on reproche trop souvent aux élus d’être simplistes, voire populistes, pour accepter comme seule possibilité d’expression de l’opposition un court billet de 1000 signes. Le politique a besoin d’exprimer ses idées, de les développer, de les nuancer et ne doit pas être réduit à deux ou trois « petites phrases ».

La proposition de Bisque, Bisque, Basque ! est très simple et peut prendre effet dès le 1er décembre pour ceux qui le souhaitent. Tout texte d’opposant qui me parviendra par mail (jeanyvesviollier@gmail.com) avant le 28 du mois en cours sera publié le 1er du mois suivant.

Comme indiqué précédemment, le texte ne devra pas excéder les 4500 signes, être accompagné d’un document d’illustration et si possible d’un ou deux intertitres pour amener une respiration dans le récit.

Contactée sur cette proposition par courtoisie républicaine, Maïder Arostéguy a répondu par mail : « Bravo pour cette initiative ! ».  Puisque tout le monde semble intéressé par cette initiative, il ne vous reste plus, Mesdames et Messieurs de l’opposition, qu’à sortir votre plus beau stylo. On attend avec impatience vos tribunes.

Barucq et Destizon manquent de caractères

Les droits de l’opposition ont été sérieusement malmenés lors du dernier conseil municipal.

Ce n’est pas parce qu’on s’est fait sérieusement talocher dans notre enfance que nous avons à notre tour taloché nos propres enfants. L’argumentation de Maïder Arostéguy, lors du conseil municipal du 18 novembre, répliquant à Guillaume Barucq et Patrick Destizon qu’ils n’auraient plus désormais que 1000 signes dans « Biarritz magazine » pour s’exprimer parce qu’il en avait toujours été ainsi à Biarritz, a créé un sérieux malaise parmi tous ceux qui avaient cru voir une volonté de renouveau et espéré un dialogue plus apaisé entre majorité et opposition, surtout de la part d’une élue qui avait prôné la rupture avec les anciennes pratiques pendant sa campagne électorale.

https://ville.biarritz.fr/ma-ville-nere-hiria/vie-municipale/conseils-municipaux-432.html

Pour 1000 signes, t’as plus rien !

Guillaume Barucq et Patrick Destizon, les deux esseulés de l’opposition se sont donc fort logiquement insurgés contre le nouveau règlement intérieur du conseil municipal qui veut qu’un groupe politique ne soit reconnu que s’il se compose de deux membres au minimum. 1000 signes et c’est tout à Guillaume Barucq qui totalisait 26,30% des voix le 28 juin au soir et à Patrick Destizon (8,74% avec la liste Saint-Cricq). Même si l’explosion de sa liste était prévisible dès le premier jour tant l’attelage politique créé pour la circonstance était improbable, Guillaume Barucq fait preuve de bon sens quand il suggère, au vu de l’émiettement de l’opposition, que « chaque groupe ait le même espace ».

Destizon a totalement raison

Et, une fois n’est pas coutume, Patrick Destizon a totalement raison quand il proteste contre cette mauvaise manière et ressort un jugement de la Cour administrative de Versailles, datant du 8 mai 2007, où les juges avaient estimé que dans un magazine municipal de trente pages, un opposant devait au minimum bénéficier de 1600 signes. L’élu Destizon remarque au passage qu’il n’a jamais reçu la moindre convocation pour la commission des Finances dont il est membre, un détail qui n’a visiblement soucié personne. Il conclut en affirmant qu’il envisage d’engager un référé liberté si ses droits continuent à être bafoués et Bisque, Bisque, Basque ! ne peut que l’approuver.

Car vous ne réalisez peut-être pas ce que peut représenter 1000 signes, espaces compris. Au moment où vous lisez cet article, 2459 signes ont déjà été couchés sur le papier, soit deux fois et demi ce à quoi ont droit Barucq ou Destizon.

1000 signes, c’est possible pour raconter « une blagounette » pour reprendre une expression utilisée par Lysiann Brao hier soir, mais certainement pas pour exprimer une pensée politique détaillée.

Dans la presse écrite traditionnelle, vous ne trouverez jamais un éditorialiste politique qui exprimera son opinion en moins de 3 000 signes. Et pour tout dire cet argument paraît totalement ridicule. On se réfugie derrière la règle et on ne veut pas voir l’esprit de la règle. Pourquoi ne pas imposer à l’opposition tant qu’on y est l’obligation d’utiliser un certain nombre de i et de l, lettres étroites, et de limiter le nombre de m ou de w, lettres gloutonnes qui occupent beaucoup trop d’espace ?

Va-t-on bientôt imposer à l’opposition le nombre de i à utiliser, car cette lettre prend moins d’espace qu’un m ?

Le vilain signal envoyé par Arostéguy et Boudousse

Anecdote très révélatrice hier soir juste après le conseil, une sympathisante de RamDam 64-40 qui nous avait adressé une proposition pour qu’une harpe soit décernée à Maïder Arostéguy pour ses bons débuts municipaux, nous a demandé d’annuler sa proposition, tellement elle avait le sentiment que toutes les belles paroles prononcées par la nouvelle élue sur « les droits de l’opposition » ne reposaient plus sur rien. Car des arguties, on en a entendu et des belles de la part du maire et de son adjoint : il en a toujours été ainsi, on n’a pas de place dans le magazine, Jean-Benoît Saint-Cricq en 2008 s’est bien plié à la règle. On ne peut pas prôner la rupture quand ça arrange et la tradition à d’autres moments. !

