LA PAROLE À L’OPPOSITION

Comme promis, Bisque, Bisque, Basque! ouvrira tous les premiers du mois ses colonnes à l’opposition, limitée à 1000 signes dans le bulletin municipal. Pour cette première édition, seul Patrick Destizon a souhaité s’exprimer. Comme convenu, le texte n’a pas été retouché et les propos sont sous la seule responsabilité de leur auteur.

Qui connait Madame Arostéguy ?

¨Maider Arostéguy ou plutôt Marie Eder Arostéguy de son véritable prénom est issue d’une ancienne famille de commerçants biarrots. Déjà le simple fait de modifier son prénom pour créer une confusion avec celui de sa tante, une femme remarquable amoureuse de Biarritz et du surf, nous donne une indication sur sa personnalité. Car madame Arostéguy est une excellente communicante, ce qui lui a permis de devenir maire. Parce que pour ce qui est du programme, il faut bien admettre que la campagne municipale de 2020 restera dans les annales de l’histoire biarrote comme d’une indigence mortelle en termes de projets. Moi qui me suis longtemps opposé à Didier Borotra, je dois reconnaître qu’au moins avec lui, nous pouvions nous opposer, argumenter, confronter les projets et les contre projets dans un débat démocratique, certes très rude mais riche. Par contre là, le débat fut terriblement médiocre et décevant. Seule l’équipe sortante portait deux projets nouveaux, la création d’un centre de bio mimétisme marin et le projet Aguiléra, mal expliqués, mal compris et durement combattus au sein de l’ancienne majorité. Le premier est aujourd’hui abandonné au profit d’une autre ville et le second fortement contesté mais au moins nous proposions quelque chose car du côté de Madame Arostéguy, c’était un vide sidéral !

Maider Arostéguy qui se noiera au large du port des pêcheurs, était la tante de l’actuelle maire.

Madame Arostéguy entre en politique en mars 2008 lorsque Jean Benoît Saint-Cricq avec qui j’animais l’opposition de centre droit à Didier Borotra depuis 2001 va la chercher. La campagne va se focaliser sur le projet de Didier Borotra de création d’une Cité de l’Océan à laquelle nous nous opposions farouchement, la jugeant financièrement démesurée pour les finances communales, hasardeuse en termes de fréquentation et dont le mode de réalisation à l’aide d’un Partenariat Public Privé (PPP) s’annonçait ruineux. Mais voilà qu’à peine élue, le 23 juillet, madame Arosteguy se désolidarise de la position qu’elle défendait durant la campagne et vote à notre stupéfaction le projet en déclarant : « Dormez tranquilles chers concitoyens, le PPP veille sur nous ! » Quand on sait que cette affaire va coûter 63 millions d’euros au contribuable, on fait mieux comme capacité de discernement.

Biarritz vaut bien que l’on renie ses convictions

Madame Arostéguy rejoint alors en 2008 un nouveau parti centriste, le Nouveau Centre qui rejoindra plus tard l’U.D.I. Elle manœuvre pour écarter son premier président départemental qui avait fait l’erreur de faire rentrer le loup dans la bergerie et devient la déléguée de ce parti pour Biarritz. Forte de sa nouvelle étiquette centriste, elle se présente aux cantonales de 2011 et échoue mais intègre en 2014 la liste conduite par Max Brisson et se fait réélire au conseil municipal. Puis toujours grâce à son étiquette U.D.I et au soutien du maire de Bayonne qui préside ce parti au niveau départemental devient la binôme de Max Brisson aux élections départementales de mars 2015, les accords départementaux prévoyant qu’un des deux sièges était fléché pour une élue centriste. Là voilà donc conseillère départementale de Biarritz et elle se met à croire en ses chances de devenir maire. Mais voilà l’U.D.I est un petit parti dans ce département dominé par le MODEM et il lui faut un grand parti pour devenir maire. Henri IV aurait déclaré que Paris valait bien une messe lorsqu’il s’est converti pour devenir roi, alors Biarritz vaut bien que l’on renie des convictions que l’on n’a pas. Donc voilà qu’à peine élue, madame Arostéguy adhère au parti Les Républicains et vous connaissez la suite. Chacun pourra apprécier la force des convictions de notre nouvelle maire.

Mais ce qui m’inquiète le plus pour les années à venir, c’est l’absence de vision de Madame Arostéguy. Depuis cinq mois qu’elle a été élue, qu’a-t-elle réalisé ou même proposé ?

Pour l’instant, elle s’évertue à casser ce qu’on fait ses prédécesseurs :

Elle chasse l’association ZUEKIN qui gère l’accueil jour des SDF de son local de l’allée du chanoine Manterola ainsi que l’association des 3A de son local historique de l’Age d’or square d’Ixelles que l’association occupait depuis 1975, Le fait que ces deux associations soient présidées par deux anciennes conseillères municipales des municipalités Borotra et Veunac est probablement une coïncidence fortuite.   

Elle résilie tout aussi brutalement le bail de l’auberge de jeunesse rue Philippe Veyrin qui fonctionne depuis 22 ans dans ces locaux et restreint les droits et l’expression des oppositions, etc.

Plus récemment, elle lance une seconde prolongation de la DSP du cinéma Le Royal de six mois car elle ne sait pas quoi faire alors que l’ancienne équipe avait déjà prolongé de six mois pour laisser ce choix à la nouvelle majorité. Outre le fait qu’une seconde prolongation est limite sur le plan légal, que compte t’elle faire de ce cinéma pour lequel nous avons déjà engagé plusieurs centaines de milliers d’euros de rénovation des fauteuils et des moquettes ?

Madame Arostéguy détricote les réalisations de ses prédécesseurs mais ne propose rien. Nous commençons d’ailleurs à nous demander si elle a quelque chose à proposer. La crise sanitaire que nous traversons ne peut pas tout justifier et il faut déjà préparer l’après crise du Covid. Cette ville a besoin, surtout en ce moment, d’un cap qu’à ce jour nous n’avons pas et le navire Biarritz part à la dérive.

Patrick DESTIZON