Ce 12 février qui fracture Biarritz

Les pressions subies par les élus lors du dernier conseil municipal ne semblent pas poser problème à trois des sept candidats… Mais elles posent problème aux électeurs.

Un président n’a pas à se comporter en simple supporter, distribuant les huées ou les acclamations aux élus.

Il n’y a, selon le dictionnaire Larousse, qu’un petit tiret d’écart entre le maître chanteur et le maître-chanteur, mais il fait toute la différence. Le premier, au sommet de sa maîtrise musicale, va vous faire aimer l’art lyrique. Le second, qui est aussi incontestablement un artiste en son genre, va vous apprivoiser pour mieux vous dévorer, grignotant un doigt, puis la main, puis le bras avant que vous ne compreniez que vous êtes définitivement perdu.

Je n’ai pas de boule de cristal sur mon bureau et je suis bien incapable de dire qui va emporter cette élection, mais toutes les conversations à Biarritz me montrent que depuis le dernier conseil municipal du 12 février une fracture très nette s’est opérée entre les citoyens qui estiment que les élus ne doivent jamais céder au chantage et ceux qui, sans crainte du coronavirus, respirent en estimant le BO sauvé, ce qui reste à prouver. Une fracture qui s’est totalement vérifiée lors de l’excellent débat organisé par Mediabask où l’on constatera que « la bande des trois » du plateau d’Aguilera n’a désormais de divergences que sur les détails

https://www.mediabask.eus/eu/info_mbsk/20200305/les-candidats-de-biarritz-debattent

Pour tous les Biarrots, même s’ils n’ont pas encore décidé pour qui ils voteront au final, les choses sont désormais claires : il existe trois listes d’un côté, Veunac, Arostéguy, Saint-Cricq, et quatre de l’autre avec Barucq, Motsch, Morin et Guerdane. Une préfiguration des alliances de second tour ?

On ne transige pas avec les principes républicains

Il faut se méfier des raccourcis hâtifs, surtout en période électorale et je me garderai bien de mettre au même niveau un Michel Veunac qui démontre chaque jour qu’il est plus que temps qu’il s’occupe de ses petits-enfants, une Maïder Arostéguy qui a le sens du terrain et une assise populaire incontestable et un Jean-Benoît Saint-Cricq qui a les qualités requises pour être un bon maire même si je suis totalement en désaccord sur ses choix concernant le BO et Le Palais

Sourires complices et volonté systématique de couper la parole à Nathalie Motsch, lors du débat de Médiabask. La romance entre Veunac et Saint-Cricq continue.

Mais la position de Bisque, Bisque, Basque ! est très claire sur le sujet et j’ai eu l’occasion de m’en expliquer avec les intéressés. Il n’existe plus que quatre listes pour lesquelles je suis susceptible de voter car à mes yeux on ne doit jamais transiger avec les valeurs républicaines et jamais céder à un chantage quand on est un élu et encore moins à un double chantage. Celui du président du Biarritz Olympique, décidant qui sont les bons et les mauvais élus et se comportant comme un porte-flingue en s’invitant au conseil municipal et en demandant à ses troupes de huer les élus qui lui déplaisent. Mais aussi le chantage du maire, faisant voter à quatre semaines de la fin de son mandat, une résolution qui officiellement n’engage personne pour la construction d’un centre de formation à 12 millions d’euros. Après n’avoir jamais, malgré des promesses réitérées pendant six ans, fait déposer le moindre permis de construire concernant l’aménagement d’Aguilera, ce qui en dit long sur la duplicité de Mimi-La-Malice.

Même à Toulon, on se marre !

À ce sujet, la réaction de l’ancien président du RC Toulon, Mourad Boudjellal, qui se moque comme de ses premières chaussettes de rugby de l’élection municipale biarrote, est totalement édifiante : « Le président Jean-Baptiste Aldigé a annoncé qu’une Assemblée Générale allait avoir lieu le 3 mars en disant que si la mairie n’accordait pas le bail immobilier voulu par le club, il allait déposer le bilan. Mais je vais t’expliquer, Jean-Baptiste : il faut être un spécialiste pour faire du chantage. Quand tu menaces de faire déposer le bilan à ton club, évite de signer des joueurs pour la saison d’après car ça ne fait pas crédible. C’est un métier que de faire du chantage. » On ne saurait mieux résumer la situation et, visiblement, Boudjellal met un trait d’union entre maître et chanteur.

https://twitter.com/F_Amigorena/status/1227974108476006400

Et comme si cet affront démocratique ne suffisait pas, Aldigé se permet de multiplier les pieds de nez dans les jours qui suivent, comme ce commentaire où il insulte Barucq « et sa copine Amigorena » sans que le trio Veunac-Arostéguy-Saint-Cricq, ne réagisse. C’est tout l’art du chantage : on vous fait accepter un petit truc équivoque, puis on vous en demande un peu plus et encore un peu plus. Et comme si ce « foutage de gueule » ne suffisait pas, Aldigé annonce peu après qu’il reporte au… 1er avril (Non, ce n’est pas un gag !) l’assemblée générale prévue le 3 mars pour décider de l’avenir du club. Ce qui montre bien que la situation n’avait rien d’urgent et que les élus qui se sont rangés aux côtés du maire auraient beaucoup mieux fait de dire que leur premier conseil municipal, une fois élus maire, serait consacré au sauvetage du BO.

Guillaume Barucq :  » On leur donne ça, ils demandent ça « .