Si l’équipe municipale en place veut vraiment respecter la démocratie, pourquoi ne balaie-t-elle pas tous ces arguments spécieux d’un revers de manche en laissant quatre pages à son opposition au lieu de deux et en accordant à chacun 3 000 signes pour qu’il puisse préciser sa pensée. Quelles sont donc les pages de « Biarritz Magazine » si indispensables aux Biarrots qui peuvent justifier que l’opposition municipale n’ait pas de place pour s’exprimer ?

Quant à la question du coût engendré par deux pages supplémentaires, là aussi quelle blague ! Si la presse écrite était gérée comme le sont les magazines municipaux, il y a longtemps qu’elle aurait fait faillite. Piles de magazines posées sur les boîtes à lettres dans certains immeubles et partant directement à la poubelle, tirage surabondant, appel à des studios graphiques au lieu de tout faire en interne, rendent un peu risibles cet argument. Quand on se pique d’écologie, au moins le temps de la campagne électorale, la première chose à faire est de recenser tous les Biarrots qui souhaitent télécharger le magazine en PDF pour ne plus distribuer la version papier, beaucoup plus onéreuse, qu’aux personnes qui le souhaitent soit parce qu’elles sont âgées ou qu’elles ne maîtrisent pas Internet.

« Biarritz Magazine » est une publication de qualité, mais museler l’opposition semble beaucoup plus urgent que réaliser des économies dans ce domaine !

Triste journée en vérité pour la démocratie locale que celle où l’on apprend que Veunac revient dans le jeu à la Socomix, ce qui est mépriser le vote des Biarrots, et où le soir même on voit un maire qui a donné des espérances utiliser des vieilles ficelles politiciennes pour ne pas laisser son opposition s’exprimer.  

Et pour vous raconter tout cela, et alors que je n’ai pas parlé de la vente de la villa Sion et de la très percutante intervention de Nathalie Motsch face à ce déni de bon sens, il m’a tout de même fallu 5704 caractères, espaces compris, soit près de six fois ce que l’on autorisera désormais une fois par mois à Barucq ou Destizon. De qui se moque-t-on ?

Arostéguy ressort Veunac du formol

La logique de rupture, c’était uniquement pour la campagne électorale. La nouvelle maire vient d’offrir à l’ancien un poste de censeur à la Socomix, ce qui n’est peut-être pas l’idée du siècle.

M’imaginez-vous bras dessus bras dessous avec Jean-Baptiste Aldigé pour aller voir un match de l’Aviron bayonnais ? Seriez-vous surpris si Jean-Benoît Saint-Cricq décidait d’offrir le gîte et le couvert à la SDF qui a tenté par trois fois d’incendier son domicile  Me croiriez-vous si je vous dis que Veunac va bientôt se retrouver sur les genoux d’Arostéguy ?

Quand Veunac paradait, peu avant le G7 (Photo Paris Match)

Biarritz est décidément une ville totalement imprévisible puisque la mairie vient de confirmer dans un mail en réponse à une question de Bisque, Bisque, Basque ! que « Michel Veunac est censeur auprès de la SOCOMIX, au titre d’ancien président de cette dernière et ancien Maire de la Ville. En tant que censeur, il peut apporter un éclairage au sein des débats mais ne participe pas au vote. Son rôle n’est que consultatif. » Eh, la mairie, pas la peine de faire la fine bouche et de prendre des précautions oratoires, le fait est là : vous avez tendu la main à celui qui est considéré par beaucoup de Biarrots comme le « fossoyeur » de l’Hôtel du Palais, et si vous estimez que la lumière peut venir de lui, c’est que vous avez sacrément de l’imagination !

C’est bien pourtant grâce à une stratégie de rupture totale avec l’ancienne équipe municipale que Maïder Arostéguy l’a emporté aussi largement. Seule candidate à avoir parfaitement analysé le scrutin biarrot et la défaite historique de Veunac (1088 suffrages en sa faveur, 12,22% des voix, plus mauvais score de France pour un maire sortant d’une ville de plus de 20 000 habitants), Maïder Arostéguy avait fait au soir du premier tour un choix très habile, contrairement aux hasardeuses stratégies politiques du docteur Barucq, en refusant toute alliance et en repartant avec sa liste. Mais il faut décidément penser que les postures martiales de campagne, ne résistent guère au temps, une fois que l’on a endossé l’écharpe tricolore.

Veunac croit toujours avoir fait un bon mandat

Cette main tendue à l’ancien maire est d’autant plus détestable que nombre de Biarrots estiment que Mimi-la-Malice et son acolyte Lafaillite-nous-voilà sont les auteurs du pire mandat jamais vécu par la ville, en particulier en ce qui concerne la gestion de l’Hôtel du Palais. Alors qu’un referendum s’imposait pour savoir ce que les Biarrots voulaient faire de leur ruineux palace, l’ex-maire a soigneusement dissimulé aux Biarrots et même à son conseil municipal les informations en sa possession. Comme le soulignait Nathalie Motsch lors du dernier conseil municipal, pourquoi le maire de l’époque n’a-t-il pas parlé de la proposition d’achat du fonds et des murs qu’il a reçue pendant son mandat ? Et que dire de ce montage particulièrement scandaleux et acrobatique qui risque de livrer le Palais aux mains de Decaux si Maïder Arostéguy ne réussit pas à trouver les 20 millions d’euros manquants pour finaliser les travaux ? Que penser de ces travaux fastueux lancés pour épater Macron et la galerie du G7 et que nous allons maintenant payer pendant des années puisque l’État ne nous a pas accordé un sou de subvention ?

