RamDam 64-40 ne craint pas la concurrence déloyale

Le maire de Biarritz organise ses vœux au même moment que la remise des klaxons et des harpes. Mais vous vous amuserez sans doute beaucoup mieux à la maison des Associations qu’au casino Bellevue.

Ils sont dix-sept élus des Landes et Pyrénées-Atlantiques à mal dormir en ce moment en redoutant le coup de klaxon de RamDam 64-40 qui les propulserait dans le trio de tête des politiques les plus « inventifs ». Ils sont quatre à fort bien dormir en se disant qu’une petite mélodie à la harpe ne saurait nuire à leur carrière et qu’il est toujours agréable quand on est un personnage public de voir son action reconnue.

Détail amusant, nous avons réservé la salle de la maison des Associations de Biarritz, il y a deux mois, en adressant un suave courrier au maire de Biarritz qui figure dans notre liste des « nominés » et s’annonce comme un redoutable concurrent. Mais Michel Veunac ne doit visiblement pas croire en ses chances de décrocher une récompense suprême, après avoir obtenu le klaxon de béton il y a un an, puisqu’il organise à la même heure au casino Bellevue ses vœux aux Biarrots. Au vu de la façon dont il a mené le dossier de « L’hôtel du Palais », il ne pourra souhaiter à ses administrés qu’une « Bonne santé, bonne opacité ! ».

Alors à vos agendas, rayez immédiatement la séance de piscine du petit ou la confection du dentier de la grand-mère prévues à la même heure et on veut vous voir tous à la maison des associations de Biarritz, mardi 15 janvier à 18h30 précises (fin à 20h).

Voilà trois semaines que nous peaufinons l’ironie de nos textes, travaillons nos photos, découpons soigneusement nos vidéos et nous serions déçus de ne pas partager tout cela avec vous.

Quelques rappels

Le palmarès 2017 : Vincent Bru, klaxon d’or. Odile de Coral, klaxon d’argent, Michel Veunac, klaxon de béton.

Les présélectionnés 2018 pour les klaxons :

LANDES
Élisabeth BONJEAN (Dax), Lionel CAUSSE (Député des Landes), Xavier GAUDIO et Patrick LACLEDÈRE (Hossegor et Capbreton), Éric GUILLOTEAU (Ondres), Christian PLANTIER (Mimizan).
PYRÉNÉES-ATLANTIQUES
François BAYROU (Pau), Odile De CORAL (Urrugne), Jean-Louis FOURNIER et Anita LACARRA (Ascain), Ghislaine HAYE (Biarritz), Guy LAFITE (Biarritz), Hervé LUCBEREILH (Oloron), Guy POULOU et Jean-Jacques GOUAILLARDET (Ciboure), Jacques VEUNAC (Anglet), Michel VEUNAC (Biarritz)
 Les présélectionnés 2018 pour les harpes, récompensant les élus particulièrement soucieux de l’intérêt général :

Hervé BOISSIER (Biarritz), Peio ETCHEVERRY-AINCHART (Saint-Jean-de-Luz), Virginie LANNEVÈRE (Biarritz) et Pierre-Laurent VANDERPLANCKE (Saint-Jean-de-Luz).

Des élus qui ont bon goût

RamDam 64-40 oblige les élus à un choix cornélien, mais certains n’hésitent pas. Non content de publier sur la page Facebook « Biarritz notre ville » l’annonce de la cérémonie, François Amigorena ne barguigne pas quand on l’interroge.

 

Voilà un homme de goût !

Jamais trop de RAMDAM…

Décidés à se faire entendre et à ne pas s’en laisser conter par des politiques souvent désinvoltes, des citoyens viennent de créer une association, RAMDAM 64-40,  pour contribuer à la moralisation de la vie publique.

Les cocus de la moralisation de la vie publique, levez-le doigt ! Nous avons assisté, cette année à une vaste farce au moment de l’élection présidentielle. La moralisation de la vie publique mise en avant par Macron est devenue un gros machin enlisé à l’Assemblée nationale où des députés nous ont expliqué qu’ils ne pouvaient pas faire de notes de frais et autres inepties du même genre. Quelques réformes cosmétiques ont cependant été adoptées, mais il est certain que si les citoyens ne s’en mêlent pas et ne font pas entendre leurs voix, les politiques continueront à traîner des pieds.

Sans compter ce créneau dans lequel prospèrent désormais les élus de tous niveaux, le légal mais pas moral. Richard Ferrand, l’homme qui a enrichi sa maîtresse au détriment de mutualistes, François Fillon, le candidat à la présidentielle qui a longtemps fait travailler (ou pas !) Pénélope comme assistante parlementaire, se sont drapés dans leur dignité en affirmant que leurs actes étaient légaux. Est-ce acceptable ? Est-ce si sûr ?

L’article de Sud Ouest, daté du 20 décembre.

Plus près de nous, à Biarritz, Ciboure, Urrugne, Lahonce ou Ondres, des citoyens ont été obligés d’affronter au tribunal des élus un peu trop désinvoltes avec les lois de la République. RAMDAM 64-40 a décidé de s’intéresser à la vie publique dans nos deux départements des Landes et des Pyrénées-Atlantiques, de pointer du doigt les dérives, mais aussi de saluer les initiatives qui vont dans le bon sens. Nous voulons devenir des casse-pieds salutaires.

La première réunion publique aura lieu fin mars et vous en serez informés dans ce blog. Et chaque fin d’année, à l’image des « Gérard » de la télévision, nous décernerons des klaxons d’or, d’argent et de béton aux politiques les plus méritants.

Trois prix seulement alors qu’il y a tellement de candidats indiscutables dans notre belle région ? La compétition va être féroce.

Les huit membres fondateurs de RAMDAM 64-40 : Dominique Lapierre, président, Guy Aubertin, Dominique de la Mensbruge, Michel Gellato, Philippe MOREL, Barbara Sager, Jacques-André Schneck, Jean-Yves Viollier.

Pour nous contacter : par l’intermédiaire de ce blog, de twitter (@RAMDAM64et40) ou par voie postale à RAMDAM 64-40, 15 Place Clémenceau, 64200 Biarritz

Le palmarès 2017 de RAMDAM 64-40

Klaxon d’or

On ne mesure pas ce qu’est une campagne législative. Notre pauvre Vincent Bru était tellement En Marche qu’il n’a pas eu le temps de s’occuper de sa retraite. Le voilà donc condamné pour un an à toucher ses indemnités de député et son salaire de prof de faculté. Une étourderie qui le navre assurément, lui qui s’est fait le chantre de la moralisation de la vie publique.

Klaxon d’argent

Notre vibrionnante maire d’Urrugne, Odile de Coral, s’est répandue en déclarations propres à faire pleurer dans les chaumières après sa condamnation en appel à quatre mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende. Selon elle « De nombreux conseillers municipaux auraient dû être à la barre à ses côtés ». Des noms ! Des noms !

Klaxon de béton

Dans les couloirs de la mairie de Biarritz, il est déjà surnommé Mimi-Imperator pour sa gestion très personnelle des dossiers. Lors de la cession ratée des écuries de Bigueyrie, Michel Veunac a successivement annoncé que le terrain était non constructible avant de découvrir – mais qui le croira ? – qu’on pouvait bétonner pour 1283 m2. À 545 000 €, c’était le jackpot pour l’acquéreur. Pas pour les Biarrots !