Drame de la pauvreté : Sarko n’a même plus 2 euros pour voter

sarko-penaud

Capture d’écran Pierre WEMEL

On ne mesure pas ce que peuvent représenter deux euros en temps de crise économique. Dans Le journal du Dimanche (27/11) un homme raconte qu’il souhaitait voter au premier et deuxième tour de la primaire de droite mais que cela représente deux repas pour la cantine de sa fille et qu’il ne peut pas se permettre ce luxe.

Autre pauvre nécessiteux, depuis que Mouammar Kadhafi n’est plus en mesure de lui assurer un peu d’argent de poche, l’actuel président des Républicains. Soucieux de discrétion, Nicolas Sarkozy est venu voter avant neuf heures et s’est trouvé fort contrarié de croiser les caméras de BFM TV. Aucun journaliste ne semble pourtant avoir remarqué qu’il se trouve fort démuni quand, après avoir voté, l’une des responsables du bureau de vote lui demande de verser les deux euros prévus pour le scrutin. Témoin d’une splendeur passée, le manteau de l’ex président est bien coupé, mais les poches sont vides. Visiblement, Carla Bruni a serré la vis sur l’argent de poche. Heureusement, dans la file d’attente, une dame touchée par la détresse du petit Nicolas, a sorti deux euros de son sac pour venir au secours du nécessiteux, tandis que le public a du mal à cacher son hilarité. Apercevant les caméras, Sarko, miraculeusement, finira par trouver la pièce requise sans avoir besoin de rançonner sa voisine.

Après Copé et le pain au chocolat low-cost, c’est maintenant le président des Républicains qui ne savait pas que la primaire de droite était payante. Guignol’s band!