Pour toutes ces raisons, la nomination en douce de Michel Veunac au sein de la Socomix est totalement scandaleuse et relève de cet « entre-soi » si prisé des politiques.

Si l’homme avait d’ailleurs un tant soit peu de dignité, au vu de la fessée que lui a infligée la population biarrote, il se serait retiré de toute activité officielle, même si son rôle va être plus que limité au sein de la Socomix, à l’image de son mandat, phrases creuses à foison et absence totale d’idées.

Mais visiblement, comme Hollande rosissant de plaisir quand on lui dit dans les médias qu’il est susceptible d’incarner l’avenir de la gauche, Michel Veunac n’a toujours pas réalisé à quel point son mandat a été calamiteux. Récit d’un bon copain adepte des marches quotidiennes autour du lac Marion : « Je connais Michel Veunac depuis des décennies, mais il ne m’a pas adressé la parole une seule fois de tout son mandat. J’ai donc été très surpris de le croiser l’autre jour au lac Marion et qu’il s’arrête pour me demander des nouvelles. En fait, très vite il a parlé de lui, surtout pour se plaindre de l’ingratitude des Biarrots à son égard. J’étais stupéfait des propos qu’il me tenait ».

Et oui, il y a des anciens maires qui osent tout et c’est même à ça qu’on les reconnaît.  Mais quel vilain signal nous envoie là Maïder Arostéguy !

. Le censeur n’est pas comme on pourrait le penser uniquement l’adjoint du proviseur dans les lycées. C’est aussi une ancienne personnalité à qui l’on demande son avis, un sage en quelque sorte. Pourquoi vous venez d’éclater de rire ?

Barucq si seul en ce conseil

Les lendemains qui déchantent, en politique, succèdent presque toujours aux alliances improbables. Pour avoir voulu faire du Borotra, « Docteur surf » en fait l’amère expérience.

Au soir du deuxième tour le 28 juin dernier, Guillaume Barucq, avec un réalisme certain quoique partiel, reconnaissait devant ses troupes avoir pris « une belle taule », mais donnait rendez-vous en 2026 à sa « formidable équipe » qui sera « prête et déterminée » pour la prochaine échéance électorale. On a connu plus visionnaire…

(Photo Fabienne DUHART)

Sans surprise en effet, Corine Martineau et Jean-Baptiste Dussausois, après les défections en septembre de Lysiann Brao et Brice Morin, viennent de décider à leur tour de reprendre leur liberté et de former leur propre groupe au sein du conseil municipal.

Voilà donc l’homme qui aurait pu, avec un peu plus de jugeotte et un peu moins d’alliances improbables, sérieusement talonner Maïder Arostéguy, désormais aussi seul que Patrick Destizon.

Le communiqué de presse publié hier par Corine Martineau et Jean-Baptiste Dussaussois Larralde.

« Guillaume Barucq est quelqu’un de gentil, affirme au téléphone Corine Martineau, mais il n’écoute personne et est têtu comme une mule. ». Effectivement pour ne pas avoir voulu incarner l’alliance souhaitée par les électeurs avec Nathalie Motsch en deuxième position et Brice Morin en trois, alliance que lui conseillait vivement l’expérimenté Jakes Abeberry, pour avoir cru que l’on pouvait faire son marché parmi les listes électorales comme on achète ses salades en allant d’un maraîcher à l’autre aux halles de Biarritz, une dose d’abertzale par ci, un peu de jeunes et vieux fossiles veunaciens par-là, une grosse pincée de droite traditionnelle saupoudrée d’écologie, Guillaume Barucq a créé une liste improbable qui ne pouvait que se disloquer au premier virage. N’est pas Borotra qui veut, et le temps des alliances insolites et qui fonctionnent semble heureusement révolu à Biarritz.

Seule consolation pour Guillaume Barucq : il a maîtrisé son attelage improbable beaucoup moins longtemps que Ben-Hur mais tout de même un peu plus que Jean-Benoît Saint Cricq en 2008. L’avocat biarrot perdait Patrick Destizon, Maïder Arostéguy et trois autres de ses colistiers dès le premier conseil, le médecin surfeur se retrouve à poil au troisième conseil. Il y a d’ailleurs un parallélisme étonnant entre ces deux personnages : même intelligence vive, même envie de servir leur ville et même absence totale de sens politique qui les conduit au désastre, alors qu’ils méritaient beaucoup mieux au vu de leurs capacités personnelles.

Lors d’un entretien en février 2019, Guillaume Barucq avait balayé l’idée de ne pas être tête de liste, déclarant qu’il voulait voir « combien il pèse ». Désormais, la réponse est connue de tous : pas grand-chose.

De la pêche aux voix à… Mamie Betty

Le Facebook de Guillaume Barucq, qui ne fait jamais mystère de ses convictions, est une mine d’or pour un observateur.

Il y a un an, il était parti avec son épuisette nettoyer l’océan ou au moins pêcher les voix. Hier, au Port-vieux, il se baignait avec « l’ourse blanche » Mamie Betty, 91 ans, pour démontrer les vertus des bains de mer. Faute de Lysiann ou de Corine, Guillaume nous montre qu’il sait s’adapter…

La mairie estime avoir tenu tous ses engagements

Suite à l’article « De candidate à maire, la virevolte de Maïder », la mairie a demandé un droit de réponse que Bisque, Bisque, Basque! s’empresse de publier.

Image du projet dans un publi-reportage de Sud Ouest.