Avec beaucoup de dignité et de calme, Guillaume Barucq, lors du débat qui s’est tenu dans les locaux de Mediabask, a expliqué son point de vue : « C’est mon arrière-grand-père qui a fondé ce club. Ce qui me choque, c’est que Jean-Baptiste Aldigé dise : « Tu n’es plus chez toi au BO » avant de rajouter en mimant le geste d’un bras qui coupe l’autre : « Avec ce genre d’entrepreneur, quand vous leur donnez ça, ils veulent ça ! » On ne saurait faire un meilleur résumé de la situation actuelle.

Saint-Cricq et Arostéguy ne regrettent rien

Trois semaines après ce conseil houleux sur lequel l’élection se jouera probablement, il était intéressant de demander à Maïder Arostéguy et Jean-Benoît Saint-Cricq s’ils ne regrettaient pas leurs votes. (Il y a longtemps que Veunac a cessé de répondre à mes questions…). Saluons d’abord le courage des deux intéressés qui ne se sont nullement échappés et ont fort courtoisement répondu comme on doit le faire dans une démocratie apaisée. Jean-Benoît Saint-Cricq reste parfaitement droit dans ses mocassins : « Concernant mon intervention du 12 février, je n’ai rien à ajouter ni à retrancher. Ma position est toujours la même : le montage est bon et cette affaire n’avait que trop duré. Il s’agissait de lancer l’opération et de rattraper le temps perdu avec la procédure MECDU ». Pour les profanes, la Mise en Conformité des documents d’Urbanisme.

Avec son franc parler légendaire, Maïder Arostéguy qui annonce clairement qu’elle ne s’alliera pas à Michel Veunac au second tour, ne fuit pas la discussion : « Pour moi, Aldigé n’a pas fait de chantage. Ça fait des mois que Veunac le balade. Je me suis engagée a minima sur le centre de formation mais pour moi rien n’est figé » La candidate des Républicains reconnaît que le président du Biarritz Olympique est clivant : « Si on peut avoir un autre interlocuteur qu’Aldigé, je ne serai pas traumatisée. Par ses excès verbaux, Aldigé est grandement coupable, mais en face, ce n’est pas mieux. »  

Maïder Arostéguy affirme avoir apporté son soutien en « off » à Guillaume Barucq et « ne pas vouloir entrer dans la guéguerre d’Aldigé », un propos qui laisse un peu rêveur. Jean-Benoît Saint-Cricq affirme pour sa part « avoir réagi trop tardivement auprès de Sud Ouest qui n’a pas publié son texte », tandis que Veunac prétend avoir engueulé Aldigé en privé.

Ce qui renvoie à la question initiale posée par Bisque, Bisque, basque ! Pourquoi ne pas réagir publiquement quand on est un élu de la République et qu’un autre élu se fait insulter publiquement ? Par peur du maître-chanteur ? Parce qu’électoralement, ça arrange bien d’avoir un sniper qui arrose les adversaires politiques tandis qu’on fait semblant de ne rien remarquer ? Parce que, quand on s’est fait dévorer la main, on est terrorisé et on redoute d’y laisser le bras ?

Biarritz a besoin d’élus indépendants et cette zone d’ombre qui entoure trois des sept candidats pose un sacré problème.

Pour retrouver les  » Vues sur maire  » de François Amigorena : www.amigorena.fr

Maurice Goldring et l’effet papillon

En 1972, le météorologue Edward Lorenz avait un peu stupéfait la communauté scientifique en affirmant que le battement d’ailes d’un papillon au Brésil pouvait provoquer une tornade au Texas.  Insultes, trolls déchaînés sur les réseaux sociaux, rancunes tenances, Biarritz semble un peu être l’illustration de la « théorie du chaos » qu’évoquait alors Edward Lorenz. Et le papillon de service, celui qui a déréglé le fonctionnement démocratique de la Ville, pourrait bien être Jean-Baptiste Aldigé, avec ses propos clivants, ses maladresses verbales, ses dérapages qui ont amené tout le monde à tomber dans l’excès. Au départ, début février, un propos particulièrement malheureux de Maïder Arostéguy à Mediapart estimant que la famille Gave n’avait « construit ni Auschwitz ni Buchenwald ». Consciente de sa maladresse, en voulant défendre l’équipe dirigeante du BO, Maïder s’était immédiatement excusée. Mais le propos avait eu le don de mettre en colère Maurice Goldring, un universitaire qui a eu la douleur de vivre en direct la déportation. Ironique, il avait parodié la candidate sur sa page Facebook en écrivant que « Jean-Baptiste Aldigé était très fréquentable parce qu’il n’avait jamais imposé le triangle rose aux homosexuels ».  

Et à partir de là, par un effet papillon, tout est parti en vrille. Les supporters s’en sont mêlés, insultant l’universitaire et lui conseillant d’aller se faire enc… Et Maïder, deuxième erreur à mes yeux, au lieu de laisser le soufflé retomber, s’est empressée d’aller au commissariat pour déposer une main courante contre… Maurice Goldring !

Interrogée à ce sujet, Maïder estime qu’elle n’avait pas d’autre choix, car il fallait que la polémique cesse. Maurice Goldring pour sa part se montre très caustique : « J’aime Biarritz, car c’est une ville très tolérante. J’ai apprécié par exemple la façon dont Didier Borotra avait envoyé bouler Monseigneur Aillet, quand il lui demandait de ne pas autoriser des manifestations en faveur du mariage pour tous. Je pense que Maïder Arostéguy a agi sous le coup de la colère, car mon intervention a montré combien au fond d’elle-même, elle est d’extrême-droite ».

Nous voilà loin, très loin de la tolérance, du bien vivre ensemble et de la démocratie apaisée que souhaitent les Biarrots après la catastrophique mandature Veunac. À chaque électeur désormais de se demander quels sont les candidats en mesure de défendre ces valeurs.

Pour comprendre cette polémique, lire : http://mauricegoldring.blogspot.com/