Le commentaire de Bisque, Bisque, Basque!

Une fois de plus, les réseaux sociaux se sont emparés de l’article publié pour tout mélanger ou régler des vieux comptes qui remontent à la campagne électorale. Je n’ai jamais dit, jamais écrit, jamais pensé que l’annulation du projet Ocean Start pouvait être remise en cause. Cette promesse de campagne a été tenue. Je me suis juste contenté de raconter la mésaventure des riverains du 36 rue de Cristobal qui ont le sentiment d’avoir été bien promenés. Techniquement, la réponse de la mairie est irréprochable. Mais ce n’est pas une histoire technique mais humaine que je raconte. Une histoire vieille comme le monde politique, où, lorsqu’on est en campagne électorale, on est tenté de dire à ses interlocuteurs ce qu’ils ont envie d’entendre. Deux exemples : le tract de campagne de la future maire parlait de « sanctuariser la zone verte littorale de la Milady« , mais visiblement le 36 rue de Cristobal n’était pas concerné par cette affirmation. C’est bête, personne n’a eu l’idée pendant la campagne de le dire aux riverains mécontents!

De même le mail envoyé par Maïder Arostéguy mi-juillet aux révoltés de la rue Cristobal disait  » Je n’accorderai plus de permis de ce type, c’est certain« . Là aussi, faute d’explication supplémentaire, les riverains en colère s’étaient persuadés que le projet de la Sagec ne verrait jamais le jour. C’est ce décalage fascinant entre ce que l’on annonce quand on est candidat et ce que l’on fait quand on enfile l’écharpe de maire qui méritait d’être conté, même si cette petite histoire révélatrice ne pèse pas grand chose, au regard des scandales qui ont jalonné le mandat précédent.

C’est Le Palais ou le boulet ?

Dans ce conseil municipal de très bonne tenue, les points de vue étaient assez proches, face à ce « dossier pourri » hérité de la précédente mandature.

Sur le dossier de L’Hôtel du Palais, personne ne peut reprocher

à Maïder Arostéguy d’avancer masquée, contrairement à son prédécesseur.

Espérons que tous les anciens élus déçus qui geignent sur la fessée imméritée qu’ils ont subies lors des dernières élections municipales à Biarritz, ont eu la bonne idée de regarder le conseil municipal du 2 octobre. Hormis les nouveaux élus, ne se retrouvaient plus dans la salle du casino Bellevue que des opposants à l’acrobatique montage financier imaginé pour L’Hôtel du Palais par Mimi-la-Malice et le grand argentier Lafaillite-nous-voilà, à l’exception de l’inénarrable Patrick Destizon, élu qui ne doit son poste qu’aux défections de Saint-Cricq et Castaignède. Plus que jamais ce dinosaure de la politique donne le sentiment de sortir de Jurassic Park avec sa pitoyable et perpétuelle ritournelle sur le talent de l’équipe municipale précédente et la brillante façon dont elle a conduit les affaires municipales. (Il est permis de sourire).

Heureusement dans tout bon film, il faut des figurants, des seconds rôles et des têtes d’affiche et le conseil municipal d’hier, où les débats ont été de qualité, semble indiquer que le haut de l’affiche de la prochaine mandature se partagera entre Maïder Arostéguy, Édouard Chazouillères, Guillaume Barucq et Nathalie Motsch, si elle se décide à faire de son nouveau métier d’opposante une activité à plein temps. On a connu pire comme casting.

Tout commence par un aimable badinage entre Guillaume Barucq qui s’étonne de la fermeture des plages cet été à partir de 22 heures, persuadé que le risque de contamination par la Covid 19 était faible, et Maïder Arostéguy qui réplique en évoquant « des infectiologues qui ne partagent pas le même avis que vous mais qui sont tout de même des experts ». On admirera le savoureux « tout de même » adressé au médecin Barucq.

Un excellent Barucq

Le vrai débat, après ces amusantes agaceries, commence au bout de 55 minutes et concerne bien évidemment L’Hôtel du Palais et le financement des travaux. Les coupables du fiasco, à l’exception de Destizon, étant tous soigneusement planqués, les élus actuels qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition sont bien obligés de constater que la catastrophe qu’ils avaient annoncée en juillet et octobre 2018 est en train de se réaliser.

Guillaume Barucq se montre très lucide sur le dossier du Palais (Photo Fabienne DUHART)

C’est un excellent Guillaume Barucq (57e) qui exprime, avec un grand sens des responsabilités, sa colère et son désarroi face à la situation actuelle, « la chronique d’une catastrophe industrielle annoncée ». Colère contre l’État venu se baguenauder au Palais pendant le G7 de 2019, sans donner le moindre coup de pouce à la rénovation du prestigieux bâtiment, contrairement à ce qu’avait fait l’État italien, mais aussi colère contre ses anciens colistiers qui ont laissé la patate chaude à la nouvelle équipe, Veunac annonçant benoîtement à Maïder Arostéguy peu après son élection qu’elle devait trouver d’urgence 20 millions d’euros pour boucher le trou des travaux et la manque à gagner de la saison 2020. Avec beaucoup d’empathie pour son ancienne rivale des municipales, « Je me mets à votre place, ça ne devait pas être facile », le médecin surfeur énonce quelques principes de bon sens : « Vous nous faites jouer au casino avec Le Palais » … « Je suis très mal à l’aise par rapport à cette délibération » … « À un moment, la Ville devra se retirer du tour de table tout en gardant les murs ».

Arostéguy : « La Ville n’a pas vocation à gérer un palace »

Habile, Maïder Arostéguy lui répond qu’elle « est assez d’accord avec ce qu’il vient de dire, sauf qu’on est dans l’urgence ». Avant de proférer la phrase que nombre de contribuables biarrots rêvaient d’entendre depuis des décennies : « Une ville a-t-elle vocation à gérer un palace ? La réponse est non ! »

Édouard Chazouillères explique ensuite comment la Ville a divisé le risque par deux en ne faisant qu’une partie des travaux cette année, puis une autre l’année suivante. Et c’est alors qu’intervient, enfin présente pour ce troisième conseil, Nathalie Motsch, toujours aussi tranchante dans ses interventions et flamboyante dans ses plaidoyers. Elle aussi dédouane d’entrée Maïder Arostéguy : « Vous héritez d’un passé et vous n’êtes pas responsable d’un dossier financièrement lourd, juridiquement complexe, politiquement difficile, médiatiquement incompréhensible. ».

Motsch : « Un seul pourra suivre. Decaux ! »

L’ancienne adjointe à l’Urbanisme pointe du doigt les conséquences désastreuses des décisions prises par celui qui s’imaginait être un génie de la Finance et qui n’était qu’un bricoleur du dimanche : « La propriété du Palais s’est totalement diluée dans la Socomix ? Le palace d’un point de vue patrimonial s’est démonétisé. La perte sèche pour la Ville, c’est 200 millions d’euros. » Et de confirmer au passage une info donnée par Bisque, Bisque, Basque ! « Vous savez comme moi qu’il y a eu une offre de 180 millions d’euros en son temps ». (L’offre de rachat du fond et des murs a été faite en 2014 et, scandale absolu, Michel Veunac n’en a jamais parlé à son conseil municipal et a décidé de ne pas en tenir compte).

Nathalie Motsch revient ensuite sur la menace que fait peser Decaux : « La Socomix va perdre beaucoup d’argent dans les prochaines années, même hors Covid. Un seul pourra suivre les renflouements successifs, c’est l’actionnaire Decaux. »

Et de poser la question essentielle de ce débat d’où aucune bonne solution ne peut émerger, puisqu’il faut faire une avance de compte courant de 2,4 millions d’euros, Le Palais pouvant difficilement être vendu avec des échafaudages et des travaux inachevés : « Êtes-vous prêts à remettre la main à la poche chaque année, ? ».
C’est effectivement la grande question de ce débat, Maïder Arostéguy promettant de consulter l’ensemble des Biarrots sur le sujet.

Une fois de plus, Corine Martineau a fait cavalier seul (Photo Fabienne DUHART)

Sans surprise, la majorité vote derrière Maïder Arostéguy tandis que l’opposition est contre. À l’exception de Corine Martineau qui, une fois de plus, ne suit pas son chef de file. Contactée par BBB, Corine Martineau ne s’exprime pas sur son vote, tandis que Guillaume Barucq répond que « chacun a pris son indépendance de parole et de vote et c’est certainement mieux ainsi pour le débat ».

On le sait, avec le docteur Barucq, adepte de la pensée positive, tout va toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Une diva démasquée

Nathalie Motsch était la seule sans masque au conseil du 2 octobre. (Photo Fabienne DUHART)

Si l’Hôtel du Palais n’a plus de touristes depuis longtemps, le conseil municipal en dénombre encore quelques-uns, comme Nathalie Motsch qui en est maintenant à un demi conseil municipal sur trois possibles. Coups de téléphone hier soir et ce matin de lecteurs s’étonnant que l’on ait laissé Nathalie Motsch, qui faisait son grand retour, participer à tout le conseil sans masque en ces temps de panique sanitaire, contrairement à tous les autres élus. Nathalie Motsch a annoncé qu’elle partait après le débat sur Le Palais et une lectrice qui la suivait l’a distinctement entendue dire qu’elle avait 39 de fièvre. Interrogée sur ce fait, Nathalie Motsch s’est contentée de renvoyer à Bisque, Bisque, Basque ! qui n’en demandait pas tant un certificat médical et un extrait du Larousse médical sur son actuel problème de santé qui n’a rien à voir avec le vilain virus. Si un cluster se développait au sein de l’équipe municipale, manquerait plus qu’on accuse Nathalie !

Une Arostégaffe spontanée ou calculée ?

En évoquant « les punks à chien venus de l’Est », on peut se demander si le maire de Biarritz s’est raté ou a cherché à cajoler son électorat dans le sens du poil.

Avec ses phrases à l’emporte-pièce, Maïder Arostégaffe fait le bonheur des commentateurs. Mais n’est-ce pas une façon habile de promener tout le monde ?

N’en déplaise à tous les chihuahuas des réseaux sociaux, toujours prêts à aboyer sur tout ce qui bouge sans jamais rien proposer de constructif, le début de mandat de Maïder Arostéguy et de son équipe est bon. Quand Michel Veunac, en 2014, faisait 158 fois le tour de son bureau avant de se décider à élaguer ou non un arbre, « Cheftaine Maïder » tient ses promesses de campagne et fonce. Création du marché Saint-Charles, aménagements des horaires de stationnement payant pour aider les commerçants, résiliation du contrat Streeteo… Toutes ces mesures font du bien à la Ville et méritent d’être saluées. Mais, ce qui a le plus surpris tous ceux qui ont vu en 2008 débuter Maïder Arostéguy en politique est l’autorité avec laquelle le nouveau maire de Biarritz a conduit ses premiers conseils municipaux, maîtrisant totalement ses dossiers et laissant la parole à l’opposition. Sans pour autant transformer ce grand rendez-vous municipal en champ de foire, contrairement à son prédécesseur.

Alors que tout semble sous contrôle et que la communication « arostéguienne » paraît réglée au millimètre, la sortie la semaine dernière de « Maïder Arostégaffe » à France Bleu sur la différence entre « les SDF traditionnels et les punks à chien venus de l’Est » interpelle beaucoup.

Le propos a de quoi hérisser pas mal de monde, même si on ne peut pas se plaindre à la fois de la langue de bois pratiquée par la plupart des politiques et de la spontanéité de langage de la nouvelle maire. La vraie question que se pose Bisque, Bisque, Basque ! outre le devenir de ces SDF, est de savoir si ces petites phrases ne seraient pas en fait beaucoup moins spontanées qu’elles n’y paraissent. Alors, Maïder Arostéguy sympathique gaffeuse ou rouée absolue ?

Le maire doit être le maire de tous

Avec douze ans d’expérience politique, Maïder Arostéguy ne peut ignorer qu’un maire n’a pas le droit de faire le tri entre ses administrés, même si comme tout humain elle peut éprouver des sympathies et des antipathies. Pas question dans ce blog de faire de la gauche angélique ou des procès d’intention alors que la nouvelle mandature démarre à peine. Mais un maire doit toujours avoir en tête que ce sont les plus faibles, les plus démunis qui doivent mobiliser le plus l’équipe municipale. En faisant une telle déclaration à la radio locale, Maïder sait donc parfaitement qu’elle se met à la faute par rapport aux principes républicains qui doivent prévaloir à la destinée d’une ville. D’autant plus que tous ceux qui sont sur le terrain et côtoient les SDF mis en cause estiment que les Français à la rue sont souvent beaucoup plus indisciplinés et turbulents que leurs collègues de l’Est.

Des petites phrases très connotées

Deuxième question qui mérite d’être posée après les sorties de notre « Arostégaffeuse » sur « les femmes voilées au Pays basque », sur « Les Gave qui après tout ne sont ni Auschwitz ni Buchenwald » ou sur « les punks à chien venus de l’Est », c’est la cohérence politique, consciente ou non, des propos tenus. Un débat un peu stupide pendant la campagne électorale a cherché à présenter Maïder Arostéguy comme quelqu’un d’extrême-droite, alors que l’intéressée a oscillé entre Jean-Christophe Lagarde et François Fillon. Mais ces petites phrases sont tout de même extrêmement connotées à droite et l’on doit donc se demander si Maïder Arostéguy est beaucoup plus à droite qu’elle ne l’imagine elle-même ou si elle distille ce genre de propos délibérément, car elle sait qu’ils auront le soutien de beaucoup de Biarrots. Il est très révélateur de constater les très nombreux encouragements que ses propos ont reçu sur les réseaux sociaux.

Un calendrier qui devrait amener des éclaircissements

Fort heureusement le calendrier devrait très vite nous apporter des éléments de réponse. Demain, 1er octobre, le maire de Biarritz tient une conférence de presse où elle va évoquer les dossiers pourris hérités de son prédécesseur comme L’Hôtel du Palais. Vendredi 2 octobre, le conseil municipal devrait nous en apprendre un peu plus. Et dans les jours qui viennent, on devrait savoir si la transformation du Point d’Accueil de Jour des SDF en centre d’accueil pour les femmes victimes de violence, cache une réelle volonté de trouver une solution pour les 70 marginaux qui battent le pavé de la Ville ou une volonté de les exfiltrer en douceur et donc de refiler la patate chaude aux autres communes.

Un divorce inéluctable

Jean-Baptiste Aldigé est un ancien petit joueur de rugby qui, à force de gesticulations, voudrait faire croire qu’il a été grand. Et un petit président qui n’arrivera jamais à être grand. Le chef de file du BO porte une atteinte considérable à l’image de Biarritz dont il se contrefiche éperdument, même s’il empoche sans barguigner l’argent municipal. Selon Sud Ouest, une bande son enregistrée clandestinement lors d’une rencontre avec des supporters circulerait dans la ville et Jean-Baptiste Aldigé tiendrait des propos injurieux sur Maïder Arostéguy.

Le nouveau maire de Biarritz a totalement raison de porter le différend sur la place publique et de ne pas se laisser intimider, au lieu de manœuvrer en coulisses comme le faisait Michel Veunac, face à ce trublion qui brandit de façon récurrente la menace de partir et de laisser le club en fédérale. Aldigé ne semble pas réaliser que beaucoup d’amoureux du rugby préfèrent un BO libre et apte à se reconstruire en fédérale plutôt qu’aux mains de l’improbable trio Aldigé, Louis-Vincent et Charles Gave.

Et comme décidément, il ne doute de rien, Aldigé affirme selon Sud Ouest qu’il est pour beaucoup dans l’élection de Maïder Arostéguy. Un exemple type de la folie des grandeurs du personnage : si dix supporters lors de ces municipales ont été influencés par sa façon de jouer au moulin à vent, c’est bien le bout du monde.

Le pied de nez d’Arostéguy à Aldigé

C’est en tribune… Serge Blanco que le maire de Biarritz a assisté au match d’ouverture contre l’USAP. Récit d’une semaine très tendue.

Manipuler c’est un art et visiblement le président du Biarritz Olympique a encore des progrès à faire, malgré un talent affirmé. En début de semaine, sous le sceau du secret, Jean-Baptiste Aldigé a annoncé à sa garde rapprochée qu’il n’allait pas envoyer d’invitation à Maïder Arostéguy pour le premier match de la saison et qu’il donnait l’ordre à la sécurité de l’empêcher de rentrer si elle s’avisait de venir par l’intermédiaire d’un sponsor. Et dans la foulée il aurait avoué qu’il « en avait plein le cul de Biarritz et qu’avec les Gave, ils allaient se casser ». Un propos à rapprocher d’une interview donnée, le 18 juin dernier au site Le Rugbynistère où Aldigé déclarait tout de go : « J’ai eu le malheur de tomber amoureux d’une jeune fille du Pays basque (…) Je n’avais pas d’appétence pour Biarritz ». Tant d’enthousiasme pour Biarritz, c’est trop !

Évidemment en début de semaine, Aldigé s’est arrangé à répéter ses menaces à suffisamment de monde pour qu’elles reviennent aux oreilles de la mairie qui planche déjà depuis un moment sur le scénario d’un départ brutal des Gave en milieu de saison. Officiellement le motif de la brouille est que la mairie ne va pas assez vite pour réaliser l’aménagement du BO, mais la réalité est beaucoup plus complexe.

Le mail de la discorde

Tout le monde l’évoque, mais personne ne peut certifier son existence. Mais d’après l’enquête de Bisque, Bisque, Basque ! son existence est plus que plausible. Comment expliquer autrement les affronts à répétition que Jean-Baptiste Aldigé fait subir à Maïder Arostéguy depuis peu, alors qu’il était présent à la mairie le soir de son élection et se félicitait ouvertement du succès d’une candidate particulièrement favorable au BO ? Peu après avoir enfilé son écharpe de maire, Maïder Arostéguy aurait écrit un mail à Charles Gave en disant qu’elle souhaitait continuer à travailler avec eux mais qu’elle espérait qu’ils nommeraient à la tête du BO un directeur plus consensuel. Refus catégorique de Charles Gave qui aurait répondu en substance : « C’est Aldigé ou rien ! ». On comprend mieux dès lors pourquoi les relations entre le président du BO et le maire de Biarritz sont devenues polaires.

Une ultime médiation mercredi

(Photo Sud Ouest)

Toujours selon les informations de Bisque, Bisque, Basque ! Aldigé, peut-être chapitré par la famille Gave, aurait pris conscience mercredi 2 septembre qu’il est tout de même assez difficile et contraire à tous les usages républicains, même si on est le bad boy du rugby français, de ne pas inviter un maire qui vous subventionne à hauteur d’un million d’euros par an. Ne voulant pas avoir l’air de se dédire, Aldigé aurait alors envoyé à la mairie un émissaire du BO très apprécié de tous. Maïder l’a courtoisement reçu, a écouté ce qu’il avait à dire mais n’a pas changé de point de vue.
Et c’est ainsi que les spectateurs de la tribune Blanco ont eu la surprise de voir jeudi 3 septembre une Maïder toute souriante prendre place au milieu d’eux après avoir acheté comme tout le monde son billet. Une initiative particulièrement astucieuse en matière de communication et une belle façon d’adresser un superbe pied de nez au président du Biarritz Olympique. D’autant plus que le sénateur Max Brisson a fait de même et a sagement pris place au milieu de la foule.

Charles Gave n’est pas venu pour bronzer

Et les surprises de continuer, en cette soirée décidément pas comme les autres, avec la présence inhabituelle de Charles Gave qui n’est certainement pas venu à Biarritz pour le simple plaisir de boire une bière avec Jean-Baptiste Aldigé ou pour parfaire son bronzage. Sans masque et avec le cigare en tribune, le « boss » est visiblement là pour décider si Gavekal, son fonds de pension basé à Hong Kong, doit continuer ou non à soutenir le Biarritz Olympique. En effet, on voit mal comment l’opération d’aménagement d’Aguilera dont rêvent les Gave pourrait être bouclée avant deux ou trois ans. Avec comme seule perspective entre temps de remettre de l’argent au pot chaque saison. En s’imaginant qu’ils pouvaient « dealer » avec Pichet et être les maîtres d’œuvre du réaménagement d’Aguilera, les Gave et Aldigé ont montré qu’ils avaient une connaissance plutôt approximative des institutions françaises. Les reproches qu’ils font maintenant à Maïder Arostéguy de « lambiner » sur ce dossier sont tout aussi infondés car la décision incombe maintenant à l’Agglomération et pas seulement à la Ville et le temps des politiques est beaucoup plus élastique que celui des entrepreneurs.

Serge Blanco ne s’intéresse pas qu’aux cadets du BO

Est-ce un hasard si Maïder Arostéguy a choisi d’acheter une place en tribune Serge Blanco ? Rien n’est moins sûr. En effet, gouverner c’est prévoir et avec une équipe dirigeante aussi peu attachée à Biarritz on peut craindre un départ à tout moment. Sachant que le club appartient à 95% à la famille Gave, on peut même redouter un retrait en pleine saison ce qui entraînerait une relégation administrative du club.

Serge Blanco, qui a repris du service avec les cadets du BO et qui affiche des ambitions électorales à la tête de la FFR aux côtés de Florian Grill, serait redevenu un interlocuteur très privilégié de la mairie et s’agiterait beaucoup pour dénicher des partenaires que le très roboratif Aldigé, avec son caractère impossible, a été incapable de séduire.

Sans compter qu’un certain nombre d’anciens champions de France du BO, accompagnés de partenaires financiers intéressants, pourraient eux aussi venir se mêler à la partie et offrir une autre alternative plausible.

Tous les amoureux du rugby et du BO l’auront compris : entre la menace du Covid et les rodomontades de l’agitateur permanent Aldigé, la saison 2020-2021 va nous réserver bien des surprises extra-sportives avec ce nouveau feuilleton intitulé « Aguilera, ton univers impitoyable ».

 

C’est vraiment Jean-Bassine Aldigé

Malgré la présence du maire, le président du BO a multiplié les dérapages verbaux pendant la présentation des joueurs et découragé les supporters par son inaptitude à se comporter en président.

Aldigé ne sait décidément vivre que dans le conflit et l’outrance verbale.

Lors de sa modeste carrière – une sélection avec Hong Kong, match interrompu au bout de quinze minutes -, Jean-Baptiste Aldigé faisait partie de ces rugbymen de l’arrière censés jouer du piano contrairement aux « mules » du pack. Nul doute en revanche depuis qu’il est président du BO qu’il est devenu déménageur de pianos et qu’il est aussi près de « l’intelligence situationnelle » des rugbymen si chère à Pierre Villepreux que Strasbourg l’est de Biarritz.

Depuis quelques temps, l’horizon s’éclaircissait sérieusement pour le BO, avec une nouvelle élue de loin la plus favorable aux couleurs rouge et blanc de tous les candidats. Mais le si peu président du BO, lors de la présentation des joueurs à Aguilera, a encore fait des siennes en multipliant les dérapages verbaux et les approximations, tandis que Maïder Arostéguy avait du mal à cacher son agacement.

Ceux qui n’étaient pas invités, c’est-à-dire la presse et la quasi-totalité de la population terrestre, ont donc pu suivre cette présentation grâce à un Facebook live de Pour tous ceux qui aiment le BO (https://www.facebook.com/groups/SupportersBiarrots) et découvrir Aldigé dans ses œuvres interprétant « Massacre à la tronçonneuse ».

Etchegaray, la presse locale, les politiques, l’Aviron bayonnais, tout le monde en a pris pour son grade et de quelle façon !

La vidéo complète n’est malheureusement plus disponible sur le compte Facebook de Tous ceux qui aiment le BO, peut-être à cause de la plainte déposée par Jean-René Etchegaray dès le lendemain. Mais fort heureusement le site parodique de Jean-Patriste Affligé sur Twitter a fait un travail formidable en découpant le discours présidentiel en 15 épisodes pour montrer à quel point les propos tenus par l’actuel président relèvent du suicide social absolu. (https://twitter.com/jpafflige).

Un divan, vite !

L’un des 15 points mis en valeur par le compte parodique Jean-Patriste Affligé.

Bisque, Bisque, Basque ! regrette beaucoup de ne pas avoir un divan à disposition dans sa salle de rédaction pour que le président puisse s’allonger et s’expliquer. Quel est l’intérêt, quand on sait que l’aménagement du plateau d’Aguilera dépend en grande partie de l’Agglomération, de prendre frontalement le président Jean-René Etchegaray et de l’accuser de magouilles avec le groupe Etxart ? Quel est l’intérêt de mettre mal à l’aise Maïder Arostéguy qui souhaite sincèrement aider le BO ? Quel est l’intérêt de provoquer la presse en annonçant qu’elle ne sera pas invitée pour les matches amicaux, alors que le BO est un club complètement inscrit dans le paysage local et qu’un président, au lieu de rechercher le conflit permanent, doit arrondir les angles comme le faisait si bien le regretté président Martin ?

En tant que passionnés de rugby, nous avons tous connu des joueurs qui face à un boulevard préféraient mettre le ballon sous le bras et percuter un adversaire au grand désespoir des coéquipiers. Jean-Baptiste Aldigé n’a rien d’une mule. C’est un garçon intelligent et qui aime le rugby, mais ses pressions permanentes sur les élus, sa gestion par le conflit, son incapacité à endosser le costume de président, à l’évidence bien trop grand pour lui, commencent à poser un énorme problème.

L’homme répète à qui veut l’entendre qu’il « s’emmerde au Pays Basque ». Nous ne saurions trop lui conseiller de mettre ses actions en cohérence avec ses propos.

Sud Ouest du 12 août.

Arostéguy remet la mairie au centre du terrain

Voilà deux sacrés chiens de chasse dont les réflexes n’ont visiblement pas été émoussés par le confinement, tout comme François Berland pour Mediabask ! Dès le mardi matin à 9 heures, Pierre Mailharin et Laurent Zègre de Sud Ouest sont présents dans le bureau du maire. Contrairement à son prédécesseur, Maïder Arostéguy affirme avec force que c’est la mairie et uniquement la mairie qui pilotera le dossier : « Le boss, c’est moi ! ». Et une fessée bien méritée pour Aldigé !

Trois considérations seront prises en compte : la nécessité de construire des logements sociaux, la sauvegarde de la clinique Aguilera qui pourrait quitter Biarritz, la pérennisation du BO. Même si Serge Blanco se montre très acharné du téléphone actuellement pour tenter de revenir dans le jeu, même si l’opposition a trouvé les propos du maire parfois un peu hésitants, on ne peut que se réjouir de cette volonté de Maïder Arostéguy de consulter les riverains sur le sujet (Un referendum citoyen demandant leur avis à l’ensemble des Biarrots serait encore mieux !) et surtout de rester maîtresse du jeu. Enfin la mairie retrouve la place qu’elle n’aurait jamais dû céder !